Affronter l'Etat islamique ou le danger de faire la guerre à moitié    Christophe de Margerie    LES JDIDIS PREMIERS DEMI-FINALISTES    Le Bayern, reçu par le pape, lui promet un million d'euros    Des stars à la rencontre des jeunes    Bourse: Les immobilières revoient leurs stratégies    Projet de loi de Finances    CGI: C'est officiel, le CA demande son retrait de la Bourse de Casablanca    Louardi: Aucun cas d'Ebola enregistré chez les subsahariens du Maroc    Divers sportifs    Fès tremble à l'idée de recevoir les Militaires    Des billets à prix abordables    Pour se distinguer de son homonyme belge, une commune française change de nom    Les maux de l'université demeurent les mêmes    A Kaboul, les mariages collectifs anti "bling bling" ont le vent en poupe    Insolite    Le film de guerre "Fury" en tête du box-office    Des troupes russes ouvrent le bal du Festival international de la danse expressive de Fès    Trois films marocains à l'affiche du Festival du cinéma arabe de Bruxelles    News    Poker menteur du député islamiste Mohamed Yatim    Les limites de la responsabilité en Afrique    Le protectionnisme peut-il protéger le Cameroun ?    Le Groupe socialiste saisit le chef de l'Exécutif des provocations algériennes    Hausse des prix en septembre    Le MAS se rebiffe...    Constitution de la section de Rabat de l'Organisation Marocaine pour l'Unité Nationale : Mme Hakima Megane élue présidente    Marocains du monde : L'enseignement de l'arabe au Canada : Les écoles marocaines, un lien solide avec l'identité    Europe: 101.970 nouveaux titres de séjour délivrés à des Marocains en 2013    Forum de Crans Montana à Genève: Quatre Marocaines nommées leaders du futur    Appel au gouvernement pour réagir avec fermeté à cette lâche agression    Face aux «risques de décomposition de l'Etat» en Algérie : L'opposition veut des élections anticipées    J'aime, je partage: Criminalité, jeunesse et crise des valeurs    A Washington, Israël tente de réchauffer les relations avec son parrain    Retour à l'heure légale (GMT) dimanche prochain    Benkirane invite les patrons à la politique    La comédienne française Isabelle Huppert présidera le Jury Long Métrage    Enseignement supérieur, l'anglais obligatoire !    Aéroport international de Marrakech: Arrestation d'un Franco-algérien en possession de 9 kg de chira    Le mot pour rire: Les élus pathos et les voyages gratos    Provinces du Sud : Mobilisation pour libérer la jeune Mahjouba séquestrée à Tindouf    Le Maroc, l'un des dix pays à visiter en 2015    «Takreem Awards» va distinguer à Marrakech l'excellence arabe    Un salon sous le signe du tourisme équestre    Art : Vernissage de l'exposition de l'artiste Abdallah Sadouk    Réforme des retraites, métier de grande pénibilité    Activités du parti    La Chambre des représentants libyenne s'allie avec Khalifa Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.