Macky Sall participera aux 8èmes Assises de l'agriculture de Meknès    Un jeune marocain parmi les vainqueurs du concours mondial du Coran    Ciné - zoom / Qu'est-ce qu'un critique de cinéma    ONU : Lutte contre l'extrémisme violent / L'expérience du Maroc mise en exergue devant le Conseil de Sécurité    Union européenne: Triplement du budget de patrouille en Méditerranée    Indonésie: Nouveau partenariat stratégique Asie-Afrique    Yémen: Reprise des raids aériens et maintien du blocus maritime    Un risque de dépressurisation à l'origine de la descente de l'avion à une altitude de 3 200 mètres    Entretien avec le philosophe Ali Benmakhlouf, directeur du Forum du Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde: : Le forum est un moment de réflexion et de méditation    Exposition Zine à Marrakech / Le temps du « Ressourcement »    Cuisant échec de la diplomatie algérienne à l'ONU    Pas de solution militaire à la tragédie en Méditerranée pour Ban Ki-moon    Pour un espace pharmaceutique sécurisé destiné à lutter contre les médicaments contrefaits ou de contrebande    L'EI revendique un attentat meurtrière à la frontière irako-jordanienne    News    L'étau se resserre sur les migrants irréguliers de Nador    Divers    Les Marocaines de condition modeste, premières victimes de l'avortement clandestin    Accès à des services publics de qualité en milieux rural et défavorisé    L'entrepreneuriat, un levier de développement pour l'Afrique    L'éducation à la citoyenneté passée au crible fin    Berrechid: Un médecin suspendu pour avoir exercé dans une clinique privée    Fitch prévoit une économie stable pour le Maroc en 2015    Campagne d'assainissement à Casablanca: En 24h, arrestation de 1.458 malfrats et retrait de 1.354 permis de conduire    «Jazz is black»    Un géant suisse débarque sur le marché de la fibre optique    Des matches barrages pour le titre mais aussi pour le maintien...    Prêts pour l'accueil du Grand Prix Lalla Meryem mais aussi pour le retour à Marrakech de l'autre GP Hassan II    Nador rythme au son du rire    Coopération universitaire / Signature d'un accord entre l'Université Agraire d'Etat de Saratov N.Valilov et l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II    Un membre des Forces Auxiliaires porté disparu    Plus de 62 % du temps d'intervention dans les bulletins d'information    Parlement européen: Flux migratoires : Nécessité de réduire les inégalités entre les deux continents    Le pont à haubans sur l'oued Bouregreg bientôt achevé    Un enfant africain meurt toutes les 30 secondes    Echos Gharbaouis    Ligue des champions / Barcelone-Bayern Munich et Juventus-Real Madrid en demi-finales    Initiative louable,l'organisation du concours de la nouvelle a porté ses fruits.    Le HUSA conteste la suspension de Sektioui    Report de la 28ème journée de l'Elite 1    César pourrait avoir souffert d'accidents vasculaires cérébraux    Le batteur d'AC/DC Phil Rudd plaide coupable de menaces de mort    Sandra Bullock désignée "Plus belle femme du monde" en 2015    Ben Affleck explique pourquoi il a caché ses origines    Un duo improbable entre Booba et Zaz    Les Marocains pourront bientôt présenter des pétitions aux pouvoirs publics    Automobile : Toyota reste le premier constructeur mondial    Trafic en tous genres : Un Marocain en possession d'un pistolet et de balles arrêté à l'aéroport Mohammed V    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.