Attijariwafa bank: Mounir Oudghiri à la tête de la filiale sénégalaise    Les Marocains pourront bientôt présenter des pétitions aux pouvoirs publics    Sidi Kacem: Semaine nationale de la santé bucco dentaire : « Ensemble pour des dents saines »    Le MAT maintient la pression sur le WAC et l'OCK    «causeries religieuses»    Le Maroc ouvrira bientôt le plus grand pont d'Afrique    Salé: 20 personnes écrouées pour terrorisme    Un problème de communication    Mawazine: J. Lo va ouvrir le bal    Le discours politique se ridiculise...    Monnaie et crédit / Décélération de la progression des crédits à l'habitat et aux promoteurs    Tadla-Azilal / Installation du Conseil régional de l'environnement des affaires    Code pénal: Un forum proche du PJD propose la castration pour les pédophiles    Trust Re squatte le Maroc    Cadre de vie: Ce qui dérange les Marocains...    Grande soirée musicale andalouse en hommage à feu Haj Mohammed Benchekroune    Ligue des Champions-Europe / Tirage au sort ce matin (11h) / Qui contre Messi    Le charme du foot marocain    Les entreprises françaises en force au SIAM    Afghanistan / Les Talibans lancent aujourd'hui l'opération printanière « Azm »    Irak/Iran/ Signature d'un accord de surveillance des frontières    Automobile : Toyota reste le premier constructeur mondial    Promotion : Mission fructueuse pour les opérateurs du secteur du conseil et des services en Côte d'Ivoire    Basket-ball /Finale Coupe du Trône (2014-2015) (Agadir, du 24 au 26 avril 2015) / A la conquête de la 42ème édition    L'approche marocaine mérite d'être encouragée par l'Allemagne et l'Europe    Trafic en tous genres : Un Marocain en possession d'un pistolet et de balles arrêté à l'aéroport Mohammed V    La politique migratoire marocaine / «Nouveau modèle à suivre» par l'Europe    France/ Arrestation d'un Algérien qui projetait un attentat contre une église    SM le Roi a toujours plaidé pour une solution urgente, juste et définitive à la cause palestinienne    Maroc-Espagne : Lutte contre le terrorisme / La coopération avec Rabat «fondamentale» pour Madrid    Maroc-Tchéquie : Dialogue interculturel et interreligieux/ La défiance envers l'Islam due à la méconnaissance de la culture et de la religion musulmanes    60ème anniversaire de la conférence de Bandung à Djakarta    La corruption au Brésil a coûté 2 milliards de dollars à Petrobras    La vie du parti    Ould Salma appelle à l'organisation d'un recensement dans les camps de Tindouf    Les problématiques de l'immigration africaine au Maroc    La résistance aux antibiotiques d'une tribu inquiète les chercheurs    Entre l'homme et le chien, l'amour est dans le regard    Insolite : La gaffe d'une vétérinaire    Nouveaux raids aériens contre des rebelles au Yémen    Un dernier carré de rêve de la Ligue des champions    Le Raja pris en otage entre Boudrika et Romao    Divers sportifs    "Much Loved" de Nabil Ayouch à Cannes    Marrakech accueille la 9ème édition du Festival Awaln'art    Six superhéros s'unissent pour sauver le monde    Ahmed Soultan: Un nouvel album aux couleurs de l'Afrique    Tour du Sénégal : Rahil remporte la 1ère étape    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.