Sit-in à Rabat contre le projet de réforme des régimes de retraite    Accord agricole: Alem revient sur l'audience à la Cour de l'UE    Hausse de 3,2% du résultat net part de Maroc Telecom    La BAD et l'OCP s'engagent pour le développement agricole    Satisfaction du rendement en Bourse : Le marché divisé    Lutte contre le dopage : Le Maroc muscle sa loi    Label Pavillon bleu : Bouznika distinguée pour la 10e année consécutive    Tanjazz : Une édition glamour !    Ouverture des travaux du sommet de la Ligue arabe à Nouakchott    Une nouvelle fusillade fait 2 morts en Floride    Le monde porte un regard confus sur Trump    Hassad et Boussaid dénoncent des allégations visant le Wali de Rabat    8è championnat arabe de kick-boxing à Amman: Le Maroc s'adjuge 12 médailles, dont 10 en or    ENTRETIEN : «Il y a une grande attente du continent par rapport au retour du Maroc au sein de l'UA»    Préfecture de Larache: Extinction d'un incendie de forêt ayant ravagé environ 40 ha    Le FMI accorde une LPL de 3.4 milliards $ au Maroc    Le sosie de PSY bluffe le public au festival d'Oujda !    Kristen Nairn met le feu à Maison B    « De l'Atlas au chemin de Compostelle » Adam LOTFI    Les danses Guadra et Ahidous à l'honneur au festival africain en République Tchèque    Interprofession : La Comader dresse son bilan    Un réfugié syrien s'explose près d'un festival en Allemagne    Habitat clandestin : Les limites des moyens de lutte des autorités    Santé : Le Maroc a besoin de 6.000 médecins et 9.000 infirmiers    «La démarche du Maroc est d'un très grand intérêt pour l'Union Africaine»    Un centre de rééducation et de médecine physique à Marrakech    Nador : Des migrants illégaux incendient une forêt !    Murmure coupable    INNOV INVEST a été pensé de façon à offrir aux startups une solution de financement adaptée    La filiale tunisienne d'Attijariwafa bank établit un record    Zéro «grissage»*    Nantes : Vers un départ de Yassine Bammou    L'auteur de la fusillade de Munich est un forcené fasciné par Breivik et les tueries de masse    Hillary Clinton fait un choix de raison avec Tim Kaine en tant que colistier    News    Levée de boucliers des habitants de M'Haïriz contre le Polisario    DAR AL MAGHRIB LANCE LES JOURNEES DU MAROC AU CANADA 2016    Agir sans délai pour faire baisser la mortalité due à l'hépatite virale    Arrestation de plus de 256.000 personnes pour leur implication dans divers crimes    Firefox va bloquer l'accès à Flash dès le mois prochain    Driss Lachguar fustige le piètre bilan du gouvernement Benkirane    Le Lt-colonel Zacaria Boubouh remporte le championnat du Maroc de sauts d'obstacles    De Rome-1960 à Londres-2012, le périple olympique du sport marocain    Le nouveau président du Raja ne sait plus à quel saint se vouer Taoussi devrait être licencié pour faute professionnelle grave    Le LOSC refuse une offre de Watford pour Boufal Spécial    "Lamb" remporte le Grand prix "Ousmane Sembene" du FCAK    On sait pourquoi Idris Elba ne sera pas le nouveau James bond    L'Inde fait son Festival au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hjira remet de l'ordre dans le secteur du bâtiment
Publié dans L'Economiste le 09 - 04 - 2004


· Les pouvoirs des architectes renforcés
· La commission technique pour l'autorisation de construire prend aussi du poids
Nouveau pouvoir des architectes, code RPS 2000, pénalisation en cas de non-respect des normes de construction…. Le Conseil de Gouvernement devait examiner hier des textes sur l'habitat et l'urbanisme. A l'heure où nous mettions sous presse, aucune information n'avait encore filtré sur leur adoption. En tout cas, ces textes doivent être approuvés lors de l'un des prochains Conseils, vu l'urgence de la question et le coup de semonce royal.
L'ensemble des textes proposés par le département de Ahmed Toufiq Hjira(1), ministre délégué chargé de l'Habitat et de l'Urbanisme, visent une plus grande professionnalisation de l'acte de bâtir et une délimitation plus précise des responsabilités de chaque intervenant. Ainsi dans sa réforme, Hjira multiplie les garde-fous pour se conformer à l'esprit des hautes directives du Souverain qui recommandent une lutte plus ardue contre le laxisme et le laisser-aller dans le bâtiment. Deux niveaux du processus de construction sont particulièrement concernés: l'autorisation de construire et le suivi des constructions. Ainsi, l'autorisation de construire ne sera pas délivrée sans l'aval de la commission qui devra être composée de techniciens de l'Agence urbaine, de la préfecture ou la Wilaya, des régies d'eau et d'électricité et des sapeurs pompiers. Aujourd'hui, cette commission n'a qu'un rôle consultatif.
Pour le suivi des constructions, les architectes seront davantage responsabilisés. C'est d'ailleurs la grande nouveauté des amendements de Hjira qui propose de placer les architectes au centre de tout le dispositif de construction. Désormais, ils joueront le rôle de chef d'orchestre qui supervise tout le processus depuis le début jusqu'à la fin. Concrètement, il s'agira de réactiver le fameux cahier de chantier qui était jusque-là peu utilisé, sauf sur les projets publics. Celui-ci permet, en effet, un suivi plus précis par tous les professionnels de l'état d'avancement des travaux sur un chantier. D'ailleurs c'est sur la base de leur attestation que le permis d'habiter sera délivré ou non par la commune. La mesure vise ainsi à contrôler d'éventuelles fraudes ou infractions. Le texte de Hjira confie en outre le contrôle sur le chantier aux services de l'agence urbaine et de la préfecture.
Le règlement de construction parasismique, le RPS 2000, n'est pas en reste. Le département de l'Habitat et de l'Urbanisme, y consacre un large pan. Les normes de construction parasismiques sont entrées en vigueur en septembre 2002. Depuis, leur application piétine. C'est sans doute pour cela que des amendements sont proposés pour réactiver le code. Mais aussi pour tenir compte des leçons tirées du séisme d'El Hoceïma. Ces amendements introduisent notamment une application rigoureuse des lois fixant les règles de construction parasismiques. Il est aussi question d'en élargir le champ d'application pour inclure les différentes constructions que le RPS 2000 excluaient jusqu'alors. Il s'agit ainsi des constructions conçues selon les techniques locales (paille, terre, bois, palmier, roseaux) et des habitations d'un niveau et d'une superficie totale inférieure ou égale à 50 m2.
K.E.H.
--------------------------------------------------------------------
(1) Le ministre était l'invité mercredi dernier de l'émission diffusée sur 2M, “Li Koulli Annas”


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.