Le chef du polisario est mort    Moncef Belkhayat, nouveau Président du Groupe WB Africa    Championnat arabe de Beach Soccer, Le Maroc échoue en finale    Zakaria Labyad devra se trouver un nouveau club    Lions de l'Atlas: Hervé Renard entre menaces et désarroi Spécial    Ce que le Maroc prévoit pour attirer les touristes chinois    Accroissement de 2% du crédit bancaire en avril    Iconoclaste...    Visite d'une délégation américaine au CHU Mohammed VI de Marrakech : Bénéficier de l'expérience américaine    Pédophilie, une calamité mal combattue : Besoin urgent de soins psychologiques et soutien juridique    Le Maroc se dote d'un Centre de gestion des risques climatiques forestiers    Marrakech, capitale du rire    Hôtellerie : Radisson Blu ouvre à Abidjan    «Nous sommes intéressés par tous les pays africains»    B to B in Africa : 100 entreprises marocaines en prospection    dar es salam, du 30 août au 1er sep : AfPIF    Habré et les symboles    Clôture du projet Tout le monde gagne : promouvoir l'autonomisation socioéconomique de la femme au Maroc    La Princesse Lalla Salma pose la première pierre du Centre régional d'oncologie de Laâyoune    Un projet de refonte du système de contrôle à l'importation des produits industriels    Arrivée au Maroc du Vice-Président de la République de l'Inde    CDS : un exercice sous le signe des relations Maroc-Espagne    Hamid Chabat en visite en Palestine : Intensifier le soutien à la lutte du peuple palestinien    17ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise des médailles    Docu-fiction de France 3 sur le Maroc : Prêche antimonarchique dans un désert de crédibilité    Brèves    Décès du fondateur de Canal +    Marrakech offre de grandes parties de rire    Marrakech du rire Michel Gohou: «J'ai eu une enfance rocambolesque!»    Mawazine    Le FUS à un pas du bonheur et de son premier sacre    Le Kawkab baisse les bras face au Fath    La France se prépare à une nouvelle semaine sociale agitée    News    Démission du négociateur en chef de l'opposition syrienne aux pourparlers de paix    Devoir ou délit d'ingérence, un péché d'indigence !    L'Université Mohammed V décerne le titre de Docteur honoris causa à Mohammad Hamid Ansari    Ouverture du premier Career Center du Maroc à Marrakech    Faire d'El Jadida un modèle en matière de protection de l'environnement    Une caravane médicale au profit des personnes démunies à Essaouira    Les fonctionnaires en grand débrayage    Forum économique germano-marocain à Tanger    BAM fait le point sur les régimes de change et la politique monétaire à Marrakech    Moulay Abdellah Alaoui : 2015, une année riche en consécrations pour les sports équestres au Maroc    Penser l'interprétation dans les sciences sociales    Saber Rebaï : Mawazine apporte une valeur ajoutée au paysage artistique arabe    X-Men et Alice en tête du box-office    Défilé de Miss cerisette en clôture du Festival des cerises de Sefrou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hjira remet de l'ordre dans le secteur du bâtiment
Publié dans L'Economiste le 09 - 04 - 2004


· Les pouvoirs des architectes renforcés
· La commission technique pour l'autorisation de construire prend aussi du poids
Nouveau pouvoir des architectes, code RPS 2000, pénalisation en cas de non-respect des normes de construction…. Le Conseil de Gouvernement devait examiner hier des textes sur l'habitat et l'urbanisme. A l'heure où nous mettions sous presse, aucune information n'avait encore filtré sur leur adoption. En tout cas, ces textes doivent être approuvés lors de l'un des prochains Conseils, vu l'urgence de la question et le coup de semonce royal.
L'ensemble des textes proposés par le département de Ahmed Toufiq Hjira(1), ministre délégué chargé de l'Habitat et de l'Urbanisme, visent une plus grande professionnalisation de l'acte de bâtir et une délimitation plus précise des responsabilités de chaque intervenant. Ainsi dans sa réforme, Hjira multiplie les garde-fous pour se conformer à l'esprit des hautes directives du Souverain qui recommandent une lutte plus ardue contre le laxisme et le laisser-aller dans le bâtiment. Deux niveaux du processus de construction sont particulièrement concernés: l'autorisation de construire et le suivi des constructions. Ainsi, l'autorisation de construire ne sera pas délivrée sans l'aval de la commission qui devra être composée de techniciens de l'Agence urbaine, de la préfecture ou la Wilaya, des régies d'eau et d'électricité et des sapeurs pompiers. Aujourd'hui, cette commission n'a qu'un rôle consultatif.
Pour le suivi des constructions, les architectes seront davantage responsabilisés. C'est d'ailleurs la grande nouveauté des amendements de Hjira qui propose de placer les architectes au centre de tout le dispositif de construction. Désormais, ils joueront le rôle de chef d'orchestre qui supervise tout le processus depuis le début jusqu'à la fin. Concrètement, il s'agira de réactiver le fameux cahier de chantier qui était jusque-là peu utilisé, sauf sur les projets publics. Celui-ci permet, en effet, un suivi plus précis par tous les professionnels de l'état d'avancement des travaux sur un chantier. D'ailleurs c'est sur la base de leur attestation que le permis d'habiter sera délivré ou non par la commune. La mesure vise ainsi à contrôler d'éventuelles fraudes ou infractions. Le texte de Hjira confie en outre le contrôle sur le chantier aux services de l'agence urbaine et de la préfecture.
Le règlement de construction parasismique, le RPS 2000, n'est pas en reste. Le département de l'Habitat et de l'Urbanisme, y consacre un large pan. Les normes de construction parasismiques sont entrées en vigueur en septembre 2002. Depuis, leur application piétine. C'est sans doute pour cela que des amendements sont proposés pour réactiver le code. Mais aussi pour tenir compte des leçons tirées du séisme d'El Hoceïma. Ces amendements introduisent notamment une application rigoureuse des lois fixant les règles de construction parasismiques. Il est aussi question d'en élargir le champ d'application pour inclure les différentes constructions que le RPS 2000 excluaient jusqu'alors. Il s'agit ainsi des constructions conçues selon les techniques locales (paille, terre, bois, palmier, roseaux) et des habitations d'un niveau et d'une superficie totale inférieure ou égale à 50 m2.
K.E.H.
--------------------------------------------------------------------
(1) Le ministre était l'invité mercredi dernier de l'émission diffusée sur 2M, “Li Koulli Annas”


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.