Air France renforce son offre à destination du Maroc    Casablanca accueille le plus grand avion commercial au monde    Réunions préparatoires au Xème Congrès national de l'USFP    La majorité gouvernementale prend enfin forme    Le Polisario mis en échec à Dakar    Positionner le Royaume et la région de Marrakech comme pôle et destination santé    Le Groupe BCP capte un tiers de l'épargne nationale additionnelle des particuliers locaux    Les réalisations financières de Fenie Brossette en amélioration    Mafia tour    61 tués dans une frappe aérienne à Mossoul-Ouest    News    Le sport en direct, frontière en péril pour les diffuseurs traditionnels    Le Onze national convaincant face au Burkina    Plus de 1200 participants au 32ème Marathon des sables    Exclusif : la lettre de démission de Hicham El Amrani aux Associations nationales affiliées à la CAF    La propagation de la tuberculose se fait toujours inquiétante au Maroc    Arrestation des présumés impliqués dans l'assassinat du parlementaire Abdellatif Merdas    Plus de 8 MDH d'aide attribué à 17 festivals et manifestations    Bensalem Himmich honoré à la Foire internationale du livre de Tunis    Partenariat entre "Juste pour rire" et "Juste pour Agadir"    Exclusif : la lettre de démission de Hicham El Amrani aux Associations nationales affiliées à la CAF    6 partis formeront le gouvernement    La majorité se penche déjà sur le programme gouvernemental    Salon du Sardi ouvre ses portes à Settat    Alstom reçoit 30 élèves de l'EIGSI    LafargeHolcim construit une nouvelle usine au Cameroun    Les priorités du gouvernement El Othmani et ses alliés    Grande Bretagne    Smeia et Casa Fashion Show scellent un partenariat    Le PJD choisit ses candidats au prochain gouvernement    Les jours de Hamid Chabat à la tête de l'Istiqlal sont-ils comptés?    Les VIP ont rendez-vous à Marrakech !    L'Institut des Sagesses du Monde voit le jour    Amical: Victoire du Maroc face au Burkina Faso (2-0)    Arrestation des assassins présumés du parlementaire Abdellatif Merdas    Cameron Diaz envisage l'adoption    Marathon des sables: Zagora et Merzouga prêtes pour le rendez-vous    Evacuations sanitaires: 36 cancéreux sénégalais pris en charge au Maroc    Tuberculose : 31.452 cas notifiés en 2016    L'acteur et homme de théâtre Jamal Eddine Dkhissi n'est plus    Un ex-policier marocain présumé membre de Daech remis par l'Allemagne au Portugal    Et de mille pour Gianluigi Buffon    Casablanca : Un Libyen arrêté pour son implication présumée dans une affaire de trafic de psychotropes    Attentat de Londres : le Roi adresse un Message de condoléances à la Première ministre    Hosni Moubarak libéré    Création de la Fédération Marocaine de la Spéléologie    CNN consacre une émission à l'Université Al Quaraouiyine    Attentat de Londres : trois morts et sept arrestations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.