CAN 2017 : la Tunisie décroche le deuxième billet qualificatif du groupe B    Brexit : Un nouveau coup de froid est à craindre    « Changer », une communauté d'acteurs nationaux pour un avenir meilleur    Rabat-Salé-Kénitra va-t-en guerre contre la mendicité et le vagabondage    Le Maroc récompensé par le Prix de l'engagement pour le tourisme durable    Le Programme CleanTech Innovation Challenge récompense trois projets d'innovation    Habib El Malki: Sans collaboration entre les institutions législative et exécutive, il est difficile de répondre aux attentes du peuple marocain    Des journées idylliques à Londres et très chaudes à Bombay    Comment sont-ils devenus milliardaires ? Jack Ma    Valls affrontera Hamon pour représenter des socialistes affaiblis à la présidentielle    Gambie : Yahya Jammeh accusé d'avoir volé 11 millions de dollars à l'Etat    Le Cameroun et le Burkina, les qualifiés de la première poule    Broos content    Aubameyang On avait tout pour se qualifier    Les eaux usées, une alternative contre les pénuries d'eau dans le secteur agricole    Les fourmis ont un GPS très sophistiqué    Un programme de la DGAPR pour augmenter la capacité d'accueil des prisons    L'ONDE souligne l'importance d'associer les enfants à la sensibilisation à leurs droits    Insolite : Chasser le mal à coups de navets    Tourné en partie au Maroc, le dernier Shah Rukh Khan bientôt en salle    "Trainspotting", 21 ans de plus mais toujours fringant    Poursuite de l'examen de l'affaire des accusés de Gdim Izik    CAN-2017 : Le Cameroun et le Burkina en quarts, le Gabon out    Trois joueurs quittent prématurément la CAN    Certification : CASA TRAM certifié ISO 9001    Union Africaine : L'acte constitutif approuvé par le Parlement    La fondation Lydec réhabilite l'étang d'El Oulfa    Vente aux enchères : Halte aux «profiteurs» !    Souss-Massa : Le programme de régulation des effectifs du sanglier continue    Racisme sauce locale    Sommet de l'UA: Le Maroc confiant    Football : Collina désigné président de la commission des arbitres de la FIFA    « Rose » de Camila Aouatefe Lahmani    Fatima Ezzahra El Jaouhari brille dans « Hayati »    Plus de deux millions de personnes contestent l'élection de Donald Trump    WB Africa pousse ses pions sur le continent    Vague de froid : les autorités se mobilisent    Le Maroc 50e dans l'indice de l'innovation    Le Royaume solidaire avec les populations de la République du Soudan du Sud    Ouverture des négociations de paix sur la Syrie à Astana    Crédits et dépôts : Le palmarès des banques marocaines    9.129 candidats stagiaires doivent rejoindre leur poste    CAN 2017 : quatre infos clés à savoir ce lundi    Gambie: l'ancien président Yahya Jammeh a quitté Banjul pour Conakry    Le Polisario se perd dans des gesticulations désespérées : La livraison de l'huile de poisson marocain à la France n'est pas du goût des pantins    Leïla Slimani présente à Paris son roman «Chanson douce»    Casablanca : Hassan Aourid présente son nouveau roman « Cintra »    Manager, communicant et «prince du Raï»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adieu Si Mohamed Guessous
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2014

Vendredi, le cœur du grand militant, sociologue et éducateur, le Pr. Mohamed Guessous, a cessé de battre à l'âge de 76 ans.
Le Bureau politique de l'USFP porte à la connaissance des militants, des sympathisants, des professeurs universitaires, des étudiants et de l'ensemble des citoyens, la triste nouvelle du décès d'un grand dirigeant ittihadi qui a consacré sa vie au militantisme sur tous les fronts au sein de son parti, encadrant ses colloques et traçant sa ligne militante et son projet sociétal. Une action qui ne l'a pas empêché d'accomplir parfaitement son devoir d'enseignant en veillant à poser les jalons de la sociologie et les piliers de la recherche scientifique, contribuant ainsi à la formation de milliers d'étudiants et encadrant également de nombreuses thèses universitaires, recherches académiques et luttes ouvrières et paysannes auxquelles il a toujours été fort sensible, et ce avec une humilité chevillée au corps.
Ce militant au long cours n'a jamais hésité à faire bénéficier son pays de son savoir. Il a, en effet, choisi de regagner le Maroc en 1968, à l'issue de ses études à l'Université américaine de Princeton pour intégrer l'Université Mohammed V de Rabat.
En tant que praticien, il a conforté les bases de la recherche scientifique, et on lui doit, ainsi qu'à bon nombre de ses confrères, d'avoir conféré à l'université marocaine la place qui lui échoit.
Mohamed Guessous a profondément cru en l'Etat de droit et en la démocratie comme style de gouvernement et il y a adhéré en dépit des dysfonctionnements qui les entachaient. Il a ainsi été élu conseiller de Rabat qui lui doit, entre autres, la préservation de son patrimoine historique et de son cachet architectural.
Le regretté a également été élu au sein des instances de son parti, que ce soit au niveau du Secrétariat régional, de la Commission administrative, de la Commission centrale et du Bureau politique comme il a présidé aux destinées de l'Internationale socialiste.
Feu Guessous a grandement contribué à l'analyse de la stratification sociale marocaine, appelé à la libération de la femme et mis en garde contre les dérives du système d'enseignement et les conséquences néfastes que cela pourrait entrainer si rien n'est entrepris à temps pour y remédier. Son audace lui a valu de nombreux problèmes qu'il a toujours affrontés avec le sourire.
Tous ses étudiants et confrères se remémoreront du fait qu'il leur a toujours ouvert, en sus de son cœur, son domicile et sa précieuse bibliothèque.
Mohamed Guessous ne s'est jamais laissé tenter par les feux de la rampe comme il n'a jamais cherché à briguer quelque poste administratif et encore moins, couru après la fortune.
Le regretté n'a cessé de défendre la cause nationale au sein des universités américaines et britanniques en particulier, récusant les assertions pseudo-sociologiques et historiques des ennemis de notre intégrité territoriale. Aujourd'hui, alors que nous sommes affligés par la perte d'un homme de cette trempe, nous présentons nos condoléances les plus émues à son épouse Diantha Bonnett ainsi qu'à ses enfants Nadia, Leila et Omar et à ses frères et sœurs Touria, Badia, Nezha, Rajae et Fouad.
Puisse Dieu avoir notre cher regretté en Sa Sainte Miséricorde.
Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.