Rencontre de Haut Niveau    Casablanca/plan de développement 2015-2020    Une panoplie d'armes contre la concurrence déloyale    Tourisme: La Tunisie veut sauver les meubles    De la richesse des nations au bien-être collectif    Sida: Le Maroc se mobilise pour l'Afrique    Petite enfance    Oriental: Premières journées du patrimoine à Oujda    Le label marocain à l'assaut de l'international    Les licenciements collectifs franchissent le Rubicon    Les prélats du web    L'establishment politique espagnol sévèrement secoué    News    Andrzej Duda, un jeune conservateur qui a conquis le fauteuil présidentiel polonais    Le WAC fête son titre avec ses supporters    Teddy Riner survole les débats    Le KACM s'adjuge une participation africaine    Driss Lachguar : L'USFP n'a pas de leçon à recevoir de ceux qui ont commandité l'assassinat du martyr Omar Benjelloun    Rebonds : Benkirane n'en a, décidément, pas cure    Des spécialistes de la psychosomatique explorent des champs nouveaux de la pathologie    Garantir aux enfants une éducation et une santé équitables    Divers    Jean-Claude Bastos de Morais : Nous devons avoir le courage de soutenir nos inventeurs    La France triomphe, l'Italie repart bredouille    Après l'Opus Prize, Aïcha Ech-Chenna remporte le Prix de la Banque mondiale    Visite de SM le Roi Mohammed VI au Sénégal: Un nouveau souffle pour la coopération Sud-Sud    Trois magistrats révoqués    Fatima Ezzahra El Horre élue Miss Maroc 2015    Yémen: Raids aériens et combats terrestres    Arabie Saoudite: Un attentat antichiite fait une vingtaine de morts    Volley-ball : La FRMVB accueille le Congrès de la fédération internationale    Nezha Bidouane élue présidente de la FRMSP    Elite-Pro/Dernière journée : Le Chabab Rif Al Hoceima assure son maintien    Soudan du Sud: L' ONU dénonce des combats qui menent à la "catastrophe"    Kénitra: L'Institut Royal de Police: Une formation basée sur le respect des valeurs et la conscience professionnelle    Al Hoceima assure le maintien, Khénifra accompagne Khémisset en D2    Le secteur immobilier en régression, pas en crise    «Assurer à chacun une alimentation saine et équilibrée est un droit fondamental de l'Homme»    Inaccessible droit à l'avortement ?    Le maestro de l'afro-beat    Retour vers le futur...    SAR la Princesse Lalla Salma préside l'ouverture du 21e Festival de Fès des musiques sacrées du monde    Marché boursier : La Bourse tente l'OPA sur les PME    Cannabis, les partis kiffent bien    La Maroc, 1er bénéficiaire des financements de l'AFD    Le Marocain Hassan Ahouchar remporte le marathon de Copenhague    Diam's se dévoile dans «Mélanie, Française et musulmane»    Mawazine, bientôt prêt pour l'apothéose    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.