Gouvernement ouvert: Ce qui reste à faire!    Palestine- Expertise marocaine pour la gestion de l'eau    Marrakech en force au Salon International du Tourisme de Madrid (FITUR-2015)    La régionalisation de l'offre sanitaire est une priorité    A Marrakech, une clinique pour "bien vieillir"    La 6e biennale de Marrakech se dévoile    Un touriste français retrouvé mort dans un appartement à Casablanca    Un F-16 grec s'écrase en Espagne: 10 morts, 13 blessés    La caravane de solidarité a réalisé les résultats escomptés à Zaouiet Ahansal.    La fraude sociale fait perdre 45 millions de dirhams à la CNSS    La CNDP va-t-elle finir par prendre le taureau par les cornes ?    Débat sur la parité en politique    Pour l'optimisation des politiques migratoires en Afrique    «American Sniper» déclenche des tensions islamophobes accrues aux Etats-Unis    Reconnaître les droits de propriété des pauvres dans les pays en développement    En 2016, 1% de la population détiendra plus de 50% des richesses    Divers Economie    Insolite : Le mausolée de Lénine aspergé d'eau bénite    Arrestation d'un Algérien soupçonné d'appartenance au groupe terroriste "Jund Al-Khilafa"    Une journée des visiteurs où le WAC et le KACM en ont pris leurs aises    Les hooligans ont sévi à Agadir    2015, Année internationale de la Lumière en l'honneur d'Ibn Al-Haytam    16 millions de vie pourraient être sauvées tous les ans grâce à la prévention    S.A.R la Princesse Lalla Meryem préside la rencontre pour la consolidation des mécanismes de protection des enfants    Domination kényane et éthiopienne au 26ème MIM    Bouillons de culture    L'humoriste Tikouta n'est plus    Les renouveaux du monde arabe à Paris    L'humoriste Tikouta n'est plus    Arabie saoudite : Ce qui attend le successeur du roi Abdallah    DHJ/RSB: 1-0 Les Jdidis s'imposent dans la douleur !    Aides alimentaires et couvertures distribués au profit des victimes        7 conventions et mémorandums d'entente: Attijariwafa bank s'engage avec la Côte d'Ivoire        Recensement des séquestrés de Tindouf: Rapport accablant de l'OLAF qui met l'Algérie et le Polisario face à leurs responsabilités    Assemblée constitutive de l'Alliance Nationale des Sportifs Istiqlaliens : Election à l'unanimité de Me Belmahi à la présidence    Marrakech: Riche programme pour les mélomanes    Ban ki-moon attentif aux préoccupations légitimes du Maroc, alors qu'Alger et le polisario sont pris la main dans le sac    Plaidoyer pour la réforme en matière de changes    Hooliganisme dans les stades : Plus de 30 personnes arrêtées à Agadir !    Festival international du théâtre de Tata : Hommage à Zhour Slimani    Streaming : ICFLIX produira six films marocains en 2015    MIM : Les athlètes marocains raflent la mise au Semi-marathon    En amical : Le Maroc affronte, fin mars, l'Uruguay de Suarez et Forlan    Visa Schengen : Une possibilité de recours en cas de refus du visa    Maroc-France-Algérie : L'insoutenable ménage à trois    DHJ/RSB: 1-0: Les Jdidis s' imposent dans la douleur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.