Ciné - zoom / Qu'est-ce qu'un critique de cinéma    Indonésie: Nouveau partenariat stratégique Asie-Afrique    Yémen: Reprise des raids aériens et maintien du blocus maritime    Union européenne: Triplement du budget de patrouille en Méditerranée    Entretien avec le philosophe Ali Benmakhlouf, directeur du Forum du Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde: : Le forum est un moment de réflexion et de méditation    Driss Lachguar au Congrès provincial constitutif de Guercif    Fitch prévoit une économie stable pour le Maroc en 2015    Campagne d'assainissement à Casablanca: En 24h, arrestation de 1.458 malfrats et retrait de 1.354 permis de conduire    «Jazz is black»    Le groupe Volvo et Sogelease s'allient    Deux filiales et un contrôle fiscal pour Auto Hall    La sous-traitance au Maroc : qui risque le plus ?    Meknès, destination mondiale de l'agriculture    Prêts pour l'accueil du Grand Prix Lalla Meryem mais aussi pour le retour à Marrakech de l'autre GP Hassan II    Des matches barrages pour le titre mais aussi pour le maintien...    Nador rythme au son du rire    Le Maroc abritera la Conférence ministérielle africaine sur le Logement et le Développement urbain en avril 2016    Un membre des Forces Auxiliaires porté disparu    Le pont à haubans sur l'oued Bouregreg bientôt achevé    Un enfant africain meurt toutes les 30 secondes    Coopération universitaire / Signature d'un accord entre l'Université Agraire d'Etat de Saratov N.Valilov et l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II    Réunion hebdomadaire du Comité exécutif de l'Istiqlal / Refus de toute tentative de faire adopter, en l'état, les projets de lois électorales    Parlement européen: Flux migratoires : Nécessité de réduire les inégalités entre les deux continents    Plus de 62 % du temps d'intervention dans les bulletins d'information    L'ONEE boucle l'évaluation de la première étape de l'Appel d'Offres    Du 8 au 10 mai, le Festival Toboul à Salé : Fêter l'espoir tambour battant    Echos Gharbaouis    Ligue des champions / Barcelone-Bayern Munich et Juventus-Real Madrid en demi-finales    Initiative louable,l'organisation du concours de la nouvelle a porté ses fruits.    Les piètres tentations dictatoriales des ministres PJD    Le batteur d'AC/DC Phil Rudd plaide coupable de menaces de mort    L'UE va tripler le budget de son opération de sauvetage de migrants en Méditerranée    César pourrait avoir souffert d'accidents vasculaires cérébraux    Les politiques publiques en matière de drogues en débat à Marrakech    Divers    A court d'argent, la Grèce peine à trouver un compromis avec ses créanciers    Le HUSA conteste la suspension de Sektioui    Report de la 28ème journée de l'Elite 1    Ben Parker s'adjuge l'Open Royal Golf d'Anfa Mohammedia    Le Sénégal réitère son soutien au Plan d'autonomie au Sahara    Sandra Bullock désignée "Plus belle femme du monde" en 2015    Ben Affleck explique pourquoi il a caché ses origines    Un duo improbable entre Booba et Zaz    Les Marocains pourront bientôt présenter des pétitions aux pouvoirs publics    «causeries religieuses»    Salé: 20 personnes écrouées pour terrorisme    Automobile : Toyota reste le premier constructeur mondial    Trafic en tous genres : Un Marocain en possession d'un pistolet et de balles arrêté à l'aéroport Mohammed V    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali, « un nouvel Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali, on risque un nouvel Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali. Il s'agit entre autres du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.