Zaki face à la presse    Falcao poursuit l'aventure en Angleterre    Officiel: El Ahmadi quitte Aston Villa et retrouve l'Eredivisie    Le DHJ et le FUS premiers qualifiés en 8e de finale, le MAT out    Histoire, historicisme...    Des romans à découvrir et à savourer    Les banques ont débloqué plus de 753 milliards de dirhams en mai : Les crédits «conso» renouent avec le succès    On ne meurt plus de faim, mais de mal bouffe    Dans la Nature se manifeste l'Art du Créateur    Une société d'investissement émiratie s'installe à Casablanca    Déraillement du train assurant la liaison Casablanca-Fès : L'ONCF démasque les responsables    Boudnib et Talsint à l'heure des festivités    Une délégation du PPS visite l'hôpital de campagne marocain au camp Zaatari en Jordanie    La nouvelle grille des programmes de Radio MFM pour la saison 2014-2015 : Conforter le leadership de MFM    Les travers d'une longue urbanisation    Avez-vous l'appétit de vivre au Maroc ?    Le chiffre du jour : 400.000    Enjeux    Il fait l'actu : Mustapah Ramid    La rentrée scolaire 2014-2015 programmée le 10 septembre    A 16 ans, elles sont membres d'une bande qui agressaient les chauffeurs de taxis    Programme de renforcement des capacités sur l'intégrité de l'eau dans la région du MENA : L'université Al Akhawayn d'Ifrane partenaire national    Mur des lamentations !    Transfert : Torres à l'AC Milan pour 2 ans    Accident en France : Instructions Royales pour assister les blessés marocains    Province d'Agadir : un tremblement de 5,7 degrés secoue Ida Outanane    Rentrée scolaire et portefeuilles mis à mal    Chiens déchaînés et loi en sursis    Le gouvernement marocain face aux experts du Conseil des droits de l'enfant à Genève    Première édition du Festival de la sardine à Dakhla    Des ralliés à la mère patrie appellent à l'application de l'autonomie interne    Réquisitoire contre juges et procureurs    Mohamed Sassi: Un islamiste averti dans la peau d'un démocrate    Le FUS coule le MAT à Tétouan le DHJ comme prévu    Divers    L'Everest à fond de train: un guide promet l'ascension en 42 jours    C'est fait ! Brad et Angelina se sont passé la bague au doigt    Bouillon de culture    Le réalisateur Hicham Lasri au forum du Festival du film francophone de Namur    Coupe d'Afrique 2015 : le Maroc prépare un «plan sanitaire» face à Ebola    Les œuvres de Halima Doua volent à New York    Israël interdit à la direction du PPS d'entrer à Gaza    Tanger : un subsaharien tué dans une rixe, le parquet enquête    Terrorisme : mise en détention à Salé d'un ancien jihadiste et son fils    Le risque de contamination dans un vol est faible    Portrait Mehdi Green : Un enfant du pays    Turquie: Les 12 travaux d'Erdogan    Maroc- Espagne : Sur la même longueur d'ondes.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali, « un nouvel Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali, on risque un nouvel Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali. Il s'agit entre autres du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.