Dématérialisation des cautions douanières : La solution d'Attijariwafa bank opérationnelle en phase pilote    «OCP Africa» aspire à une agriculture moderne et créatrice de valeur en Afrique    Comptables agréés : La liste définitive publiée    Relation client : Nouvelle plateforme pour Outsourcia à Madagascar    Aziz Bouhaddouz opérationnel avec Sankt Pauli dès ce lundi ? Spécial    El Jadida : Quatre étudiants séquestrent un policier    Médicaments génériques fabriqués au Maroc : La commercialisation pour très bientôt    L'heure est à la mobilisation (5)    Des nouvelles rassurantes sur la blessure de Mehdi Benatia Spécial    CIV - Maroc : Les Lions de l'Atlas se prépareront à Rabat    France : Un fiché "S" marocain expulsé    La Chine déroule ses orientations    Festival de Fès de la culture soufie: Un «Davos spirituel» est né    Salon du cheval d'El Jadida: Poste Maroc émet un timbre commémoratif    Rakka – Le début de la fin    Forum euro-méditerranéen des jeunes leaders à Essaouira    News    Nouveaux pourparlers de paix sur la Syrie à Astana    Najib El Khadi élu vice-président de l'ASGP de l'Union interparlementaire    Une délégation émiratie s'enquiert des opportunités d'investissement dans la région de Casablanca-Settat    18 certificats négatifs délivrés en septembre dernier à Essaouira    Divers Economie    Ligue des champions : Paris compte déjà un petit chelem    L'IRT, un sacré client pour le KACM    Plateau relevé au 10ème MIC    Le gouvernement espagnol enclenchera samedi l'article 155    Rapport mi-figue mi-raisin de l'UE sur les droits de l'Homme au Maroc    Le lancer de hache, le nouveau loisir qui monte aux Etats-Unis    Insolite : Le Japon pleure son manchot amoureux    Pour un enseignement en crise : Il faut plutôt voir du côté des gouvernements    Catalogne : Merkel et Macron soutiennent le gouvernement espagnol    La justice spatiale en débat à Khénifra    Andrej Babis, le "Trump tchèque" au seuil du pouvoir    Les meilleurs films de tous les temps    Beau succès du 12ème concert pour la Tolérance    Casablanca: Les auteurs du braquage d'une agence de transfert d'argent arrêtés    Marathon International de Casablanca : Déjà la 10ème édition    Souad Mkhennet : «Mon livre sera édité en arabe à la fin du mois d'octobre»    La Princesse Lalla Salma prend part à la Conférence mondiale de l'OMS    La J.S à Sotchi... Un intrus se met à côté de la plaque!    Don d'organes: Un problème de sensibilisation    La RDC membre du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU    Après la guerre, le parti distribue les dividendes    Casablanca : présentation du livre « Maroc, culture, art et mémoire » en hommage à feu Mohamed Sijelmassi    SM le Roi reçoit l'envoyé personnel du SG de l'ONU    Casablanca accueille la 4e édition de street art «Sbagha Bagha»    PRÈS DE 67 MILLIARDS DE DIRHAMS DU PIB DU TOURISME AU MAROC    Ahizoune reçoit le Prix de reconnaissance de la culture amazighe au titre de l'année 2016    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Murray Head enchante ses fans casaouis
Publié dans Libération le 15 - 04 - 2017


Le grand chanteur écossais
Murray Head s'est produit,
mercredi, sur la scène «Anfa»
du Festival Jazzablanca.
Un concert raffiné qui n'a
laissé personne indifférent.
En recevant Murray Head, une icône de la scène britannique des années 1980, Jazzablanca a offert au public, lors de sa quatrième soirée, un moment rare en compagnie d'un artiste pas comme les autres, à la fois incarnation de l'élégance so british et d'un talent inné d'auteur, de compositeur, d'acteur et de chanteur. Sur la scène Anfa, devant un parterre de festivaliers composé de toutes les générations, Murray Head a donc livré pendant plus d'une heure et demie le meilleur de son répertoire, interprétant ses chansons à succès, dont Say It Ain't So Joe et One Night in Bangkok, les paroles étant à chaque fois reprises en chœur par le public.
Un concert exceptionnel qui restera dans les annales de Jazzablanca. Autre moment phare de cette 4ème soirée du festival, la balade cosmique dans l'univers particulier de la "Pop Rêveuse et Electronique" d'Amine Dhobb. Ainsi, le Village et le Jazz Club ont tenu toutes leurs promesses en proposant une programmation éclectique de jeunes talents et d'artistes confirmés.
Expérience inédite, entre fête et rêverie, la musique d'Amine Dhobb (Maroc) a captivé l'audience du Village avec une pop électronique qui puise son inspiration parmi Jon Hopkins et le shoegaze de Slowdive. Toujours au Village, la performance de Meryem Aboulouafa (Maroc) n'a laissé personne indifférent, l'univers de l'artiste proposant un voyage unique à travers une multitude de continents sonores, tandis que Faty.S Project (Maroc) a symbolisé à merveille le mélange des cultures, mixant comme jamais le rock, la soul orientale et l'électro pop. Enfin, les Hongrois de Kéknyúl ont continué à attirer les rockers, les fans de musique alternative et les amoureux du jazz : après un premier concert très suivi la veille, le groupe a renouvelé sa prestation de très haut niveau avec à la clé un funk et une soul avec des sons urbains de la dance music et du courant psychédélique.
Jeudi, c'est un cocktail musical aux rythmes et aux couleurs de La Havane que le prodige du piano cubain, Roberto Fonseca a offert à ses fans casaouis lors de la cinquième soirée du Festival Jazzablanca. La fièvre cubaine s'est emparée de la scène Anfa au fil des tableaux, qui sont une adaptation réussite des différents styles jalonnant la musique cubaine, avec des figures inventives et virtuoses orchestrées par un immense artiste et l'une des plus grandes références du jazz contemporain. Accompagné d'un groupe 100% cubain, Roberto Fonseca a livré pour son premier concert à Casablanca une interprétation magistrale de son dernier album "Abuc" (Impulse), puisant à la fois dans le jazz, les musiques sud-américaines et les sons de l'Afrique.
Une immense découverte pour le public, qui a beaucoup dansé sur les airs de mambo de Santiago de Cuba. Une façon, pour Roberto Fonseca, de transmettre sa chorégraphie et ses musiques et de traduire les allers-retours qu'il effectue dans le temps. Partenaire de scène de Ruben Gonzalez, Herbie Hancock ou Ibrahim Ferrer, Roberto Fonseca est un pianiste au style hybride dont le jeu percutant et dynamique trouve son origine dans une première carrière de batteur à laquelle le musicien a consacré ses débuts.
Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, durant la même soirée, le saxophoniste espagnol Antonio Lizana a entraîné l'audience aux sources du flamenco avec une pointe d'avant-garde jazzy, tandis que le Britannique Myles Sanko a baigné les festivaliers dans un mélange de rock et de soul so british. De son côté, le DJ et producteur allemand Jannis Stürtz, également fondateur du label berlinois Jakarta Records, a offert à travers Habibi Funk les plus beaux trésors de la funk arabe des années 1960-1980 avec des sons alternatifs à l'esthétique aussi brute que surprenante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.