Neuf migrants morts noyés et 21 autres secourus au large de Tanger    Appel à la mise en place d'unités au sein des entités publiques et privées    L'action du CNDH à Dakhla et Laâyoune louée par l'UE    Activités du parti en commémoration du 40ème jour du décès d'Ahmed Zaïdi    Virée mesfiouie périlleuse pour le Wydad    Foot Expo Forum : Nécessité de la professionnalisation de la formation au sein des clubs    Sepp Blatter : Le football joue un rôle social et culturel important au niveau mondial    Ouzzine suspendu par le roi    Le ministre Ouzzine lâché par les siens ?    ça plane pour le site web de RAM    Divers Economie    Le Parc industriel de Selouane, un des chantiers économiques phare    Newsletter du 19 Décembre 2014 : Blanchiment de capitaux : Les professions non financières sensibilisées par Bank Al-Maghrib    L'UE appelée à adopter une stratégie de long terme face à la Russie    La responsabilité des progressistes dans la lutte contre le changement climatique    Le rappeur de la "Shmoney Dance" risque 25 ans de prison    La plupart des espèces d'oiseaux sont apparues après l'extinction des dinosaures    Près de 269.000 tonnes de déchets plastiques à la surface des océans    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ? Gisèle Bündchen    Le piano en fête à Essaouira    La célèbre actrice italienne Virna Lisi n'est plus    Bouillons de culture    Quand opposition et majorité débattent des prochaines élections    Abdelaziz Bouteflika voudrait rentrer «chez lui» à Oujda : La patrie est clémente et miséricordieuse !    Skhour Rhamna : Un homme tue cinq membres de sa famille et blesse grièvement un sixième    Loi organique du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire: Ramid présente le projet au Parlement    Madrid: emprisonnement de membres de la cellule démantelée au Maroc et en Espagne    Professions libérales: La couverture médicale arrive    Disparition de Mohamed Bastaoui : Un frère bien-aimé de tous    Maroc Numeric Fund appuie l'éducation    Complexe Moulay Abdellah : Colère royale Spécial    Maroc-UE, jumelage dans les droits de l'Homme    Facebook pourrait concurrencer «Le Bon Coin»    Le Festival de Marrakech et le cinéma marocain    «Balili» en 5e position    En avant jeunesse !    Mondial des clubs Maroc 2014 : Ancelotti rend hommage au public marocain    La machine à croissance    Le Maroc et l'UE veulent un ALECA gagnant-gagnant    Plus de 187.500 Marocains affiliés à la Sécurité sociale en Espagne    Le Mur... de la Havane    Mohammedia : Fin de partie pour un escroc sur Facebook    L'Education nationale interdit formellement les cours de soutien payants    Commerce extérieur : Les exportations espagnoles vers le Maroc en progression    Logistique : Le Royaume intègre l'ELA    Un individu tue cinq membres de sa famille à Skhour Rhamna    Le cinéma marocain perd une légende    Pétrole : Le baril pique du nez... Le Maroc jubile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

De nombreux Istiqlaliens annoncent un vote sanction contre Abbas El Fassi : Le silence assourdissant du Conseil de la présidence du plus vieux parti marocain
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2012

Semaine cruciale pour l'Istiqlal. Les militants du plus vieux parti marocain comptent les heures et croisent les doigts. Dimanche 23 septembre -et non pas le samedi 22 comme prévu pour cause de non disponibilité du palais de congrès de Skhirat- le conseil national va trancher et désignera le successeur d'Abbas El Fassi. Malgré le report, cet été, d'une élection qui s'annonçait déjà houleuse, la tension n'est pas descendue d'un cran. Les Istiqlaliens s'entre-déchirent, mettant à nu les divisions d'un parti qui a toujours fonctionné sur le mode de la zaouia et du mythe du zaïm incontesté. Les candidatures au poste de secrétaire général d'Abdelouahad Fassi, fils du père fondateur et de Hamid Chabat, le syndicaliste trublion, ont catalysé la crise istiqlalienne. « Le parti est aujourd'hui divisé en deux camps. Et la crise ne fait que commencer. Il faudra désormais gérer l'après-23 septembre. Difficile que l'Istiqlal en sorte indemne », prédit cet ancien ministre istiqlalien.
Dans les coulisses de cette formation politique qui n'avait jamais jusque-là lavé son linge sale en public et privilégié la cooptation d'un candidat consensuel à la compétition démocratique, on attend toujours le miracle politique. A une semaine d'un conseil national sous haute surveillance, ceux et celles de l'Istiqlal sont à l'affût d'une troisième voie et du candidat providentiel qui sauverait leur famille politique d'une scission annoncée. « Trop tard pour une troisième voie, estime ce parlementaire du parti de la Balance. Il y a deux candidatures. Les membres du conseil national devront élire leur prochain leader et choisir qui de Hamid Chabat ou Abdelouahad El Fassi occupera le poste de secrétaire général. C'est un exercice démocratique. Il est certes douloureux et ne manquera pas de provoquer des dégâts lourds sur le parti qui va traverser une forte zone de turbulences. Mais dans le même temps, les Istiqlaliens auront fait l'apprentissage du fonctionnement normal de la démocratie. Avec tout ce qui s'est passé, il n'y a plus désormais de sujets tabous à l'Istiqlal ! »
Un show made in « Chabat » dimanche à Rabat
Si toutes les critiques sont permises, les coups aussi. La chronique de la campagne des deux candidats lancés à corps perdu dans la course du leadership en témoigne. Dérapages, accusations, insultes : les deux Istiqlaliens ne se sont rien épargnés pour occuper le fauteuil de zaïm.
Et à quelques jours seulement d'un conseil national qui va sceller le destin de l'Istiqlal, les deux prétendants au poste de secrétaire général comptent leurs troupes, sollicitent appuis et soutiens, exhibent les derniers ralliements. Le dernier soutien en date, celui de la famille Qayouh au candidat Chabat, est volontiers présenté comme le ralliement de toute la région de Souss. Et demain dimanche 16 septembre, le meeting qu'organiste le patron de l'UGTM et candidat à la succession d'Abbas El Fassi a, selon tous les Istiqlaliens, valeur de test. 10.000 militants seraient attendus pour ce show made in « Chabat ». « Si Hamid Chabat réussit son coup, il fera officiellement figure de favori », soutient ce ténor du parti.
En attendant, seul le vote des membres du conseil national comptera dimanche 23 septembre. Si les deux camps ont réussi à mobiliser le corps électoral, toutes les surprises sont encore possibles. « Mais il ne faut pas perdre de vue que de nombreux Istiqlaliens vont voter Chabat par défaut et qu'on aura affaire à un vote sanction contre Abbas El Fassi », affirme cet Istiqlalien de la première heure, n'hésitant pas à dire tout haut ce que de nombreux militants pensent tout bas.
Trop tard pour une troisième voie ? Pas si sûr pour tous ces militants qui continuent d'espérer voir le conseil de la présidence, cette instance des Sages de l'Istiqlal, sortir de sa torpeur et de son silence. « Nous sommes nombreux à espérer que le conseil de la présidence va dépasser le gel de ses statuts et se prononcer avant dimanche prochain, c'est-à-dire avant la tenue du conseil national. Son silence est inexplicable. Seuls les membres du conseil de la présidence peuvent être aujourd'hui écoutés car ils ont valeur de force morale. Ils peuvent toujours se prononcer et éviter une tragédie au parti », conclut ce membre du comité exécutif de l'Istiqlal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.