La politique africaine du Maroc : Une vision intégrée pour un Continent prospère    Les nouvelles dispositions du Code de la route : Réduction du montant de certaines amendes selon le délai de règlement    Syrie : Offensive turque et de la coalition US - YPG « contre l'EI »    CAN Gabon 2017 (qualifications) : Renard convoque 27 joueurs    Suite à l'effondrement d'un mur de leur maison : Décès de trois personnes d'une même famille à Marrakech    Trafic aérien dans les différents aéroports du royaume / Hausse de plus de 12%    Agences de voyages : « New GEN ISS », le nouveau procédé critiqué    En vue de préserver la crédibilité du processus électoral / Interdiction de réaliser ou de publier des sondages d'opinion à caractère politique    Changement à la tête de Total Maroc    Aid Al Adha : Le prix moyen du mouton entre 2200 et 2300 DH    Explosion d'un chauffe-eau à Rabat / Deux morts    Fête de la Jeunesse / Concert de Jazz demain à Casablanca    2è édition du Festival universitaire international du cinéma des jeunes à Ouarzazate / Cinéma, lieu de jonction des cultures    Séisme en Italie : L'ambassadeur marocain s'exprime    4,2 millions de touristes ont visité le Maroc au premier semestre 2016 / Baisse de 2,6% des arrivées et de 4% des nuitées    6,5 millions de spectateurs au Festival des plages de Maroc Telecom    Musique et arts chorégraphiques: 15 MDH pour 125 projets    Mehdi Carcela dans le viseur du FC Brugges    Feu de forêt à Ouazzane    Tokyo 2020: Les médailles fabriquées à partir de déchets électroniques    Des infirmiers congolais formés au CHU de Marrakech    Lionceaux U23 : les 23 sélectionnés contre le Liberia et la Zambie Spécial    Omar El-Kaddouri déclare forfait pour l'Albanie et STP    Identités culturelles et vivre ensemble dans la région méditerranéenne    La princesse Lalla Salma présidera le Bal de la Riviera    Royal et Mezouar se mobilisent pour la ratification de l'Accord de Paris    Algérie: L'économie pique du nez    Listes nationales : Le PAM examinera les candidatures des jeunes et des femmes    Canicule: La plage, un refuge pour les Casaouis en quête de fraîcheur    De nouveaux raids sur Gaza    High-tech : Meizu Pro 7, simple copie ou véritable concurrent du Samsung Galaxy Note 7 ?    Détenus ou portés disparus dans l'indifférence générale    De l'action humanitaire à la recherche académique    News    Un policier de Salé fait usage de son arme pour arrêter un individu qui menaçait des citoyens à l'arme blanche    Reportage : Les Subsahariens de Madrid entre tolérance contrôlée et marginalisation    Les dromadaires côtoient les estivants sur la plage d'Essaouira    Washington prévient Damas de rester à l'écart des forces de la coalition    Insolite : Geste olympique    Ce qu'a coûté El Yamiq au Raja    Tsouli au MAT    Bouillon de culture    Bio des stars : Eminem, the Slim Shady    La vie d'Amy Winehouse de retour dans les salles marocaines    Lindsey Stirling, la violoniste star de YouTube    La vocation africaine du Maroc et ses déceptions maghrébines : Le train pour l'Afrique sifflera trois fois*    Les sondages interdits à l'approche des législatives    PJD et MUR au pied du mur : Quand les donneurs de leçons se font prendre à leur propre piège    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De nombreux Istiqlaliens annoncent un vote sanction contre Abbas El Fassi : Le silence assourdissant du Conseil de la présidence du plus vieux parti marocain
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2012

Semaine cruciale pour l'Istiqlal. Les militants du plus vieux parti marocain comptent les heures et croisent les doigts. Dimanche 23 septembre -et non pas le samedi 22 comme prévu pour cause de non disponibilité du palais de congrès de Skhirat- le conseil national va trancher et désignera le successeur d'Abbas El Fassi. Malgré le report, cet été, d'une élection qui s'annonçait déjà houleuse, la tension n'est pas descendue d'un cran. Les Istiqlaliens s'entre-déchirent, mettant à nu les divisions d'un parti qui a toujours fonctionné sur le mode de la zaouia et du mythe du zaïm incontesté. Les candidatures au poste de secrétaire général d'Abdelouahad Fassi, fils du père fondateur et de Hamid Chabat, le syndicaliste trublion, ont catalysé la crise istiqlalienne. « Le parti est aujourd'hui divisé en deux camps. Et la crise ne fait que commencer. Il faudra désormais gérer l'après-23 septembre. Difficile que l'Istiqlal en sorte indemne », prédit cet ancien ministre istiqlalien.
