Consommation : Les prix ne bougent pas    Patrimoine/Casablanca    De nouveaux raids sur Gaza    Brèves    Marrakech: Un festival démocratise l'art contemporain    Coupe de la CAF: Le FUS termine premier    INTERTEXTILE : Le textile de Maison marocain fait salon à Shanghai    Détenus ou portés disparus dans l'indifférence générale    L'exécutif turc divisé quant aux auteurs de l'attentat de Gaziantep    News    Washington prévient Damas de rester à l'écart des forces de la coalition    Dépréciation de Livre Sterling : Une arme à double tranchant    De l'action humanitaire à la recherche académique    Insolite : Geste olympique    La liste hétéroclite de Hervé Renard : Une présence remarquée des joueurs locaux    Ce qu'a coûté El Yamiq au Raja    Reportage : Les Subsahariens de Madrid entre tolérance contrôlée et marginalisation    Les dromadaires côtoient les estivants sur la plage d'Essaouira    Arrestation à Ouled Teima de deux individus impliqués dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort    «Cycling for KIDney Heroes» tend vers sa fin à Marrakech    L'Intérieur interdit les sondages d'opinion à caractère politique    High-tech : Meizu Pro 7, simple copie ou véritable concurrent du Samsung Galaxy Note 7 ?    Bio des stars : Eminem, the Slim Shady    La vie d'Amy Winehouse de retour dans les salles marocaines    La Place des Nations unies à Casablanca vibre aux rythmes du jazz    Trois morts suite à un effondrement d'un mur à Marrakech    L'aéroport Mohammed V est en tête du trafic aérien    France : Wauquiez remplace Sarkozy à la tête des Républicains    La vocation africaine du Maroc et ses déceptions maghrébines : Le train pour l'Afrique sifflera trois fois*    Pour agression physique contre une personne dans une mosquée : Un individu manifestant des signes de troubles mentaux arrêté à Casablanca    Les fantômes de nos filles violées hantent nos écoles    Festival des Marocains du monde à Imilchil : Ecologie, culture et développement local    Participation marocaine aux JO de Rio : Ca...ta...stro...phi...que !    Bill Gates accroît sa richesse    53ème anniversaire du Souverain : SM le Roi préside une réception à Tanger    Code pénal : Les amendements bouclés    Fête de la Jeunesse : Des shows aériens époustouflants à M'diq-Martil    Larache célèbre l'art du gnaoua : Ensemble pour la préservation de notre patrimoine authentique    Libye : Le parlement refuse la confiance au gouvernement    Clôture en apothéose du festival Voix de Femmes    Les sondages interdits à l'approche des législatives    Le père de Ryan Mmaee surpris par la convocation de Renard    Dialogue social : L'OCP signe la nouvelle charte sociale    Pétitions : Les nouvelles règles deviennent applicables    RIO 2016: Makhloufi fustige les autorités algériennes    Des cinéastes en herbe à Ouarzazate    Nawal El Moutawakel : Une reconnaissance internationale méritée    High-tech : Ces nouvelles batteries vont doubler l'autonomie de votre smartphone    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.