Bank Al-Maghreb: Repli de 10,8% des réserves internationales au 16 juin 2017    La police saoudienne déjoue une action terroriste à La Mecque    Ben Abdelkader présente le cadre juridique en vue de réformer le système de la Fonction publique    Ce qui se passe au Rif relève de la politique marocaine intérieure    Bouillon de culture    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au deuxième trimestre    Hausse des arrivées touristiques à Tanger à fin avril    Habib El Malki représente S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de la Serbie    Insolite : Virée en voiture avec une lionne    Ryad et ses alliés infligent au Qatar treize conditions à remplir    Theresa May dévoile un peu de son Brexit à une UE revigorée    Au fin fond du Pakistan, un jeu guerrier lutte pour sa survie    La date et le lieu du match Mali-Maroc sont désormais fixés : Le 5 septembre à Bamako    Le Maroc, destination privilégiée pour des sportifs de haut niveau    L'heure est à la baignade : 97,90% des eaux conformes aux normes de qualité    Imane Touil s'adjuge la meilleure note du baccalauréat Sidi Bennour à l'honneur    Aïd Moubarak Saïd    Gad El Maleh à la conquête de l'Australie    Musique gharnatie, un patrimoine artistique ancestrale qui refuse de tomber dans l'Oubli    USA: nouveau rebondissement dans la saga "Making a Murderer"    « L'écosystème de Boeing a déjà enregistré ses premiers succès »    1,7 million de DH de cigarettes interceptées à Tiznit    Transfert de Pogba : procédure disciplinaire contre la Juventus    Coupe des Confédérations 2017: Allemagne et Chili se neutralisent    Vidéo : Le Maroc vu du ciel par Yann Arthus Bertrand    Un homme recherché pour « terrorisme » abattu à La Mecque    L'ONCF lance un spécial Aïd    L'ONU se félicite de la décision du Maroc d'admettre, sur son territoire, des réfugiés syriens    Gestion des deniers publics : Ce que prévoient les projets de décrets    Mexique : Le baron de la drogue « El Chapo » veut poursuivre Netflix    Magnifique Emir Kusturica    Spiderman : Le retour du héros !    Détenus d'Al-Hoceïma: leur cas relève de la justice, selon El Khalfi    METEO: JUSQU'À 47 DEGRES DANS CERTAINES REGIONS    DIAPO. TANGER: UN INGENIEUR PERD LE CONTRÔLE DE SA VOITURE ET PROVOQUE LA MORT DE TROIS PERSONNES    ACCIDENTS: 15 MORTS SUR LES ROUTES LA SEMAINE DERNIÈRE    MOSCOU AFFIRME QUE LE CHEF DE DAECH, ABOU BAKR AL-BAGHDADI, EST MORT    "LE FACTEUR TRUMP" A FAVORISE LE NOUVEAU PRINCE HERITIER SAOUDIEN    Mercato: Séville pour arracher Belhanda à Galatasaray    Munir El Haddadi autorisé à jouer pour le Maroc    L'Iran interdit la zumba    Agents de voyage : Le projet de loi reprogrammé au parlement    Coopération maroco-tunisienne : 10 conventions signées    Agadir : Riche programmation pour la 14ème édition du festival Timitar    UberRamadan reverse une partie des commissions de ses courses à Solidarité féminine    Deux immeubles vétustes s'effondrent à Fès sans faire de victimes    Aid Al Fitr et vacances d'été: Le CNPAC appelle les conducteurs à la vigilance    Démantèlement d'une cellule terroriste à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.