Dakhla: La promotion du secteur touristique en débat    Ebola: Une priorité pour le Maroc, le Japon et le continent africain    Le pigeon voyageur au Maroc: Un messager volant devenu compétiteur professionnel    Bab Sebta: Avortement de deux tentatives de trafic de chira    Elite II / Recyclage: UST : L'Union s'est tranquillisée    Secrets des Univers: Quelle implication dans la formulation d'un modèle mathématique de la création    Forum sur la réforme de la justice : Eriger l'individu et la société en axe central    ONU / CDH : Une caisse de résonance aux crispations du moment    Algérie: Affrontements entre forces de l'ordre et manifestants à In Salah et Tamarasset    Yémen: L'Iran avance à visage découvert    Bakari Koné : «L'engagement au Wydad est sans égal cette saison»    Exposition «Réveries» au Diwan-MGallery Collection    Atelier et résidence de création à Casablanca    Aide financière directe: Après les veuves, les handicapés    La décentralisation, un bon moyen pour le développement administratif    Emploi : Le plan de bataille    Fadesa en faillite    Les équipes rbaties reviennent avec deux nuls    Le Raja passe au tour suivant, en attendant les choses sérieuses    Rencontre de reconnaissance et de mobilisation    «Trois jours et Le Néant» ou la lutte in vivo    Formation des imams : la Belgique s'intéresse à l'expérience marocaine    Six dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    Sovaldi, «la surprise» du ministère de la Santé    Fkih Ben Saleh, un faux médecin devant les tribunaux    Le premier Salon de l'aviation des affaires se tiendra à Casablanca    La SMIT en quête de nouveaux partenariats et opportunités d'affaires    RAM renforce ses dessertes Lisbonne-Afrique via le hub de Casablanca    Participation marocaine au Gulfood : 76 millions de DH de commandes fermes ...    Le jury m'a tuer    Les écarts de Smic se réduisent en Europe    La Saharienne 2015 réussit son pari !    Pétrole à Cap Boujdour: Premiers espoirs abandonnés    Le maître de Damas ne peut pas être l'avenir de la Syrie    Kawkab-Fath accouche d'un nul blanc    Divers sportifs    Naissance de l'Association de la presse sportive de Marrakech    Divers    1,17 MMDH généré par le tournage des productions étrangères en 2014    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Festival international de sculpture sur glace et sur neige de Harbin    La Voix des régions pour une régionalisation équitable    Aux abois, le PJD tire à l'aveuglette    Soufiane Mellas : Le Maroc enregistre chaque année 30.000 cas de cancer    Les coraux de la Grande Barrière d'Australie ingèrent du plastique    Faire manger de l'arachide aux nourrissons réduit les allergies    Les hiatus d'El Khalfi    News    André Azoulay : Le combat contre l'antisémitisme est indissociable de celui contre l'islamophobie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.