Maroc-Uruguay ce samedi à Agadir, en attendant les locaux face au Burkina après le Congo    27 mars, journée mondiale du théâtre    Sous le signe de l'excellence et de l'amitié    Agir sur les déterminants socio-économiques de la santé    Aujourd'hui, le Maroc peut-il conjuguer son identité au pluriel ?    L'école Founty au cœur de l'innovation    L'industrie touristique au creux de la vague    La campagne de vaccination du cheptel bovin contre la fièvre aphteuse atteint 50% de l'objectif    Un bilan 2014 jugé positif et satisfaisant    Quand femme veut, de Ahmed Hijaouy    Trois femmes récompensées par le Prix Tamayuz    Tadla-Azilal / Agriculture / 380.000 Ha semés en cultures d'automne    RDC-Motion au Parlement / Libérez les militants pro-démocratie congolais !    Ciné - Zoom/ En marge du 9ème festival de Handifilm : / Handicap et cinéma    Ciné - Star/ Réda Kateb : Le Maghreb crève l'écran    Ciné - Scope/ Sorti récemment en DVD : / "Refroidis" / de Hans Petter Moland    La milice chiite Houthi sous le rouleau compresseur de la Coalition arabe : Retour de manivelle    Le gotha du notariat de la Méditerranée en conclave à Tanger    Réunion du Comité central de l'Istiqlal    Tourisme : La C.N.T dans une dynamique de redressement    Les plantes aromatiques et médicinales: Une manne qui génère 550 MDH des recettes    Atouts majeurs de la bonne santé des sociétés    Casablanca accueille les ténors du karaté mondial    Amical / Ce samedi à 19 h00, Maroc-Uruguay / Le moral de l'équipe nationale au beau fixe    Basket-ball / Nationale Une Première journée des Play-offs / Est-ce la rampe d'un bon niveau    Arabie-Saoudite / Yémen: Poursuite de l'opération « Tempête de décisive »    Nigéria : Boko haram sous pression au nord    Le Lycée Collégial Hansali en deuil !    Scrutin local lourd d'enjeux pour la présidentielle française de 2017    Maroc Export explore le marché vietnamien    Divers sportifs    Griezmann se prend pour Miley Cyrus    David Beckham méconnaissable avec sa barbe de hipster    Le sale jeu de l'Algérie perturbe les travaux du Forum social mondial    Aucun cas de cancer sur implant mammaire n'a été diagnostiqué à ce jour au Maroc    Le Grand Casablanca abrite 20% de l'ensemble des tuberculeux du Royaume    Divers    Divers Economie    Le chiffre d'affaires de Managem atteint 3.840 MDH    Les licences 4G débloqueront de nouvelles recettes pour les opérateurs téléphoniques    Surmortalité des arbres en Amazonie    La société civile africaine, un cheval de Troie ?    Bruce Willis a fêté ses 60 ans entouré de sa famille et de ses amis    Taylor Swift en relation avec Calvin Harris    Jamel Debbouze L'accident a décuplé mes forces    Le Raja en chute libre, Boudreka quitte la Fédé... mais pas les Verts    Maroc-Union européenne: Des échanges commerciaux à 29,25 milliards d'euros en 2014    L'armée saoudienne lance une opération militaire au Yémen: Le Maroc solidaire avec l'Arabie Saoudite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.