Commerce : La croissance du commerce mondial à la peine    Lois organiques : l'échéance approche à grands pas    Franchise : Hicham El Guerrouj s'associe à Intersport    Chassez les fantômes !    La masse salariale publique en augmentation en 2015    Médicaments : bonne nouvelle pour les malades… risque pour les organismes de prévoyance    Réforme du code des assurances, l'offensive des intermédiaires continue    Algérie: Dangereuse escalade    Le Nigéria s'est débarrassé d'Ebola: aucun cas depuis 42 jours    SAR le Prince Moulay Rachid inaugure la 7ème du Salon du Cheval d'El Jadida    "Accueillir la CAN, c'est non et non, catégoriquement" (tweet du ministre sud-africain des Sports)    Budget 2015: Le lourd poids de la dette    Maha Haddioui a franchi le Cut à l'Open d'Afrique du Sud    Premier échec pour Valence    L'AS Rome à la rude épreuve bavaroise    Les ONG pointent du doigt la vacuité de l'évaluation du Plan gouvernemental de l'égalité    Pourquoi la mozzarella est le fromage parfait pour faire une pizza    Les accidents de la circulation font plusieurs morts    Benkirane lance le portail électronique du PJD pour défendre l'expérience du pouvoir    Marche à Rabat contre le retour aux années de plomb    News    Accords commerciaux maroco-qataris d'une valeur de 27,4 millions de dollars    Un secrétaire d'Etat belge à la haine raciale tenace    La décision néerlandaise d'annuler l'accord de sécurité sociale dénoncée par des ONG marocaines    Divers Economie    Les Marocains pour une administration dématérialisée    Le VIIème Art en représentation à Imouzzer Kander    Bensalem Himmich et Ahmed Madini candidats au prix Cheikh Zayed du livre    "La poule" remporte le Grand Prix du Festival du court-métrage    Vibrant hommage à l'actrice Zineb Smaiki    Liban: Beyrouth ferme ses frontières aux réfugiés syriens    Le «soutien financier et diplomatique» de l'Algérie au profit du polisario mis à nu    Journée mondiale du don d'organe et de la greffe: La transplantation rénale en pleine évolution à l'Hôpital Ibn Sina    Débat régional, à Meknès, pour la mise à niveau du système éducatif : Un rapport stratégique en vue    Séquestration par le polisario de Mahjouba Mohamed Hamdidaf: La société civile condamne et fait porter la responsabilité à Alger    Syrie: Bataille de rue à Kobané, rythmée par les frappes aériennes    Elite II – Cinquième journée: L'IRT, la JSM et le MCO se bousculent    Palestine : Heurts sur l'Esplanade des Mosquées: Abbas menace de saisir les instances pénales internationales    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Le bac international fait son entrée à Fès    Rhétorique des corps    Cyclisme : Le Maroc sacré à Annaba, Mehdi Choukri maillot jaune    Renversement d'un camion près de Meknès : 4 morts et 10 blessés    Maroc: Bac 2015 du 9 au 11 juin    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    Aujjar nommé nouvel ambassadeur à l'Office de l'ONU à Genève    La xénophobie en déclin en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.