Accréditation de 17 instances pour l'observation des élections    Beni Mellal- Khénifra 48,04 % de réussite. 19,25/20 est la première moyenne enregistrée au bac.    CDM 2018 - Maroc : Est-ce vraiment si difficile? Spécial    Sofiane Boufal et l'embarras du choix. Quelle grosse écurie ?    Hervé Renard : Un groupe pas facile mais qui est à notre portée Spécial    Abdellatif Jouahri, Wali Bank Al Maghrib    BREXIT : Et si le Royaume-Uni revenait sur sa décision ?    Nomination de nouveaux gouverneurs et ambassadeurs    Hicham Attouch, président du Forum des économistes marocains    Les Espagnols aux urnes dimanche pour une seconde fois en six mois    News    La santé alimentaire des Marocains suspendue à la vigilance de l'ONSSA    Le secteur de la prestation logistique fait florès au Maroc    Haddad dresse son bilan du secteur touristique    Islande: Les raisons d'un succès pas si fou!    Chafik à Dijon et Mohamedi pressenti à Majorque    Divers sportifs    Eliminatoires Coupe du monde 2018 : Le Maroc et la Côte d'Ivoire dans le même groupe    Défaut de sécurité chez le mobilier d'IKEA    Le CHU Mohammed VI de Marrakech se dote de la première banque d'os au Maroc    Des métiers saisonniers prospèrent durant le Ramadan dans la région du Nord    Arrestation à Tanger de trois individus pour vol avec violence    Clôture de Ramadaniat Sidi Belyout : L'art et la manière    Timitar de retour à Agadir    Le Festival "Sept soleils sept lunes" fait escale à Tanger et à El Jadida    Saisie de plus de 32 tonnes de marchandises de contrebande    Le Plan national de l'eau parachevé    Baccalauréat : 158.933 candidats admis    Des «Gossip» girls sur la corniche    Etats-Unis: Les élus démocrates en « Sit-in » contre les armes    Gabon: Ali Bongo inaugure l'aéroport de Port-Gentil    Coupe du Trône / 16ème de finale « retour » : Le FUS en 8e de finale aux dépens du RAC    Exposition : dis-moi comment est ton sac...    Quand l'introverti se lâche    Le retour des Tortues Ninja    Sur la scène du théâtre national Mohammed V: Les étoiles du Centre Culturel Russe en vedettes    Le 13ème Festival international des contes à Témara célèbre la culture sahraouie    Le Prince Moulay Rachid heureux papa    Maroc Telecom déploie la fibre optique chez vous    Terrorisme: 10 éléments de Daesh arrêtés par la BCIJ à Oujda    Les Britanniques ont voté pour une sortie de l'Union européenne    Elalamy annonce la fusion de Maroc Export, l'AMDI et l'OFEC    école privées : Fin de partie pour les instituteurs    Conseil des ministres : Législatives, investissements, nominations,...à l'ordre du jour    Chambre des conseillers: Le projet de loi sur les listes électorales adopté à l'unanimité    Le niet espagnol à la décision de la Cour européenne de justice    Le projet de loi relatif à la presse et à l'édition quitte la Chambre des représentants    Autorité judiciaire : Les candidatures ouvertes jusqu'au 4 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adieu Si Mohamed Guessous
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2014

Vendredi, le cœur du grand militant, sociologue et éducateur, le Pr. Mohamed Guessous, a cessé de battre à l'âge de 76 ans.
Le Bureau politique de l'USFP porte à la connaissance des militants, des sympathisants, des professeurs universitaires, des étudiants et de l'ensemble des citoyens, la triste nouvelle du décès d'un grand dirigeant ittihadi qui a consacré sa vie au militantisme sur tous les fronts au sein de son parti, encadrant ses colloques et traçant sa ligne militante et son projet sociétal. Une action qui ne l'a pas empêché d'accomplir parfaitement son devoir d'enseignant en veillant à poser les jalons de la sociologie et les piliers de la recherche scientifique, contribuant ainsi à la formation de milliers d'étudiants et encadrant également de nombreuses thèses universitaires, recherches académiques et luttes ouvrières et paysannes auxquelles il a toujours été fort sensible, et ce avec une humilité chevillée au corps.
Ce militant au long cours n'a jamais hésité à faire bénéficier son pays de son savoir. Il a, en effet, choisi de regagner le Maroc en 1968, à l'issue de ses études à l'Université américaine de Princeton pour intégrer l'Université Mohammed V de Rabat.
En tant que praticien, il a conforté les bases de la recherche scientifique, et on lui doit, ainsi qu'à bon nombre de ses confrères, d'avoir conféré à l'université marocaine la place qui lui échoit.
Mohamed Guessous a profondément cru en l'Etat de droit et en la démocratie comme style de gouvernement et il y a adhéré en dépit des dysfonctionnements qui les entachaient. Il a ainsi été élu conseiller de Rabat qui lui doit, entre autres, la préservation de son patrimoine historique et de son cachet architectural.
Le regretté a également été élu au sein des instances de son parti, que ce soit au niveau du Secrétariat régional, de la Commission administrative, de la Commission centrale et du Bureau politique comme il a présidé aux destinées de l'Internationale socialiste.
Feu Guessous a grandement contribué à l'analyse de la stratification sociale marocaine, appelé à la libération de la femme et mis en garde contre les dérives du système d'enseignement et les conséquences néfastes que cela pourrait entrainer si rien n'est entrepris à temps pour y remédier. Son audace lui a valu de nombreux problèmes qu'il a toujours affrontés avec le sourire.
Tous ses étudiants et confrères se remémoreront du fait qu'il leur a toujours ouvert, en sus de son cœur, son domicile et sa précieuse bibliothèque.
Mohamed Guessous ne s'est jamais laissé tenter par les feux de la rampe comme il n'a jamais cherché à briguer quelque poste administratif et encore moins, couru après la fortune.
Le regretté n'a cessé de défendre la cause nationale au sein des universités américaines et britanniques en particulier, récusant les assertions pseudo-sociologiques et historiques des ennemis de notre intégrité territoriale. Aujourd'hui, alors que nous sommes affligés par la perte d'un homme de cette trempe, nous présentons nos condoléances les plus émues à son épouse Diantha Bonnett ainsi qu'à ses enfants Nadia, Leila et Omar et à ses frères et sœurs Touria, Badia, Nezha, Rajae et Fouad.
Puisse Dieu avoir notre cher regretté en Sa Sainte Miséricorde.
Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.