Bank Al-Maghreb: Repli de 10,8% des réserves internationales au 16 juin 2017    La police saoudienne déjoue une action terroriste à La Mecque    Ben Abdelkader présente le cadre juridique en vue de réformer le système de la Fonction publique    Ce qui se passe au Rif relève de la politique marocaine intérieure    Bouillon de culture    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au deuxième trimestre    Hausse des arrivées touristiques à Tanger à fin avril    Habib El Malki représente S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de la Serbie    Insolite : Virée en voiture avec une lionne    Ryad et ses alliés infligent au Qatar treize conditions à remplir    Theresa May dévoile un peu de son Brexit à une UE revigorée    Au fin fond du Pakistan, un jeu guerrier lutte pour sa survie    La date et le lieu du match Mali-Maroc sont désormais fixés : Le 5 septembre à Bamako    Le Maroc, destination privilégiée pour des sportifs de haut niveau    L'heure est à la baignade : 97,90% des eaux conformes aux normes de qualité    Imane Touil s'adjuge la meilleure note du baccalauréat Sidi Bennour à l'honneur    Aïd Moubarak Saïd    Gad El Maleh à la conquête de l'Australie    Musique gharnatie, un patrimoine artistique ancestrale qui refuse de tomber dans l'Oubli    USA: nouveau rebondissement dans la saga "Making a Murderer"    « L'écosystème de Boeing a déjà enregistré ses premiers succès »    1,7 million de DH de cigarettes interceptées à Tiznit    Transfert de Pogba : procédure disciplinaire contre la Juventus    Coupe des Confédérations 2017: Allemagne et Chili se neutralisent    Vidéo : Le Maroc vu du ciel par Yann Arthus Bertrand    Un homme recherché pour « terrorisme » abattu à La Mecque    L'ONCF lance un spécial Aïd    L'ONU se félicite de la décision du Maroc d'admettre, sur son territoire, des réfugiés syriens    Gestion des deniers publics : Ce que prévoient les projets de décrets    Mexique : Le baron de la drogue « El Chapo » veut poursuivre Netflix    Magnifique Emir Kusturica    Spiderman : Le retour du héros !    Détenus d'Al-Hoceïma: leur cas relève de la justice, selon El Khalfi    METEO: JUSQU'À 47 DEGRES DANS CERTAINES REGIONS    DIAPO. TANGER: UN INGENIEUR PERD LE CONTRÔLE DE SA VOITURE ET PROVOQUE LA MORT DE TROIS PERSONNES    ACCIDENTS: 15 MORTS SUR LES ROUTES LA SEMAINE DERNIÈRE    MOSCOU AFFIRME QUE LE CHEF DE DAECH, ABOU BAKR AL-BAGHDADI, EST MORT    "LE FACTEUR TRUMP" A FAVORISE LE NOUVEAU PRINCE HERITIER SAOUDIEN    Mercato: Séville pour arracher Belhanda à Galatasaray    Munir El Haddadi autorisé à jouer pour le Maroc    L'Iran interdit la zumba    Agents de voyage : Le projet de loi reprogrammé au parlement    Coopération maroco-tunisienne : 10 conventions signées    Agadir : Riche programmation pour la 14ème édition du festival Timitar    UberRamadan reverse une partie des commissions de ses courses à Solidarité féminine    Deux immeubles vétustes s'effondrent à Fès sans faire de victimes    Aid Al Fitr et vacances d'été: Le CNPAC appelle les conducteurs à la vigilance    Démantèlement d'une cellule terroriste à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali, « un nouvel Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali, on risque un nouvel Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali. Il s'agit entre autres du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.