Hamid Chabat en visite en Palestine : Intensifier le soutien à la lutte du peuple palestinien    Tribune libre : France 3 nous gratifie d'un documentaire intéressé à défaut d'être intéressant    Systèmes de retraite : La CIMR confirme de nouveau la pérennité de son régime    Aït Baâmrane, capitale nationale du cactus et des figues de Barbarie : Le respect de la réglementation d'exploitation et d'exportation s'impose    17ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise des médailles    Docu-fiction de France 3 sur le Maroc : Prêche antimonarchique dans un désert de crédibilité    PJD: Benkirane maintenu pour une année supplémentaire    Salaheddine Mezouar: «La BAD, un acteur central»    Décès du fondateur de Canal +    Brèves    L'Istiqlal ressuscite le salafisme de Allal El Fassi    Brèves    Clubs de foot: Plus rentables que les multinationales    Marrakech offre de grandes parties de rire    Marrakech du rire Michel Gohou: «J'ai eu une enfance rocambolesque!»    Mawazine    La France se prépare à une nouvelle semaine sociale agitée    News    Démission du négociateur en chef de l'opposition syrienne aux pourparlers de paix    Les fonctionnaires en grand débrayage    Forum économique germano-marocain à Tanger    Le B to B in Africa s'envole pour Abidjan, Libreville et Dakar    Moulay Abdellah Alaoui : 2015, une année riche en consécrations pour les sports équestres au Maroc    Le FUS à un pas du bonheur et de son premier sacre    Le Kawkab baisse les bras face au Fath    Ouverture du premier Career Center du Maroc à Marrakech    Faire d'El Jadida un modèle en matière de protection de l'environnement    Une caravane médicale au profit des personnes démunies à Essaouira    BAM fait le point sur les régimes de change et la politique monétaire à Marrakech    Devoir ou délit d'ingérence, un péché d'indigence !    L'Université Mohammed V décerne le titre de Docteur honoris causa à Mohammad Hamid Ansari    Penser l'interprétation dans les sciences sociales    Saber Rebaï : Mawazine apporte une valeur ajoutée au paysage artistique arabe    X-Men et Alice en tête du box-office    Une marocaine nommée rapporteuse spéciale sur la radicalisation et l'extrémisme    Amical /Maroc-Congo Brazzaville : 2-0 : Une victoire prometteuse devant 40.000 spectateurs    Basket-ball / Coupe du Trône: 11ème victoire de l'AS FAR (Dames): L'ASS (Messieurs) conserve son titre    Casablanca/Quartier Oasis : Les riverains s'opposent à l'installation d'une antenne-relais    Saâd Lamjarred à Mawazine : Un concert digne d'un grand Maâlem    Enfants migrants au Maroc : Des obstacles à l'intégration et à la protection    Répression de la fraude aux examens du Bac : Des peines d'emprisonnement ferme à l'encontre des tricheurs    Défilé de Miss cerisette en clôture du Festival des cerises de Sefrou    CIMR : Un régime qui confirme sa pérennité    Boulaknadel appelle les ex MRE à régulariser leur situation    Etude: un diagnostic écologique du Maroc en projet    15 milliards de cigarettes consommées par an    UpM: Sijilmassi appelle à l'exploitation du potentiel de croissance    France : La Loi Travail : Les syndicats appellent à «amplifier les mobilisations», Hollande « tiendra bon »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De nombreux Istiqlaliens annoncent un vote sanction contre Abbas El Fassi : Le silence assourdissant du Conseil de la présidence du plus vieux parti marocain
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2012

Semaine cruciale pour l'Istiqlal. Les militants du plus vieux parti marocain comptent les heures et croisent les doigts. Dimanche 23 septembre -et non pas le samedi 22 comme prévu pour cause de non disponibilité du palais de congrès de Skhirat- le conseil national va trancher et désignera le successeur d'Abbas El Fassi. Malgré le report, cet été, d'une élection qui s'annonçait déjà houleuse, la tension n'est pas descendue d'un cran. Les Istiqlaliens s'entre-déchirent, mettant à nu les divisions d'un parti qui a toujours fonctionné sur le mode de la zaouia et du mythe du zaïm incontesté. Les candidatures au poste de secrétaire général d'Abdelouahad Fassi, fils du père fondateur et de Hamid Chabat, le syndicaliste trublion, ont catalysé la crise istiqlalienne. « Le parti est aujourd'hui divisé en deux camps. Et la crise ne fait que commencer. Il faudra désormais gérer l'après-23 septembre. Difficile que l'Istiqlal en sorte indemne », prédit cet ancien ministre istiqlalien.
