Le Maroc compte 19 millions d'abonnés Internet    APM Terminals Tangier fait le bilan de ses 10 ans d'activité    Cash Plus cherche acquéreur    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de Abdelmjid Dolmy    Diapo. Minusca: qui étaient les trois Casques bleus marocains tombés cette semaine?    Mehdia : Arrestation d'un individu pour escroquerie et organisation d'immigration clandestine    Palestine : Le roi interpelle de l'instance onusienne    Diplomatie royale : Le Maroc renforce ses partenariats    Dolmy, l'Empire du milieu    Indépendance du Parquet : La loi votée dans les délais    Campagne de solidarité : Favoriser le travail plutôt que l'assistanat    Cinéma, musique, théâtres,... : Enfin une feuille de route pour la culture    PSG-Monaco : La fédération dédie la recette du match à la famille d'Abdelmajid Dolmy    Jeux de la Francophonie : Les Marocains dominent les courses de demi-fond    Prière sous haute tension à Al-Qods ce vendredi    Le dossier des Hydrocarbures risque d'embraser la majorité    Cité Mohammed VI Tanger Tech : Le foncier identifié    L'économie marocaine devrait enregistrer une croissance de 4,8% en 2017    Energie solaire : Le dernier cap est franchi    Revue du Web: Daly Hassan, la chanteuse que toute l'Egypte trouve "vulgaire"    PAM: une révolution se prépare dans le parti pour la prochaine rentrée    Régionalisation avancée : Un processus au service du développement    Benatiq : «La traite d'êtres humains est une forme d'esclavage moderne»    Les forces syriennes poursuivent leur percée dans l'est de Rakka    Vivo Energy Maroc et CNPAC sensibilisent à la sécurité routière    Le discours    Décés du légendaire Abdelmajid Dolmy    Un hacker britannique recherché par Interpol arrêté à Tanger    Le groupe Renault Maroc et l'Ittihad Tanger scellent leur coopération    Infos    L'hélicoptère, la solution anti-bouchons à Sao Paulo    Recevant l'ambassadeur de la Palestine à Rabat Habib El Malki : La question palestinienne est une cause centrale pour toutes les composantes du peuple marocain    Le président de la Chambre des représentants plaide pour la promotion de la culture de la paix parmi les générations futures    Stars les mieux payées : Ellen DeGeneres (77 M$)    Illustration d'élèves marocains lors des Olympiades internationales de mathématiques au Brésil    Les éléphants de mer sensibles au rythme et au ton des cris de leurs congénères    Financer la forestation en Afrique, nouvelle stratégie contre le réchauffement    Marilyn Monroe était atteinte d'une endométriose    WAC-FUS en prologue    Insolite : La moustache de Dali    L'application "Paint" de Microsoft bientôt abondonnée    Le Maroc écoute son "environnement"    Un nouveau festival dans la préfecture de Skhirate-Témara    Exposition «Face à Picasso» : Entrée gratuite du 27 au 31 juillet    Imad Kotbi en mode bonne humeur    Centrafrique : Deux nouveaux tués et un blessé dans les rangs des FAR    Droits d'auteur: le barème de taxation des ordinateurs et smartphones revu à la baisse    Ahmed Dahmani : Le retour des Marocains de Daech est dangereux à plusieurs titres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques
Les couleurs selon Krouni
Publié dans L'Economiste le 02 - 06 - 2008


· De l'expressionnisme au surréalisme
Expressionniste, surréaliste ou tout simplement artiste? Abdelkhalek Krouni ne saura pas répondre à cette question. Il se contentera de vous regarder et de sourire. Histoire de vous dire que c'est à vous de trouver la ou les réponses à votre question. A travers, bien sûr, ses toiles.
En fait, Abdelkhalek Krouni est de ces plasticiens qui vous diront qu'il ne privilégie pas une école à une autre, qu'il ne préfère pas une forme d'expression à une autre. Il se contente de se laisser guider par les touches de ses pinceaux pour traduire, interpréter ce qui lui passe par l'esprit. Cela peut être une belle femme, un jeune enfant à l'école coranique ou encore un fauconnier des Kouassems dans la région d'El Jadida.
Dès le premier pas dans son petit appartement aménagé en galerie d'exposition de ses créations, tout de suite l'on devine, l'on sent, l'on touche la fibre de l'artiste. Il y a de tout: quotidien de tous les jours, natures mortes, portraits et aussi des toiles surréalistes. Krouni dira à cette occasion et devant l'émerveillement manifesté en regardant ses toiles, qu'il se cherche encore, qu'il est en perpétuelle quête de cette perfection si chère aux artistes qui se respectent. Foisonnement de couleurs, vibrante et étincelante lumière dans les yeux de ses sujets, de ses modèles, riche amalgame de ces idées, ces regards qui vous passent par la tête en une fraction de seconde. Tellement vite que l'on n'en conserve que ce qui est beau, reposant et que l'on veut partager avec l'autre, avec les autres.
Pour l'artiste, la toile naît comme un bébé que l'on couve, que l'on protège, qu'on nourrit, qu'on voit grandir. Ultime phase pour le brandir au bout de ses bras et dire fièrement à ceux qui l'observent: «Regardez le beau bébé que j'ai fait». Abdelkhalek Krouni a déjà montré ses bébés au Maroc, bien sûr, mais aussi à l'étranger particulièrement en Arabie saoudite, en Tunisie, en Libye et dans les Emirats arabes unis. Ses toiles, surtout celles impressionnées de l'expressionnisme, ne comportent-elles pas suffisamment de couleur sable, allusion à la vaste nature de ces pays? Un grand plongeon dans les coutumes et les us, dans l'art de vivre, de monter à cheval ou encore d'une cérémonie de thé. Un voyage dans le dédale des couleurs, celles que nous connaissons, celles de tous les jours, mais aussi dans celles imaginées, travaillées et finalement inventées par l'artiste. Un savant mélange pour chaque toile, chaque situation, chaque expression. Tout au plaisir des yeux et du repos de l'esprit.
Des projets, Abdelkhalek Krouni n'en fait pas beaucoup. Il préfère regarder le temps et le décrire, le vivre et le sentir. A telle enseigne qu'il en devient (presque) le gardien. C'est peut-être pour cela qu'il tient à le perpétuer dans la mémoire à travers le regard que l'on jette sur ses toiles. Un passage de contemplation qu'il est difficile de contourner, de dépasser, d'éviter tant on y est invité par ces fonds de toile dont on a du mal à se détacher… Abdelkhalek Krouni est né un certain 11 novembre 1963 à Casablanca, mais l'artiste, lui, est né, de son imagination et de son imaginaire. Un véritable don du ciel pour le monde des arts au Maroc et pour les amateurs du beau, du totalement beau…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.