Activités du GPD-PPS à la Chambre des représentants    El Khalfi fait le ménage dans le marché publicitaire    Oui à l'équité, non à la prévarication    CIMAF Côte d'Ivoire vise d'1 million de tonnes de ciment par an    La Tunisie plus «millionnaire» que l'Algérie et le Maroc    Fonds d'entraide familiale, le constat de Ramid    La 3ème édition des InwiDays célèbre les objets connectés    Il fait l'actu : Ali Berbich, Président du directoire de Zalagh Holding    Autoroute : Un nouveau réseau de de 2.000 km pour connecter le centre avec le sud et le nord en préparation    R&D : L'Europe à la traîne    Benkirane chez les conseillers mercredi prochain    AGENDA : L'IMRI fait le bilan de l'OMC    Référence    Oujda : Saisie de 1.100 kg de chira et fuite des deux trafiquants    Le mot pour rire: Madame Superwoman et les sous-mecs    La fondation Attijariwafa bank célèbre Achoura    Nucléaire iranien: Tout n'est pas perdu    La guerre contre l'Etat islamique: Frapper d'abord au portefeuille!    Inondations: PJD et USFP veulent une commission d'enquête parlementaire    Nuit des philosophes    Le business dans l'art    Report de la CAN: des sanctions seraient "dénuées de tout fondement"    Messi dans la légende, Chelsea et Shakhtar en 8ème    Tennis: Federer et Hewitt vont inaugurer un nouveau format de match "révolutionnaire"    Convention pour le développement de la zone pilote à Conakry    L'UNTM au bord de la scission    Divers Economie    En Ukraine, conflit ou pas, les jeux sont faits    Algérie : L'excédent commercial fond de trois-quarts en deux ans    Image de l'Islam en Occident : L'ère des raccourcis    Bras de fer entre les importateurs et la douane à Guergarate    L'ANAPEC, partenaire des initiatives locales    Activités du parti    Divers sportifs    Le Brésil et l'Argentine éventuels sparring-partners pour le Onze national    Divers    L'enfance au cœur d'une conférence internationale au Liban    L'artisanat féminin fait son show à Casablanca    Messi seul au sommet    Le WAC au petit trot : L'AS.FAR se fait peur    L'OPM inaugure un nouveau cycle de concerts "commentés"    Touhami Ennadre : Ce que j'ai enduré en banlieue m'a renvoyé à mes racines et m'a permis de découvrir que je venais d'une culture millénaire    "Birdman" en tête des nominations aux Spirit Awards    3,4 millions de dollars pour le piano de "Casablanca"    Manifestations aux Etats-Unis : « Pas de justice, pas de paix. »    Décès de la chanteuse libanaise Sabah    Des projets marocains choisis pour bénéficier des subventions du Fonds arabe pour la culture    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.