Droit d'accès à l'information: Inquiétant recul    Conseil supérieur du pouvoir judiciaire    La transaction foncière qui fait jaser    Le tourisme marocain à l'heure du digital    De bonnes sources    Berlin sous le choc après les attaques en série    Un monde fou    Université : Les pôles de santé attendront    Bac: Radioscopie des résultats    Handicap: L'Oréal se mobilise    Quand les Oudayas fêtent les arts et la culture    Le premier cinéma «plein air» débarque à Harhoura    Souss Massa: Opération de séduction de la Banque Populaire    Adhésion du Maroc au Traité d'amitié et de coopération de l'ASEAN    Condoléances du Bureau politique de l'USFP    WAC-AL AHLY et FUS-KACM, Rabat capitale du football africain    Quatre pays à la première Coupe d'Afrique de hockey sur glace à Rabat    Le Cercle Municipal de Mohammedia remporte la Coupe du Trône de tai jitsu    Mettre en place une stratégie régionale en matière de sensibilisation et d'éducation à l'environnement    Pokémon Go: Des hackers ont créé une carte qui localise tous les Pokémons    Les thèses séparatistes démontées devant la Cour de justice européenne    Sourire    Hausse de 24,9 % des réserves internationales du Maroc    Les produits en bois contribuent à la séquestration du carbone dans les forêts    100 stars vendent leurs jeans au profit des réfugiés    Prison Break: Nouveau trailer de la saison 5    Le Festival méditerranéen de la culture amazighe "Twiza" de retour le mois prochain    Cinéma : Coup de pouce aux festivals !    Bientôt une ligne aérienne entre Maroc et le Cambodge    Bretton Woods : Le caucus africain se réunit à Cotonou    Le Sommet arabe appelle à une participation agissante à la COP22 à Marrakech    Une prise d'otages à Rouen fait un mort    Les universités marocaines et portugaises font le point de leur coopération    «Commis de l'Etat»!    Conférence internationale sur «La Vision du Roi Mohammed VI pour le co-développement» : Un sens nouveau à la coopération Sud-Sud    Maroc Telecom : croissance sur toute la ligne    BENI MELLAL: L'excellence au service d'un enseignement de qualité.    Un haut dignitaire du Polisario accusé de détournement de fripes    Divers    Interpellation à Meknès de 827 personnes en deux semaines    L'Intérieur allergique aux propositions de l'opposition    Lutte contre le dopage : Le Maroc muscle sa loi    Tanjazz : Une édition glamour !    8è championnat arabe de kick-boxing à Amman: Le Maroc s'adjuge 12 médailles, dont 10 en or    Les danses Guadra et Ahidous à l'honneur au festival africain en République Tchèque    SAR le Prince Moulay Rachid préside la cérémonie de remise des prix SM de saut d'obstacles    Nador : Des migrants illégaux incendient une forêt !    Le LOSC refuse une offre de Watford pour Boufal Spécial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'intervention militaire ne fait pas l'unanimité | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 20 - 09 - 2012

L'intervention militaire africaine sollicitée par les dirigeants pour sauver le nord du pays, occupé depuis des mois par des groupes islamistes armés, ne fait pas l'unanimité au sein de la société malienne.
Blaise Compaoré lors de la réunion de la CEDEAO.
Alors que la CEDEAO multiplie les concertations visant à arrêter les modalités d'un déploiement probable d'une force d'intervention au Mali, visant à stopper l'avancée vers le sud des groupes islamistes armés, qui contrôlent le nord depuis plusieurs mois; des voix s'élèvent au sein de la classe politique et de la société pour dénoncer une telle intervention. Partis de la place de la liberté, quelques dizaines de manifestants ont terminé mardi leur marche au ministère malien de la Défense et des Anciens combattants et ont remis une déclaration aux responsables. Oumar Mariko, le leader du MP22, une coalition de partis politiques soutenant le putsh du 22 mars contre le régime du président Amadou Toumani Touré, a réaffirmé la désapprobation, par son mouvement, de l'intervention africaine sollicitée par son pays. « Nous faisons confiance à notre armée. Restructurée, elle peut reconquérir les régions occupées », a-t-il déclaré. « Aucune force étrangère ne pourra libérer le Mali à notre place. Nous n'accepterons pas le diktat d'une force étrangère chez nous. Nous reconnaissons la fraternité mais nous ferons confiance à notre armée », a poursuivi Oumar Mariko. Les manifestants ont d'ailleurs averti que le pays prendra feu le jour où les soldats de la CEDEAO s'introduiront sur le sol malien. « Gare aux militaires de la CEDEAO, s'ils mettent les pieds chez nous. Qu'on nous donne ce dont on a besoin, c'est-à-dire les moyens et nous libérerons le nord de notre pays », ont-ils scandé.
Trouver une issue à la crise
Le président burkinabé, également médiateur de la CEDEAO sur la crise au Mali, Blaise Compaoré, qui a été reçu hier par son homologue français, François Hollande, a évoqué la crise malienne à l'Elysée. Les deux dirigeants ont discuté des moyens susceptibles d'aider le Mali à recouvrer la maîtrise de l'ensemble de son territoire et à lutter contre les groupes terroristes qui contrôlent le Nord. Le président français a appelé le Mali, la CEDEAO et l'Union Africaine à poursuivre leurs efforts pour trouver une issue à la crise. Pour sa part, le chef d'Etat du Burkina Faso a rappelé sa disponibilité à accompagner les efforts de la communauté internationale pour combattre la menace que font courir les groupes terroristes à l'ensemble des pays de la sous-région. Les dirigeants africains sont actuellement en train de mettre sur pied la stratégie à adopter pour mener l'intervention à bien. En début de semaine, les ministres de la Défense et des Affaires étrangères de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Abidjan pour étudier le plan de déploiement.
« Nous avons réaffirmé notre volonté de soutenir et encourager le Mali dans ses efforts visant à la reconquête légitime de son intégrité territoriale. La tâche est immense mais pas impossible » a soutenu le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Daniel Kablan Duncan, à l'issue des travaux. Pour le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, « l'heure n'est plus à la tergiversation mais à l'action concertée ». « Il faut agir face à l'inacceptable et face aux criminels de toutes sortes qui occupent le Nord-Mali », a-t-il lancé. Toutefois, l'ONU n'a pas encore donné son feu vert à cette opération qui doit mobiliser quelque 3300 soldats de la sous-région.
Nord-Mali, « un nouvel Afghanistan »
Les autorités maliennes ont quant à elles indiqué qu'elles ne voulaient pas que des troupes ouest-africaines combattent, mais plutôt qu'elles apportent un soutien logistique et aérien, ainsi qu'une participation au maintien de l'ordre, une fois les villes du Nord reconquises. Le désordre qui règne dans le nord du pays suscite de vives inquiétudes. « Au Mali, on risque un nouvel Afghanistan. Si le nord du pays, occupé par les islamistes, se lie à l'action de la secte Boko Haram au Nigeria et à la situation dans le sud algérien, un mélange explosif se crée », a mis en garde le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, dans une interview. Il est à souligner qu'à ce jour plusieurs pays de la sous-région ont refusé de participer à l'intervention militaire au Mali. Il s'agit entre autres du Ghana, du Sénégal et de la Mauritanie.
* Tweet
* *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.