Naufrage: plus de 100 disparus au large de la Libye    Brèves Internationales    Macky Sall: «Il est temps de donner à l'Afrique la place qu'elle mérite»    Oujda: Deux recettes pour lutter contre l'abandon scolaire    Températures maximales pour la journée du 21 septembre 2017    Fusillade à Copenhague    Paris: vibrant hommage à Leïla Alaoui    Prix national de la presse: La compétition est ouverte    Kourkouni: L'artiste qui donne vie aux «blisters»    New-York – Intenses activités diplomatiques du Maroc à l'ONU    Europe : le Brexit risque de faire perdre 1,2 million emplois    Les détenus de Oukacha menacent d'entrer en grève de la faim    Décès de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, à 94 ans    Ankara, Téhéran et Bagdad envisagent des mesures de rétorsion contre Kurdistan    L'ONU présente son plan d'action pour redonner un avenir aux Libyens    Le FUS lorgne le dernier carré à Sfax    L'OCK s'offre le RCOZ et les quarts de finale de la Coupe du Trône    L'IRT et le HUSA surpris à domicile    Clôture du Forum Maroc-Gabon : Plusieurs milliards de dollars d'investissement annoncés    Habib El Malki : L'Afrique et le monde arabe peuvent devenir ensemble une puissance économique émergente    Les mutations du monde du travail dans les pays arabes au centre d'une conférence régionale à Casablanca    Deux ONG déplorent les exactions contre les défenseurs des droits humains à Tindouf    Risque d'extinction plus élevé pour les gros et petits animaux    Divers    Michael O'Leary dans la tourmente de Ryanair    Le monopole du secteur électrique épuise les Sud-Africains!    Insolite : Prier pour l'économie    Les meilleurs films de tous les temps    Gad El Maleh boucle sa première tournée en Australie    Le Marocain Miloud Guiderk remporte le Prix d'honneur du Conseil de la culture norvégienne    La transition énergétique participative en conférence-débat    Dialogue social : Yatim optimiste, les syndicats nettement moins…    Le Oppo F3 aux couleurs du Club catalan FC Barcelone    L'boulevard s'associe à Casablanca Events et Animation    Maroc - Gabon : Qui mettre à gauche ? Spécial    Rencontre gouvernement-syndicats    Salon du cheval : Un programme riche et varié    Groupe Attijariwafa bank : Un 1er bilan encourageant pour la nouvelle filiale en Egypte    Gad Elmaleh boucle sa première tournée en Australie    Coupe du Trône: le choc Raja-FUS aura lieu ce mardi    Le français Derichebourg avance ses pions au Maroc    Contrôle fiscal : La vérification à l'amiable enfin formalisée    Pêche: des investissements et des emplois    New York: le Maroc reconduit à la tête du Forum mondial de lutte contre le terrorisme    Le Real Madrid s'incline à domicile face au Betis Séville (0-1)    Boulemane: ancien dirigeant d'une agence commerciale, il est arrêté pour avoir détourné 3 millions de DH    Maroc-Guinée : Nabil Benabdellah fait le suivi des projets communs    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques
Les couleurs selon Krouni
Publié dans L'Economiste le 02 - 06 - 2008


· De l'expressionnisme au surréalisme
Expressionniste, surréaliste ou tout simplement artiste? Abdelkhalek Krouni ne saura pas répondre à cette question. Il se contentera de vous regarder et de sourire. Histoire de vous dire que c'est à vous de trouver la ou les réponses à votre question. A travers, bien sûr, ses toiles.
En fait, Abdelkhalek Krouni est de ces plasticiens qui vous diront qu'il ne privilégie pas une école à une autre, qu'il ne préfère pas une forme d'expression à une autre. Il se contente de se laisser guider par les touches de ses pinceaux pour traduire, interpréter ce qui lui passe par l'esprit. Cela peut être une belle femme, un jeune enfant à l'école coranique ou encore un fauconnier des Kouassems dans la région d'El Jadida.
Dès le premier pas dans son petit appartement aménagé en galerie d'exposition de ses créations, tout de suite l'on devine, l'on sent, l'on touche la fibre de l'artiste. Il y a de tout: quotidien de tous les jours, natures mortes, portraits et aussi des toiles surréalistes. Krouni dira à cette occasion et devant l'émerveillement manifesté en regardant ses toiles, qu'il se cherche encore, qu'il est en perpétuelle quête de cette perfection si chère aux artistes qui se respectent. Foisonnement de couleurs, vibrante et étincelante lumière dans les yeux de ses sujets, de ses modèles, riche amalgame de ces idées, ces regards qui vous passent par la tête en une fraction de seconde. Tellement vite que l'on n'en conserve que ce qui est beau, reposant et que l'on veut partager avec l'autre, avec les autres.
Pour l'artiste, la toile naît comme un bébé que l'on couve, que l'on protège, qu'on nourrit, qu'on voit grandir. Ultime phase pour le brandir au bout de ses bras et dire fièrement à ceux qui l'observent: «Regardez le beau bébé que j'ai fait». Abdelkhalek Krouni a déjà montré ses bébés au Maroc, bien sûr, mais aussi à l'étranger particulièrement en Arabie saoudite, en Tunisie, en Libye et dans les Emirats arabes unis. Ses toiles, surtout celles impressionnées de l'expressionnisme, ne comportent-elles pas suffisamment de couleur sable, allusion à la vaste nature de ces pays? Un grand plongeon dans les coutumes et les us, dans l'art de vivre, de monter à cheval ou encore d'une cérémonie de thé. Un voyage dans le dédale des couleurs, celles que nous connaissons, celles de tous les jours, mais aussi dans celles imaginées, travaillées et finalement inventées par l'artiste. Un savant mélange pour chaque toile, chaque situation, chaque expression. Tout au plaisir des yeux et du repos de l'esprit.
Des projets, Abdelkhalek Krouni n'en fait pas beaucoup. Il préfère regarder le temps et le décrire, le vivre et le sentir. A telle enseigne qu'il en devient (presque) le gardien. C'est peut-être pour cela qu'il tient à le perpétuer dans la mémoire à travers le regard que l'on jette sur ses toiles. Un passage de contemplation qu'il est difficile de contourner, de dépasser, d'éviter tant on y est invité par ces fonds de toile dont on a du mal à se détacher… Abdelkhalek Krouni est né un certain 11 novembre 1963 à Casablanca, mais l'artiste, lui, est né, de son imagination et de son imaginaire. Un véritable don du ciel pour le monde des arts au Maroc et pour les amateurs du beau, du totalement beau…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.