Beckenbauer : " Benatia est un plus pour n'importe quel club "    Discours royal, l'économie marocaine ne peut pas lâcher prise    BENI MELLAL Pour le développement régional    BENI MELLAL : Consécration    Chamakh, toujours sans coach ?    O. El Kaddouri:«Jouer le plus de matchs possible»    Il fait l'actu : Najib Boulif    Festival National de l'Art de la Ayta : Y'a de la joie !    Agenda / Gestion déléguée et nouvelles dispositions de facturation : Conférence de presse de la Lydec le 27 août    61ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple : SM le Roi prononce un discours à forte connotation économique    Maroc – Palestine : Une délégation du PPS se rendra à Ramallah    Fête de la Jeunesse : Grâce royale au profit de 310 condamnés    Solidarité avec le peuple palestinien : 130 tonnes d'aides humanitaires acheminées    Agroalimentaire : 190 exposants attendus aux Salon CFIA Maroc    Tourisme : Une hausse de 4,80% pour Agadir    Discours du 20 août: Maturité du modèle de développement marocain    Tempêtes orageuses: Deux morts et plusieurs douars isolés à Taroudant    La résistance continue de bombarder les colonies sionistes    Obama appelle les Irakiens à s'unir contre les jihadistes    Coup dur pour Schweinsteiger !    Transfert : Rojo rejoint Manchester United    Violences contre les migrants subsahariens: Il faut s'attaquer aux marchands de sommeil    Youssef Maaroufi : Un rêve qui tient sur deux-roues    Les cadres et employés des Agences de développement dénoncent les décisions irresponsables de Benkirane    Les fonds alloués par la Fondation Mohammed VI des champions sportifs    Lancement de la IVème phase de formation des participants au RGPH    Un quart des ménages américains en stress économique    Plusieurs projets sociaux voient le jour à Dakhla    La démocratie africaine est-elle au bout du canon ?    News    ONG et loi antiterroriste aggravent les pénuries alimentaires en Somalie    L‘heure de la rentrée a sonné pour les sélections nationales    Le premier acte de la Supercoupe d'Espagne accouche d'un nul    Divers    Nouvelles appréciées de la littérature arabe Fouzia Lbakr : Le collier en or    Divers    Théocratie populiste L'alternance, une transition démocratique?    La jeunesse marocaine a une place de choix dans les politiques publiques    Clôture en beauté du Festival de l'humour à Safi    Les femmes à l'honneur à Tétouan    Les arts populaires s'invitent à Marrakech    On est loin du compte ! par ( Jamal Berraoui )    61è anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple : Grâce royale de 292 personnes    Le Festival Voix de Femmes de Tétouan : Une 7ème édition dédiée à la méditerranée    Il fait l'actu : Samih al-Qasssim    Casablanca : Nouvelle saisie de comprimés psychotropes    Forum mondial des Droits de l'Homme : Marrakech abritera la 2ème édition en novembre    Tahar Ben Jelloun: Je ne serai jamais ministre, parce que c'est un métier, et moi je ne suis pas compétent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.