Affaire du lynchage de Fès: Ramid et Hassad montent au créneau    De Bonnes Sources    Fitch dégrade la note de Zalagh Holding    L'Europe contre la démocratie grecque    Brèves    Mawazine dans le collimateur des terroristes    La RAM recrute en Guinée Bissau    Tanger: Les squatteurs d'Al Irfane délogés    Agression homophobe à Fès, indignation mondiale    Généralisation de la couverture médicale    Ceux qui se mobilisent menacés aussi    Courrier Des Lecteurs    Eko improvise un second show    Neuf personnes arrêtées pour avoir fait la propagande d'idées extrémistes de «Daesh»    Les crédits «Conso» tiennent bon    Saison estivale : MAC ouvre sa boutique éphémère à Agadir    PAM, Benkiran, Rif et «kif» le 15 juillet au Parlement    Agression violente contre un citoyen sur la voie publique à Fès : Le parquet général ordonne l'ouverture d'une enquête    Caravane médicale / Populations démunies : Symbole fort de notre pays à innover pour s'attaquer au déficit social    L'ONCF a transporté 39,5 millions de passagers en 2014: Khlie fait ses comptes    Fès-Taza : Saisie de 320 tonnes de produits périmés    Yémen : Attentat antichiite: Une trentaine de morts dont des femmes    Condamné à 20 ans de prison en Belgique et en vacances au Maroc    Les salaires des chioukh et moqaddams bientôt revalorisés    Enfance nostalgique    A propos des présumées notes falsifiées à la faculté de droit    Le Mouvement pour la démocratie paritaire appelle les partis politiques à faire plus d'efforts    Le pouvoir de l'Etat    BTP : Ménara Holding mise sur la "province"    UE, les Marocains principaux bénéficiaires de la nationalité    Wifi gratuit à l'aéroport Mohammed V    Tunisie: Beji ne s'attendait pas à un attentat sur une plage    Jamel Aït Ben Idir wydadi pour les deux prochaines saisons    Kunle Odunlami chez les Verts    A côté de la plaque    Divers    Un gouvernement en porte-à-faux avec la Constitution    Quatre ans après l'adoption de la Constitution    Entre dynamisation et sécurisation des échanges commerciaux    Sa voix retrouvée, Sam Smith pousse la chansonnette    "Les mécréants" en clôture de la Semaine du cinéma arabe de Rosario    Katy Perry, la femme la mieux payée au monde    Merci... on ne rit pas devant nos écrans !    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    «Je n'ai pas fait un «roman à clé», c'est une œuvre de divertissement»    L'Argentine, ou plutôt un Argentin, a déjà gagné    Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire    Tanger: Des migrants sommés d'évacuer des appartements à Boukhalef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.