Grève du 29 octobre: le gouvernement promet d'être intransigeant    Le 1er Moharram dimanche 26 octobre    3ème et dernière étape du circuit Morocco Royal Tour / Sharbatly dans les foulées d'Abdelkebir    Restauration rapide : les Marocains friands des bars à salades    Messi à un but de l'hommage attendu au Bernabeu    Hassan Baraka: "La traversée du golfe d'Aqaba a été des plus difficiles"    Périlleuses sorties du KACM et du Raja à Rabat et Agadir    L'opposition se retire des travaux de la Commission parlementaire de l'Intérieur    La stabilité politique et la sécurité, facteurs de réussite des programmes de soutien au Maroc    Insolite    Les Kurdes acceptent le renfort de soldats de l'ASL à Kobani    La perte d'influence de l'Europe    Driss Lachguar : La patience à toute épreuve des Marocains est justifiée par l'amour qu'ils vouent à leur pays    Signature de deux conventions en faveur du secteur agricole    Bono ne quittera pas ses lunettes pour cause de glaucome    Mobilisation pour la promotion de l'école    Divers Economie    L'industrie africaine à l'honneur à Casablanca    Yacine Fall : El Jadida peut servir de véritable plate-forme pour desservir l'Afrique    Les stars qui ont perdu de l'argent ou qui ont fait faillite : Nicolas Cage    Narrimane Yamna Faqir primée festival du film arabe de Fameck-Val de Fensch    Un nouvel album de Chimène Badi pour la fin 2014    Séquestration de Mahjouba à Tindouf : L'Espagne exige une "solution rapide"    Les affiches des demi-finales de la Coupe du Trône : RSB-MAS et DHJ-FUS !    Deux Cavaliers blessés dans une Tbourida    Soins médicaux/CNSS : deux projets de décret adoptés    Vincent Castel: 2,3 milliards de dollars investis aujourd'hui au Maroc    Soutien de l'UE: Vers plus de dignité pour les détenus marocains    Enseignement supérieur : Daoudi dévoile sa vision pour la réforme du secteur    Mauvais voisinage : Une femme de 66 ans en tue une autre de 82 ans    Portefeuille public : 7,4 Mds de DH versés à l'Etat à fin septembre    L'industrie du Viagra menace la baie de Dakhla    Compétition motos : Le Stunt Championship s'invite au Morocco Mall    Father and Son    Films à l'affiche au cinéma, semaine du 24 au 31 octobre 2014    Sanaa Marahati : Brassage d'héritages    Casablanca, les élus retroussent leurs manches    L'hommage Espagnol à Hammouchi, une gifle pour Paris    Raja Store voit le jour    Le second oral de Boussaid cette semaine    Relation-client : Les centres d'appels ont désormais leur charte de déontologie et de responsabilité sociale    Entrepreneuriat : Marrakech abrite le 5ème Global Entrepreneurship Summit    Laâyoune : Les droits de l'Homme débattus par les associations    Virus Ebola: L'OMS salue le maintien des vols marocains vers l'Afrique    Exposition : "Le Maroc Médiéval": Une illustration de la place de la culture dans le projet civilisationnel marocain    Le Maroc participe à un exercice d'alerte au tsunami    Energie – Le pétrole au plus bas depuis juin 2012 à New York    La comédienne française Isabelle Huppert présidera le Jury Long Métrage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

De nombreux Istiqlaliens annoncent un vote sanction contre Abbas El Fassi : Le silence assourdissant du Conseil de la présidence du plus vieux parti marocain
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2012

Semaine cruciale pour l'Istiqlal. Les militants du plus vieux parti marocain comptent les heures et croisent les doigts. Dimanche 23 septembre -et non pas le samedi 22 comme prévu pour cause de non disponibilité du palais de congrès de Skhirat- le conseil national va trancher et désignera le successeur d'Abbas El Fassi. Malgré le report, cet été, d'une élection qui s'annonçait déjà houleuse, la tension n'est pas descendue d'un cran. Les Istiqlaliens s'entre-déchirent, mettant à nu les divisions d'un parti qui a toujours fonctionné sur le mode de la zaouia et du mythe du zaïm incontesté. Les candidatures au poste de secrétaire général d'Abdelouahad Fassi, fils du père fondateur et de Hamid Chabat, le syndicaliste trublion, ont catalysé la crise istiqlalienne. « Le parti est aujourd'hui divisé en deux camps. Et la crise ne fait que commencer. Il faudra désormais gérer l'après-23 septembre. Difficile que l'Istiqlal en sorte indemne », prédit cet ancien ministre istiqlalien.
