Séquestration de Mahjouba à Tindouf : L'Espagne exige une "solution rapide"    Soutien de l'UE: Vers plus de dignité pour les détenus marocains    Mauvais voisinage : Une femme de 66 ans en tue une autre de 82 ans    Enseignement supérieur : Daoudi dévoile sa vision pour la réforme du secteur    Vincent Castel: 2,3 milliards de dollars investis aujourd'hui au Maroc    Soins médicaux/CNSS : deux projets de décret adoptés    Les affiches des demi-finales de la Coupe du Trône : RSB-MAS et DHJ-FUS !    Deux Cavaliers blessés dans une Tbourida    L'industrie du Viagra menace la baie de Dakhla    Portefeuille public : 7,4 Mds de DH versés à l'Etat à fin septembre    Aéroport Fès-Saiss : Légère amélioration du trafic à fin septembre 2014    Les TIC s'introduisent dans le système éducatif    L'initiative Wessal Capital et le Fonds marocain de développement touristique à l'honneur à Londres    Compétition motos : Le Stunt Championship s'invite au Morocco Mall    Father and Son    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 24 au 31 octobre 2014    Raja Store voit le jour    Le second oral de Boussaid cette semaine    L'hommage Espagnol à Hammouchi, une gifle pour Paris    6ème journée du championnat national : AS-FAR, CAK, OCS et KAC en quête de rachat    «Ahlan Korea» : Une journée coréenne au Maroc    Coup de massue II !    Nouveaux permis de séjour UE : Les Marocains classés 6èmes parmi les bénéficiaires    Relation-client : Les centres d'appels ont désormais leur charte de déontologie et de responsabilité sociale    Entrepreneuriat : Marrakech abrite le 5ème Global Entrepreneurship Summit    Le mariage tente de moins en moins les Marocains    Divers Economie    Les démêlés judiciaires des stars : Samy Naceri    Insolite : Perte de poids    News    Marrakech, rendez-vous des PME mondiales    Le Maroc, un acteur économique de premier plan en Afrique    Le COC s'offre deux ITF seniors en simultané    Divers sportifs    El Bouihi Hmati appelle à la mise en œuvre du Plan d'autonomie    La méthode Merah et Nemmouche s'exporte au Canada    Divers    Un problème technique ou une censure délibérée au Musée d'art moderne et contemporain ?    Le Maroc invité d'honneur du Festival des musiques et des cultures du monde    Beyoncé et Jay-Z optent pour la France    Virus Ebola: L'OMS salue le maintien des vols marocains vers l'Afrique    Japon : Le gouvernement fragilisé par la démission de deux femmes    Foot...aises !    Exposition : "Le Maroc Médiéval": Une illustration de la place de la culture dans le projet civilisationnel marocain    Le Maroc participe à un exercice d'alerte au tsunami    Canada: fusillade au Parlement d'Ottawa    Energie – Le pétrole au plus bas depuis juin 2012 à New York    La comédienne française Isabelle Huppert présidera le Jury Long Métrage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.