ONU : Le Maroc préside une réunion de haut niveau sur la lutte contre le terrorisme    Un investissement de 37 MDH pour un nouveau centre médical à Tanger    Arrestation de plusieurs personnes qui guettent le passage du cortège royal dans plusieurs villes du Royaume    « Ma thèse en 180 secondes » : Chaimae Samtal remporte le Prix du public    2,26 MMDH de chiffre d'affaires pour Saham Assurance    Programme Tanger Métropole: SM le Roi lance le programme de mise à niveau du quartier Tanja El Balia    Arrestation à Rabat d'un individu recherché au niveau national pour trafic de drogue    Parafiscalité : Le patronat veut élargir la déductibilité    Vidéo: Renault Trezor, une jolie trouvaille    Brahim Zniber n'est plus    Les MRE ayant transféré leur résidence fiscale au Maroc doivent déclarer leurs avoirs avant le 19 octobre 2016    Le PPS s'excuse après avoir utilisé une chanson de Lamjarred pour sa campagne    Sa Majesté aide le Burkina Faso touché par des inondations    Pétrole: L'OPEP trouve un compromis    Ségolène Royal souligne l'urgence de la ratification par l'UE et ses Etats membres de l'accord de Paris    Le Real cible Aubameyang    Le Barça se projette en 2017    Le président du Bundesrat salue le niveau de la coopération maroco-allemande en matière de gestion de la migration illégale    Une délégation de l'APCE observera les élections législatives dans le royaume    Une circulaire pour les personnes âgée et celles en situation de handicap    Code de la presse : Une solution du «moindre mal» selon la FMEJ    Enseignement supérieur : L'agence d'évaluation élargit ses missions    Visite de Merkel au Maroc en 2017    Et la culture dans tout ça?    Le nouveau-né kidnappé à l'Hôpital Harouchi retrouve sa famille    Mustapha Ramid réformé sans avoir rien réformé    L'Atlético trop fort pour le Bayern, le Celtic tient City en échec    Mais qui va enfin dompter les Trois Lions ?    L'OCS et le DHJ prennent option pour le carré final    La HACA relance les opérateurs médias    Transformation digitale Une opportunité pour les économies africaines    Total Maroc améliore ses marges et ses résultats à fin juin    Nicolas Sarkozy rattrapé par son passé en pleine course à la primaire    News    Les nausées matinales liées à un risque moindre de fausse couche    Insolite : Victime du shopping    Les MCV constituent la première cause de morbidité et de mortalité dans le monde    Le Congrès s'oppose à Obama sur une loi visant l'Arabie saoudite    Le 3ème Forum de la femme créatrice à Guercif    Reda Allali : Nous vivons dans un délire collectif permanent    Le Maroc élu membre du Comité exécutif de la Fédération internationale des acteurs    Le Maroc invité d'honneur du salon du livre du Caire    DROIT AU BUT: La bonne gouvernance du mouvement paralympique marocain    Coupe du Trône/Quarts de finale «aller» : MAS–FAR: 0-1 : Des Fassis orphelins, des FAR pétaradants...    Le Morocco Royal Tour lance sa 7ème édition    Orchestre philharmonique du Maroc : Nouvelle série de concerts «Les religions à l'unisson» à Paris    Le tourbillon Norman s'abbat sur Casablanca    Quand Hicham Berrada interpelle les sens...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baddou-Dahak : la vérité si je mens
Publié dans Le Soir Echos le 18 - 07 - 2011

La ministre de la Santé, Yasmina Baddou et le secrétaire général du gouvernement, Driss Dahak, se renvoient
la responsabilité de la fermeture de cliniques privées. Les péripéties de cette affaire montrent que l'incohérence sévit entre les membres du gouvernement.
La ministère de la Santé, Yasmina Baddou et Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement (SGG) se renvoient désormais la responsabilité sur l'affaire de la fermeture de certaines cliniques privées, une preuve qu'il existe bel et bien une incohérence de groupe au sein du gouvernement. Tout a commencé quand Yasmina Baddou annonce, le 8 juillet dans la presse, la fermeture de treize cliniques privées non conformes aux conditions minimales légalement exigées pour exercer et la mise en demeure de six autres. Pour cela, elle déclare qu'un courrier a été adressé à Driss Dahak où elle lui demande d'inviter «les directeurs des cliniques concernées à suspendre immédiatement toutes les activités opératoires et d'hospitalisation, en attendant la mise à niveau de leurs établissements et la satisfaction des observations émises par les commissions d'inspection».
La riposte de Driss Dahak ne se fait pas attendre. Jeudi 14 juillet, par voie de communiqué, ce dernier dément les allégations de la ministre de la Santé et affirme ne pas avoir reçu de décision concernant la fermeture des treize cliniques : « A la suite de la publication par certains journaux nationaux d'une information concernant la fermeture de 13 cliniques dans différentes villes, et l'envoi des décisions de leur fermeture, de la part du ministère de la Santé, à Monsieur le secrétaire général du gouvernement, qui prend du retard dans leur exécution, la direction compétente au secrétariat général du gouvernement tient à préciser à l'opinion publique qu'elle n'a reçu aucune décision de fermeture, à l'exception des rapports d'inspection établis par le ministère de la Santé », précise d'emblée le SGG dans son communiqué avant d'ajouter que parmi ces rapports, figurent 19 reçus le 12 juillet par deux lettres datées du 11 juillet. Ce qui veut dire, bien après la déclaration de Yasmina Baddou.
Cette dernière renvoie la balle à Driss Dahak. Vendredi 15 juillet, jour de la réunion qui devait regrouper les deux autorités gouvernementales concernées et l'Ordre national des médecins pour en discuter, elle diffuse un communiqué dans lequel elle assure avoir demandé au secrétariat général du gouvernement, le 21 juin dernier, la fermeture immédiate de sept cliniques et la suspension des activités opératoires et d'hospitalisation dans sept autres, « afin de préserver la santé publique eu égard à l'état de ces cliniques et le danger qu'elles représentent pour les patients et pour leur personnel », martèle-t-elle.
Dans le même communiqué, la ministre précise que «cette demande, établie sur la base des rapports de ses équipes d'inspection, concerne nombre de cliniques ne répondant pas aux conditions légales minimales d'exercice de la médecine et d'accueil des patients, ainsi que les cliniques dont le délai légal qui leur a été accordé et prolongé, à leur demande, pour remédier aux dysfonctionnements constatés, a expiré alors qu'elles ont persisté à ignorer la réglementation en vigueur. Les rapports établis par ces équipes ont conclu à la classification des cliniques en trois groupes».
En termes de chiffres, les équipes d'inspection ont visité à ce jour, selon un programme annuel arrêté à titre préalable, 140 cliniques sur un total de 360, réparties sur l'ensemble du territoire national. Yasmina Baddou se défend. Elle affirme que les deux lettres adressées au secrétariat générale du gouvernement durant le mois de juillet ont concerné 19 cliniques classées au premier groupe, ceux qui se conforment entièrement aux conditions minimales légalement exigées pour les cliniques privées, à l'exception de quelques observations « sans grande importance ». Dans ces lettres, elle demande aux services du secrétariat de veiller à l'application de la procédure ordinaire qui consiste, dans un premier temps, à adresser un avertissement. Alors qui croire ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.