Corrélation entre corruption et manque de transparence du budget public    Les créances en souffrance progressent de 13,3%    Afghanistan / Obama confirme la mort du mollah Mansour    Mawazine: Natasha Atlas chante et enchante    Débat sur le rôle du réseau national des médecins radiologues du secteur libéral: Partenariat Public-Privé pour une campagne élargie de dépistage du cancer du sein    Violence à l'Université Moulay Ismail de Meknès : Deux étudiants arrêtés dans l'affaire de la mineure « rasée »    Rapport du département d'Etat étasunien sur les Droits humains au Maroc: Quelles motivations derrière l'hostilité américaine    Affaire des «viandes périmées» du groupe terroriste rallié à Daech : 10 accusés écopent de peines allant de un à quatre ans de prison ferme    Réveilles-toi « Ba Driss »...: Notre progéniture rase les têtes et l'Histoire    Peter Thomas Drennan, sous-secrétaire général et chef du département de la sureté et de la sécurité de l'ONU : : Le Maroc réunit toutes les garanties permettant d'abriter la COP22    Festival Mawazine-Rythmes du Monde : Deux jours de festivités exceptionnelles    Lyon : A l'aube du 1er forum économique Maroc-Auvergne-Rhône Alpes    Iconoclaste...    Le Maroc 2e en Afrique du Nord    Le CHU de Fès traite désormais ses déchets médicaux    Crise migratoire: Les autorités grecques entament l'évacuation du camp d'Idomeni dans le nord de la Grèce    Botola, 27e journée ; le FUS : la première place en ligne de mire    Un guide de sensibilisation sur la violence sexuelle à l'égard des enfants    Premier Centre public de Procréation Médicalement Assistée    Benlaassel Abdeljalil à Chefchaouen : La matière et ses détours    La Destinée de l'art: Une poétique de la technologie    Le maire de Bordeaux Alain Juppé salue l'évolution que connait le Maroc    Logistique urbaine : Le lifting de Casablanca sur les rails    Coup d'envoi à Rabat de la 17è édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels Tbourida    Travail des enfants El Kindi : «Non à la supercherie»    Journalisme : Une nouvelle association est créée    Les Africains du Maroc : Entretien avec Sékou Oumar Cissé, entrepreneur et membre fondateur de PROGUIM: « Le Maroc, terre hospitalière et d'opportunités »    Un 21e joueur avec les Lionceaux U23    Hervé Renard annule la séance ouverte du mercredi matin    Istambul : Moulay Rachid représente le Souverain au 1e sommet humanitaire mondial    Consécration marocaine à la Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Distinction de Haddioui et d' El Hassani    Le réchauffement réduit la taille et la morphologie d'oiseaux    La réunion de l'Eurogroupe à la rescousse de la Grèce    Sept voitures piégées explosent simultanément dans des localités côtières de l'ouest de la Syrie    Bachir Dkhil : J'ai participé à la création du Polisario dont le seul but était la libération du Sahara du colonialisme espagnol    Divers    Insolite    Les contraintes et perspectives de l'extension de l'espace urbain de Safi    Le collège Maârakat Al Batha, un établissement écologique par excellence    Les Sahraouis d'Oran malmenés par les gendarmes algériens    Payer sur Internet au Maroc ne se limite plus à la carte bancaire    Vers un nouveau projet de loi relatif aux agences de voyages    Le capitaine Outenrhrine remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Ces grands rôles que les stars ont refusés : Frank Sinatra: L'inspecteur Harry (1971)    Cannes couronne le cinéma social de Ken Loach    Rencontre méditerranéenne de médiation à Tanger    La célèbre rappeuse australienne Iggy Azalea offre un show époustouflant au public de Mawazine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.