Rothen : «Barrada va surprendre !»    World Food Moscow : Le Maroc en force    Aérien : Signature d'un accord de coopération entre la RAM et la brésilienne Gol    Benatia au Bayern, une question de quelques jours?    61è anniversaire de la révolution du Roi et du Peuple : Grâce royale de 292 personnes    U20 : 20 joueurs en stage    Confiance économique des consommateurs : Plus 20 au Maroc    Le Festival Voix de Femmes de Tétouan : Une 7ème édition dédiée à la méditerranée    Il fait l'actu : Samih al-Qasssim    On est loin du compte ! par ( Jamal Berraoui )    Niveau de vie    Mehdi Benatia courtisé par le Bayern    Les ménages s'inquiètent: Niveau de vie, situation financière, épargne, chômage...    Immobilier: Dans quelle ville investir ?    Un nouveau doublé d'El Haddadi    Mouithys tenté par un retour au WAC    Suarez débute en amical sous les vivats    Livre: Théocratie populiste    Le Conseil supérieur de l'éducation et de la recherche scientifique, un espace pluriel de débat    Les enjeux stratégiques et politiques de l'immigration marocaine    Parlement. Les députés écourtent leurs vacances    Chakib Boualou : Le Big Data est en train de transformer les modèles économiques sur Internet    La Chine placera une sonde en orbite autour de la Lune d'ici à fin 2014    Bouarfa célèbre les arts bédouins    Rencontre des poètes du Mahjar à Essaouira    Bouillon de culture    News    Des brigades d'enfants pour protéger l'environnement à Essaouira    Les mariages de stars à venir    Les produits laitiers pourraient protéger du diabète    Le Roi Mohammed VI prononcera un discours à la Nation mercredi soir    (R) évolution à la marocaine    A la veille de la CAN 2015, seuls 3 à 4 pros font échos...    Augmentation des exportations espagnoles vers le Maroc    Hadda Ouakki... la diva mythique    Ces étudiants qui ne partent pas en vacances    Tahar Ben Jelloun: Je ne serai jamais ministre, parce que c'est un métier, et moi je ne suis pas compétent    Découverte de pièces d'or romaines vieilles de 1500 ans    Gaza : Mahmoud Abbas à Doha pour des consultations avec Qatar et Hamas    Inde: 150 personnes sont mortes à cause des inondations    Maroc : Nouvelle hausse des prix à la consommation au 1er semestre 2014    « Destinées syriennes en Turquie.» par ( Jamal Berraoui )    Le Maroc envoie de nouveaux lots d'aide à Gaza    Forum mondial des Droits de l'Homme : Marrakech abritera la 2ème édition en novembre    Casablanca : Nouvelle saisie de comprimés psychotropes    IMMIGRATION : The €4,000 shortcut across the Strait    Melilla : une ONG dénonce la violence de police espagnole sur des migrants    Révolution du Roi et du Peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

De nombreux Istiqlaliens annoncent un vote sanction contre Abbas El Fassi : Le silence assourdissant du Conseil de la présidence du plus vieux parti marocain
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2012

Semaine cruciale pour l'Istiqlal. Les militants du plus vieux parti marocain comptent les heures et croisent les doigts. Dimanche 23 septembre -et non pas le samedi 22 comme prévu pour cause de non disponibilité du palais de congrès de Skhirat- le conseil national va trancher et désignera le successeur d'Abbas El Fassi. Malgré le report, cet été, d'une élection qui s'annonçait déjà houleuse, la tension n'est pas descendue d'un cran. Les Istiqlaliens s'entre-déchirent, mettant à nu les divisions d'un parti qui a toujours fonctionné sur le mode de la zaouia et du mythe du zaïm incontesté. Les candidatures au poste de secrétaire général d'Abdelouahad Fassi, fils du père fondateur et de Hamid Chabat, le syndicaliste trublion, ont catalysé la crise istiqlalienne. « Le parti est aujourd'hui divisé en deux camps. Et la crise ne fait que commencer. Il faudra désormais gérer l'après-23 septembre. Difficile que l'Istiqlal en sorte indemne », prédit cet ancien ministre istiqlalien.
Dans les coulisses de cette formation politique qui n'avait jamais jusque-là lavé son linge sale en public et privilégié la cooptation d'un candidat consensuel à la compétition démocratique, on attend toujours le miracle politique. A une semaine d'un conseil national sous haute surveillance, ceux et celles de l'Istiqlal sont à l'affût d'une troisième voie et du candidat providentiel qui sauverait leur famille politique d'une scission annoncée. « Trop tard pour une troisième voie, estime ce parlementaire du parti de la Balance. Il y a deux candidatures. Les membres du conseil national devront élire leur prochain leader et choisir qui de Hamid Chabat ou Abdelouahad El Fassi occupera le poste de secrétaire général. C'est un exercice démocratique. Il est certes douloureux et ne manquera pas de provoquer des dégâts lourds sur le parti qui va traverser une forte zone de turbulences. Mais dans le même temps, les Istiqlaliens auront fait l'apprentissage du fonctionnement normal de la démocratie. Avec tout ce qui s'est passé, il n'y a plus désormais de sujets tabous à l'Istiqlal ! »
Un show made in « Chabat » dimanche à Rabat
Si toutes les critiques sont permises, les coups aussi. La chronique de la campagne des deux candidats lancés à corps perdu dans la course du leadership en témoigne. Dérapages, accusations, insultes : les deux Istiqlaliens ne se sont rien épargnés pour occuper le fauteuil de zaïm.
Et à quelques jours seulement d'un conseil national qui va sceller le destin de l'Istiqlal, les deux prétendants au poste de secrétaire général comptent leurs troupes, sollicitent appuis et soutiens, exhibent les derniers ralliements. Le dernier soutien en date, celui de la famille Qayouh au candidat Chabat, est volontiers présenté comme le ralliement de toute la région de Souss. Et demain dimanche 16 septembre, le meeting qu'organiste le patron de l'UGTM et candidat à la succession d'Abbas El Fassi a, selon tous les Istiqlaliens, valeur de test. 10.000 militants seraient attendus pour ce show made in « Chabat ». « Si Hamid Chabat réussit son coup, il fera officiellement figure de favori », soutient ce ténor du parti.
En attendant, seul le vote des membres du conseil national comptera dimanche 23 septembre. Si les deux camps ont réussi à mobiliser le corps électoral, toutes les surprises sont encore possibles. « Mais il ne faut pas perdre de vue que de nombreux Istiqlaliens vont voter Chabat par défaut et qu'on aura affaire à un vote sanction contre Abbas El Fassi », affirme cet Istiqlalien de la première heure, n'hésitant pas à dire tout haut ce que de nombreux militants pensent tout bas.
Trop tard pour une troisième voie ? Pas si sûr pour tous ces militants qui continuent d'espérer voir le conseil de la présidence, cette instance des Sages de l'Istiqlal, sortir de sa torpeur et de son silence. « Nous sommes nombreux à espérer que le conseil de la présidence va dépasser le gel de ses statuts et se prononcer avant dimanche prochain, c'est-à-dire avant la tenue du conseil national. Son silence est inexplicable. Seuls les membres du conseil de la présidence peuvent être aujourd'hui écoutés car ils ont valeur de force morale. Ils peuvent toujours se prononcer et éviter une tragédie au parti », conclut ce membre du comité exécutif de l'Istiqlal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.