M. Benkirane souligne le rôle de la bonne gouvernance dans la garantie de la pérennité du régime des retraites    Pluies sur le Nord et l'Est du Royaume avec chutes de neige et baisse des températures à partir de dimanche    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    Mohammedia : SM le Roi lance l'opération « Assafaa » pour le recasement de 2.922 ménages bidonvillois    Benkirane au Forum des retraites : « Je ne veux pas laisser au prochain gouvernement un braise entre les mains »    DHL lance une deuxième connexion    Les marques Kellogg's, une exclusivité Dislog au Maroc    Bientôt une Segma pour gérer la COP22    COP22 : «La place des O.N.G dans le paysage institutionnel»    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    «Journée Espagne» à l'Université internationale de Rabat    Le soutien de l'Etat aux manifestations cinématographiques    Du cinéma colonial au cinéma social    Le secteur du cuir se dote de ses écosystèmes    Les groupes de la majorité apprécient l'initiative des projets de lois relatifs au sage-femme et à l'infirmière    Quick fait son comeback au Maroc    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Le vélo de Mme Taubira    Le futur Lion Sofiane Boufal est courtisé par Chelsea    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    Rencontre de communication à Inezgane-Aït Melloul    M. Benkirane souligne l'engagement du gouvernement et sa mobilisation totale pour faire aboutir la COP22    Agenda culturel du 12 au 18 Février 2016    Handball: FAR-Hassania Guercif à l'affiche de la 9e journée    Badou Zaki: « Mon successeur pourra travailler avec sérénité. » Spécial    Le Maroc compte le plus grand nombre de détenus des pays arabes    Qualité de l'air : Une cellule de veille mise en place    Salon International de l'Edition et du Livre : Plus de 650 exposants    Divers sportifs    Erdogan hausse le ton sur la Syrie    Une attaque au mortier vise l'aéroport de Mogadiscio    Pyongyang expulse les Sud-Coréens de la zone industrielle conjointe    Grève nationale : Un taux de participation probant    L'Association Chouala célèbre l'art gnaoui    Les mystères de la formation des plis et replis de notre cerveau s'éclaircissent    Le Maroc vidé de sa substance grise : Médecins et ingénieurs du cru se laissent séduire par d'autres horizons    Prochaine visite de Ban Ki-moon dans nos provinces sahariennes    Clôture de la session parlementaire d'automne    Raja-FUS, une belle affiche pour la reprise du championnat    Insolite    La plainte contre "Much loved" tombe à l'eau    Casablanca à l'heure de son 22ème Salon international de l'édition et du livre    DROIT AU BUT    FRMF : Assemblée générale ordinaire : Malgré les gros moyens : Lekjaâ : « Nous avons une crise de résultats »    Syrie : Les déplacés toujours bloqués à la frontière turque    Le bon, la brute et le théâtre    Tanger : Arrestation de 4 individus, membres d'un réseau criminel spécialisé dans le vol qualifié    Trois artistes marocains décorés par la France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.