Programme de la 27è journée de la Botola Pro    Mar 15h16 Conseil de gouvernement jeudi : exploitation des carrières, Tanger-Med, TVA    Maroc-Gabon    Obama en tournée asiatique    Brèves Internationales    France: Manuel Valls dévoile son plan de stabilité    Christophe Maé au Mazagan Beach le samedi 10 Mai    Benyakhlef fait son show au musée d'Agadir    Mar 12h26 Ciblage des programmes RAMED et Tayssir : Convention ONDH, ONU, BM    Mar 13h07 SIAM- Arrivée à Fès du président de la République de Guinée, Alpha Condé    L'AMO étendue aux soins dentaires    Le Masi reprend des couleurs        CAN Maroc 2015: la commission d'inspection de la CAF "très satisfaite" et "confiante"    Violences sexuelles contre les enfants: Une étude nationale en cours ...    Ligue des champions : Atletico-Chelsea, des retrouvailles avec des caractéristiques similaires    Alpha Condé, le président de la Guinée prend part au SIAM    Parlement : la composition des groupes de députés annoncée vendredi    Edito: Franchise    Les avances sur les marchés publics débarquent au Maroc    Algérie : Main basse sur une « démocratie »    Maroc-Libye : Rapatriement du Marocainblessé àTripoli    La journée mondiale du livre, coïncidant avec le 23 avril, célébrée à la Bibliothèque Mohamed Sekkat    Hamid Chabat préside la cérémonie de clôture de la 40ème rencontre d'« Al Mahid Al Akbar » à la Maâmora : Eloge de l'immense action sociale du Scout marocain    Stratégie nationale de développement durable : Nécessité de promouvoir une économie verte    La Coupe Lalla Meryem reflète l'image du tennis au Maroc    Une courte victoire pour calmer la tempête    Le MAT conserve son leadership, le KACM et le Raja ratent le coche...    «Arrabouz» ranime l'art de la halqa    Renforcer les capacités intellectuelles de l'enfant par les mathématiques et les jeux créatifs    Advocaat dans le viseur de la FRMF pour entrainer les Lions de l'Atlas    Partenariat stratégique : RAM et Casablanca Finance City main dans la main    Deuxième édition du Festival de la palmeraie    Terreur sur la ville : Immersion dans le monde interlope des malfaiteurs casablancais    Flashs    Les mariages de stars à venir    Les arts de la rue, un genre artistique à part entière    "Welcome to New York", un film inspiré de l'affaire DSK            News    Stage de l'EN des juniors    L'ONCF maintient le cap de la croissance    «LH Aviation» va s'implanter au Maroc    L'autre face des parlementaires    Le Maroc à la London School of Economics    Le scénario égyptien par ( Jamal Berraoui )    Mohammed VI félicite A.Bouteflika suite à sa réélection    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

De nombreux Istiqlaliens annoncent un vote sanction contre Abbas El Fassi : Le silence assourdissant du Conseil de la présidence du plus vieux parti marocain
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2012

Semaine cruciale pour l'Istiqlal. Les militants du plus vieux parti marocain comptent les heures et croisent les doigts. Dimanche 23 septembre -et non pas le samedi 22 comme prévu pour cause de non disponibilité du palais de congrès de Skhirat- le conseil national va trancher et désignera le successeur d'Abbas El Fassi. Malgré le report, cet été, d'une élection qui s'annonçait déjà houleuse, la tension n'est pas descendue d'un cran. Les Istiqlaliens s'entre-déchirent, mettant à nu les divisions d'un parti qui a toujours fonctionné sur le mode de la zaouia et du mythe du zaïm incontesté. Les candidatures au poste de secrétaire général d'Abdelouahad Fassi, fils du père fondateur et de Hamid Chabat, le syndicaliste trublion, ont catalysé la crise istiqlalienne. « Le parti est aujourd'hui divisé en deux camps. Et la crise ne fait que commencer. Il faudra désormais gérer l'après-23 septembre. Difficile que l'Istiqlal en sorte indemne », prédit cet ancien ministre istiqlalien.
Dans les coulisses de cette formation politique qui n'avait jamais jusque-là lavé son linge sale en public et privilégié la cooptation d'un candidat consensuel à la compétition démocratique, on attend toujours le miracle politique. A une semaine d'un conseil national sous haute surveillance, ceux et celles de l'Istiqlal sont à l'affût d'une troisième voie et du candidat providentiel qui sauverait leur famille politique d'une scission annoncée. « Trop tard pour une troisième voie, estime ce parlementaire du parti de la Balance. Il y a deux candidatures. Les membres du conseil national devront élire leur prochain leader et choisir qui de Hamid Chabat ou Abdelouahad El Fassi occupera le poste de secrétaire général. C'est un exercice démocratique. Il est certes douloureux et ne manquera pas de provoquer des dégâts lourds sur le parti qui va traverser une forte zone de turbulences. Mais dans le même temps, les Istiqlaliens auront fait l'apprentissage du fonctionnement normal de la démocratie. Avec tout ce qui s'est passé, il n'y a plus désormais de sujets tabous à l'Istiqlal ! »
Un show made in « Chabat » dimanche à Rabat
Si toutes les critiques sont permises, les coups aussi. La chronique de la campagne des deux candidats lancés à corps perdu dans la course du leadership en témoigne. Dérapages, accusations, insultes : les deux Istiqlaliens ne se sont rien épargnés pour occuper le fauteuil de zaïm.
Et à quelques jours seulement d'un conseil national qui va sceller le destin de l'Istiqlal, les deux prétendants au poste de secrétaire général comptent leurs troupes, sollicitent appuis et soutiens, exhibent les derniers ralliements. Le dernier soutien en date, celui de la famille Qayouh au candidat Chabat, est volontiers présenté comme le ralliement de toute la région de Souss. Et demain dimanche 16 septembre, le meeting qu'organiste le patron de l'UGTM et candidat à la succession d'Abbas El Fassi a, selon tous les Istiqlaliens, valeur de test. 10.000 militants seraient attendus pour ce show made in « Chabat ». « Si Hamid Chabat réussit son coup, il fera officiellement figure de favori », soutient ce ténor du parti.
En attendant, seul le vote des membres du conseil national comptera dimanche 23 septembre. Si les deux camps ont réussi à mobiliser le corps électoral, toutes les surprises sont encore possibles. « Mais il ne faut pas perdre de vue que de nombreux Istiqlaliens vont voter Chabat par défaut et qu'on aura affaire à un vote sanction contre Abbas El Fassi », affirme cet Istiqlalien de la première heure, n'hésitant pas à dire tout haut ce que de nombreux militants pensent tout bas.
Trop tard pour une troisième voie ? Pas si sûr pour tous ces militants qui continuent d'espérer voir le conseil de la présidence, cette instance des Sages de l'Istiqlal, sortir de sa torpeur et de son silence. « Nous sommes nombreux à espérer que le conseil de la présidence va dépasser le gel de ses statuts et se prononcer avant dimanche prochain, c'est-à-dire avant la tenue du conseil national. Son silence est inexplicable. Seuls les membres du conseil de la présidence peuvent être aujourd'hui écoutés car ils ont valeur de force morale. Ils peuvent toujours se prononcer et éviter une tragédie au parti », conclut ce membre du comité exécutif de l'Istiqlal


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.