Immobilier : Nouvel investissement émirati    OCP : L'Africa fertilizer complex séduit    4e édition du forum économique arabo-japonais    Arabie saoudite: Comment se passer du pétrole?    Bac 2016 : Les épreuves du régional avant celles du national    Accidents de la circulation    Derniers préparatifs pour les musiques sacrées    Finale de la Coupe d'Algérie : Incroyable, mais vrai !    Tennis : Au RUC : L'hymne à la jeunesse    Complexe Sportif Moulay Abdallah : Un patrimoine à préserver    Document : Le texte intégral du projet d'autonomie au Sahara    Settat : Saisie d'une importante quantité de marchandise de contrebande    Diffusion sur Internet de vidéos datant d'avant 2012 relatives à la prison Aïn-Sbaâ : La Délégation de l'administration pénitentiaire "dénonce"    Organisé sous le thème : «L'émancipation des femmes par l'accès aux droits et l'autonomisation économique : le rôle des Diasporas ici et là-bas»: Le séminaire «Regard Croisé» se términe en apothéose à Imilchil    Le 5 mai 2016 à Rabat : Rencontre/débat sur l'Egalité entre les sexes et lutte contre la discrimination    8ème édition du FIDADOC d'Agadir : «Into Darkness» de Rachida El Garani ouvre le bal    Lancement officiel à Rabat de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption    Plus de 80 photos historiques marquantes    La croissance au point mort sur le marché mondial des smartphones    Une journée à l'avantage des clubs hôtes    Les équipes nationales reprennent le chemin des concentrations    Divers sportifs    Une trentaine de candidats aux tournois régionaux des chefs de cuisine    Ralentissement de la progression du crédit bancaire    Consultation nationale sur la mise en œuvre des OMD    Quand les souvenirs pour touristes sont fabriqués par des enfants haïtiens    L'AREF-Moulay Rachid lance une campagne de sensibilisation contre la fraude en milieu scolaire    Lancement de la semaine nationale de la santé scolaire    L'instauration des parcours professionnels dans le système éducatif , thème d'une rencontre à Rabat    L'ONU tente de renouer le fil du dialogue entre gouvernement et rebelles au Yémen    News    Des chants mystiques du monde à l'honneur à Rabat    Hommage à la revue marocaine "Souffles" à Genève en commémoration de son cinquantenaire    "Marocains, migrants et voyageurs", un nouvel ouvrage du CCME    El Khalfi : Le Maroc aspire à une presse libre, démocratique et indépendante    Le Maroc prend part à Dakar à une Conférence internationale sur la question d'Al Qods Al-Charif    Festival : Igrar anime Ouarzazate    Le roi d'Espagne dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections    Sommet ACP-UE : Une résolution sur les APE adoptée    Premier League : Leicester sacré champion d'Angleterre    Futsal : El-Ghoulbzouri et Chrayah en D1 avec Montpellier MF    Management : Le CJD capitalise sur son Entrepreneurship Academy    OCP Policy Center : Cap sur l'espace «Afro-Atlantique»    le chiffre de la semaine    Le festival international de la mode Islamique à Paris    Le roman « Cintra » de l'écrivain marocain Hassan Aourid, un voyage créatif dans la mémoire collective    La Fondation Lalla Salma soutient la création d'une maison de vie à Dakar    Schizophrénie : Benkirane en trouble-fête dans un curieux costume de...syndicaliste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.