Marrakech: destruction des 226 kgs de cocaïne pure récemment saisis    Ranking : Top 10 Richest Arabs in 2014    Le MAS recrute trois joueurs    Kaboul : 3 soldats de l'Otan tués dans un attentat taliban    Suisse: pas d'extradition de Snowden aux USA, s'il coopère avec la justice    Boussoufa: Nouveau coach, nouvelle chance    Université : L'Anglais, désormais langue obligatoire pour les professeurs    Les exportations des phosphates ont baissé de 7,1 % à fin août 2014    Les prix des carburants en hausse à partir du 16 septembre    Verone-Palerme: Obbadi l'emporte face à Feddal    L'UMT au Congrès arabe du travail    Ebola à nos portes ?    Une vie consacrée à la défense de la classe ouvrière    L'Europe remporte la 2e édition à Marrakech    Aucun cas du virus Ebola au Maroc, élévation du niveau de veille et de riposte    «Insat»: un numéro vert et un portail pour le suivi de la rentrée scolaire    Importation des céréales, la gestion des cautions change    «Metropolitan Maroc... une expérience très enrichissante»    Méthodes efficaces pour bien dormir    « Une logique infernale » par ( Jamal Berraoui )    Santé, l'Université privée se positionne à l'international    Subvention des ONG, Choubani s'explique    Edito: Dialogue de sourds    SMI : Hausse de la production d'argent à +14%    Bourse de Casablanca : Reprise de cotation des titres de capital de la société « MINIERE DE TOUISSIT »    Lymphome : 2.000 cas chaque année au Maroc    La banque dévoile son trésor !    Répartition des richesses, appel à un débat national        France : Valls veut passer l'épreuve de la confiance    Du Printemps arabe à l'hiver de la démocratie    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    Détournement des aides humanitaires par le Polisario    Le championnat Elite 1 reprend cahin-caha    Une foire au service du secteur de l'élevage et des filières animales à Tadla Azilal    Divers sportifs    Les Etats-Unis sans contestation    Réédition de "La Sanglante aventure marocaine"    Quatre morts et vingt blessés à Tétouan    Ebola : Aucun cas enregistré jusqu'à présent au Maroc    Soutien total de l'USFP aux luttes des centrales syndicales contre l'offensive antisociale du gouvernement    Une exposition en hommage à Mohamed Kacimi    Mahassine El Hachadi remporte le Grand prix du Festival du court métrage marocain    Une statue d'Amy Winehouse dévoilée à Londres    Lisbonne: exposition sur l'Histoire des relations entre le Maroc et l'Europe    Jack Lang invite «Le Maroc contemporain» à l'IMA    MFM : l'Education nationale à la loupe    Les éditeurs à l'assaut de la fête de l'Huma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.