ESL-AP-Maroc livre des détails du passage du la COP21 à la COP22    Temara : Une dangereuse bande criminelle démantelée    Résidence: Offrir une évolution artistique pour deux groupes souiris    Bassin du Tensift: Le taux de remplissage global des barrages, « satisfaisant »    M. Benkirane examine avec une délégation de parlementaires latino-américains les moyens de renforcer les relations de partenariat    Le grand dramaturge Tayeb Saddiki n'est plus    Wac et Raja protestent contre la fermeture du stade Mohammed V    Laâyoune : SM le Roi lance les travaux de réalisation de la technopôle Foum El Oued    L'Algérie et le Polisario appelés à embrasser les vertus du Plan d'autonomie au Sahara    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    Sauver la République avant le coup de balai électoral    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    Au «plafond de verre», le PJD ajoute un rideau de fer    Une grosse mascarade domine l'entame du championnat national de basketball    Duels à distance entre les abonnés du haut du tableau    Le Mali en finale du CHAN    Courrier du Nord-Est    Basket-ball : Vers un énième report du championnat national !    Ski alpin : Corée du Sud / Dream Programme 2016 : Brillante prestation de trois skieurs marocains    Noor I : Et la lumière fut    News    Contrôle des maladies transmissibles et émergentes    Campagnes de sensibilisation à la prévention des accidents de la circulation    Grippe H1N1: Les précisions du ministère de la Santé    Visite Royale dans les provinces du Sud    Laâyoune : SM le Roi lance au site de Phosboucraa le projet de réalisation du complexe industriel intégré de production d'engrais    Giacomo Bufarini réalise la plus grande fresque d'Afrique du Nord à Essaouira    Omar Sy: Je suis une exception, je me sens seul    "Marocopédia", première encyclopédie solidaire du Maroc en ligne    Les jeunes jeûnent en orthographe    Casablanca Abdellah Lyamani expose La danse, une dynamique universelle    Politique de voisinage : Quinze experts marocains vont siéger dans des comités intergouvernementaux du Conseil de l'Europe    Communiqué du siège central du Parti de l'Istiqlal : Candidatures aux élections législatives du 7 octobre 2016    Par une panoplie de mesures sécuritaires, légales, techniques et préventives : L'Etat déclare la guerre au hooliganisme    Nizar Baraka met en avant à Washington le nouveau modèle de développement des provinces du sud: La régionalisation avancée, un vecteur efficient visant la promotion de la démocratie participative    Le Maroc partie à la conférence de Londres des donateurs pour la Syrie    Généralisation du titre de séjour pluriannuel pour les étudiants étrangers en France    Mouvement de mutations et d'affectations des délégués provinciaux du ministère de l'Education nationale    La mise en service de Noor I fait parler    L'ingéniosité humaine d'adaptation à l'épreuve des défis climatiques    Haro sur le froid glacial !    Hassan Baraka : Héros des temps modernes    «Une institution dotée d'un mode de gestion des plus modernes»    Une contribution marocaine de 10 millions de dollars pour la Syrie    Syndicats. Le dialogue social en question    Retrouvailles cordiales entre Benkirane et Elyas el Omari    Vive dénonciation de la politique répressive du Polisario    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.