Enseignement supérieur    Le Masi se reprend    Tourisme/Vision 2020    L'unité et la coordination, mots d'ordre de la grève du 23 septembre    Driss Lachguar s'entretient avec Emmanuel Kolo    Amnesty remet une pétition contre la torture à Ramid et organise un sit- in devant le Parlement    "Lire pour grandir" lancée à Rabat    Un voyage inédit dans le monde fabuleux du 7ème art    Bouillons de culture    Les sociétaires du RGAM démarrent en trombe    Efforts pour réduire les disparités scolaires entre les milieux rural et urbain à Guelmim–Smara    "Mon Frère et son semblable"    L'université marocaine, cancre de la classe    Stage des Olympiques    Epilogue en toute beauté du National de tennis des jeunes    L'artisanat marocain s'invite à Istanbul    Divers    Irak : Les Etats-Unis ne veulent pas de coordination militaire avec l'Iran    La BCP doit détenir au moins 51% du capital de chaque B.P.R.    654 976 chèques rejetés, dont 57% pour défaut de provision    Smara: Une famille blessée dans l'explosion d'une mine    L'Observatoire pour la jeunesse et la politique pour bientôt    Maroc-OTAN: Une relation privilégiée de longue date    El Yazami : le Maroc a gagné depuis 12 ans le pari de l'administration neutre des élections    Une occasion de comprendre la maladie qui touche environ 2.000 Marocains chaque année    Larache : Grand succès du jubilé de Riahi ex international    RCA-FAR : Le miroir    La rentrée sociale sous haute tension    Soutien total à la grève nationale du 23 septembre contre les décisions gouvernementales arbitraires : Dénonciation des augmentations astronomiques des tarifs d'eau et d'électricité    Marrakech : Destruction des 226 kgs de cocaïne pure récemment saisis    Enseignement / Cours de soutien payants : Agissements blâmables...    Du 18 au 24 septembre à la galerie d'art de la CDG : De jeunes talents, porteurs de trisomie 21, exposent leurs oeuvres    Drame humain au large de Malte : Des centaines de migrants portés disparus    Epidémie du virus Ebola :La communauté internationale veut «rattraper le temps perdu»: Elévation du niveau de vigilance au Maroc    Raja-AS FAR, une finale avant terme    L'Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa inauguré les 19 et 20 septembre à Rabat    Culture : Le Souverain inaugure le théâtre « Lalla Aicha » àM'diq    Deux grosses pointures sauteront    Zaki - Bahoui: Entre principes et frustration    Maroc-Russie, les relations s'intensifient    Edito: Shakespeare et les orphelins    La RAM solidaire avec les pays africains    Cinéma : Ouarzazate capte 120 millions de dollars    Nab fait le buzz sur MFM    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc, banque de proximité et d'initiative    Attentat suicide des talibans à Kaboul    L'Otan veut empêcher la Russie et la Chine de se développer    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.