Taqa Morocco maintient le cap    De fortes averses en vue    El Otmani, Ramid et Rabbah en embuscade    RMA Watanya devient RMA    Aéronautique: Boeing atterrit avec ses 120 fournisseurs    Décès de l'ancien président israélien Shimon Peres    M.Jouahri : Brexit: La sortie de la Grande Bretagne de l'UE n'a pas eu un impact négatif sur le Maroc    Le Salon du Cheval d'El Jadida met en valeur le Cèdre du Moyen Atlas    Le poids du vote islamiste dans le scrutin du 7 Octobre    Les Îles Canaries à l'Africa Medical Tourism Expo    Foot business : Naciri et Hassbane en colère    Le Maroc accorde une aide humanitaire au Burkina Faso touché par des inondations    Fès : Le CHU s'allie à l'Hôpital universitaire tchèque de Motol    Les anarchistes    Régime de change : la flexibilité reportée jusqu'en 2017    Enseigner la religion «L'école doit s'ouvrir aux humanités»    Débat télévisé : Clinton remporte la 1re manche    Rallye: Un nouveau «Dakar» pour Oilibya    Handicap et employabilité    Final éclectique pour Tanjazz    Fédération internationale des acteurs: Le Maroc élu membre du Comité exécutif    Législatives 2016 : Tous, vivement interpellés    32ème édition du Festival d'Alexandrie du film: Plusieurs films marocains en lice    Dans la course à la timbale, l'IZK à l'assaut de l'imperturbable leader tangérois    Des capés, des revenants et des bleus dans la liste définitive de Hervé Renard    Divers sportifs    Face à la politique de l'inculture, l'USFP reprend l'initiative    Interventions de l'USFP dans les médias publics    Six régions enregistrent une prévalence du handicap plus élevée que la moyenne nationale    Attaques, piques et esquives ont caractérisé le débat des deux prétendants à la Maison Blanche    Deux vaccins expérimentaux anti-Zika efficaces chez des singes    Pas plus de six médecins pour 10.000 habitants    Insolite : Rocher déterré    Aggravation du déficit commercial du Maroc à fin août    Vivre ensemble dans un monde nouveau, développer la solidarité et la justice sociale : Participation active de l'USFP au séminaire de l'Alliance Progressiste    Le cinéma, peut-il remplacer la littérature?    Youssef Ksiyer : La comédie est un métier où l'on doit être exigeant avec soi-même    L'Orchestre Philharmonique du Maroc présente sa nouvelle série de concerts "Les religions à l'unisson" à Paris    Benkirane représente le Souverain à l'investiture d'Ali Bongo    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : OCS-DHJ: 1-2 Arbitrage très contesté    Qualifications au Mondial 2018: changement de l'horaire du match Gabon-Maroc    Ayach Al Toufoula au chevet de Nouasser    Promotion des Droits de la femme : Le Maroc, un modèle pour la région méditerranéenne    Représentation des femmes dans les instances élues, un droit à réaliser : Plaidoyer à Tétouan    L'expérience picturale de Rachid Irhli: Dialogue silencieux des lettres    Environ 7.000.000 élèves sont inscrits au titre de l'année scolaire 2016-2017    François Hollande : Nous devons démanteler complètement le camp de Calais    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adieu Si Mohamed Guessous
Publié dans Libération le 08 - 02 - 2014

Vendredi, le cœur du grand militant, sociologue et éducateur, le Pr. Mohamed Guessous, a cessé de battre à l'âge de 76 ans.
Le Bureau politique de l'USFP porte à la connaissance des militants, des sympathisants, des professeurs universitaires, des étudiants et de l'ensemble des citoyens, la triste nouvelle du décès d'un grand dirigeant ittihadi qui a consacré sa vie au militantisme sur tous les fronts au sein de son parti, encadrant ses colloques et traçant sa ligne militante et son projet sociétal. Une action qui ne l'a pas empêché d'accomplir parfaitement son devoir d'enseignant en veillant à poser les jalons de la sociologie et les piliers de la recherche scientifique, contribuant ainsi à la formation de milliers d'étudiants et encadrant également de nombreuses thèses universitaires, recherches académiques et luttes ouvrières et paysannes auxquelles il a toujours été fort sensible, et ce avec une humilité chevillée au corps.
Ce militant au long cours n'a jamais hésité à faire bénéficier son pays de son savoir. Il a, en effet, choisi de regagner le Maroc en 1968, à l'issue de ses études à l'Université américaine de Princeton pour intégrer l'Université Mohammed V de Rabat.
En tant que praticien, il a conforté les bases de la recherche scientifique, et on lui doit, ainsi qu'à bon nombre de ses confrères, d'avoir conféré à l'université marocaine la place qui lui échoit.
Mohamed Guessous a profondément cru en l'Etat de droit et en la démocratie comme style de gouvernement et il y a adhéré en dépit des dysfonctionnements qui les entachaient. Il a ainsi été élu conseiller de Rabat qui lui doit, entre autres, la préservation de son patrimoine historique et de son cachet architectural.
Le regretté a également été élu au sein des instances de son parti, que ce soit au niveau du Secrétariat régional, de la Commission administrative, de la Commission centrale et du Bureau politique comme il a présidé aux destinées de l'Internationale socialiste.
Feu Guessous a grandement contribué à l'analyse de la stratification sociale marocaine, appelé à la libération de la femme et mis en garde contre les dérives du système d'enseignement et les conséquences néfastes que cela pourrait entrainer si rien n'est entrepris à temps pour y remédier. Son audace lui a valu de nombreux problèmes qu'il a toujours affrontés avec le sourire.
Tous ses étudiants et confrères se remémoreront du fait qu'il leur a toujours ouvert, en sus de son cœur, son domicile et sa précieuse bibliothèque.
Mohamed Guessous ne s'est jamais laissé tenter par les feux de la rampe comme il n'a jamais cherché à briguer quelque poste administratif et encore moins, couru après la fortune.
Le regretté n'a cessé de défendre la cause nationale au sein des universités américaines et britanniques en particulier, récusant les assertions pseudo-sociologiques et historiques des ennemis de notre intégrité territoriale. Aujourd'hui, alors que nous sommes affligés par la perte d'un homme de cette trempe, nous présentons nos condoléances les plus émues à son épouse Diantha Bonnett ainsi qu'à ses enfants Nadia, Leila et Omar et à ses frères et sœurs Touria, Badia, Nezha, Rajae et Fouad.
Puisse Dieu avoir notre cher regretté en Sa Sainte Miséricorde.
Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.