BENI MELLAL: la rentrée scolaire 2016/2017    La police de Casablanca retrouve le bébé enlevé de l'hôpital Harouchi    Aéronautique: Boeing sort le grand jeu!    Inondations au Burkina : Le Maroc à la rescousse    Trump perd la 1re manche des débats présidentiels    Un Monde Fou    Taqa Morocco en petite forme    Atlanta ne traîne plus de risque Samir    Une nouvelle franchise de langues s'installe    Casablanca : Le bébé kidnappé retrouve les bras de ses parents    Législatives 2016 : Piqûre de rappel de la HACA pour les médias    Le Maroc détaille à Varsovie son expérience en matière de tolérance    30.000 demandeurs d'asile en Grèce doivent être répartis dans l'UE d'ici fin 2017    News    Réinvesti, Ali Bongo tourne la page des violences post-électorales    Les réformes engagées par le Royaume mises en avant à Washington    Le Real stoppé à Dortmund et la Juve cartonne à Zagreb    Modalité du tirage au sort de la CAN 2O17    Divers sportifs    Lancement du programme P-Tech au Maroc    BMCE Bank réalise d'excellentes performances    Le troisième Forum Maroc-USA pour le commerce et l'investissement à Seattle    Partenariat entre le CHU Hassan II et l'Hôpital universitaire tchèque de Motol    L'USFP œuvre pour en finir avec les entraves dressées devant les femmes    Vingt candidats issus de dix pays en finale de "Ma thèse en 180 secondes"    Lancement de la caravane scientifique d'astronomie "Space bus"    Norman Thavaud en spectacle à Casablanca    Fortes averses orageuses avec rafales de vent mercredi et jeudi dans plusieurs provinces    Province de Larache: un incendie de forêt maîtrisé    Lois organiques : Quid de la prochaine étape ?    Cérémonie d'investiture du président gabonais : Le chef du gouvernement représente SM le Roi    Conférence Internationale de la Fédération Internationale des Ingénieurs-Conseils : L'ingénierie face aux défis du changement climatique    L'Istiqlal exhorte à l'implication effective des jeunes dans l'effort de développement : La diplomatie au service de l'intégrité territoriale et du développement économique    Orchestre philharmonique du Maroc : Nouvelle série de concerts «Les religions à l'unisson» à Paris    Le tourbillon Norman s'abbat sur Casablanca    Quand Hicham Berrada interpelle les sens...    M.Jouahri : Brexit: La sortie de la Grande Bretagne de l'UE n'a pas eu un impact négatif sur le Maroc    Le Salon du Cheval d'El Jadida met en valeur le Cèdre du Moyen Atlas    Le poids du vote islamiste dans le scrutin du 7 Octobre    El Otmani, Ramid et Rabbah en embuscade    Décès de l'ancien président israélien Shimon Peres    Foot business : Naciri et Hassbane en colère    RMA Watanya devient RMA    Final éclectique pour Tanjazz    Deux vaccins expérimentaux anti-Zika efficaces chez des singes    Pas plus de six médecins pour 10.000 habitants    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : OCS-DHJ: 1-2 Arbitrage très contesté    Qualifications au Mondial 2018: changement de l'horaire du match Gabon-Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.