Index North Africa expose à Casablanca: 52 hôtels de luxe en 2020    Baccouche : L'intégration économique du Maghreb est une nécessité    Casablanca : Bientôt 760 caméras dans les carrefours    Investir intelligemment    Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve remplace Manuel Valls    Education : Les robotiques pédagogiques en concurrence    Concours international de piano SAR la Princesse Lalla Meryem : Une Marocaine au sommet    Retraite    Festival du film de Marrakech    La Jordanie refuse des journalistes maghrébines    Sensibilisation des opérateurs marocains aux enjeux et opportunités du marché halal    Sécurité et droits de l'Homme passés au crible à Laâyoune    Matteo Renzi démissionne après le rejet de sa réforme    L'Autriche dit non à l'extrême droite    News    Le MAEC reçoit l'ambassadeur russe à Rabat à la demande de ce dernier    Le scandale de pédophilie dans le football anglais s'amplifie    L'OCS se refait une santé à Marrakech    Divers sportifs    Balotelli, Higuain et Laudrup dans la nouvelle fournée des Football Leaks    Des passeports algériens délivrés aux dirigeants du Polisario    Succès mondial du concours Castor de jeune informaticien en herbe    Adoption de 38 projets structurants à Sefrou    2017, l'année de la fidélisation des donneurs de sang    Divers Economie    Le Maroc à la 49ème position en matière de facilitation du commerce    Réalité et fiction : Quel rapport ?    Festival du documentaire arabo-africain de Zagora    Le dernier Disney en avant-première au Festival international du film de Marrakech    FLM : peut-on organiser la Coupe du monde ?    SM le Roi écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en donnant un cap stratégique à l'Afrique    Le CSEFRS n'a jamais parlé d'annulation de la gratuité de l'enseignement    FIFA: la suspension de toute activité liée au football maintenue contre Blatter    Coup d'envoi du festival international «Digital Marrakech»    Les professionnels du cinéma et de la télévision de Hollywood visitent Ouarzazate    Festival International du Film de Marrakech : BMW remet ça    Italie: Renzi annonce sa démission après le rejet de son projet de réforme constitutionnelle    FRMA: trois athlètes suspendus de toute compétition suite à leur violation des règles anti dopage    Botola Maroc Télécom : L'ASS chute devant le MAS, l'USK monopolise la place de leader    Un policier use de son arme pour neutraliser un repris de justice à Salé    Terrorisme: Un élément dangereux partisan de Daech arrêté par le BCIJ    La Turquie va lancer son satellite d'observation Göktürk-1    Vinci : Quand le web malmène les géants mondiaux    3ème édition du Forum Crans Montana : Dakhla se prépare à accueillir les grands décideurs du monde    Parce que la jeunesse le vaut bien !    Tétouan : 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    BENI MELLAL: Les éléments de la sureté nationale à l'honneur.    Cérémonie de clôture d'un programme sur la "Sécurité et droits de l'Homme" à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hjira remet de l'ordre dans le secteur du bâtiment
Publié dans L'Economiste le 09 - 04 - 2004


· Les pouvoirs des architectes renforcés
· La commission technique pour l'autorisation de construire prend aussi du poids
Nouveau pouvoir des architectes, code RPS 2000, pénalisation en cas de non-respect des normes de construction…. Le Conseil de Gouvernement devait examiner hier des textes sur l'habitat et l'urbanisme. A l'heure où nous mettions sous presse, aucune information n'avait encore filtré sur leur adoption. En tout cas, ces textes doivent être approuvés lors de l'un des prochains Conseils, vu l'urgence de la question et le coup de semonce royal.
L'ensemble des textes proposés par le département de Ahmed Toufiq Hjira(1), ministre délégué chargé de l'Habitat et de l'Urbanisme, visent une plus grande professionnalisation de l'acte de bâtir et une délimitation plus précise des responsabilités de chaque intervenant. Ainsi dans sa réforme, Hjira multiplie les garde-fous pour se conformer à l'esprit des hautes directives du Souverain qui recommandent une lutte plus ardue contre le laxisme et le laisser-aller dans le bâtiment. Deux niveaux du processus de construction sont particulièrement concernés: l'autorisation de construire et le suivi des constructions. Ainsi, l'autorisation de construire ne sera pas délivrée sans l'aval de la commission qui devra être composée de techniciens de l'Agence urbaine, de la préfecture ou la Wilaya, des régies d'eau et d'électricité et des sapeurs pompiers. Aujourd'hui, cette commission n'a qu'un rôle consultatif.
Pour le suivi des constructions, les architectes seront davantage responsabilisés. C'est d'ailleurs la grande nouveauté des amendements de Hjira qui propose de placer les architectes au centre de tout le dispositif de construction. Désormais, ils joueront le rôle de chef d'orchestre qui supervise tout le processus depuis le début jusqu'à la fin. Concrètement, il s'agira de réactiver le fameux cahier de chantier qui était jusque-là peu utilisé, sauf sur les projets publics. Celui-ci permet, en effet, un suivi plus précis par tous les professionnels de l'état d'avancement des travaux sur un chantier. D'ailleurs c'est sur la base de leur attestation que le permis d'habiter sera délivré ou non par la commune. La mesure vise ainsi à contrôler d'éventuelles fraudes ou infractions. Le texte de Hjira confie en outre le contrôle sur le chantier aux services de l'agence urbaine et de la préfecture.
Le règlement de construction parasismique, le RPS 2000, n'est pas en reste. Le département de l'Habitat et de l'Urbanisme, y consacre un large pan. Les normes de construction parasismiques sont entrées en vigueur en septembre 2002. Depuis, leur application piétine. C'est sans doute pour cela que des amendements sont proposés pour réactiver le code. Mais aussi pour tenir compte des leçons tirées du séisme d'El Hoceïma. Ces amendements introduisent notamment une application rigoureuse des lois fixant les règles de construction parasismiques. Il est aussi question d'en élargir le champ d'application pour inclure les différentes constructions que le RPS 2000 excluaient jusqu'alors. Il s'agit ainsi des constructions conçues selon les techniques locales (paille, terre, bois, palmier, roseaux) et des habitations d'un niveau et d'une superficie totale inférieure ou égale à 50 m2.
K.E.H.
--------------------------------------------------------------------
(1) Le ministre était l'invité mercredi dernier de l'émission diffusée sur 2M, “Li Koulli Annas”


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.