La FRMF réagit face aux accusations de Mohamed Boudrika Spécial    L'artisanat marocain en vedette à la Foire de Paris    Soufiane Boufal souffre d'une lésion au ménisque    La Princesse Lalla Salma reçoit la Première Dame du Sénégal    Abdelhamid Souiri, président de la Fédération des IMME    Dialogue social : L'IR au centre des négociations    Africa Design Award s'allie à la Marrakech Biennale 6    Quels risques pour les marchés dans les mois à venir ?    Visite de SM le Roi à Abou Dhabi : Consolidation des bases d'un partenariat stratégique fraternel et modèle    Turquie : Un mort et 23 blessés dans une attaque du PKK à Diyarbakir    Robert Holley, ancien diplomate US et expert de la région : : Le plan d'autonomie au Sahara est "exactement la solution de compromis à laquelle le CS appelle de ses voeux"    Représentativité politique des femmes: Une étude comparative internationale sur les systèmes des quotas    La demande pèse sur les rendements    Plus de 260 mille conducteurs se sont vu retirer des points sur leur permis de conduire depuis 2015    SIAM    Les données de la CIMR et de la CNRA introduites dans les statistiques de BAM    Les actes antimusulmans ont augmenté en France    Cour des comptes : Le bilan 2014 présenté mercredi    Code la presse : Les amendements formulés    M. Azoulay : Le 16è Printemps musical des Alizés, toutes les musiques se donnent rendez-vous ici à Essaouira    Diplomatie culinaire : le succès du premier festival    Hommage Tayeb Saddiki : Clôture de la 1ere édition du Festival national de la culture    Boudrika démissionne de son poste de vice-président de la FRMF Spécial    Le Maroc présent en force à la finale internationale du Global Management challenge à Macao    Le partenariat Sud-Sud au cœur du Forum culturel et citoyen à Fès    Le Polisario accusé de détourner les aides humanitaires    A la recherche de l'herbe parfaite pour le Mondial au Qatar    Le DHJ bien parti pour fuir la zone de turbulences    L'OCK respire en attendant de voir plus clair    Droit au séjour : simplification de la régularisation par le travail    Le Maroc regrette que les Etats-Unis aient agi contre l'esprit de partenariat qui les lie à lui    L'obésité explose chez les jeunes Chinois    Bac : L'inaccessible porte d'accès aux études supérieures    Une seule gynécologue pour 57 communes à Essaouira    Consolider la place de la société civile au niveau africain et international    Londres élit son maire    News    Le taux de chômage en baisse à 10,2% dans la zone euro    Les stars les mieux payées : Mariah Carey    Le Congo nomme un "gouvernement de rupture", plus jeune    "La Fabulosa Casablanca", une histoire de glamour et de nostalgie des Espagnols de Casablanca    Handball : Ce samedi : Dream-Team / R.S Berkane : Pour la survie !    Botola Maroc Telecom D1:26ème journée: DHJ-MAS, la dernière carte...    Le CESE adopte son projet de rapport sur les droits de l'enfant : Pour une véritable politique intégrée de protection de l'enfance    Visite de SM le Roi au Qatar : Coordination permanente et véritable partenariat stratégique    Spots publicitaires diffusés sur les chaînes «Al Oula» et «2M» : Une «vision patriarcale» des rapports basés sur le genre    Mise sur le marché marocain d'un nouveau médicament contre le VIH    Parc national d'Al-Hoceima: Badis site historique et naturel emblématique de la région du Rif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.