Samedi, premier jour du mois sacré de Ramadan au Maroc    Les agents d'assurance veulent une augmentation    Situation tendue à Al Hoceima    Au moins 28 morts dans une attaque contre des coptes en Egypte    Le Barça a un nouvel entraîneur    Cravata revient avec «Yal Bnate», une ambiance enflammée à la marocaine    Viandes rouges    Province d'Al Hoceima    Nos meilleurs vœux    Enfants pauvres    L'espace francophone formule sa feuille de route    La CNSS en faveur de la généralisation des e-services    Botola Maroc Telecom D1 : Une dernière journée pour la forme !    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste de quatre membres affiliée à Daesh    Guelmim : Le cinéma au service des droits de l'Homme    Agadir accueille le premier village «Copain du monde» au Maroc    Dell EMC Maroc milite pour un monde mieux connecté    12ème étape du «Village itinérant» : L'Office national du conseil agricole s'invite à Jerada    Egypte : Au moins 23 morts dans une attaque contre des coptes    SAR la Princesse Lalla Salma reçoit à Rabat la médaille d'or de l'OMS    Laftit rejette les allégations sur la militarisation d'Al Hoceima    Belgique : un groupe d'imams marocains pour officier aux prières et animer des conférences    Un magistrat à la Cour d'appel de Rabat pris en flagrant délit de corruption    Arbitrage commercial : L'OMC prête à accompagner le Maroc    Khémisset : Arrestation d'un individu ayant mis en danger la vie des citoyens en les menaçant avec un chien dangereux    L'opportunité saoudienne    Ramadan: La Garde Royale organise la distribution du « Ftour » au profit des familles nécessiteuses    Sidi Bennour : Un père de famille tue son épouse et tente de se donner la mort    En kiosque N° 1212 : LE PRINTEMPS D'AL HOCEIMA    Virée continentale ratée pour le Wydad et le Fath    Divers sportifs    News    L'armée responsable des violences au Venezuela    L'amélioration des performances du secteur tertiaire booste l'activité économique nationale    Mohamed Benabdelkader : Il faut lutter contre les pratiques qui entravent l'efficacité du service public    Rencontre à Hay Hassani pour renforcer la citoyenneté des aveugles au Maroc    Divers    Venir en aide aux réfugiés syriens : Une caravane de solidarité vers Figuig et Bni Ounif    La fréquence des inondations côtières pourrait doubler    Manchester United a tout gagné    "Rêves d'un village" en clôture des activités du club santé et environnement au collège de Boudenib    L'œuvre de Maria Kermadi, une impressionnante peinture géométrique    Quand les livres font leur cinéma    Rodin sauvé par Vincent Lindon    Tanger : Un incendie se déclare au souk populaire "Bir Chifa"    Manchester United remporte la Ligue Europa malgré la tristesse    Décès de l'acteur britannique Roger Moore, "James Bond"    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commercialisation : Comment valoriser les produits du terroir
Publié dans Les ECO le 18 - 04 - 2017

S'ouvrir sur les marchés, national et international, est le plus grand défi des produits du terroir dont le succès dépend d'une stratégie bien ficelée.
Qui dit produits du terroir, dit régions enclavées et reculées. Et des populations vivant dans une situation précaire. Ceci confère à ces produits une dimension sociale et solidaire très importante car du succès de ces produits dépend souvent le salut d'une partie de ces populations. Or, pour plusieurs raisons, le marché national n'est plus à même de contenir une production de plus en plus structurée et valorisée. Au Maroc et à l'étranger, la commercialisation des produits du terroir dépend de plusieurs éléments enchevêtrés et complexes. Le prix, la formation des membres des coopératives, l'accès aux foires et aux salons, les charges, les aléas climatiques, etc. Autant d'éléments qui influent sur la commercialisation. Il s'agit aussi de défis et d'obstacles que les coopératives tentent de relever autant que possible. Les mesures entreprises dans le cadre du Plan Maroc vert (PMV) tracées par la feuille de route de la stratégie du développement des produits du terroir ont été efficaces. Ainsi, le chemin parcouru par les coopératives pour une meilleure commercialisation de leur production est notable bien qu'un travail colossal reste encore à accomplir. En attestent les différents témoignages des membres des coopératives marocaines. À plusieurs occasions, ceux-ci évoquent la commercialisation comme étant la plus grande difficulté rencontrée dans leur activité.
Ouverture sur le marché
Au Maroc, les produits du terroir sont connus pour répondre à des normes de qualité en progression continue. Si cet élément, à double tranchant, permet de leur conférer une bonne image, il influe sur le prix et limite, de ce fait, leur expansion commerciale sur le territoire national. Il ne s'agit pas là du seul défi auquel les membres des coopératives font face. En effet, bien que l'organisation des salons du terroir ait connu une grande expansion, elle ne permet que le déclenchement d'un processus de commercialisation, qui s'interrompt parfois à cause du manque de suivi. Sans omettre l'apport très positif de la participation aux foires nationales, le nombre grandissant de coopératives et des GIE, en minimisent l'impact. Le même constat vaut pour les salons internationaux. En effet, la participation à ces salons est limitée à quelques représentants des différentes filières du terroir, ce qui reste logique, compte tenu des frais que cela engendre et les conditions d'accès mises en place par les organisateurs internationaux. En tout cas, la participation aux événements nationaux et internationaux est sans aucun doute un des piliers du développement de la filière. Quoique ses retombées positives soient indirectes.
Feuille de route et essor de la filière
La feuille de route définit les modalités de production pour toutes les filières du terroir. Des orientations générales ont ainsi été fixées afin de permettre à ces filières de s'épanouir et de se développer. Cela va de l'optimisation de la ressource en eau au caractère solidaire que doivent revêtir tous les projets œuvrant dans le domaine du terroir. Dans certains cas, le soutien qu'offre l'Etat va jusqu'à la mise en place d'infrastructures dédiées à la valorisation de certains produits. En effet, le ministère de l'Agriculture offre aux petits agriculteurs, organisés dans les coopératives, des unités de production de toute sorte et c'est dans ce même cadre qu'une bourse de safran a été mise en place dans la région de Taliouine pour rassembler les récoltes, maîtriser les prix et permettre aux agriculteurs de commercialiser leur production dans les meilleures conditions.
Le safran, exemple d'une filière atypique
La filière du safran est une filière particulière. Les conditions spécifiques de la culture de cette fleur, de sa récolte et de sa commercialisation sont connues pour être des plus difficiles. Cette réalité est d'autant plus exacerbée par la concurrence déloyale causée par l'importation illégale du safran iranien. Pour y remédier, le PMV lui a donné une grande importance et l'élan insufflé par la stratégie de développement de cette filière lui a permis de développer la surface cultivée qui est passé de 300 hectares avant la mise en œuvre du PMV à 2.300 hectares fin 2016. L'agrandissement des parcelles cultivées est devenu ainsi le premier souci des agriculteurs. Cela a permis, d'un côté, d'améliorer les revenus des agriculteurs et de limiter d'un autre côté le rôle très négatif des intermédiaires. En matière de commercialisation, le développement de la surface cultivée donne plus de valeur au travail d'agrégation des récoltes par les coopératives et les groupements d'intérêt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.