Abdelhamid El Kaoutari sort enfin du silence Spécial    Sao Tomé-Maroc diffusé sur Bein Sports 2 HD    Quand les politiques votent    Hausse des échanges entre le Maroc et Israël    Maîtres-chanteurs    Une autre Marocaine nommée ministre en France    Elections : publier sa voix sur Facebook, une tendance malsaine    Les raisons du gouffre financier de la SAMIR    Le Maroc médaillé de bronze aux championnats du monde d'athlétisme    « 2084 », de Boualem Sansal    Hôpital marocain du camp Zaatari en Jordanie: Près de 815 mille réfugiés syriens ont bénéficié de prestations médicales    Russie et Chine vont régler leurs échanges dans leurs monnaies respectives : Une véritable déclaration de guerre contre le dollar    Renversement d'un véhicule transportant des sympathisants du PI : Un mort et 18 blessés graves    Production industrielle : Diminution dans l'ensemble des branches    Elections : 12% de participation à midi    La FRMB fête les pugilistes marocains sacrés aux Championnats d'Afrique seniors    Tramway de Casablanca : Début des travaux la semaine prochaine à Anoual    Elections communales et régionales : Votez    L'Boulevard : Le RNI ne nous a pas consultés    Les élections volent la vedette à la rentrée scolaire    Une rentrée sur les chapeaux de roues !    «J'avais des rêves d'être comédienne»    Caisse de compensation : Economie de 12,25MMDH    La parole au moi de l'enfant    Les électeurs devant leur responsabilité historique ce vendredi    Rhamna : un bureau de vote saccagé, les votes interrompus    Objectif : Réussir un événement sportif mondial    Casablanca : Un médecin arrêté en flagrant délit d'avortement illégal    Archives : l'Exécutif veut mettre de l'ordre    Saisie de produits impropres à la consommation entre Salé et le Nord    MOINS D'INFLATION, PLUS D'EMPLOIS?    Aviation d'affaires, huit acteurs pour la concession des services au sol    Kawtar El-Maghraoui, co-présidente de la Conférence mondiale des chercheuses en informatique.    Foued Chafik pour LDA: "Ne pas réitérer les mêmes erreurs" Spécial    Les déboires de la Chine au G20 Finances    Un jeune décède dans les locaux de la gendarmerie à Oued Amlil    Présentation à Amman de l'expérience marocaine en matière d'intégration de l'approche genre    Divers    Le spectre du Coronavirus plane sur La Mecque    Pourquoi Justin Bieber a pleuré aux MTV Video Music Awards    Booba blessé au crâne par Dam16    Andrew Garfield n'a pas aimé jouer Spider-Man    Parlons foot    Festival L'Boulevard : 20 groupes sélectionnés pour le tremplin    «Les candidats du PPS étaient quasiment les seuls à faire eux-mêmes du porte à porte»    Série de rapts en Irak    Khalid Bensaria : L'objectif du MCO est de réaliser une bonne saison    La CIA et les forces spéciales à l'oeuvre contre l'EI en Syrie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.