Le kiosque: une rentrée politique et sociale sous haute tension        France : Valls veut passer l'épreuve de la confiance    Du Printemps arabe à l'hiver de la démocratie    Lutte antiterroriste au Maroc: L'Etat durcit la loi    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    Russie : création d'un fonds anti-crise contre les sanctions occidentales    Paris : Ouverture de la conférence sur la paix et la sécurité en Irak    Réédition de "La Sanglante aventure marocaine"    Soutien total de l'USFP aux luttes des centrales syndicales contre l'offensive antisociale du gouvernement    Détournement des aides humanitaires par le Polisario    Contre les décisions unilatérales et la politique impopulaire du gouvernement : L'UGTM et la FDT appellent à une grève nationale préventive le 23 septembre dans la Fonction publique, le secteur semi-public et les collectivités locales    Justice, encore et toujours !    Le Luxembourg s'invite au Maroc    Maroc-Guinée    Quatre morts et vingt blessés à Tétouan    Oujda : Interdiction de planter des oliviers dans le périmètre urbain vu les effets allergiques de leur pollen    Santé: Détection d'un cas de lèpre à Tit Mellil    Maroc: Elévation du niveau de veille et de riposte contre l'Ebola    Enfants en situation de handicap: L'école publique ne propose rien    Après le constat, que fait-on ? par ( Jamal berraoui )    Une élève de 13 ans se donne la mort    Le Maroc sur le pied de guerre contre le virus Ebola    Une foire au service du secteur de l'élevage et des filières animales à Tadla Azilal    Divers Economie    Renforcer l'employabilité des jeunes dans l'informatique et les télécommunications    Semaine difficile pour Minière Touissit    Partenariat entre Alliances Hospitality et la BERD: 50 millions d'euros pour construire des hôtels    Royal Air Maroc muscle son offre cargo    Une exposition en hommage à Mohamed Kacimi    Mahassine El Hachadi remporte le Grand prix du Festival du court métrage marocain    Une statue d'Amy Winehouse dévoilée à Londres    Lisbonne: exposition sur l'Histoire des relations entre le Maroc et l'Europe    Jack Lang invite «Le Maroc contemporain» à l'IMA    MFM : l'Education nationale à la loupe    Coupe du Trône de golf : La 11ème édition marque le centenaire du golf au Maroc    Echos de OCS-RSB : 3-3 : Du spectacle et des buts    Tennis : Vainqueur en juniors: Oussama Rabhi s'illustre... à Roland Garros !    Divers sportifs    Les Etats-Unis sans contestation    Le championnat Elite 1 reprend cahin-caha    Banque Populaire : Du B2B avec les businessmen guinéens    Les éditeurs à l'assaut de la fête de l'Huma    Importance du diagnostic précoce    Rapprocher visiteurs des chantiers des réformes que connait le Maroc    Le sprint aux Amériques et le fond et demi-fond à l'Afrique    Plusieurs nuls et une seule victoire    Ses toiles brillent en Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.