Huit policiers turcs tués dans une attaque attribuée au PKK    Iran : Téhéran veut récupérer sa part du marché du brut    Champion's Leag / Tirage au sort le City de Guardiola retrouve Barcelone    Botola Maroc Telecom D1: Une première journée et, déjà, des matches qui manquent    Le départ de Boufal de Lill est «imminent»    L'Ajax d'Amsterdam fait le forcing pour Ziyech    Les 5 pépites Marocaines à ne pas oublier Spécial    France : Expulsion de deux ressortissants marocains « radicalisés »    OCP Policy Center se penche sur le « contenu local dans le secteur de l'extraction »    Cérémonie d'adieu aux pèlerins.    Suite au violent séisme qui a frappé l'Italie : Message de condoléances de SM le Roi au Président Sergio Mattarella    Attentats et amalgames faits au nom de l'Islam : Le tourisme national a pu résister au choc    Responsabilité sociétale des organisations : Intégration progressive et mobilisation des parties prenantes    Législatives 2016 : Période électorale de 43 jours dans les médias audiovisuels        Bienvenue à la Cop 22 : Quand nos jeunes citoyens innovent écolo    Rentrée scolaire : Garde des enfants, le grand calvaire des parents    3ème festival Blouza à Oujda : Apport à l'inter-culturalité africaine    Mode alimentaire des Marocains : Entre modernité et attachement à l'art culinaire ancestral    Affaire des deux prédicateurs arrêtés dans une situation compromettante: L'arrestation s'est faite de «manière fortuite» selon la BNPJ    Accord trouvé entre Boufal, Lille et Southampton Spécial    Les alliances impossibles d'une majorité éclatée    Le Bureau politique examine les préparatifs des législatives et loue le contenu du discours Royal    Déclin des pollinisateurs sauvages exposés aux pesticides néonicotinoïdes    En harmonisant les points d'accès Wi-Fi, on peut faire tripler le débit    Kerry annonce une nouvelle initiative de paix pour le Yémen    Le Onze national à Tirana, dimanche à bord d'un vol spécial    Divers sportifs    News    Omar Hilale, Ambassadeur Représentant Permanent du Maroc auprès des Nations Unies    La garde des enfants, un grand calvaire pour les parents    Alerte : Averses orageuses prévues ce vendredi    La politique gouvernementale de l'autruche balise le terrain aux spéculateurs    Insolite : Un opéra dans le métro    Al Pacino Le New-Yorkais qui crève l'écran    Khal Drogo de retour dans la saison 7 de Game of Thrones    France: L'interdiction du burkini officiellement suspendue    Assaad Bouab dans la saison 2 de «Dix pour cent» sur France 2 !    La demande de destitution d'Abderrahim Lakraa rejetée    Le Maroc et la douleur de la France    Canada: Le hijab autorisé dans la gendarmerie royale    Rentrée scolaire : La reprise administrative prévue le 1er septembre    Nouvelles stratégies d'apprentissage et de gestion du comportement pour les personnes autistes    Divers    Le dernier adieu des Ittihadis à Driss Mohamed Bouizgar    Le bilan provisoire du séisme s'est alourdi    Festival international de danse    Jennifer Lawrence, l'actrice la mieux payée au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali, « un nouvel Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali, on risque un nouvel Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali. Il s'agit entre autres du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.