Dans les coulisses de cette formation politique qui n'avait jamais jusque-là lavé son linge sale en public et privilégié la cooptation d'un candidat consensuel à la compétition démocratique, on attend toujours le miracle politique. A une semaine d'un conseil national sous haute surveillance, ceux et celles de l'Istiqlal sont à l'affût d'une troisième voie et du candidat providentiel qui sauverait leur famille politique d'une scission annoncée. « Trop tard pour une troisième voie, estime ce parlementaire du parti de la Balance. Il y a deux candidatures. Les membres du conseil national devront élire leur prochain leader et choisir qui de Hamid Chabat ou Abdelouahad El Fassi occupera le poste de secrétaire général. C'est un exercice démocratique. Il est certes douloureux et ne manquera pas de provoquer des dégâts lourds sur le parti qui va traverser une forte zone de turbulences. Mais dans le même temps, les Istiqlaliens auront fait l'apprentissage du fonctionnement normal de la démocratie. Avec tout ce qui s'est passé, il n'y a plus désormais de sujets tabous à l'Istiqlal ! »
Un show made in « Chabat » dimanche à Rabat
Si toutes les critiques sont permises, les coups aussi. La chronique de la campagne des deux candidats lancés à corps perdu dans la course du leadership en témoigne. Dérapages, accusations, insultes : les deux Istiqlaliens ne se sont rien épargnés pour occuper le fauteuil de zaïm.
Et à quelques jours seulement d'un conseil national qui va sceller le destin de l'Istiqlal, les deux prétendants au poste de secrétaire général comptent leurs troupes, sollicitent appuis et soutiens, exhibent les derniers ralliements. Le dernier soutien en date, celui de la famille Qayouh au candidat Chabat, est volontiers présenté comme le ralliement de toute la région de Souss. Et demain dimanche 16 septembre, le meeting qu'organiste le patron de l'UGTM et candidat à la succession d'Abbas El Fassi a, selon tous les Istiqlaliens, valeur de test. 10.000 militants seraient attendus pour ce show made in « Chabat ». « Si Hamid Chabat réussit son coup, il fera officiellement figure de favori », soutient ce ténor du parti.
En attendant, seul le vote des membres du conseil national comptera dimanche 23 septembre. Si les deux camps ont réussi à mobiliser le corps électoral, toutes les surprises sont encore possibles. « Mais il ne faut pas perdre de vue que de nombreux Istiqlaliens vont voter Chabat par défaut et qu'on aura affaire à un vote sanction contre Abbas El Fassi », affirme cet Istiqlalien de la première heure, n'hésitant pas à dire tout haut ce que de nombreux militants pensent tout bas.
Trop tard pour une troisième voie ? Pas si sûr pour tous ces militants qui continuent d'espérer voir le conseil de la présidence, cette instance des Sages de l'Istiqlal, sortir de sa torpeur et de son silence. « Nous sommes nombreux à espérer que le conseil de la présidence va dépasser le gel de ses statuts et se prononcer avant dimanche prochain, c'est-à-dire avant la tenue du conseil national. Son silence est inexplicable. Seuls les membres du conseil de la présidence peuvent être aujourd'hui écoutés car ils ont valeur de force morale. Ils peuvent toujours se prononcer et éviter une tragédie au parti », conclut ce membre du comité exécutif de l'Istiqlal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.