Document : Le texte intégral du projet d'autonomie au Sahara    Le Maroc en avance sur les ODD    Le groupe émirati «Green Valley» investira 3 milliards de DH dans le secteur immobilier au Maroc    Retour aux urnes en Espagne le 26 juin après la législature la plus courte de l'histoire du pays    Finale de la Coupe d'Algérie : Incroyable, mais vrai !    Tennis : Au RUC : L'hymne à la jeunesse    Complexe Sportif Moulay Abdallah : Un patrimoine à préserver    Les examens du baccalauréat du 7 au 9 juin 2016    SAR la Princesse Lalla Salma, Présidente de la Fondation Lalla Salma - Prévention et Traitement des cancers, reçoit la Première Dame du Sénégal et Présidente de la Fondation ‘'Servir le Sénégal''    Accidents de la circulation: L'augmentation des amendes n'a pas eu l'effet escompté de réduire le nombre de morts sur les routes    8ème édition du FIDADOC d'Agadir : «Into Darkness» de Rachida El Garani ouvre le bal    Lancement officiel à Rabat de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption    El Khalfi : Le Maroc aspire à une presse libre, démocratique et indépendante    Le Maroc prend part à Dakar à une Conférence internationale sur la question d'Al Qods Al-Charif    Des Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques visite « Africa Fertilizer Complex » de l'OCP à Jorf Lasfar    Iconoclaste...    Festival : Igrar anime Ouarzazate    Sommet ACP-UE : Une résolution sur les APE adoptée    Premier League : Leicester sacré champion d'Angleterre    Futsal : El-Ghoulbzouri et Chrayah en D1 avec Montpellier MF    le chiffre de la semaine    Tourisme La SMIT primée à Abidjan    OCP Policy Center : Cap sur l'espace «Afro-Atlantique»    Gabon Nouvelles règles sur les essences de bois    Cape Town, les 6 et 7 juin : Africa Oil & Power    Management : Le CJD capitalise sur son Entrepreneurship Academy    Le festival international de la mode Islamique à Paris    Le roman « Cintra » de l'écrivain marocain Hassan Aourid, un voyage créatif dans la mémoire collective    Chambre des conseillers : Une commission thématique pour préparer le bilan de Benkirane    Violence contre les femmes : Hakkaoui passe son oral    La croissance retrouve le niveau d'avant la crise    Les Verts crient au complot    News    34 djihadistes tués dans des frappes de la Turquie contre l'EI    Schizophrénie    Schizophrénie : Benkirane en trouble-fête dans un curieux costume de...syndicaliste    Vers la mise sur le marché de trois médicaments marocains contre le cancer    Divers    L'industrie pharmaceutique marocaine en mission exploratoire au FPI    Divers    Des peines de prison à l'encontre de 4 accusés de terrorisme à Salé    Le WAC reprend laborieusement la tête mais le FUS et l'IRT restent à ses trousses    Appel à la promotion de la situation des femmes dans la rive Sud de la Méditerranée    L'Institut du monde arabe à Paris célèbre Edgar Morin    L'environnement, thème du troisième Concours international de films courts "Ana, Maghribi(a)"    Africa Design Award s'allie à la Marrakech Biennale 6    L'obésité explose chez les jeunes Chinois    Bac : L'inaccessible porte d'accès aux études supérieures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali, « un nouvel Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali, on risque un nouvel Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali. Il s'agit entre autres du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.