Par une panoplie de mesures sécuritaires, légales, techniques et préventives : L'Etat déclare la guerre au hooliganisme    Le Maroc partie à la conférence de Londres des donateurs pour la Syrie    Généralisation du titre de séjour pluriannuel pour les étudiants étrangers en France    Mouvement de mutations et d'affectations des délégués provinciaux du ministère de l'Education nationale    Les syndicats adressent un énième mémorandum à Benkirane    La mise en service de Noor I fait parler    Salon Fruit Logistica à Berlin: L'offre exportable marocaine mise en avant    Nador West Med, STFA-SGTM-JDN est en pole position    Le PPS plaide pour moins de garde-fous pour la présentation des motions et pétitions    Une marche des professionnels du transport prévue dimanche à Rabat    Hassan Baraka : Héros des temps modernes    « Sahara marocain : 20 questions pour comprendre », d'Ali Achour    L'ingéniosité humaine d'adaptation à l'épreuve des défis climatiques    El Ouardi : Il est temps d'adopter une politique ferme contre le tabagisme    Les cancers mieux soignés chez les enfants mais au prix des séquelles    «Une institution dotée d'un mode de gestion des plus modernes»    Le Festival Gnaoua lance sa résidence artistique    Agenda culturel du 05 au 11 Février 2016    Lions de l'Atlas : Kévin Malcuit pour remplacer Fouad Chafik    Une contribution marocaine de 10 millions de dollars pour la Syrie    SM le roi entame sa deuxième visite à Laâyoune    Iconoclaste...    César ne pourra pas conquérir le Maroc    Manifeste pour un autre cinéma (Suite)    KPMG dit «Oui» à Lakjaa    Ali El Yazidi : La mémoire de Laâyoune    La permutation automatique des enseignants est en marche    Club XXIe Siècle change de tête    Pongée dans l'univers de tanger med    Bakkoury en capitaine    Brexit: Les propositions de l'UE    Zones humides    Lutte contre le hooliganisme    Retrouvailles cordiales entre Benkirane et Elyas el Omari    Sammer : Pas de problème d'alcool pour Vidal    Le Groupe socialiste interpelle le gouvernement sur la sécheresse, la Samir et le Ramed    Divers    Vers l'expulsion d'Allemagne de 1.623 migrants marocains    Vive dénonciation de la politique répressive du Polisario    Enrique invite Neymar à rester lui-même dans la tourmente    Réforme de l'orthographe : vers la fin de l'accent circonflexe ?    Katrina Kaif, la super star de Bollywood, bientôt au Maroc    Leila Alaoui ou l'ombre de l'absente    Syrie : Un processus de paix qui sombre et une guerre qui fait rage    Brèves régionales    Fondation Lalla Salma, le cas d'école    Les donateurs pour la Syrie se réunissent à Londres    Les hooligans marocains auront la vie dure    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adieu Si Mohamed Guessous
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2014

Vendredi, le cœur du grand militant, sociologue et éducateur, le Pr. Mohamed Guessous, a cessé de battre à l'âge de 76 ans.
Le Bureau politique de l'USFP porte à la connaissance des militants, des sympathisants, des professeurs universitaires, des étudiants et de l'ensemble des citoyens, la triste nouvelle du décès d'un grand dirigeant ittihadi qui a consacré sa vie au militantisme sur tous les fronts au sein de son parti, encadrant ses colloques et traçant sa ligne militante et son projet sociétal. Une action qui ne l'a pas empêché d'accomplir parfaitement son devoir d'enseignant en veillant à poser les jalons de la sociologie et les piliers de la recherche scientifique, contribuant ainsi à la formation de milliers d'étudiants et encadrant également de nombreuses thèses universitaires, recherches académiques et luttes ouvrières et paysannes auxquelles il a toujours été fort sensible, et ce avec une humilité chevillée au corps.
Ce militant au long cours n'a jamais hésité à faire bénéficier son pays de son savoir. Il a, en effet, choisi de regagner le Maroc en 1968, à l'issue de ses études à l'Université américaine de Princeton pour intégrer l'Université Mohammed V de Rabat.
En tant que praticien, il a conforté les bases de la recherche scientifique, et on lui doit, ainsi qu'à bon nombre de ses confrères, d'avoir conféré à l'université marocaine la place qui lui échoit.
Mohamed Guessous a profondément cru en l'Etat de droit et en la démocratie comme style de gouvernement et il y a adhéré en dépit des dysfonctionnements qui les entachaient. Il a ainsi été élu conseiller de Rabat qui lui doit, entre autres, la préservation de son patrimoine historique et de son cachet architectural.
Le regretté a également été élu au sein des instances de son parti, que ce soit au niveau du Secrétariat régional, de la Commission administrative, de la Commission centrale et du Bureau politique comme il a présidé aux destinées de l'Internationale socialiste.
Feu Guessous a grandement contribué à l'analyse de la stratification sociale marocaine, appelé à la libération de la femme et mis en garde contre les dérives du système d'enseignement et les conséquences néfastes que cela pourrait entrainer si rien n'est entrepris à temps pour y remédier. Son audace lui a valu de nombreux problèmes qu'il a toujours affrontés avec le sourire.
Tous ses étudiants et confrères se remémoreront du fait qu'il leur a toujours ouvert, en sus de son cœur, son domicile et sa précieuse bibliothèque.
Mohamed Guessous ne s'est jamais laissé tenter par les feux de la rampe comme il n'a jamais cherché à briguer quelque poste administratif et encore moins, couru après la fortune.
Le regretté n'a cessé de défendre la cause nationale au sein des universités américaines et britanniques en particulier, récusant les assertions pseudo-sociologiques et historiques des ennemis de notre intégrité territoriale. Aujourd'hui, alors que nous sommes affligés par la perte d'un homme de cette trempe, nous présentons nos condoléances les plus émues à son épouse Diantha Bonnett ainsi qu'à ses enfants Nadia, Leila et Omar et à ses frères et sœurs Touria, Badia, Nezha, Rajae et Fouad.
Puisse Dieu avoir notre cher regretté en Sa Sainte Miséricorde.
Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.