Le journaliste australien d'Al-Jazeera expulsé d'Egypte    Le Japon horrifié par la décapitation de Kenji Goto    Un film d'animation en peinture sur Vincent Van Gogh    Pour une politique de décentralisation et de régionalisation    Dénonciation des détournements des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf    Baisse des prix du carburant à compter du 1er février    Sidi Bennour: une famille de cinq personnes périt dans un accident de circulation dramatique    Dialogue interlibyen: "accord de principe" pour la poursuite des pourparlers en Libye (ONU)    Quand un support électronique salit l'image d'un grand magistrat marocain    Quand les portes mauresques sont écrites avec la lumière    Le signe comme creuset identitaire    Le bout de tunnel est à quelques mètres...    2e session du Conseil central    Ils combattent l'échec scolaire par le sport    Point de vue : Tendez juste la main ! L'Autre en nous, attend    Atelier de l'ISESCO à Rabat : Le renforcement des capacités des institutions de la société civile en débat    Grèce : Début des négociations sur la dette, l'UE reste ferme    Echos Gharbaouis    Elite II / Dix-huitième journée / USMA-IRT : Duel entre dauphin et leader    I .R T-AS.FAR : Le sommet du Nord !    Egypte : Attaques dans le Sinaï : Au moins 30 morts    106 entreprises féminines créées à Fès en 2014    Prudence, le henné noir peut provoquer des eczémas graves    BSF récolte des fonds pour « Les enfants du Cœur » à travers un semi-marathon    Télécommunications : L'ANRT évalue le service des réseaux nationaux    Hausse de plus de 11 % du trafic aérien vers les pays d'Afrique    Irak/ Daêch incorpore de force des jeunes dans ses rangs    L'EXPERIENCE SUSANNE STRANDÄNGER/ Énergie créatrice    Karim Boukhari, écrivain et poète/ La poésie me rend visite...    Cinq morts dans un accident entre Sidi Bennour et Sidi Smail    Dieudonné annonce sa retraite et se marre pendant son procès    News    Valse-hésitation gouvernementale    Au Maroc, le takfir continue d'être confronté au vide juridique    Signature de deux conventions de financement entre le Royaume et le Fades    La veuve et l'orpheline    Débat sur les difficultés d'exécution des dispositions fiscales    Les transporteurs routiers en grève à partir de ce lundi    Michelle Obama non-voilée choque l'Arabie Saoudite    Lguirati s'adjuge la 1ère étape de l'Atlas Pro Tour de golf    Moumni n'a pas remporté le titre de champion du monde de light contact    Taylor Swift se moque de son hacker    Combien gagne Zazie dans «The Voice 4» ?    Sly Stone fait condamner son ex-manager    Fédération d'Athlétisme : Abdeslam Ahizoune réélu pour un 3e mandat    Botola Pro Elite-1 : De rudes empoignades au menu    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    Un élève de 8 ans entendu pour apologie du terrorisme à Nice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Adieu Si Mohamed Guessous
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2014

Vendredi, le cœur du grand militant, sociologue et éducateur, le Pr. Mohamed Guessous, a cessé de battre à l'âge de 76 ans.
Le Bureau politique de l'USFP porte à la connaissance des militants, des sympathisants, des professeurs universitaires, des étudiants et de l'ensemble des citoyens, la triste nouvelle du décès d'un grand dirigeant ittihadi qui a consacré sa vie au militantisme sur tous les fronts au sein de son parti, encadrant ses colloques et traçant sa ligne militante et son projet sociétal. Une action qui ne l'a pas empêché d'accomplir parfaitement son devoir d'enseignant en veillant à poser les jalons de la sociologie et les piliers de la recherche scientifique, contribuant ainsi à la formation de milliers d'étudiants et encadrant également de nombreuses thèses universitaires, recherches académiques et luttes ouvrières et paysannes auxquelles il a toujours été fort sensible, et ce avec une humilité chevillée au corps.
Ce militant au long cours n'a jamais hésité à faire bénéficier son pays de son savoir. Il a, en effet, choisi de regagner le Maroc en 1968, à l'issue de ses études à l'Université américaine de Princeton pour intégrer l'Université Mohammed V de Rabat.
En tant que praticien, il a conforté les bases de la recherche scientifique, et on lui doit, ainsi qu'à bon nombre de ses confrères, d'avoir conféré à l'université marocaine la place qui lui échoit.
Mohamed Guessous a profondément cru en l'Etat de droit et en la démocratie comme style de gouvernement et il y a adhéré en dépit des dysfonctionnements qui les entachaient. Il a ainsi été élu conseiller de Rabat qui lui doit, entre autres, la préservation de son patrimoine historique et de son cachet architectural.
Le regretté a également été élu au sein des instances de son parti, que ce soit au niveau du Secrétariat régional, de la Commission administrative, de la Commission centrale et du Bureau politique comme il a présidé aux destinées de l'Internationale socialiste.
Feu Guessous a grandement contribué à l'analyse de la stratification sociale marocaine, appelé à la libération de la femme et mis en garde contre les dérives du système d'enseignement et les conséquences néfastes que cela pourrait entrainer si rien n'est entrepris à temps pour y remédier. Son audace lui a valu de nombreux problèmes qu'il a toujours affrontés avec le sourire.
Tous ses étudiants et confrères se remémoreront du fait qu'il leur a toujours ouvert, en sus de son cœur, son domicile et sa précieuse bibliothèque.
Mohamed Guessous ne s'est jamais laissé tenter par les feux de la rampe comme il n'a jamais cherché à briguer quelque poste administratif et encore moins, couru après la fortune.
Le regretté n'a cessé de défendre la cause nationale au sein des universités américaines et britanniques en particulier, récusant les assertions pseudo-sociologiques et historiques des ennemis de notre intégrité territoriale. Aujourd'hui, alors que nous sommes affligés par la perte d'un homme de cette trempe, nous présentons nos condoléances les plus émues à son épouse Diantha Bonnett ainsi qu'à ses enfants Nadia, Leila et Omar et à ses frères et sœurs Touria, Badia, Nezha, Rajae et Fouad.
Puisse Dieu avoir notre cher regretté en Sa Sainte Miséricorde.
Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.