Bill Gates : le monde doit se préparer à une pandémie globale    La DIDH et Edisoft remportent le Prix du stand le plus accessible aux PESH au SIEL 2017    Le temps s'annonce froid    M'hamed Boucetta n'est plus    Décès de M'hamed Boucetta: déclarations de Hassan Aourid    Abdou Diop : Maroc – Afrique, le Roi a fait le job    Réforme des retraites : l'arbre qui cache la forêt    Maroc-Ghana : 25 accords bilatéraux signés, le secteur financier en première ligne.    Le Salon international de la pharmacie «Officine Expo 2017» du 24 au 25 février à Marrakech    Lancement des «Jeudis de concertation de Salé»    2ème édition de Global Santé: L'assurance obligatoire des indépendants sur la bonne voie    Les détails de la stratégie de lutte contre la spoliation foncière    Arrestation de deux ressortissants étrangers soupçonnés de liens avec un réseau du crime organisé transnational    Accidents de la circulation : Un cataclysme qui appelle à une prévention durable    Canada: Soleil Des-Orphelins, l`événement à ne pas manquer    Cinq compagnies marocaines d'assurance à la FANAF    Le retour du Maroc à l'UA salué par les ambassadeurs vietnamien et hongrois à Rabat    Le nouveau job de Michelle Obama    Al Bab en Syrie pratiquement reprise à l'EI    News    Terrorisme : Le parcours d'Abou Youssef dans les rangs des djihadistes    Algérie: Neuf hommes armés tués par des militaires à Bouira    Joe Hart, Englishman in Torino    Ibrahimovic "zlatane" Saint-Etienne : La Roma en balade espagnole    Des matches retour a priori dans les cordes du FUS, de l'IRT et du MAS    Tour préliminaire: Coupes africaines : MAS, FUS et IRT proches de la qualification    Appui du PNUD à la stratégie nationale de lutte contre la corruption    Ça va plutôt cahin-caha : Une interprétation rigide des textes empêche un bon déroulement de la régularisation de la situation des étrangers en séjour irrégulier    Les ennuis de Johnny Hallyday avec le fisc    Dubaï teste le taxi-drone    L'occupation du domaine public se fait en toute impunité    L'école pour l'égalité de genre : Atelier d'échanges et de réseautage    Les premiers pas de mannequin de Noé Elmaleh    Beyoncé en furie contre sa sœur    Scarlett Johansson : La monogamie n'est pas naturelle    18è journée de la Botola Maroc Telecom D1: DHJ-OCS, un derby au goût de revanche    Lassana Diarra et l'OM, c'est officiellement fini    Messi prolonge son contrat avec Adidas    Loin de la compétition...    Mohand Laenser expose en France les atouts de la région Fès-Meknès    Casablanca : Un Nigérian devant le parquet    Terrorisme: 2 ans à 7 ans de prison ferme contre 26 personnes, dont un mineur    Pakistan: l'attaque d'un sanctuaire soufi fait 70 morts et plus de 150 blessés    Des centaines de migrants ont forcé la frontière à Ceuta    Dans son premier et nouveau livre: Taoufik El Ouadie creuse des souvenirs issus de l'histoire du Maroc    FICMT : Le cinéma chinois à l'honneur    Latifa Tayah raconte la vie des quartiers à forte population immigrée    Fouad Laroui président de la 18e édition du Festival national du film à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hjira remet de l'ordre dans le secteur du bâtiment
Publié dans L'Economiste le 09 - 04 - 2004


· Les pouvoirs des architectes renforcés
· La commission technique pour l'autorisation de construire prend aussi du poids
Nouveau pouvoir des architectes, code RPS 2000, pénalisation en cas de non-respect des normes de construction…. Le Conseil de Gouvernement devait examiner hier des textes sur l'habitat et l'urbanisme. A l'heure où nous mettions sous presse, aucune information n'avait encore filtré sur leur adoption. En tout cas, ces textes doivent être approuvés lors de l'un des prochains Conseils, vu l'urgence de la question et le coup de semonce royal.
L'ensemble des textes proposés par le département de Ahmed Toufiq Hjira(1), ministre délégué chargé de l'Habitat et de l'Urbanisme, visent une plus grande professionnalisation de l'acte de bâtir et une délimitation plus précise des responsabilités de chaque intervenant. Ainsi dans sa réforme, Hjira multiplie les garde-fous pour se conformer à l'esprit des hautes directives du Souverain qui recommandent une lutte plus ardue contre le laxisme et le laisser-aller dans le bâtiment. Deux niveaux du processus de construction sont particulièrement concernés: l'autorisation de construire et le suivi des constructions. Ainsi, l'autorisation de construire ne sera pas délivrée sans l'aval de la commission qui devra être composée de techniciens de l'Agence urbaine, de la préfecture ou la Wilaya, des régies d'eau et d'électricité et des sapeurs pompiers. Aujourd'hui, cette commission n'a qu'un rôle consultatif.
Pour le suivi des constructions, les architectes seront davantage responsabilisés. C'est d'ailleurs la grande nouveauté des amendements de Hjira qui propose de placer les architectes au centre de tout le dispositif de construction. Désormais, ils joueront le rôle de chef d'orchestre qui supervise tout le processus depuis le début jusqu'à la fin. Concrètement, il s'agira de réactiver le fameux cahier de chantier qui était jusque-là peu utilisé, sauf sur les projets publics. Celui-ci permet, en effet, un suivi plus précis par tous les professionnels de l'état d'avancement des travaux sur un chantier. D'ailleurs c'est sur la base de leur attestation que le permis d'habiter sera délivré ou non par la commune. La mesure vise ainsi à contrôler d'éventuelles fraudes ou infractions. Le texte de Hjira confie en outre le contrôle sur le chantier aux services de l'agence urbaine et de la préfecture.
Le règlement de construction parasismique, le RPS 2000, n'est pas en reste. Le département de l'Habitat et de l'Urbanisme, y consacre un large pan. Les normes de construction parasismiques sont entrées en vigueur en septembre 2002. Depuis, leur application piétine. C'est sans doute pour cela que des amendements sont proposés pour réactiver le code. Mais aussi pour tenir compte des leçons tirées du séisme d'El Hoceïma. Ces amendements introduisent notamment une application rigoureuse des lois fixant les règles de construction parasismiques. Il est aussi question d'en élargir le champ d'application pour inclure les différentes constructions que le RPS 2000 excluaient jusqu'alors. Il s'agit ainsi des constructions conçues selon les techniques locales (paille, terre, bois, palmier, roseaux) et des habitations d'un niveau et d'une superficie totale inférieure ou égale à 50 m2.
K.E.H.
--------------------------------------------------------------------
(1) Le ministre était l'invité mercredi dernier de l'émission diffusée sur 2M, “Li Koulli Annas”


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.