AGENDA : L'IMRI fait le bilan de l'OMC    Hôtellerie : Un palace marocain dans le classement de Conde Nast Traveller    Industrie de la peinture : Colorado réunit les professionnels du bâtiment    Ciment : Côte d'Ivoire : La cimenterie d'Anas Sefrioui double sa production    Nuit des philosophes    Le business dans l'art    Inondations: PJD et USFP veulent une commission d'enquête parlementaire    Nucléaire iranien: Tout n'est pas perdu    La guerre contre l'Etat islamique: Frapper d'abord au portefeuille!    Le CNDH au Club de L'Economiste    Tanger Med installe le 24 h/24 pour l'export    Messi dans la légende, Chelsea et Shakhtar en 8ème    Tennis: Federer et Hewitt vont inaugurer un nouveau format de match "révolutionnaire"    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    Convention pour le développement de la zone pilote à Conakry    L'UNTM au bord de la scission    Marrakech, capitale mondiale des droits humains    Visite officielle au Maroc du ministre espagnol de la Défense    Poursuivis pour séquestration, torture, corruption et abus de pouvoir : Rejet de la mise en liberté provisoire    Algérie : L'excédent commercial fond de trois-quarts en deux ans    Image de l'Islam en Occident : L'ère des raccourcis    L'OPM inaugure un nouveau cycle de concerts "commentés"    Touhami Ennadre : Ce que j'ai enduré en banlieue m'a renvoyé à mes racines et m'a permis de découvrir que je venais d'une culture millénaire    "Birdman" en tête des nominations aux Spirit Awards    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Divers sportifs    Divers    L'enfance au cœur d'une conférence internationale au Liban    L'artisanat féminin fait son show à Casablanca    Journée Nationale du Bénévolat au Maroc: Abdelrhni Bensaid, initiateur de la journée:La promotion des valeurs d'entraide et de partage nous motive    Suite aux intempéries survenues dans le sud du Royaume : L'Espagne offre son aide au Maroc    Le Brésil et l'Argentine éventuels sparring-partners pour le Onze national    Messi seul au sommet    Le WAC au petit trot : L'AS.FAR se fait peur    Report de la CAN: des sanctions seraient "dénuées de tout fondement"    Divers Economie    Bras de fer entre les importateurs et la douane à Guergarate    L'ANAPEC, partenaire des initiatives locales    Suite au dépôt d'un projet d'offre publique de retrait : Reconduction de la suspension des titres «CGI»    Droits    Manifestations aux Etats-Unis : « Pas de justice, pas de paix. »    Le mot pour rire: Les nouveaux commandements...    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    Des projets marocains choisis pour bénéficier des subventions du Fonds arabe pour la culture    Copa America 2015 : Argentine-Uruguay et Brésil-Colombie en têtes d'affiche    Ouverture du nouveau siège de l'ambassade du Canada au Maroc    À 20 ans, il invente un gel arrêtant les hémorragies    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.