Royal Air Maroc : Une nouvelle ligne Casablanca-Tanger-Gibraltar    Imams branchés...    21 chefs d'Etat à Charm el-Cheikh: Sissi annonce la création d'une force militaire arabe conjointe    Qui fait le trottoir ?    SGS se renforce    Le Reporter : 18 ans déjà !    Bientôt un Baccarat au Maroc    L'OCP, locomotive du secteur des mines    Plantes aromatiques et médicinales : 550 millions de DH à l'export    Une clinique espagnole à Laayoune    E-commerce: le Maroc classé 72e    Schizophrène, la majorité gouvernementale multiplie les contradictions    L'initiative législative populaire Une institution fictive en Espagne ?    Divers    Tunis enregistre plusieurs succès contre les jihadistes avant sa grande marche    Le scrutin au Nigeria entaché de problèmes techniques    News    Le ton monte entre Vivendi et le fonds américain PSAM    Copinages hospitaliers    Les engagements internationaux du Maroc au centre d'une rencontre à Oujda    Rencontre d'orientation éducative à Tétouan    Divers    Les enfants des rues marocains squattent le port de Mellilia    L'école Al Fadila souffle sa 70ème bougie    Une rencontre de bonne facture malgré la défaite du Onze national    Victoire des Atlas Lions sur les Ukrainiens d'Otamans    Projection à Oslo du film marocain "Adios Carmen"    Nabil Shuail s'invite à Mawazine
    Ouverture en beauté du 21ème Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan    Maroc-Uruguay ce samedi à Agadir, en attendant les locaux face au Burkina après le Congo    27 mars, journée mondiale du théâtre    Agir sur les déterminants socio-économiques de la santé    Aujourd'hui, le Maroc peut-il conjuguer son identité au pluriel ?    Sous le signe de l'excellence et de l'amitié    L'école Founty au cœur de l'innovation    Un bilan 2014 jugé positif et satisfaisant    Ciné - Zoom/ En marge du 9ème festival de Handifilm : / Handicap et cinéma    Ciné - Star/ Réda Kateb : Le Maghreb crève l'écran    Ciné - Scope/ Sorti récemment en DVD : / "Refroidis" / de Hans Petter Moland    Arabie-Saoudite / Yémen: Poursuite de l'opération « Tempête de décisive »    Nigéria : Boko haram sous pression au nord    La milice chiite Houthi sous le rouleau compresseur de la Coalition arabe : Retour de manivelle    Casablanca accueille les ténors du karaté mondial    Amical / Ce samedi à 19 h00, Maroc-Uruguay / Le moral de l'équipe nationale au beau fixe    Basket-ball / Nationale Une Première journée des Play-offs / Est-ce la rampe d'un bon niveau    Réunion du Comité central de l'Istiqlal    Le Lycée Collégial Hansali en deuil !    Le Raja en chute libre, Boudreka quitte la Fédé... mais pas les Verts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.