Dans les coulisses de cette formation politique qui n'avait jamais jusque-là lavé son linge sale en public et privilégié la cooptation d'un candidat consensuel à la compétition démocratique, on attend toujours le miracle politique. A une semaine d'un conseil national sous haute surveillance, ceux et celles de l'Istiqlal sont à l'affût d'une troisième voie et du candidat providentiel qui sauverait leur famille politique d'une scission annoncée. « Trop tard pour une troisième voie, estime ce parlementaire du parti de la Balance. Il y a deux candidatures. Les membres du conseil national devront élire leur prochain leader et choisir qui de Hamid Chabat ou Abdelouahad El Fassi occupera le poste de secrétaire général. C'est un exercice démocratique. Il est certes douloureux et ne manquera pas de provoquer des dégâts lourds sur le parti qui va traverser une forte zone de turbulences. Mais dans le même temps, les Istiqlaliens auront fait l'apprentissage du fonctionnement normal de la démocratie. Avec tout ce qui s'est passé, il n'y a plus désormais de sujets tabous à l'Istiqlal ! »
Un show made in « Chabat » dimanche à Rabat
Si toutes les critiques sont permises, les coups aussi. La chronique de la campagne des deux candidats lancés à corps perdu dans la course du leadership en témoigne. Dérapages, accusations, insultes : les deux Istiqlaliens ne se sont rien épargnés pour occuper le fauteuil de zaïm.
Et à quelques jours seulement d'un conseil national qui va sceller le destin de l'Istiqlal, les deux prétendants au poste de secrétaire général comptent leurs troupes, sollicitent appuis et soutiens, exhibent les derniers ralliements. Le dernier soutien en date, celui de la famille Qayouh au candidat Chabat, est volontiers présenté comme le ralliement de toute la région de Souss. Et demain dimanche 16 septembre, le meeting qu'organiste le patron de l'UGTM et candidat à la succession d'Abbas El Fassi a, selon tous les Istiqlaliens, valeur de test. 10.000 militants seraient attendus pour ce show made in « Chabat ». « Si Hamid Chabat réussit son coup, il fera officiellement figure de favori », soutient ce ténor du parti.
En attendant, seul le vote des membres du conseil national comptera dimanche 23 septembre. Si les deux camps ont réussi à mobiliser le corps électoral, toutes les surprises sont encore possibles. « Mais il ne faut pas perdre de vue que de nombreux Istiqlaliens vont voter Chabat par défaut et qu'on aura affaire à un vote sanction contre Abbas El Fassi », affirme cet Istiqlalien de la première heure, n'hésitant pas à dire tout haut ce que de nombreux militants pensent tout bas.
Trop tard pour une troisième voie ? Pas si sûr pour tous ces militants qui continuent d'espérer voir le conseil de la présidence, cette instance des Sages de l'Istiqlal, sortir de sa torpeur et de son silence. « Nous sommes nombreux à espérer que le conseil de la présidence va dépasser le gel de ses statuts et se prononcer avant dimanche prochain, c'est-à-dire avant la tenue du conseil national. Son silence est inexplicable. Seuls les membres du conseil de la présidence peuvent être aujourd'hui écoutés car ils ont valeur de force morale. Ils peuvent toujours se prononcer et éviter une tragédie au parti », conclut ce membre du comité exécutif de l'Istiqlal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.