Dans les coulisses de cette formation politique qui n'avait jamais jusque-là lavé son linge sale en public et privilégié la cooptation d'un candidat consensuel à la compétition démocratique, on attend toujours le miracle politique. A une semaine d'un conseil national sous haute surveillance, ceux et celles de l'Istiqlal sont à l'affût d'une troisième voie et du candidat providentiel qui sauverait leur famille politique d'une scission annoncée. « Trop tard pour une troisième voie, estime ce parlementaire du parti de la Balance. Il y a deux candidatures. Les membres du conseil national devront élire leur prochain leader et choisir qui de Hamid Chabat ou Abdelouahad El Fassi occupera le poste de secrétaire général. C'est un exercice démocratique. Il est certes douloureux et ne manquera pas de provoquer des dégâts lourds sur le parti qui va traverser une forte zone de turbulences. Mais dans le même temps, les Istiqlaliens auront fait l'apprentissage du fonctionnement normal de la démocratie. Avec tout ce qui s'est passé, il n'y a plus désormais de sujets tabous à l'Istiqlal ! »
Un show made in « Chabat » dimanche à Rabat
Si toutes les critiques sont permises, les coups aussi. La chronique de la campagne des deux candidats lancés à corps perdu dans la course du leadership en témoigne. Dérapages, accusations, insultes : les deux Istiqlaliens ne se sont rien épargnés pour occuper le fauteuil de zaïm.
Et à quelques jours seulement d'un conseil national qui va sceller le destin de l'Istiqlal, les deux prétendants au poste de secrétaire général comptent leurs troupes, sollicitent appuis et soutiens, exhibent les derniers ralliements. Le dernier soutien en date, celui de la famille Qayouh au candidat Chabat, est volontiers présenté comme le ralliement de toute la région de Souss. Et demain dimanche 16 septembre, le meeting qu'organiste le patron de l'UGTM et candidat à la succession d'Abbas El Fassi a, selon tous les Istiqlaliens, valeur de test. 10.000 militants seraient attendus pour ce show made in « Chabat ». « Si Hamid Chabat réussit son coup, il fera officiellement figure de favori », soutient ce ténor du parti.
En attendant, seul le vote des membres du conseil national comptera dimanche 23 septembre. Si les deux camps ont réussi à mobiliser le corps électoral, toutes les surprises sont encore possibles. « Mais il ne faut pas perdre de vue que de nombreux Istiqlaliens vont voter Chabat par défaut et qu'on aura affaire à un vote sanction contre Abbas El Fassi », affirme cet Istiqlalien de la première heure, n'hésitant pas à dire tout haut ce que de nombreux militants pensent tout bas.
Trop tard pour une troisième voie ? Pas si sûr pour tous ces militants qui continuent d'espérer voir le conseil de la présidence, cette instance des Sages de l'Istiqlal, sortir de sa torpeur et de son silence. « Nous sommes nombreux à espérer que le conseil de la présidence va dépasser le gel de ses statuts et se prononcer avant dimanche prochain, c'est-à-dire avant la tenue du conseil national. Son silence est inexplicable. Seuls les membres du conseil de la présidence peuvent être aujourd'hui écoutés car ils ont valeur de force morale. Ils peuvent toujours se prononcer et éviter une tragédie au parti », conclut ce membre du comité exécutif de l'Istiqlal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.