Inondations: 113 personnes sauvées, des douars toujours isolés    Athlétisme : Sebastian Coe candidat à la présidence de l'IAAF    Le Wydad affronte le Raja dans un derby pas comme les autres    Dons royaux aux républiques de Sierra Leone et de Libéria en soutien aux efforts internationaux visant à endiguer la propagation de l'Ebola    Salé: 2 à 4 ans de prison pour 13 personnes impliquées dans le terrorisme    L'insoutenable vulnérabilité climatique du Maroc : Négligences meurtrières    Afghanistan: Un véhicule de l'ambassade britannique visé par un attentat à Kaboul    Le Forum mondial des droits de l'homme et la presse algérienne : La caravane passe...    Forum mondial des droits de l'Homme : A événement grandiose, programme dense    Le journal « Le Monde» : L'immobilisme en Algérie est la source de tous les dangers    Pelé va mieux mais reste en soins intensifs    BENI MELLAL Cérémonie de remise des bourses Istihqaq.    Unesco « L'Argan », patrimoine culturel immatériel de l'humanité    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 28 Novembre au 5 décembre 2014    «Night Call» : Portrait d'un serial filmeur    La CAF n'aurait pas agi de la sorte si le Maroc y était bien représenté....    Commission    Investissement touristique : La SMIT s'allie à la Fédération des Investisseurs Chinois    Le Raja veut se réconcilier avec son public et le WAC confirmer    Nouvelle stratégie pour renforcer la langue et la culture espagnoles !    Les masterclass du FIFM    La carte CCG    Examen des moyens de renforcer la coopération entre le Maroc et l'Espagne dans le domaine de la gestion de l'eau    Oukacha : Un détenu propose à un policier 15.000 DH pour relâcher ses dealers    Dignité    Maroc : Prévisions météo pour la journée du vendredi 28 novembre et la nuit suivante    Maroc hub pour l'Afrique : Benhima énumère les atouts    Il fait l'actu : Anouar Benazzouz    Mobilier en kit : Un partenaire industriel en vue pour Mobilia ?    Benabdallah : «Ceux qui refusent de voir le bilan positif du gouvernement sont de mauvaise foi»    Les syndicats attendent que Benkirane se manifeste, dialogue social : toujours rien !    Explications au sommet à Berkane et du bas à Meknès    Divers sportifs    Diabète de type 1, une maladie auto-immune aux risques élevés    Sidaction revient dans une nouvelle édition    Bon enseignement et bons enseignants : Une équation à résoudre    Aide canadienne pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner    Divers Economie    News    Le suisse Terra Sola se lance dans l'énergie solaire au Maroc    Le hold-up parfait de Monaco    Bouillons de culture    One Direction détrône Taylor Swift à la tête des meilleures ventes    Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino transportent leurs fans au Pays d'Alice    Australie : Décès d'un joueur de cricket touché à la tête    Référence    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    Driss Lachguar en Espagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali" class="city">Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali" class="city">Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali" class="city">Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali" class="city">Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali" class="city">Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan" class="city">Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali" class="city">Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali" class="city">Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali" class="city">Mali, « un nouvel Afghanistan" class="city">Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali" class="city">Mali, on risque un nouvel Afghanistan" class="city">Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria" class="city">Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali" class="city">Mali. Il s'agit entre autres du Ghana" class="city">Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.