Le roi Mohammed VI : « l'Afrique représente l'avenir qui commence aujourd'hui »    La Révolution du Roi et du Peuple : 64ème anniversaire    La voiture autonome ne cesse d'évoluer    Le groupe français Engie se délocalise au Maroc    TIC et développement de l'informel en Afrique    Médersas restaurées de Fès : Le programme de réhabilitation présenté au Souverain    Education : Un chantier de règne    Décès Abdelkebir Alaoui M'daghri, le défunt sera inhumé dimanche à Rabat    Mondial 2026: les villes américaines entrent en concurrence pour accueillir les matchs    Environnement : Un engagement de la première heure    Agadir : Et de deux pour la Caravane de promotion de l'investissement des MRE    La FIFA et le TAS sanctionnent le Raja    Meknès : Hausse de 13% des nuitées touristiques durant le 1er semestre 2017    ISTIQLAL: LES COULISSES DU «PUTSCH» CONTRE CHABAT    MAROC-ALLEMAGNE: QU'EN EST-IL DE L'ACCORD DE RAPATRIEMENT DES MIGRANTS?    ATTENTAT DE BARCELONE: LES CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI    TANGER, DESTINATION PRIVILEGIEE DES CHEFS D'ETAT    Roi, jeunesse et peuple : La révolution continue...    ATTENTAT DE BARCELONE: LE CONSEIL EUROPEEN DES OULEMAS MAROCAINS CONDAMNE DES «ACTES ABOMINABLES ET LÂCHES»    Activité aérienne : 1,96 million de passagers à fin juillet    METEO: JUSQU'À 47 DEGRES CE SAMEDI    All Africa Music Awards : Samira Said, Ahmed Soultan, Douzi en lice    Les manœuvres militaires américano-coréennes menacent d'exacerber les tensions    La présomption d'innocence bafouée par des médias marocains    La réalité virtuelle, un secteur fort prometteur    Mohamed Amsif débarque au Fath    Constant Omari : Il n'y aura pas de remise en cause du Cameroun comme pays organisateur de la CAN 2019    Divers sportifs    Le Groupe d'amitié parlementaire Australie-Maroc officiellement mis en place à Canberra    A trois ans des JO, Tokyo veut conjurer le spectre d'un méga-séisme    Le chemin de "l'école" en plein été à Témara    Divers    Les jeunes collés à leurs écrans pourraient sauver le Royaume-Uni    Britney Spears modifie son testament    Ibrahim Ferrer Le Maroc est un creuset où se mélangent les différentes cultures et civilisations    Participation du Maroc à la 13ème édition de la Foire du livre de Panama    Finlande : un mort et plusieurs blessées dans une attaque au couteau à Turku    Allemagne: Le Bayern donne le coup d'envoi de la Bundesliga    CHAN-Kenya 2018 : Le Maroc à un pas de la qualification    Triathlon : Nador abrite la première édition de la Coupe du Trône    Accidents de la circulation: 25 morts et 1.671 blessés en une semaine    Agadir: trois touristes légèrement blessés dans un accident de la circulation    Météo: le mercure affichera 48 degrés dans certaines régions    12ème Festival national d'Ayt Warayn à Taza    Des porcs génétiquement modifiés pour être donneurs d'organes    Hommage à Hamid Kharbouchi au Caire    Tom Cruis blessé lors d'une cascade de Mission Impossible 6    Abdelkrim Ghallab, l'un des piliers du mouvement national, n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.