Une ONG européenne appelle à lever le siège imposé aux séquestrés de Tindouf    Trésor : Le coût de financement en repli    Réputation mondiale: Le Maroc domine le classement africain    La Chine incontournable en opération de Fusaq    Trans Atlas Marathon : Forts du franc succès de la 4è édition, les organisateurs préparent déjà 2017    AMINE RADI un jeune humoriste marocain qui perce    La scène médiatique nationale s'enrichit avec la création de l'AJEM    Medi 1 TV : Passation entre Abbas Azzouzi et Hassan Khiyar    Iconoclaste...    La cité de l'innovation de Fès cherche son autonomie financière    Association Sqala : Le DELF octroyé à 42 élèves    Chambre des conseillers : Dernière ligne droite pour la réforme des retraites    Méditel Morocco Music Awards : La chanson marocaine à l'honneur !    Ouverture de l'expansion du canal de Panama avec la participation d'une délégation marocaine    Mise en échec d'une tentative de trafic de près de 5 tonnes de hachich au port Tanger Med    Conjoncture : Les industriels plutôt optimistes    Syrie: Au moins 82 morts dans des raids sur Deir Ezzor    Renault Ramadan Expo : Gagnez des voyages avec #Casanigma    Espagne : le PP remporte les élections législatives avec 33,02 pc des suffrages    football : La FRMF à la rescousse du Raja    Championnats d'Afrique séniors : le Marocain Fouad Kaam s'adjuge l'or    Cannabis : Consommer «légalement», selon El Omari    Santé : l'OMS lance une collecte de données au Maroc    La confiance en soi : comment bâtir votre succès professionnel    Un mal pour un bien    Politique économique : Sajid charge Benkirane    Haddad veut placer le Maroc parmi les 20 premières destinations    Driss Lachguar au Centre d'études et de recherches Aziz Blal : La conjoncture actuelle exige une troisième alternance pour une opérationnalisation démocratique de la Constitution    Surclasser le Mali, la Côte d'Ivoire et le Gabon pour être du prochain Mondial    L'OCK résilie les contrats de Sidibé et Diamondé    Divers    Le plus puissant superordinateur au monde est intégralement chinois    Les finances des EEP mises à l'index par la Cour des comptes    Les destinations les plus spectaculaires du monde : Lac Abraham - Canada    L'après Brexit en Grande-Bretagne entre trouble et incertitude    Deux hommes inculpés d'activités terroristes après de nouvelles perquisitions en Belgique    Le projet de loi relatif à l'assistance médicale à la procréation fait grincer des dents    Ramadan à Guelmim, entre veillées religieuses et ludiques    Enquête à Marrakech sur un outrage à agent de police    Près de 17,29 % des ménages ont accès à Internet dans la région de Guelmim-Oued Noun    Rencontre sur les questions religieuses et politiques    Prochaine reprise du programme des visites familiales    Omar Khayyam Le mathématicien et l'astronome    Les nomades célébrés à Mhamid El Ghizlane    La Chine, invité d'honneur du 28ème FITU à Casablanca    Echos Gharbaouis    Hassan Mégri, créateur du mouvement musical Mégri : «La Baraka de feu Hassan II a ouvert bien des portes aux Mégri»    Dialogue des cultures / Lorsque l'art se libère...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.