Entretien : Les magasins solidaires dans le giron Ben Laden    Rapport de BAM/Microcrédit : L'activité repart à la hausse    Paix impossible, guerre improbable !    Hicham Mastour, le Messi marocain qui fait rêver les Italiens    PLF 2015 : Quelles orientations économiques pour le Maroc ?    Développement et promotion de l'Homme : Deux discours de la méthode    Europa League: El kaddouri propulse Torino en phase de poules    Bounou appelé en renfort!    Quelle offre culturelle    Programme des Lionceaux au Tournoi du Qatar    SM le Roi donne l'exemple    Multiplier les visites pour casser le carcan contre le peuple palestinien    Il fait l'actu : Ahmed Lahlimi    Visite de la délégation du PPS en Palestine    1 mort et 32 blessés dans un accident ferroviaire à Mohammedia    Transport ferroviaire : Quand l'ONCF déraille !    L'autoroute fermée pour tournage de film...    Sécurité, l'Espagne et le Maroc sur la même longueur d'ondes    Gaza, le Maroc débloque la 3e tranche des aides financières    Alitalia lance une liaison directe Rome-Marrakech à partir du 3 septembre    Terrorisme, transit, migration... : Le Maroc et l'Espagne coordonnent leurs actions    Un incendie de forêt dans la préfecture M'diq-Fnideq rapidement maîtrisé : Plus de peur que de mal    Nouveau clip : «Jani lghali» de Fatima Zahra Lahlou    La rentrée scolaire programmée le 11 septembre pour le secondaire    Gaza célèbre le cessez-le-feu    Le CESE prépare sa mue    Les dossiers chauds qui attendent Valls II    Equipe Nationale: Zaki dévoile la liste des 23 joueurs, retour de Chamakh et absence de Munir Haddadi    Tiznit: L'argent fait le bonheur de l'économie locale    Pour la première fois, la MAP publie ses photos    La gestion déléguée des services de propreté à Youssoufia patauge dans une gabegie innommable    La sélection des U20 en concentration à Maâmora    Divers sportifs    Le WAC décidément allergique aux Verts    Les sanctions contre Téhéran pourraient être levées    Les MRE de retour dans les pays d'accueil    La canicule change le quotidien des Marrakchis    Insolite    Soutenir l'Afrique, c'est aussi y être présent et le démontrer à ses peuples    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Présence remarquée de la Chabiba Ittihadia à La Valette    Le "Street Art" s'invite à Meknès    Bouillons de culture    Les guerres, la crise et Al Pacino à l'affiche du plus vieux Festival de cinéma au monde    7e édition du festival du théâtre arabe du 10 au 16 janvier    Hello Kitty n'est pas un chat...    Embrigadement de jihadistes pour rallier l'organisation terroriste «Etat islamique» : Neuf accusés devant les juges    Insolite : Séries patriotiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.