La candidature de Zaki disparait !    Présidentielle algérienne : Bouteflika réélu sans surprise avec 81,53%        Hadji: « l'équipe nationale n'est pas prête»    Siam 2014, honneur à l'europe !    El Guerrouj: «Bale est extraordinaire»    KHALIL EL MESSAADI, "Mahjoubi Aherdane n'a été ni résistant ni fondateur du MP"    LA DOSE AMÈRE    Mise à jour de la 20ème journée de la botola pro1 FAR/RCA : 1-3 : Revoilà le Raja au podium !    Une équipe de la chaîne interdite de couvrir l'élection présidentielle algérienne : 2M dénonce vivement    Mahjoub El Haiba au Forum de la MAP : La réactivité du Maroc avec le système onusien des droits de l'Homme est un "choix stratégique"    Les Algériens élisent leur président, Bouteflika favori: Un moment de théâtralisation politique    Ukraine: Début des pourparlers quadripartite à Genève: Poutine brandit son droit d'utiliser l'armée    Moumni ou la défaite par K O des propagandistes : Des tocards et des brocards !    Jamal Debbouze à El Jadida : « La Cité Portugaise, un trésor mal exploité et valorisé », déclare l'humoriste marocain    Rencontre avec Maria Zaki autour de sa pièce de théâtre « Malgré la lumière du phare » : L'intelligence contre le formatage    8ème Forum national d'arts plastiques: Hommage à Abdellatif Zine, l'artiste qui libère celui qui regarde sa toile    Inauguration de projets sociaux à Tétouan : Forte impulsion Royale aux programmes de l'INDH    Sidi Kacem / INDH: Validation du plan d'actions 2014    Dans la tradition progressiste d'ouverture et de démocratie    Le Raja de Casablanca s'offre l'AS FAR    Mutualité : Le Maroc abritera l'observatoire africain    4e édition du festival de la nouvelle    Dernière chance                    La BCP pour le rapprochement université-entreprise    Royal Air Maroc promeut les valeurs universelles des droits de l'Homme    Tevez: "Avec Messi on s'entend bien"    Divers sportifs    Une lâcheté marocaine par ( Jamal Berraoui )    Les experts du climat appellent à des mesures d'urgence    Bouillons de culture    Nouvelle édition du Festival méditerranéen du livre    "Le sac de farine" de Kadija Leclere dans les salles    Les joueurs de City, les mieux payés au monde    Le Maroc, un pionnier des assurances dans la zone Mena    Le don d'une nonagénaire    Les mariages de stars à venir    Les vacances de printemps entre détente et travail    Régionalisation oubliée ?    Salon du Livre et de la Presse Jeunesse à El Jadida    Ukraine: Négociations ouvertes dans un climat tendu!    Tétouan/Fnideq    Faux certificats médicaux: Fin de l'impunité?    Assises nationales sur la protection de l'enfance : Le partenariat et le partage des responsabilités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.