Enseignement supérieur    Le Masi se reprend    Tourisme/Vision 2020    L'unité et la coordination, mots d'ordre de la grève du 23 septembre    Driss Lachguar s'entretient avec Emmanuel Kolo    Amnesty remet une pétition contre la torture à Ramid et organise un sit- in devant le Parlement    "Lire pour grandir" lancée à Rabat    Un voyage inédit dans le monde fabuleux du 7ème art    Bouillons de culture    Les sociétaires du RGAM démarrent en trombe    Efforts pour réduire les disparités scolaires entre les milieux rural et urbain à Guelmim–Smara    "Mon Frère et son semblable"    L'université marocaine, cancre de la classe    Stage des Olympiques    Epilogue en toute beauté du National de tennis des jeunes    L'artisanat marocain s'invite à Istanbul    Divers    Irak : Les Etats-Unis ne veulent pas de coordination militaire avec l'Iran    La BCP doit détenir au moins 51% du capital de chaque B.P.R.    654 976 chèques rejetés, dont 57% pour défaut de provision    Smara: Une famille blessée dans l'explosion d'une mine    L'Observatoire pour la jeunesse et la politique pour bientôt    Maroc-OTAN: Une relation privilégiée de longue date    El Yazami : le Maroc a gagné depuis 12 ans le pari de l'administration neutre des élections    Une occasion de comprendre la maladie qui touche environ 2.000 Marocains chaque année    Larache : Grand succès du jubilé de Riahi ex international    RCA-FAR : Le miroir    La rentrée sociale sous haute tension    Soutien total à la grève nationale du 23 septembre contre les décisions gouvernementales arbitraires : Dénonciation des augmentations astronomiques des tarifs d'eau et d'électricité    Marrakech : Destruction des 226 kgs de cocaïne pure récemment saisis    Enseignement / Cours de soutien payants : Agissements blâmables...    Du 18 au 24 septembre à la galerie d'art de la CDG : De jeunes talents, porteurs de trisomie 21, exposent leurs oeuvres    Drame humain au large de Malte : Des centaines de migrants portés disparus    Epidémie du virus Ebola :La communauté internationale veut «rattraper le temps perdu»: Elévation du niveau de vigilance au Maroc    Raja-AS FAR, une finale avant terme    L'Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa inauguré les 19 et 20 septembre à Rabat    Culture : Le Souverain inaugure le théâtre « Lalla Aicha » àM'diq    Deux grosses pointures sauteront    Zaki - Bahoui: Entre principes et frustration    Maroc-Russie, les relations s'intensifient    Edito: Shakespeare et les orphelins    La RAM solidaire avec les pays africains    Cinéma : Ouarzazate capte 120 millions de dollars    Nab fait le buzz sur MFM    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc, banque de proximité et d'initiative    Attentat suicide des talibans à Kaboul    L'Otan veut empêcher la Russie et la Chine de se développer    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hjira remet de l'ordre dans le secteur du bâtiment
Publié dans L'Economiste le 09 - 04 - 2004


· Les pouvoirs des architectes renforcés
· La commission technique pour l'autorisation de construire prend aussi du poids
Nouveau pouvoir des architectes, code RPS 2000, pénalisation en cas de non-respect des normes de construction…. Le Conseil de Gouvernement devait examiner hier des textes sur l'habitat et l'urbanisme. A l'heure où nous mettions sous presse, aucune information n'avait encore filtré sur leur adoption. En tout cas, ces textes doivent être approuvés lors de l'un des prochains Conseils, vu l'urgence de la question et le coup de semonce royal.
L'ensemble des textes proposés par le département de Ahmed Toufiq Hjira(1), ministre délégué chargé de l'Habitat et de l'Urbanisme, visent une plus grande professionnalisation de l'acte de bâtir et une délimitation plus précise des responsabilités de chaque intervenant. Ainsi dans sa réforme, Hjira multiplie les garde-fous pour se conformer à l'esprit des hautes directives du Souverain qui recommandent une lutte plus ardue contre le laxisme et le laisser-aller dans le bâtiment. Deux niveaux du processus de construction sont particulièrement concernés: l'autorisation de construire et le suivi des constructions. Ainsi, l'autorisation de construire ne sera pas délivrée sans l'aval de la commission qui devra être composée de techniciens de l'Agence urbaine, de la préfecture ou la Wilaya, des régies d'eau et d'électricité et des sapeurs pompiers. Aujourd'hui, cette commission n'a qu'un rôle consultatif.
Pour le suivi des constructions, les architectes seront davantage responsabilisés. C'est d'ailleurs la grande nouveauté des amendements de Hjira qui propose de placer les architectes au centre de tout le dispositif de construction. Désormais, ils joueront le rôle de chef d'orchestre qui supervise tout le processus depuis le début jusqu'à la fin. Concrètement, il s'agira de réactiver le fameux cahier de chantier qui était jusque-là peu utilisé, sauf sur les projets publics. Celui-ci permet, en effet, un suivi plus précis par tous les professionnels de l'état d'avancement des travaux sur un chantier. D'ailleurs c'est sur la base de leur attestation que le permis d'habiter sera délivré ou non par la commune. La mesure vise ainsi à contrôler d'éventuelles fraudes ou infractions. Le texte de Hjira confie en outre le contrôle sur le chantier aux services de l'agence urbaine et de la préfecture.
Le règlement de construction parasismique, le RPS 2000, n'est pas en reste. Le département de l'Habitat et de l'Urbanisme, y consacre un large pan. Les normes de construction parasismiques sont entrées en vigueur en septembre 2002. Depuis, leur application piétine. C'est sans doute pour cela que des amendements sont proposés pour réactiver le code. Mais aussi pour tenir compte des leçons tirées du séisme d'El Hoceïma. Ces amendements introduisent notamment une application rigoureuse des lois fixant les règles de construction parasismiques. Il est aussi question d'en élargir le champ d'application pour inclure les différentes constructions que le RPS 2000 excluaient jusqu'alors. Il s'agit ainsi des constructions conçues selon les techniques locales (paille, terre, bois, palmier, roseaux) et des habitations d'un niveau et d'une superficie totale inférieure ou égale à 50 m2.
K.E.H.
--------------------------------------------------------------------
(1) Le ministre était l'invité mercredi dernier de l'émission diffusée sur 2M, “Li Koulli Annas”


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.