Un raid israélien sur Gaza fait sept blessés    Plan Maroc Vert : Une dimension africaine        Coronavirus : 272 personnes contaminées en Arabie saoudite, l'OMS s'inquiète    BENI MELLAL: Pour la réalisation d'une politique de proximité durable    BENI MELLAL: L'apothéose d'une mémoire historique indélébile    Le WAC se contente du nul contre le MAS    BENI MELLAL: Pour une politique de proximité    Amrabat s'explique sur son geste    Fettouhi sur le départ?    Ligue des champions : Real Madrid-Bayern Munich, l'efficacité a fait la différence    Omar Hilale, Ambassadeur du Maroc à l'ONU présente ses Lettres de Créance    Un magnifique programme de divertissements    Mémoire défaillante (2)    Objectif du Millénaire : Le Maroc primé en juin par la FAO    CEDEAO : L'expertise marocaine sollicitée                Des efforts considérables pour revaloriser l'attractivité de la ville    Convention-cadre de partenariat pour un programme de formation au profit de la direction de la météorologie nationale    Rabat attend de l'UE des solutions convenables    Les femmes soulaliyates exigent une loi garantissant leurs droits    Casablanca : Un trafiquant de cocaïne sous les verrous    Cigarette électronique, le ministère tire la sonnette d'alarme    Coupe de la CAF : le DHJ reçoit Al Ahly ce samedi Spécial    La Fête de la musique et du sport au COC    Essaouira, un bastion irréductible de la diversité de toutes les musiques    Le parcours et l'œuvre d'Edmond Amran El Maleh au cœur d'une rencontre culturelle        Sortie de crise ?    Laissez l'histoire aux historiens par ( Jamal Berraoui )    Un 1er Mai unitaire pour la FDT, la CDT et l'UMT    Un officier de police tué dans un nouvel attentat au Caire    Le Jeudi Média de l'INDH s'invite à Al Hoceima    De jeunes Marocains explorent l'agriculture et la biodiversité    Moins de meurtres dans le monde, l'Afrique et les Amériques les plus touchées    Match en retard : Le WAC et le MAS dos à dos    Adnan Januzaj à la disposition des Diables Rouges    La crise de la Chambre des députés dénouée    USA/Russie: Les tensions de plus en plus vives!    Abdelhak Benchikha : "La qualification se jouera à El Jadida"    «La langue, un savoir-faire»    Ouverture des 7ème assises nationales de l'agriculture    International : Tony Blair urges British intervention world against Islamic extremists around the world    Attijariwafa bank engagée envers l'art au Maroc    Insolite    Clôture de la 8ème édition d'Awaln'art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.