Abdeslam Ahizoune, Président du Directoire du Groupe Maroc Telecom    Jonathan Pershing : Le Maroc, un « leader » dans les énergies renouvelables    Fortes averses orageuses jeudi dans plusieurs régions du Maroc    Port Tanger Med: tentative de trafic de 244 kg de haschich destinés à l'Europe    Le leader du matériel médical au Maroc ouvre son capital à la CDG    Fibre optique: Maroc Telecom investit au Togo    Lions de l'Atlas: Le Maroc va affronter l'Albanie en amical Spécial    Ismail Aissati de retour en Turquie    Arrestation d'un informaticien pour son implication présumée dans l'apologie à Daech    En kiosque N° 1175 : UN ROI ZEN    Attaque terroriste perpétrée contre une église près de Rouen : L'Union des Mosquées de France condamne avec «la plus grande vigueur»    Le Maroc et le secrétariat de l'ONU sont parvenus à un accord au sujet de la MINURSO : Le Maroc félicité pour ses efforts par le Conseil de sécurité    Hommage au Roi    Les premiers Chars Abrams M1A1destinés aux FAR sont arrivés : Cérémonie de réception à Nouaceur    Banques : Pas de répit pour les fonds propres    Le programme royal pour la Fête du Trône    Pour arrêter un individu armé d'un couteau : Un policier contraint de faire usage de son arme de service à Rabat    Surcoût de certaines alternatives aux sacs en plastique : A «la charge des enseignes» commerciales    Moudawana : Grande contribution à l'amélioration des relations maritales    Festival Jawhara : Faudel au menu    Les PME face au défi de l'internationalisation    CAN 2017: La CAF satisfaite des travaux    Le Festival des plages de Maroc Telecom de retour    Le Maroc devient partenaire de l'ASEAN    L'union africaine : Mohammed V, le père fondateur    Al Omrane : 1.000 enfants de bidonvilles en colonie de vacances    Fès-Meknès se positionne en tant que locomotive de l'artisanat    Barack Obama dit son admiration pour Hillary Clinton, la mieux à assumer les responsabilités de la présidence    Comptes spéciaux : Plus de transparence dans le PLF 2017    Statut de l'artiste : La loi adoptée    Meknès : Des étudiants écopent de peines de 2 à 6 ans de prison    Code de la famille : Le bilan décennal dévoilé    News    Marocains de fait, Espagnols de cœur    Plus de cent sportifs russes dopés ou supposés dopés déjà exclus des JO de Rio    Premier match et premier but pour Mehdi Benatia avec la Juventus    Au coin des transferts    Les universités marocaines et portugaises font le point de leur coopération    Un éléphant derrière le décès d'une fille au Jardin zoologique de Rabat    Tibu forme 60 jeunes filles au basket    Influencé par Bernie Sanders, le programme des démocrates marqué à gauche    Le Festival Jawhara célèbre le modernisme d'El Jadida    Le court métrage en fête à Azrou et Ifrane    Beyoncé en tête des nomination aux MTV Video Awards    De la musique, encore et encore!    David Bloch Gallery Marrakech    Festival Timizart: Coup d'envoi demain    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.