Production industrielle : Diminution dans l'ensemble des branches    Hôpital marocain du camp Zaatari en Jordanie: Près de 815 mille réfugiés syriens ont bénéficié de prestations médicales    Russie et Chine vont régler leurs échanges dans leurs monnaies respectives : Une véritable déclaration de guerre contre le dollar    Renversement d'un véhicule transportant des sympathisants du PI : Un mort et 18 blessés graves    PJD vs PAM et abstention: le suspense plane    La FRMB fête les pugilistes marocains sacrés aux Championnats d'Afrique seniors    L'Boulevard : Le RNI ne nous a pas consultés    La DGSE dément avoir transmis aux deux journalistes un rapport mettant en cause les autorités marocaines    Caisse de compensation : Economie de 12,25MMDH    Les élections volent la vedette à la rentrée scolaire    Une rentrée sur les chapeaux de roues !    «J'avais des rêves d'être comédienne»    La parole au moi de l'enfant    Le vote interrompu au Douar Lkssama    Une campagne électorale sur fond de violence    Les électeurs devant leur responsabilité historique ce vendredi    Carmine offre des voitures pour aller voter    Archives : l'Exécutif veut mettre de l'ordre    Partis politiques : L'heure du verdict    Saisie de produits impropres à la consommation entre Salé et le Nord    Casablanca : Un médecin arrêté en flagrant délit d'avortement illégal    Aziz Akhannouch et Moulay Hafid Elalamy réunissent le comité de pilotage «agro-industrie»    Objectif : Réussir un événement sportif mondial    Elections et déontologie    Aviation d'affaires, huit acteurs pour la concession des services au sol    Wafabourse «s'attaque» au mobile    Kawtar El-Maghraoui, co-présidente de la Conférence mondiale des chercheuses en informatique.    Foued Chafik pour LDA: "Ne pas réitérer les mêmes erreurs" Spécial    Les déboires de la Chine au G20 Finances    Le spectre du Coronavirus plane sur La Mecque    Un jeune décède dans les locaux de la gendarmerie à Oued Amlil    Présentation à Amman de l'expérience marocaine en matière d'intégration de l'approche genre    Divers    Pourquoi Justin Bieber a pleuré aux MTV Video Music Awards    Booba blessé au crâne par Dam16    Andrew Garfield n'a pas aimé jouer Spider-Man    Zakaria Hamadi (Milan AC), plus marocain que n'importe qui    Le Plan national de l'eau nécessitera plus de 200 milliards DH à l'horizon 2030    Parlons foot    Festival L'Boulevard : 20 groupes sélectionnés pour le tremplin    Film documentaire à Asilah : La Chine à l'honneur de la troisième édition du festival    «Les candidats du PPS étaient quasiment les seuls à faire eux-mêmes du porte à porte»    Coupe du Trône : RB-OCK non joué    L'hommage de la FRMA aux athlètes marocains engagés aux Mondiaux de Pékin    News    Série de rapts en Irak    La CIA et les forces spéciales à l'oeuvre contre l'EI en Syrie    Khalid Bensaria : L'objectif du MCO est de réaliser une bonne saison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.