Le Salon du cheval d'El Jadida fête ses dix ans    El Jadida: un policier tire deux balles pour arrêter un agresseur    Macky Sall: «Il est temps de donner à l'Afrique la place qu'elle mérite»    Naufrage: plus de 100 disparus au large de la Libye    Brèves Internationales    Oujda: Deux recettes pour lutter contre l'abandon scolaire    Températures maximales pour la journée du 21 septembre 2017    Paris: vibrant hommage à Leïla Alaoui    Prix national de la presse: La compétition est ouverte    Kourkouni: L'artiste qui donne vie aux «blisters»    Europe : le Brexit risque de faire perdre 1,2 million emplois    New-York – Intenses activités diplomatiques du Maroc à l'ONU    Les détenus de Oukacha menacent d'entrer en grève de la faim    Décès de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, à 94 ans    L'ONU présente son plan d'action pour redonner un avenir aux Libyens    Clôture du Forum Maroc-Gabon : Plusieurs milliards de dollars d'investissement annoncés    Le FUS lorgne le dernier carré à Sfax    L'OCK s'offre le RCOZ et les quarts de finale de la Coupe du Trône    L'IRT et le HUSA surpris à domicile    Habib El Malki : L'Afrique et le monde arabe peuvent devenir ensemble une puissance économique émergente    Les mutations du monde du travail dans les pays arabes au centre d'une conférence régionale à Casablanca    Deux ONG déplorent les exactions contre les défenseurs des droits humains à Tindouf    Michael O'Leary dans la tourmente de Ryanair    Risque d'extinction plus élevé pour les gros et petits animaux    Divers    Le monopole du secteur électrique épuise les Sud-Africains!    Insolite : Prier pour l'économie    Ankara, Téhéran et Bagdad envisagent des mesures de rétorsion contre Kurdistan    Les meilleurs films de tous les temps    Gad El Maleh boucle sa première tournée en Australie    Le Marocain Miloud Guiderk remporte le Prix d'honneur du Conseil de la culture norvégienne    La transition énergétique participative en conférence-débat    Dialogue social : Yatim optimiste, les syndicats nettement moins…    Le Oppo F3 aux couleurs du Club catalan FC Barcelone    L'boulevard s'associe à Casablanca Events et Animation    Rencontre gouvernement-syndicats    Salon du cheval : Un programme riche et varié    Groupe Attijariwafa bank : Un 1er bilan encourageant pour la nouvelle filiale en Egypte    Gad Elmaleh boucle sa première tournée en Australie    Coupe du Trône: le choc Raja-FUS aura lieu ce mardi    Le français Derichebourg avance ses pions au Maroc    Contrôle fiscal : La vérification à l'amiable enfin formalisée    Pêche: des investissements et des emplois    New York: le Maroc reconduit à la tête du Forum mondial de lutte contre le terrorisme    Le Real Madrid s'incline à domicile face au Betis Séville (0-1)    Boulemane: ancien dirigeant d'une agence commerciale, il est arrêté pour avoir détourné 3 millions de DH    Maroc-Guinée : Nabil Benabdellah fait le suivi des projets communs    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.