CAN 2017 : la Tunisie décroche le deuxième billet qualificatif du groupe B    Brexit : Un nouveau coup de froid est à craindre    « Changer », une communauté d'acteurs nationaux pour un avenir meilleur    Rabat-Salé-Kénitra va-t-en guerre contre la mendicité et le vagabondage    Le Maroc récompensé par le Prix de l'engagement pour le tourisme durable    Le Programme CleanTech Innovation Challenge récompense trois projets d'innovation    Habib El Malki: Sans collaboration entre les institutions législative et exécutive, il est difficile de répondre aux attentes du peuple marocain    Des journées idylliques à Londres et très chaudes à Bombay    Comment sont-ils devenus milliardaires ? Jack Ma    Valls affrontera Hamon pour représenter des socialistes affaiblis à la présidentielle    Gambie : Yahya Jammeh accusé d'avoir volé 11 millions de dollars à l'Etat    Le Cameroun et le Burkina, les qualifiés de la première poule    Broos content    Aubameyang On avait tout pour se qualifier    Les eaux usées, une alternative contre les pénuries d'eau dans le secteur agricole    Les fourmis ont un GPS très sophistiqué    Un programme de la DGAPR pour augmenter la capacité d'accueil des prisons    L'ONDE souligne l'importance d'associer les enfants à la sensibilisation à leurs droits    Insolite : Chasser le mal à coups de navets    Tourné en partie au Maroc, le dernier Shah Rukh Khan bientôt en salle    "Trainspotting", 21 ans de plus mais toujours fringant    Poursuite de l'examen de l'affaire des accusés de Gdim Izik    CAN-2017 : Le Cameroun et le Burkina en quarts, le Gabon out    Trois joueurs quittent prématurément la CAN    Certification : CASA TRAM certifié ISO 9001    Union Africaine : L'acte constitutif approuvé par le Parlement    La fondation Lydec réhabilite l'étang d'El Oulfa    Vente aux enchères : Halte aux «profiteurs» !    Souss-Massa : Le programme de régulation des effectifs du sanglier continue    Racisme sauce locale    Sommet de l'UA: Le Maroc confiant    Football : Collina désigné président de la commission des arbitres de la FIFA    « Rose » de Camila Aouatefe Lahmani    Fatima Ezzahra El Jaouhari brille dans « Hayati »    Plus de deux millions de personnes contestent l'élection de Donald Trump    WB Africa pousse ses pions sur le continent    Vague de froid : les autorités se mobilisent    Le Maroc 50e dans l'indice de l'innovation    Le Royaume solidaire avec les populations de la République du Soudan du Sud    Ouverture des négociations de paix sur la Syrie à Astana    Crédits et dépôts : Le palmarès des banques marocaines    9.129 candidats stagiaires doivent rejoindre leur poste    CAN 2017 : quatre infos clés à savoir ce lundi    Gambie: l'ancien président Yahya Jammeh a quitté Banjul pour Conakry    Le Polisario se perd dans des gesticulations désespérées : La livraison de l'huile de poisson marocain à la France n'est pas du goût des pantins    Leïla Slimani présente à Paris son roman «Chanson douce»    Casablanca : Hassan Aourid présente son nouveau roman « Cintra »    Manager, communicant et «prince du Raï»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces salaires qui dérangent Azami | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 06 - 04 - 2012

Les esprits se sont échauffés alors que la Commission des finances et du développement économique achevait, mercredi soir au Parlement, l'examen du budget sectoriel des finances. Le ministre délégué auprès du ministre de l'Economie et des finances chargé du Budget, Idriss Azami Al Idrissi, a tenu à exprimer sa colère et son incompréhension de ce qui s'est transformé, à son sens, en une sorte de traque contre le département des Finances et ses cadres.
Pourquoi traquent-ils les Finances ?
Ce que le ministre n'a pas apprécié au juste, c'est qu'il soit interrogé constamment sur son salaire, mais aussi sur celui des hauts responsables du département. Transparence oblige, le ministre a tenu à répondre à la question en toute franchise mais à sa façon. « Je n'ai aucun problème à déclarer mon salaire. L'article 27 de la Constitution stipule le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique. Je touche 58.048 DH et aucune prime», affirme-t-il précisant qu'il ne comprend toujours pas la raison pour laquelle les députés revendiquent que les cadres de son département déclarent eux aussi leurs salaires. « Qu'on ne vienne pas nous demander de dévoiler les salaires des cadres des Finances, sinon, on devra le faire avec tout le monde », martèle Idriss Azami Al Idrissi. Et de souligner qu'au sein du département, il y a grand besoin de travailler dans un « climat de confiance et de motivation. Nous sommes pour la reddition des comptes, mais dans ce qui se fera dans l'avenir », lance le ministre.
Les députés persistent
Pas du tout convaincus, les députés se sont insurgés alors que la commission avait déjà été clôturée par son président PJDiste, Saïd Khairoun. Ce qui n'a pas empêché Saïd Benhmida du PJD et Milouda Hazib du PAM d'exprimer leur déception et manifester leur colère. « Nous ne cherchons pas à connaître les salaires des cadres, mais celui des hauts responsables des Finances car nous le savons, ils empochent des millions !», s'emporte Benhmida. « Ce gouvernement parle de transparence et de bonne gouvernance, et c'est dans le respect de ces principes que nous avons demandé au ministre de nous dévoiler le salaire et les primes des hauts responsables et non des cadres, mais sa réaction agressive nous a désagréablement surpris et montré le contraire », déclare au Soir échos Milouda Hazib. Et d'estimer que les principes du gouvernement s'avèrent être de « simples slogans populistes ».
« Même les salaires des cadres ne relèvent pas du secret que ce soit dans ce ministère ou dans un autre. Ce qui importe, c'est qu'aucune administration ne doit jouer la matrice des autres. Et la réaction du ministre laisse entendre, à notre sens, qu'il existe des zones d'ombre. C'est pourquoi, nous allons reposer notre question de connaître le montant des primes que perçoivent les hauts responsables et ministres ainsi que l'écart qu'il représente par rapport aux autres ministères », assure-t-elle. Les députés n'ont pas obtenu satisfaction et pas seulement sur cette question. « Les collectivités et les communes souffrent toujours du phénomène des fonctionnaires fantômes. Je peux l'assurer en tout cas pour ce qui est du conseil régional de Tanger. J'ai des noms dont j'aurais bien voulu parler au ministre », déclare Mohamed Hammani, député de l'USFP dans la circonscription de Larache. Ce dernier n'a pas hésité à qualifier la gestion financière au niveau des collectivités d'anarchique. « Nous avons des fonctionnaires et des cadres qui travaillent dans les collectivités et sont payés par le budget de celles-ci. Cela fait un peu plus de deux ans qu'on m'a confié la gestion communale dont plus de 70 % du budget est versé aux fonctionnaires, tandis que la norme nationale limite ce taux à 65 %. Que reste-t-il pour l'investissement ? », se demande Hammani.
Des demandes et des interrogations, les députés devront contenir leur soif pour le moment.
Que dit l'article 27 de la Constitution ?
Les citoyennes et les citoyens ont le droit d'accéder à l'information détenue par l'administration publique, les institutions élues et les organismes investis d'une mission de service public. Le droit à l'information ne peut être limité que par la loi, dans le but d'assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l'atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.