Statut de l'artiste : La loi adoptée    Comptes spéciaux : Plus de transparence dans le PLF 2017    Le locatif peut-il relancer le secteur de l'immobilier ?    Importation des déchets : quel régime juridique ?    Meknès : Des étudiants écopent de peines de 2 à 6 ans de prison    Maroc Digital 2020 : Nouvelle tentative de connexion    Juridictions financières : La Cour des comptes renforce ses prérogatives    Code de la famille : Le bilan décennal dévoilé    Commando de choc    Rachida Dati : Allô l'Europe, ici le Maroc    Ahmed Aboutaleb, maire de Rotterdam : «Il faut cesser de dire : Daesh ce n'est pas l'islam»    Marocains de fait, Espagnols de cœur    Les causes de la mauvaise gestion des entités publiques marocaines    Hausse du résultat net part du Groupe Maroc Telecom    L'iPhone 7 pourrait être commercialisé le 16 septembre    Omar Hilale : Le Conseil de sécurité satisfait du package conclu avec le Maroc au sujet de la MINURSO    Influencé par Bernie Sanders, le programme des démocrates marqué à gauche    Les représentants religieux demandent une sécurité renforcée des lieux français de culte    Sécurité : 52 individus placés en détention provisoire    Traité d'Amitié et de Coopération de l'ASEAN : Les ministres des AE de l'Asie du Sud-est approuvent l'adhésion du Maroc    Etats-Unis: Hilary Clinton, Première femme candidate à la Maison Blanche    Sommet arabe : Pour une participation «agissante» à la COP22    Plus de cent sportifs russes dopés ou supposés dopés déjà exclus des JO de Rio    Premier match et premier but pour Mehdi Benatia avec la Juventus    Au coin des transferts    Fair-play financier    Tibu forme 60 jeunes filles au basket    Après Al Ahly, retrouver le... Zamalek : 40 000 Wydadis ce soir à Rabat    En route pour Rio : Historique de la participation marocaine: Los Angeles 1984    Il rencontre ce soir le Wydad : Il était une fois Al Ahly, le National du Caire    Les universités marocaines et portugaises font le point de leur coopération    Divers    Arrestation à Fès de quatre personnes impliquées dans différents délits    Un éléphant derrière le décès d'une fille au Jardin zoologique de Rabat    Travail domestique: Les contours du projet de loi    El Hajeb : Démantèlement d'un réseau criminel spécialisé dans le vol qualifié    La DGAPR dément la grève de la faim de 60 détenus à la prison locale de Fès    Rabat: Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour arrêter un individu armé d'un couteau    Le Festival Jawhara célèbre le modernisme d'El Jadida    Le court métrage en fête à Azrou et Ifrane    Beyoncé en tête des nomination aux MTV Video Awards    De la musique, encore et encore!    Un cliché pour la planète....    David Bloch Gallery Marrakech    Festival Timizart: Coup d'envoi demain    Quand les Oudayas fêtent les arts et la culture    Les thèses séparatistes démontées devant la Cour de justice européenne    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.