Une défaite «honorable»... !    Hassan Alfad à la rencontre de son public à Nador    Tunis: le Maroc fortement présent à la Marche contre le terrorisme    France: raz-de-marée de la droite aux élections départementales    Fès: une bonbonne de gaz tue un homme de plus 80ans et sa femme    Des investissements prévisionnels de plus de 4 MMDH dans les régions du Sud du Royaume    Rapport sur les inégalités régionales en matière de droits humains: Pas de région modèle au Maroc    La Jeunesse socialiste condamne le terrorisme et dénonce les viles tentatives algériennes    Elections, la commission de suivi fait le point    Le Maroc en guerre    L'UC renouvelle son bureau politique    Qui fait le trottoir ?    21 chefs d'Etat à Charm el-Cheikh: Sissi annonce la création d'une force militaire arabe conjointe    Imams branchés...    Le Reporter : 18 ans déjà !    Plantes aromatiques et médicinales : 550 millions de DH à l'export    Une clinique espagnole à Laayoune    SGS se renforce    Bientôt un Baccarat au Maroc    E-commerce: le Maroc classé 72e    Tunis enregistre plusieurs succès contre les jihadistes avant sa grande marche    Le scrutin au Nigeria entaché de problèmes techniques    News    Schizophrène, la majorité gouvernementale multiplie les contradictions    L'initiative législative populaire Une institution fictive en Espagne ?    Divers    Le ton monte entre Vivendi et le fonds américain PSAM    Rencontre d'orientation éducative à Tétouan    Divers    Les enfants des rues marocains squattent le port de Mellilia    Copinages hospitaliers    L'école Al Fadila souffle sa 70ème bougie    Une rencontre de bonne facture malgré la défaite du Onze national    Victoire des Atlas Lions sur les Ukrainiens d'Otamans    Les engagements internationaux du Maroc au centre d'une rencontre à Oujda    Projection à Oslo du film marocain "Adios Carmen"    Nabil Shuail s'invite à Mawazine
    Ouverture en beauté du 21ème Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan    Maroc-Uruguay ce samedi à Agadir, en attendant les locaux face au Burkina après le Congo    27 mars, journée mondiale du théâtre    Sous le signe de l'excellence et de l'amitié    L'école Founty au cœur de l'innovation    Ciné - Zoom/ En marge du 9ème festival de Handifilm : / Handicap et cinéma    Ciné - Star/ Réda Kateb : Le Maghreb crève l'écran    Arabie-Saoudite / Yémen: Poursuite de l'opération « Tempête de décisive »    Casablanca accueille les ténors du karaté mondial    Amical / Ce samedi à 19 h00, Maroc-Uruguay / Le moral de l'équipe nationale au beau fixe    Basket-ball / Nationale Une Première journée des Play-offs / Est-ce la rampe d'un bon niveau    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.