Marrakech-Tensift-Al Haouz : L'habitat détrône le tourisme    Le Plan national de l'eau nécessitera plus de 200 milliards DH à l'horizon 2030    Nouveau plan royal pour lutter contre la pauvreté dans les communes rurales les plus démunies    Les cliniques juridiques ciblent les populations défavorisées    La production industrielle en berne    N° 1130 en kiosque : Maîtres-Chanteurs    Internet, nouveau terrain de la bataille électorale    Les étudiants en médecine boycottent la rentrée universitaire    De grâce Catherine Graciet, séchez vos larmes !    Les Lions s'envolent aujourd'hui pour Sao Tomé    Vidéo: Chamakh s'essaie au Dizzy Goal Challenge    Il lui rappelle un mauvais souvenir, il le tue    Festival L'Boulevard : 20 groupes sélectionnés pour le tremplin    Film documentaire à Asilah : La Chine à l'honneur de la troisième édition du festival    L'argent sale brouille le jeu des élections dans la région    «Les candidats du PPS étaient quasiment les seuls à faire eux-mêmes du porte à porte»    Direction Al Ittihad pour Mbark Boussoufa    Mama Oughanem, mère de Mahtat Rakass, n'est plus    Turquie: quatre policiers tués dans l'explosion d'une bombe dans le sud-est    Coupe du Trône : KAC Kénitra bat Wydad de Casablanca    La FRMB fête les boxeurs marocains sacrés aux Championnats d'Afrique seniors    Conjoncture difficile pour BMCI    Opportunités d'affaires assurées chez CEED Morocco !    chirurgie mini-invasive : 3 questions au Dr Anis Achergui    Le Maroc bon élève    Les pharmaciens élisent leurs représentants    un vote sanction : 3 questions à Ahmed Bouz, politologue    Implication et rôle accrus du Parlement dans le processus budgétaire    Budget fondé sur la performance    Nouveau talk-show quotidien en direct : Medi1TV annonce le lancement de «60 minutes pour comprendre»    Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail en France    Les prix des licences de chasse fixés    Belmokhtar réoriente les troncs communs    Revue de presse du jeudi 03 septembre 2015    «Les enfants perdus de Casablanca»,    Série de rapts en Irak    La CIA et les forces spéciales à l'oeuvre contre l'EI en Syrie    Khalid Bensaria : L'objectif du MCO est de réaliser une bonne saison    Permettre aux jeunes filles de découvrir d'autres horizons    Une campagne aux forts relents d'argent sale    Coup d'envoi à Casablanca du championnat du monde des jeunes du sport boules    Coupe du Trône : RB-OCK non joué    Plus d'un demi-siècle d'engagement pour la promotion de la démocratie locale    El Hassan Lachguar : Les habitants de l'arrondisement de Youssoufia sont tous les matins là pour Rabat mais Rabat n'est jamais là pour eux    Divers Economie    Gad El Maleh ne participera pas à "Brice de nice 3"    JLO a un palais pour ses fringues    "La nuit entr'ouverte" de Tala Hadid enfin en salles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

De nombreux Istiqlaliens annoncent un vote sanction contre Abbas El Fassi : Le silence assourdissant du Conseil de la présidence du plus vieux parti marocain
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2012

Semaine cruciale pour l'Istiqlal. Les militants du plus vieux parti marocain comptent les heures et croisent les doigts. Dimanche 23 septembre -et non pas le samedi 22 comme prévu pour cause de non disponibilité du palais de congrès de Skhirat- le conseil national va trancher et désignera le successeur d'Abbas El Fassi. Malgré le report, cet été, d'une élection qui s'annonçait déjà houleuse, la tension n'est pas descendue d'un cran. Les Istiqlaliens s'entre-déchirent, mettant à nu les divisions d'un parti qui a toujours fonctionné sur le mode de la zaouia et du mythe du zaïm incontesté. Les candidatures au poste de secrétaire général d'Abdelouahad Fassi, fils du père fondateur et de Hamid Chabat, le syndicaliste trublion, ont catalysé la crise istiqlalienne. « Le parti est aujourd'hui divisé en deux camps. Et la crise ne fait que commencer. Il faudra désormais gérer l'après-23 septembre. Difficile que l'Istiqlal en sorte indemne », prédit cet ancien ministre istiqlalien.
Dans les coulisses de cette formation politique qui n'avait jamais jusque-là lavé son linge sale en public et privilégié la cooptation d'un candidat consensuel à la compétition démocratique, on attend toujours le miracle politique. A une semaine d'un conseil national sous haute surveillance, ceux et celles de l'Istiqlal sont à l'affût d'une troisième voie et du candidat providentiel qui sauverait leur famille politique d'une scission annoncée. « Trop tard pour une troisième voie, estime ce parlementaire du parti de la Balance. Il y a deux candidatures. Les membres du conseil national devront élire leur prochain leader et choisir qui de Hamid Chabat ou Abdelouahad El Fassi occupera le poste de secrétaire général. C'est un exercice démocratique. Il est certes douloureux et ne manquera pas de provoquer des dégâts lourds sur le parti qui va traverser une forte zone de turbulences. Mais dans le même temps, les Istiqlaliens auront fait l'apprentissage du fonctionnement normal de la démocratie. Avec tout ce qui s'est passé, il n'y a plus désormais de sujets tabous à l'Istiqlal ! »
Un show made in « Chabat » dimanche à Rabat
Si toutes les critiques sont permises, les coups aussi. La chronique de la campagne des deux candidats lancés à corps perdu dans la course du leadership en témoigne. Dérapages, accusations, insultes : les deux Istiqlaliens ne se sont rien épargnés pour occuper le fauteuil de zaïm.
Et à quelques jours seulement d'un conseil national qui va sceller le destin de l'Istiqlal, les deux prétendants au poste de secrétaire général comptent leurs troupes, sollicitent appuis et soutiens, exhibent les derniers ralliements. Le dernier soutien en date, celui de la famille Qayouh au candidat Chabat, est volontiers présenté comme le ralliement de toute la région de Souss. Et demain dimanche 16 septembre, le meeting qu'organiste le patron de l'UGTM et candidat à la succession d'Abbas El Fassi a, selon tous les Istiqlaliens, valeur de test. 10.000 militants seraient attendus pour ce show made in « Chabat ». « Si Hamid Chabat réussit son coup, il fera officiellement figure de favori », soutient ce ténor du parti.
En attendant, seul le vote des membres du conseil national comptera dimanche 23 septembre. Si les deux camps ont réussi à mobiliser le corps électoral, toutes les surprises sont encore possibles. « Mais il ne faut pas perdre de vue que de nombreux Istiqlaliens vont voter Chabat par défaut et qu'on aura affaire à un vote sanction contre Abbas El Fassi », affirme cet Istiqlalien de la première heure, n'hésitant pas à dire tout haut ce que de nombreux militants pensent tout bas.
Trop tard pour une troisième voie ? Pas si sûr pour tous ces militants qui continuent d'espérer voir le conseil de la présidence, cette instance des Sages de l'Istiqlal, sortir de sa torpeur et de son silence. « Nous sommes nombreux à espérer que le conseil de la présidence va dépasser le gel de ses statuts et se prononcer avant dimanche prochain, c'est-à-dire avant la tenue du conseil national. Son silence est inexplicable. Seuls les membres du conseil de la présidence peuvent être aujourd'hui écoutés car ils ont valeur de force morale. Ils peuvent toujours se prononcer et éviter une tragédie au parti », conclut ce membre du comité exécutif de l'Istiqlal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.