Le PLF 2018 table sur un taux de croissance de 3,2%    Les lignes de M'dina Bus remplace le tramway en période d'interruption    «15 Minutes de guerre» de Fred Grivois en plein tournage au Maroc    Cinq matchs de suspension confirmés pour Ronaldo    Un tweet de Barack Obama en passe de devenir le plus «liké» de l'histoire    Mustapha Ramid décide de démissionner...Info ou Intox ?    Athlétisme : Les nouvelles ambitions de Soufiane Bekkali    Botola Maroc Telecom 2017-2018 : Quatre entraîneurs étrangers animeront les débats    Taekwondo: Le Maroc dans le top 10 de l'Open de Tachkent    Mondial 2018: les Lions de l'Atlas voyageront vers Bamako le 3 septembre    Marrakech : 677 personnes interpellées par la police en 10 jours !    Hassad en visite de prospection dans des établissements scolaires de Zagora    Radiochirurgie : La clinique Le littoral récompensée par World Novalis Circle    Oujda : 109 certificats négatifs pour la création d'entreprises délivrés en juillet    Kim Jong-un va observer l'attitude des USA avant d'agir    Les équipes d'Avaaz dérangent    Institution du Parquet général, le baptême du feu    Benkirane projette de faire tomber les "ministres PJD"    Deux jeunes sur cinq sont chômeurs ou travailleurs précaires    Les indicateurs financiers d'Air Arabia ressortis au vert    Le développement de l'agriculture durable dans les provinces du Sud au centre d'un forum régional à Sidi Ifni    Divers sportifs    Le Mondial qatari pourrait-il affecter la candidature marocaine pour l'édition 2026 ?    Prix du meilleur joueur de l'UEFA: les trois finalistes dévoilés    Tourisme: en août, tout le monde va à Tétouan    Inspection du travail: le plan Yatim pour revigorer la profession    Tétouan: les services de Hammouchi poursuivent une "guetteuse du roi" pour diffamation    Une cure de vitamine B3, remède anti-fausse couche    La police arrête l'auteur des jets de pierre du pont Assa à Khouribga    Khémisset: un quadragénaire décède suite à une tentative de suicide    Marrakech: deux fonctionnaires de police arrêtés pour corruption et extorsion    2016 année noire pour le climat    Macaulay Culkin fait son retour au cinéma    Réponses d'expert : C'est quoi une hypertension artérielle"résistante" ?    Aux Pays-Bas, exhumer les bunkers nazis et la mémoire douloureuse    Tom Cruis blessé lors d'une cascade de Mission Impossible 6    «Dakhla en couleurs… été 2017» : Plusieurs activités au programme    4ème rencontre annuelle de la tribu d'Ait Hassine à Guelmim    Algérie: le premier ministre démis de ses fonctions sur ordre de Bouteflika    Ils sont 100 et ils veulent changer le Maroc    L'Iran menace de sortir de l'accord de 2015 en cas de nouvelles sanctions américaines    Attaque terroriste à Ouagadougou: message de condoléances du roi Mohammed VI    Décès du grand journaliste et écrivain marocain Abdelkrim Ghallab    Attaque Ouaguadougou : Aucune victime Marocaine parmi les 18 morts    Divers    Manifestations à Laroui et Imzouren    Abdelkrim Ghallab, l'un des piliers du mouvement national, n'est plus    Habib El Malki fait la radioscopie de la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La question : A qui profite le lynchage de Mansouri ?
Publié dans Le temps le 09 - 02 - 2010

La plainte déposée au pénal contre Mustapha Mansouri, actuel président du RNI, par le groupe des réformistes menés par Salaheddine Mezouar, a suscité un grand émoi parmi des membres du parti. «Je ne suis pas d'accord avec la gestion de Mansouri, mais en arriver à la justice, c'est trop. Ce n'est ni dans les habitudes des Marocains ni dans celles du parti », confie un membre influent. Et d'ajouter : « Si on voulait aller en justice, on l'aurait déjà fait du temps d'Ahmed Osman. Le parti dispose de plusieurs organes comme le comité des sages pour résoudre nos conflits en interne». Les observateurs du feuilleton du RNI notent que l'action en justice elle-même est «vide de sens» puisqu'elle n'a finalement pour objet qu'un «audit financier». Démarche possible en dehors de l'utilisation d'une procédure judiciaire. Derrière le dépôt de la plainte, l'objectif stratégique est en fait de déstabiliser Mustapha Mansouri. «C'est du lynchage médiatique, ce n'est plus de la politique», commente un observateur qui poursuit : « Il s'agit tout de même du Président du Parlement !». Joint au téléphone par le Temps, Mustapha Mansouri s'est refusé de tout commentaire : «Je m'abstiens de toute déclaration en attendant le Conseil national du parti», nous a-t-il déclaré.
Deux clans,
deux objectifs
Le bras de fer entre Mansouri et les partisans de Mezouar alimente quotidiennement les colonnes de la presse avec déclarations fracassantes, coups bas et mots incendiaires. Les observateurs politiques tablent sur l'imminence d'une scission et la perspective que les réformateurs rejoignent au final le PAM de Fouad Ali El Himma. Le parti est déjà le grand perdant du dernier remaniement ministériel avec la perte de deux portefeuilles. Au cœur de la bataille qui oppose les partisans de Mansouri et ceux de Mezouar se trouve actuellement les voix des indécis dont le cœur balance entre les deux camps. Les ministres estampillés actuellement RNI ont rejoint le mouvement réformateur, reste à rallier la majorité des membres. Le prochain Conseil national est décisif puisqu'il devra statuer sur la tenue ou non d'un Congrès national extraordinaire et «trancher le cas de Mansouri» en lui trouvant un successeur en la personne de Mezouar. Selon les partisans de ce dernier, celui-ci aurait déjà le soutien des 2/3 du Conseil national. En attendant, Mansouri fourbit ses armes puisqu'il a convoqué une session du comité central qui devait se tenir le 16 janvier avec comme ordre du jour l'évaluation du discours du 6 novembre du roi Mohammed VI et l'examen des affaires internes du parti. Une session-test qui permettra aux deux clans de mesurer leur poids en prévision du prochain Conseil national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.