Pitoyable élite    Le sommet contre Daeche entre consensus et divergences    La marmite syndicale en ébullition    L'OFPPT chasse les licences professionnelles    MRE: TangerMed domine la phase retour    Insolite    Une épave découverte en Arctique pourrait mettre fin à 170 ans de mystère    Stages    La 2ème journée diffusée sur 90 pays sur les cinq continents    Adhésion du SDJ à l'Union européenne des greffiers    Les ONG tirent à boulets rouges sur le projet de loi afférent au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire    L'enseignement supérieur prochainement en grève    Les surnoms des sportifs : Usain Bolt, "la Foudre"    Le Festival international du film de Tanger souffle sa 7ème bougie    La culture en quête d'une politique    Divers    Al jisr lance la 3ème édition du projet Assoclic    Au Maroc, la mortalité infantile continue de baisser mais sans rassurer    Le Raja dans de beaux draps et le WAC hors compétition    Une étude plaide pour une croissance sobre en carbone d'ici à 2030    Les exportateurs ne sont pas au bout de leur peine    Divers Economie    Les exportations et les importations marocaines jouent au yo-yo    1er meeting africain pour les arts, les cultures et les droits de l'Homme    Exposition «Voies croisées» à Tanger    Ligue des champions : Le Real expédie Bâle pour reprendre confiance    France : Le gouvernement de Valls 2 obtient la confiance de l'Assemblée nationale    Affaire Ali Aarrass: Des faits proéminents que les gesticulations ne sauraient occulter    A l'occasion de la tenue du 41ème Congrès de l'Association Internationale des Hydrologues    Intenses activités du groupe parlementaire istiqlalien dans la région de l'Oriental    Ebola: Obama appelle le monde à "agir vite"    Special Olympics International : Le Conseil Consultatif en conclave à Skhirat    Catalogne : Gerard Piqué en faveur d'un vote    Entretien avec Lillian Boutté Ambassadrice musicale de la Nouvelle-Orléans    Ajax-PSG: El Ghazi fait ses débuts en C1 sous les yeux de scouts français    L'Ecosse décide du "Yes or no" à l'indépendance    Classement mondial FIFA: la Colombie sur le podium, le Maroc 87e    Installation du nouveau Pacha d'El Ksiba.    La barre des 3 milliards d'internautes bientôt franchie dans le monde.    L'art marocain à l'Institut du monde arabe    Corniche de Casablanca : Quand les gardiens de parking font la loi    BCP, prêt syndiqué de 227 millions de dollars    « A contre-courant » par ( Jamal Berraoui )    La Loi organique sur les collectivités : Un avant-projet qui fait peur... pourquoi ?    La méthode porte-t-elle ses fruits ?    ARCHIVES : L'arbre et l'oral    Crédit du Maroc se porte bien    Smara: Une famille blessée dans l'explosion d'une mine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali, « un nouvel Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali, on risque un nouvel Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali. Il s'agit entre autres du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.