Coupe du Trône /16èmes de finale : Les grosses pointures s'en tirent à bon compte    Mauvaise nouvelle pour El Alagui    Assaidi pour remplacer Odemwingie    El Watani signe pour un club espagnol    AMO: L'ANAM alimente le Guide des médicaments remboursables de 61 spécialités génériques supplémentaires    Démarrage du recensement général de la population et de l'habitat : Pour une planification efficiente des programmes de développement    La majorité des Espagnols contre la tenue d'un référendum en Catalogne    Cisjordanie : Israël accapare une vaste portion de territoire    La terre a tremblé à Agadir    Ouarzazate / Arts populaires : Ahouach, un riche patrimoine à sauvegarder absolument    Une aventure « improbable » à Agadir...: L'un est handicapé, l'autre est un peu « fêlée », ils ne se connaissaient pas, mais ils vont passer un séjour ensemble à Agadir !    Accident de la route dans le sud de la France SM le Roi au chevet des blessés    Al-Sissi en visite au Maroc le 21 septembre    Des compétences à valoriser    Après la Cour des comptes, le fisc revient à la charge    Avec ou sans pépins ?    Equipe Nationale : l'Atletico prête Bounou un an au Real Saragosse    La compagnie maintient ses vols vers les pays à risques : La démarche de la RAM soutenue par le gouvernement    Le Maroc appelé à mieux faire    Agir pour éviter une catastrophe écologique    « Plages Propres » de Ciments du Maroc : Cérémonie de clôture de la saison    3ème édition du festival d'Astronomie d'Ifrane Sous le thème : «L'astronomie dans la culture populaire».    Litige commercial en Mauritanie : RAM précise sa position    Ghanimi élue meilleur médecin arabe au monde    Virus Ebola, Benkirane soutient RAM    Réforme des retraites    Mobilisation générale contre l'Etat islamique    Tanjazz rend hommage à ses grandes icônes    Journées FIFA : nos sélections attendues    Le KACM passe au tour prochain    Acte prémédité ou agression ayant mal tourné ?    La situation actuelle des abattoirs inquiète les chevillards    L'automatisation pour remédier à l'inadvertance humaine    Nos Olympiques se mesurent par deux fois aux U23 égyptiens    L'armée ukrainienne se retire de l'aéroport de Louhansk    Insolite    Bouillons de culture    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Le désarroi de l'homme postmoderniste    Serait-il temps de nettoyer l'espace ?    La Palestine invitée d'honneur au Festival Europe-Orient du film documentaire    A la Mostra de Venise, Al Pacino parle de cinéma, de lui et de son métier    Première édition du Festival du patrimoine historique "Dakira"    La lune de miel (atypique) de Brad Pitt et Angelina Jolie    Le CNDH accueille une délégation de l'Instance vérité et dignité de Tunisie    Histoire, historicisme...    La nouvelle grille des programmes de Radio MFM pour la saison 2014-2015 : Conforter le leadership de MFM    Chiens déchaînés et loi en sursis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.