Fête du Trône : Voici l'intégralité du discours royal    40MDH pour l'Ordre national des médecins    Interview: Younes Bnou Marzouk évoque son avenir et sa volte-face (vidéo)    Investissements : Des projets de grande envergure    Constitution : Il reste une année pour l'adoption de toutes les lois organiques    FIFA : Platini officiellement candidat à la présidence    Promotion de la destination Maroc: Regain de confiance des tour-opérateurs français    Promotion socio-économique : Dix ans de développement humain    Patients atteints de VIH-hépatite C : À quand une prise en charge totale ?    La sensibilisation au service de la mer    Le Souverain prononcera le discours à 13 h    Le ghota mondial au Maroc en 2016    Céramique : le japonais NGK arrive    Crédit Populaire du Maroc : C'est fait !    Les assises de l'industrie pour fin septembre    VŒUX : Spécial Fête du Trône    Le Maroc, leader dans le monde arabe en matière de réinsertion sociale    RCA: La clause peu commune du contrat de Mohamed Awal    CAN 2019: Crise oblige, le Cameroun demande une aide financiére à la Chine    Guerre mondiale au Moyen-Orient    Marrakech, capitale mondiale des statisticiens    Le Maroc, un hub des services, selon la CNUCED    Le solaire marocain brille de mille feux    247 génériques au Guide des médicaments remboursables    Xena Aouita chante pour le Maroc    Lazaar courtisé par Monaco et Séville    Divers    La publication d'un dessin de presse raciste fait polémique en France    Iran et Russie refusent toute menace    News    Un incendie dans une usine de meubles fait 25 morts au nord du Caire    Les chefs des institutions créancières arrivent en Grèce, dans un climat politique tendu    Hommage à Rabat aux élèves méritants de l'année scolaire 2014-2015    Accident de la route survenu au sud de Tan Tan    Divers    La conversation harmonieuse des rimes et des rythmes    «Shad Agza» de Mohamed Ramadan dans les salles obscures    Abdeslam Ahizoune, nouveau président de l'Association Maroc Cultures    Hila Benghazi-Club Africain et Raja-Ismaily en ouverture    «Contribution de l'Islam à l'avènement d'une paix mondiale durable»    La politique anticipative du Maroc a permis le démantèlement de 30 filières de recrutement de jihadistes depuis 2013    Association Maroc Cultures: Abdeslam Ahizoune aux commandes    La plus grande toile jamais réalisée au Maroc    Près de 300 jihadistes marocains tués depuis 2013    Volkswagen détrône Toyota    Une intégration africaine pour et par «nous»?    «Les enfants perdus de Casablanca»    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Hamid Chabat, le syndicaliste devenu politicien
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2009


· Il veut rempiler pour un 2e mandat à Fès
Fougueux, certes. Coléreux, non. C'est que l'on reconnaît à l'ouvrier, devenu très jeune, représentant des salariés, un sens inné de la répartie. Il a, dit-on, toujours le mot pour «démonter ses adversaires» tout en restant correct dans ses propos. Mais, Hamid Chabat n'est pas homme à se contenter du seul militantisme syndical. Il a d'autres ambitions, somme toute, légitimes. Il devient très vite membre actif du Comité exécutif de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM). La politique l'attire et le tente. Il gravit les échelles et siège désormais dans la citadelle du Bureau exécutif du Parti de l'Istiqlal.
Mais cela reste encore très peu pour le dynamique syndicaliste, arrêté et jeté en prison à plusieurs reprises. Il tente le coup et se fait élire président du Conseil de la ville de Fès. Une responsabilité et une ascension à la dimension des ambitions de Chabat. Très grandes donc. Il va réussir là où ses prédécesseurs ont échoué: donner à Fès un visage digne d'une capitale spirituelle. Cela lui a coûté des amitiés et fait apparaître des ennemis. PJD en tête. Lahcen Daoudi ne disait-il pas que son parti allait «déchabatiser» Fès? Mais cela n'a pas empêché Chabat et son parti de décrocher deux sièges à la Chambre des représentants au grand dam du PJD.
Chantiers, Cour des comptes et parti
Maîtrisant parfaitement ses dossiers et ses chantiers, le président du Conseil de la ville a su convaincre dernièrement la Cour des comptes qui avait relevé 149 «irrégularités». Il s'est expliqué une première fois et puis une deuxième jusqu'à ce que la Cour retirent toutes ses remarques.
Depuis le 31 janvier dernier, Hamid Chabat préside désormais aux destinées de l'UGTM. Une élection qui s'est déroulée, contrairement à ce que l'on s'attendait, sans heurts. Surtout après l'éviction le 4 décembre 2007 de l'ex-secrétaire général, Mohamed Benjeloun Al Andaloussi. Eviction dont a été «accusé», à tort ou à raison, Hamid Chabat. Ce dernier s'était défendu d'être derrière le «coup d'Etat» fomenté contre Al Andaloussi rappelant par la même occasion que c'est lui qui a été derrière l'élection, le 29 janvier 2006, de Benjeloun Al Andaloussi à la tête de la centrale syndicale. Après bien sûr la «déposition» d'Abderrazak Afilal.
A la tête de l'UGTM, Chabat veut faire de la centrale un syndicat modèle. Il a promis restructuration et réorganisation de l'organisation. Il veut aussi aller à la rencontre du patronat et remplir jusqu'au bout son rôle de syndicaliste vis-à-vis du gouvernement dirigé par Abbas El Fassi, lui-même secrétaire général du Parti de l'Istiqlal. A ce propos, Chabat ne prétendrait-il pas à ce poste que El Fassi ne pourra plus occuper dans quatre ans? Légitimement, il en a le droit. Seulement, il devra à ce moment abandonner celui de secrétaire général du syndicat! Le politique l'emportera-t-il sur le syndicaliste?
En attendant, Hamid Chabat ne cache pas qu'il compte rempiler pour un autre mandat à la tête du Conseil de la ville de Fès. Il affirme à qui veut l'entendre qu'il a commencé sa campagne électorale dès que les résultats du scrutin de septembre 2003 ont été proclamés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.