HibaPress.com lance une campagne de petitions pour restaurer sa page officielle sur Facebook    Attijariwafa bank fait le plein    Il fait l'actu : Abderrafie Zouiten, directeur général de l'ONMT    L'Espagnole CaixaBank lance son Cercle    Une importante délégation marocaine à Strasbourg    La question féminine au cœur des valeurs de la social-démocratie    Maghrebail affiche des réalisations en nette amélioration    Le taux de remplissage des grands barrages atteint 57,6%    Hausse de 4,9% des réserves internationales du Maroc    L'infernal duo inégalités-violence en Afrique du Sud    Ahmed Kathrada Héros discret de la lutte contre l'apartheid    L'UE, l'ONU et l'UA préoccupées par les violences en RDC    Ascension du Kilimandjaro par cinq marocaines pour planter le drapeau marocain    Au-delà des stades, le sport à l'assaut des fans, où qu'ils soient    Ronaldo mieux payé que Messi    Ceci intéresse le Onze national : La Côte d'Ivoire accrochée par le Sénégal    Les anti-ceinture de sécurité sévissent en toute impunité    Divers    L'assassinat de Merdas ne revêt pas de caractère politique    Le film marocain s'exporte en Turquie    Manuscrits rares et inédits illustrant les splendeurs de l'écriture au Maroc exposé à l'IMA    La Marocaine Fatima Sarsari présente ses livres pour enfants à Lisbonne    Alfa Roméo Stelvio : Un SUV sportif et séduisant    Mondelez Maroc réaménage 10 cantines dans les écoles rurales    Inwi lance le Roaming B2B au prix du national    Al Hoceima : le ministre de l'Intérieur appelle à mobilisation de tous pour le développement locale    La Fifa suspend Lionel Messi pour quatre matches    Une contrebandière tuée par un mouvement de foule : une ONG espagnole réclame une enquête    Boukhari à la Palette de l'Art    Le Salon des universités espagnoles à Casablanca et Tanger    Interview avec Rachid Allali, animateur de Rachid Show et Fort Boyard    L'équipe nationale affronte ce soir la Tunisie à Marrakech: Hervé Renard convoque Banoun, Lagrou, Hafidi et Hamoudan    Trophée de golf Transport & Logistique : Beau palmarès !    8ème Sommet arabe à Amman    Assassinat du député Merdas    Rwanda : La croissance se maintient    Mawazine : Najwa Karam, Demi Lovato et les autres    Vidéo : les derniers préparatifs avant l'ouverture du complexe Mohamed V    Répartition des portefeuilles : Les partis retiennent leur souffle    Vidéo : Arrivée au Maroc du président de la CAF pour sa première visite officielle après sa nomination    Canada : Le gouvernement projette de légaliser le marijuana    Azilal : Des juges autorisent le mariage des mineures pour éviter le recours à « la Fatiha »    Les catastrophes dans le monde ont coûté 175 MM de dollars en 2016    Vidéo : Arrestation de quatorze individus suite aux incidents d'Al Houceima    Message de SM le Roi à l'Emir du Qatar    Province d'Al-Hoceima    16ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde    Les Amitiés franco-marocaines de la région d'Armentières : Un exemple d'échanges fructueux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.