Index North Africa expose à Casablanca: 52 hôtels de luxe en 2020    Baccouche : L'intégration économique du Maghreb est une nécessité    Casablanca : Bientôt 760 caméras dans les carrefours    Investir intelligemment    Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve remplace Manuel Valls    Education : Les robotiques pédagogiques en concurrence    Concours international de piano SAR la Princesse Lalla Meryem : Une Marocaine au sommet    Retraite    Festival du film de Marrakech    La Jordanie refuse des journalistes maghrébines    Sensibilisation des opérateurs marocains aux enjeux et opportunités du marché halal    Sécurité et droits de l'Homme passés au crible à Laâyoune    Matteo Renzi démissionne après le rejet de sa réforme    L'Autriche dit non à l'extrême droite    News    Le MAEC reçoit l'ambassadeur russe à Rabat à la demande de ce dernier    Le scandale de pédophilie dans le football anglais s'amplifie    L'OCS se refait une santé à Marrakech    Divers sportifs    Balotelli, Higuain et Laudrup dans la nouvelle fournée des Football Leaks    Des passeports algériens délivrés aux dirigeants du Polisario    Succès mondial du concours Castor de jeune informaticien en herbe    Adoption de 38 projets structurants à Sefrou    2017, l'année de la fidélisation des donneurs de sang    Divers Economie    Le Maroc à la 49ème position en matière de facilitation du commerce    Réalité et fiction : Quel rapport ?    Festival du documentaire arabo-africain de Zagora    Le dernier Disney en avant-première au Festival international du film de Marrakech    FLM : peut-on organiser la Coupe du monde ?    SM le Roi écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en donnant un cap stratégique à l'Afrique    Le CSEFRS n'a jamais parlé d'annulation de la gratuité de l'enseignement    FIFA: la suspension de toute activité liée au football maintenue contre Blatter    Coup d'envoi du festival international «Digital Marrakech»    Les professionnels du cinéma et de la télévision de Hollywood visitent Ouarzazate    Festival International du Film de Marrakech : BMW remet ça    Italie: Renzi annonce sa démission après le rejet de son projet de réforme constitutionnelle    FRMA: trois athlètes suspendus de toute compétition suite à leur violation des règles anti dopage    Botola Maroc Télécom : L'ASS chute devant le MAS, l'USK monopolise la place de leader    Un policier use de son arme pour neutraliser un repris de justice à Salé    Terrorisme: Un élément dangereux partisan de Daech arrêté par le BCIJ    La Turquie va lancer son satellite d'observation Göktürk-1    Vinci : Quand le web malmène les géants mondiaux    3ème édition du Forum Crans Montana : Dakhla se prépare à accueillir les grands décideurs du monde    Parce que la jeunesse le vaut bien !    Tétouan : 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    BENI MELLAL: Les éléments de la sureté nationale à l'honneur.    Cérémonie de clôture d'un programme sur la "Sécurité et droits de l'Homme" à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.