Abattage clandestin: 900 kg de viande saisis à Fès    Explosion à l'institut de criminologie de Bruxelles    Hawaï aura la plus grande réserve naturelle marine du monde    Yémen: Daesh revendique l'attentat d'Aden    Hakim Ziyech : Swansea City pour surenchérir ?    Mazagan Beach & Golf Resort : Wael Kfoury lance la rentrée culturelle    Sefrou : Vif succès du festival des arts des montagnes    Elections législatives : Le PJD dévoile ses têtes de liste    L'immobilier accapare la majorité des investissements des MRE    Le monégasque Nabil Dirar n'ira pas à la Lazio Rome    Jeux paralympiques: 26 paratriathlètes dans la délégation marocaine    Ouezzane : 65 ha ravagés par le feu    Don de corans aux tariqas du Sénégal    Le Japon va injecter 30 milliards $ en Afrique    Indispensable continuité    Justice : L'indépendance, principe cardinal de la réforme    Le CNOM se dédouane de la position de son SG    Casablanca : Rififi entre le GPBM et la mairie    Incendies de forêts : 270 départs de feu recensés depuis le 1er janvier    Youssef Chahed et son gouvernement prennent fonction    Auto-emploi : La digue anti-chômage du CESE    Temps chaud de dimanche à mardi sur plusieurs régions du Royaume    La région de Casablanca-Settat, une région agricole par excellence    Vers la création de milliers de journées de travail et d'opportunités d'emploi permanent    CMT s'attend à une baisse de 20% de son chiffre d'affaires    Nouveaux détournements de l'aide humanitaire destinée aux camps de Tindouf    L'IRT montre ses muscles et l'ASFAR la met en veilleuse    Abdeslam Ahizoune : Les résultats ne correspondent pas aux ambitions de la FRMA    L'IAAF décidée à limiter l'ampleur du fléau des changements de nationalité    Rencontre du Groupe socialiste    La Religion, nouveau visage de la fraude électorale    Afrique : L'obsession du mensonge en politique    Les Marocains entre modernité et attachement à l'art culinaire ancestral    Divers    News    Bouillon de culture    Le Festival des plages de Maroc Telecom draine des millions de spectateurs    L'Orchestre Symphonique Royal gratifie les Casablancais d'un spectacle de jazz haut en couleur    Un cinquième "Indiana Jones" en chantier pour 2019    Chefchaouen, eldorado des passionnés de la course à pied    France: Deux ressortissants marocains expulsés    Turquie: arrestation de trois anciens hauts diplomates liés au putsch    Criminalité: Le dernier bilan    Jazz au Chellah: La magie opère toujours!    Rentrée scolaire : Garde des enfants, le grand calvaire des parents    3ème festival Blouza à Oujda : Apport à l'inter-culturalité africaine    La garde des enfants, un grand calvaire pour les parents    Assaad Bouab dans la saison 2 de «Dix pour cent» sur France 2 !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.