Ernesto Valverde nommé entraîneur du FC Barcelone    BMCE Bank s'installe dans l'Atlantic Free Zone    Post-COP22 : Financement et rôle des territoires à l'ordre du jour    L'Arabie Saoudite investit dans l'IT    CIH : Les résultats trimestriels en légère baisse    Mélilia verrouille l'accès à son hôpital    Nuits de Ramadan : Une 11ème édition aux couleurs de l'exil et du métissage    Mohamed Alami à la Villa des arts de Casablanca    Poutine accueilli par Macron au Château de Versailles    Belgique : 3 lauréates présenteront le Maroc à «Ma thèse en 180s 2017»    Zenata : formation au profit de 50 femmes    « Où aller pour être loin » de Mamoun Lahbabi    Casa Tram condamne le blocage de ce lundi    Figuration    Dir Iddik : Une opération 5 sur 5    Fondation Zakoura : Une campagne pour des écoles préscolaires dans le rural    Al-Hoceima : Arrestation de 20 personnes    Zefzafi remis à la BNPJ à Casablanca    Le roi préside la première causerie religieuse du mois sacré    Victoire de Wydad Casablanca face à Kawkab Marrakech    Cosumar, Top Performer RSE d'après Vigeo Eiris    Gouvernement et Parlement veulent dépoussiérer les propositions de loi    Fin de cavale pour Nasser Zafzafi    AkzoNobel crée une nouvelle filiale marocaine    Opération Ramadan : 2,4 millions de bénéficiaires    SM le Roi inaugure à Rabat un centre d'accueil de jour des malades atteints d'Alzheimer    Inondations au Sri Lanka: Le bilan porté à 169 morts    Fès : SM le Roi préside la première causerie religieuse du mois sacré du Ramadan    Indice de compétitivité des talents : le Maroc parmi les derniers de la zone MENA    Beni Mellal: Arrestation de trafiquants de drogues    La Palme d'or est attribuée à...    L'Iran rafle le prix « Un certain regard » !    La CNDP audite 30 sites web exploités par des entreprises marocaines    Hassad accède au vœu de plus de 20.000 enseignants    Après la famine, la soif sévit dans les camps de Tindouf    Le Polisario réactive Aminatou Haidar à Laâyoune    Fakhir pris de court par Hasbane    Adoption des rapports et renouvellement des membres du bureau du comité directeur la FRMSE    Infos    Des écrivains réaffirment leur rôle d'"éveil et d'information"    Hamid El Hadri clôture les célébrations du mois d'amitié Maroc-Espagne    Liam Gallagher en concert à Manchester pour les victimes de l'attentat    Al Hoceïma : 20 personnes arrêtées    Al-Hoceima: 20 arrestations pour "atteinte à la sécurité de l'Etat"    « Ceux qui veulent voter pour Emmanuel Macron doivent voter pour moi »    Le Barça a un nouvel entraîneur    Nos meilleurs vœux    Botola Maroc Telecom D1 : Une dernière journée pour la forme !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.