Les ambitions de Solar Reserve pour le Maroc    OMS: objectifs pour les maladies non-transmissibles hors de portée    40 millions d'esclaves modernes dans le monde    Le banc de la Liberté installé à Casablanca    Dakhla-Oued Ed-Dahab : nouveau contrat programme    Divers Economie    L'Arabie Saoudite perd de son attrait pour la main-d'œuvre marocaine    Aung San Suu Kyi se dit prête à organiser le retour des réfugiés Rohingyas    L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles    Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego    En Chine, dans le plus grand parc de ski en salle du monde    Coupe du Trône : Un match show à Tanger    Habib El Malki s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Monténégro    Des réalisations semestrielles au beau fixe de Taqa Morocco    Divers    Opération Marhaba 2017 : l'Espagne se félicite de l'étroite collaboration avec le Maroc    Hausse des arrivées touristiques au Maroc    Les meilleurs films de tous les temps    De l'or pour "SmartiLab" au Salon international de l'innovation en Inde    Les Britanniques sous le charme du caftan marocain    Trump : "Si on est obligé de détruire la Corée du Nord, nous le ferons"    Forum économique Maroc-Gabon : Des investisseurs marocains prêts à se rendre au Gabon    Crise politique : Où va le Togo ?    Ciment : Le volume consommé en baisse de 10,30%    Du nouveau chez le réalisateur : Abdeslam Kelai prépare un long métrage et une série télévisée    Le documentaire...un acte de résistance    Irma annonce le début d'une dynamique dangereuse dans l'Atlantique qui s'accentue avec le réchauffement climatique    La question Rohingya devant l'Assemblée Générale de l'O.N.U    Concours officiel de saut d'obstacles 3* de la Garde Royale    Le Maroc au service de la paix et de l'hydrodiplomatie mondiales    Wafasalaf veut lever 250 MDH    Angleterre: Permis de conduire suspendu deux ans pour Wayne Rooney    Le Kawkab de Marrakech prend le leadership    «TANJAzz» ou Tanger la Jazzy: Clap de fin en beauté!    Hassad : « La réforme de l'école est possible »    Ligue des champions. Ahly: Walid Azaro-Emad Meteeb, le choix de la discorde    Ligue des Champions. Wydad-Sundowns: les Rouges privés d'un joueur clé    PJD: Benkirane jettera-t-il l'éponge?    Bourita s'entretient à New York avec son homologue italien et le nouveau président gambien    Sahara : Baptême du feu pour Köhler    Madrid décide d'expulser l'ambassadeur de la Corée du Nord    SM le Roi Mohammed VI distingué par The Global Coalition for Hope    Représentation politique des femmes : La HACA fait le point avec les Africains    Le Roi Mohammed VI reçoit le Prix de la Coalition Mondiale pour l'Espoir    Ouverture du Forum des managers territoriaux et des instituts de formation au profit des collectivités territoriales en Afrique    Divers    Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH    Insolite : Des éléphants noctambules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moi Anan : Quand la mode et la cuisine font bon ménage
Publié dans Les ECO le 05 - 11 - 2016

Moi Anan est une marque qui a élu domicile à Fès, comme par évidence. Entre gastronomie et cuisine Anan Sorsutham propose un mixe entre la Thaïlande, son pays d'origine et le Maroc sa terre d'accueil, Découverte.
Quand la tradition thaïlandaise rencontre la sophistication fassie, cela donne forcément un mix subtil. «Anan Sorsutham joue de la tradition de l'élégance thaïlandaise pour l'ouvrir au vocabulaire formel de la mode occidentale, il mixe aisément les références. Moi Anan est un univers raffiné et original dont la richesse des tissus traditionnels se transforme grâce à des traitements inédits et s'actualise en des propositions très contemporaines», confie Philippe Laleu artiste et commissaire d'exposition qui soutient Anan depuis ses débuts, lorsque la marque est née à Bangkok en 2010 où le designer, Anan Sorsutham manageait le département mode du centre d'art international de l'Alliance française. Spécialisé dans le management touristique, il a fini par être rattrapé par sa passion.
C'est après une première invitation à la «Fez fashion day» qu'Anan est revenu régulièrement à Fès et en est tombé amoureux. La compagnie Moi Anan Thaïland a donc décidé de s'installer à Fès et de créer Moi and Anan Maroc Sarl. Anan cuisinait régulièrement pour ses amis dans la maison de Fès où ils adoraient sa cuisine, et sa passion le conduit à ouvrir un restaurant-boutique. C'est ainsi que La maison Moi Anan a vu le jour dans la médina de Fès. Très inspiré par sa culture traditionnelle thaïlandaise, et tenant absolument à utiliser dans ses collections, les soies de son pays (ou très bientôt) les cuirs de Fès, Anan reste profondément proche de la terre et en même temps très spirituel. Les matériaux «nobles» et l'artisanat sont sa nourriture, et cela s'applique aussi à sa cuisine, mélange de plantes, d'herbes et d'épices que nous cultivons à Fès ou que nous importons régulièrement. «C'est aussi en cela que Fès est une vraie source d'inspiration pour Anan», continue Philippe Laleu. Depuis Fès où l'artiste a trouvé «le meilleur tanneur du monde», Anan propose une série Pop Up Fashion and food prochainement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.