Décès Abdelkebir Alaoui M'daghri, le défunt sera inhumé dimanche à Rabat    Il fait l'actu : Mohamed El Mandjra, PDG de CS Signature SARL    Médiouna a un nouvel hôpital    La Révolution du Roi et du Peuple : 64ème anniversaire    Environnement : Un engagement de la première heure    Mondial 2026: les villes américaines entrent en concurrence pour accueillir les matchs    Meknès : Hausse de 13% des nuitées touristiques durant le 1er semestre 2017    Agadir : Et de deux pour la Caravane de promotion de l'investissement des MRE    La FIFA et le TAS sanctionnent le Raja    Activité aérienne : 1,96 million de passagers à fin juillet    Roi, jeunesse et peuple : La révolution continue...    MAROC-ALLEMAGNE: QU'EN EST-IL DE L'ACCORD DE RAPATRIEMENT DES MIGRANTS?    ATTENTAT DE BARCELONE: LES CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI    TANGER, DESTINATION PRIVILEGIEE DES CHEFS D'ETAT    ATTENTAT DE BARCELONE: LE CONSEIL EUROPEEN DES OULEMAS MAROCAINS CONDAMNE DES «ACTES ABOMINABLES ET LÂCHES»    ISTIQLAL: LES COULISSES DU «PUTSCH» CONTRE CHABAT    METEO: JUSQU'À 47 DEGRES CE SAMEDI    All Africa Music Awards : Samira Said, Ahmed Soultan, Douzi en lice    Les jeunes collés à leurs écrans pourraient sauver le Royaume-Uni    Les manœuvres militaires américano-coréennes menacent d'exacerber les tensions    La présomption d'innocence bafouée par des médias marocains    La réalité virtuelle, un secteur fort prometteur    Mohamed Amsif débarque au Fath    Constant Omari : Il n'y aura pas de remise en cause du Cameroun comme pays organisateur de la CAN 2019    Divers sportifs    Le Groupe d'amitié parlementaire Australie-Maroc officiellement mis en place à Canberra    Le chemin de "l'école" en plein été à Témara    Divers    A trois ans des JO, Tokyo veut conjurer le spectre d'un méga-séisme    Britney Spears modifie son testament    Ibrahim Ferrer Le Maroc est un creuset où se mélangent les différentes cultures et civilisations    Participation du Maroc à la 13ème édition de la Foire du livre de Panama    Finlande : un mort et plusieurs blessées dans une attaque au couteau à Turku    Triathlon : Nador abrite la première édition de la Coupe du Trône    Allemagne: Le Bayern donne le coup d'envoi de la Bundesliga    CHAN-Kenya 2018 : Le Maroc à un pas de la qualification    Aéroport Mohammed V : Arrestation d'une ressortissante péruvienne en possession de 3,530 kg de cocaïne    Accidents de la circulation: 25 morts et 1.671 blessés en une semaine    Agadir: trois touristes légèrement blessés dans un accident de la circulation    Météo: le mercure affichera 48 degrés dans certaines régions    12ème Festival national d'Ayt Warayn à Taza    Liberté de culte au Maroc C'est pas toujours la joie !    La circulation rétablie en alternance entre Taddart et Tichka après un éboulement rocheux    Des porcs génétiquement modifiés pour être donneurs d'organes    Franchissement à la baisse du seuil de 5% dans le capital de Saham Assurance    Hommage à Hamid Kharbouchi au Caire    Tom Cruis blessé lors d'une cascade de Mission Impossible 6    Abdelkrim Ghallab, l'un des piliers du mouvement national, n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Murray Head enchante ses fans casaouis
Publié dans Libération le 15 - 04 - 2017


Le grand chanteur écossais
Murray Head s'est produit,
mercredi, sur la scène «Anfa»
du Festival Jazzablanca.
Un concert raffiné qui n'a
laissé personne indifférent.
En recevant Murray Head, une icône de la scène britannique des années 1980, Jazzablanca a offert au public, lors de sa quatrième soirée, un moment rare en compagnie d'un artiste pas comme les autres, à la fois incarnation de l'élégance so british et d'un talent inné d'auteur, de compositeur, d'acteur et de chanteur. Sur la scène Anfa, devant un parterre de festivaliers composé de toutes les générations, Murray Head a donc livré pendant plus d'une heure et demie le meilleur de son répertoire, interprétant ses chansons à succès, dont Say It Ain't So Joe et One Night in Bangkok, les paroles étant à chaque fois reprises en chœur par le public.
Un concert exceptionnel qui restera dans les annales de Jazzablanca. Autre moment phare de cette 4ème soirée du festival, la balade cosmique dans l'univers particulier de la "Pop Rêveuse et Electronique" d'Amine Dhobb. Ainsi, le Village et le Jazz Club ont tenu toutes leurs promesses en proposant une programmation éclectique de jeunes talents et d'artistes confirmés.
Expérience inédite, entre fête et rêverie, la musique d'Amine Dhobb (Maroc) a captivé l'audience du Village avec une pop électronique qui puise son inspiration parmi Jon Hopkins et le shoegaze de Slowdive. Toujours au Village, la performance de Meryem Aboulouafa (Maroc) n'a laissé personne indifférent, l'univers de l'artiste proposant un voyage unique à travers une multitude de continents sonores, tandis que Faty.S Project (Maroc) a symbolisé à merveille le mélange des cultures, mixant comme jamais le rock, la soul orientale et l'électro pop. Enfin, les Hongrois de Kéknyúl ont continué à attirer les rockers, les fans de musique alternative et les amoureux du jazz : après un premier concert très suivi la veille, le groupe a renouvelé sa prestation de très haut niveau avec à la clé un funk et une soul avec des sons urbains de la dance music et du courant psychédélique.
Jeudi, c'est un cocktail musical aux rythmes et aux couleurs de La Havane que le prodige du piano cubain, Roberto Fonseca a offert à ses fans casaouis lors de la cinquième soirée du Festival Jazzablanca. La fièvre cubaine s'est emparée de la scène Anfa au fil des tableaux, qui sont une adaptation réussite des différents styles jalonnant la musique cubaine, avec des figures inventives et virtuoses orchestrées par un immense artiste et l'une des plus grandes références du jazz contemporain. Accompagné d'un groupe 100% cubain, Roberto Fonseca a livré pour son premier concert à Casablanca une interprétation magistrale de son dernier album "Abuc" (Impulse), puisant à la fois dans le jazz, les musiques sud-américaines et les sons de l'Afrique.
Une immense découverte pour le public, qui a beaucoup dansé sur les airs de mambo de Santiago de Cuba. Une façon, pour Roberto Fonseca, de transmettre sa chorégraphie et ses musiques et de traduire les allers-retours qu'il effectue dans le temps. Partenaire de scène de Ruben Gonzalez, Herbie Hancock ou Ibrahim Ferrer, Roberto Fonseca est un pianiste au style hybride dont le jeu percutant et dynamique trouve son origine dans une première carrière de batteur à laquelle le musicien a consacré ses débuts.
Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, durant la même soirée, le saxophoniste espagnol Antonio Lizana a entraîné l'audience aux sources du flamenco avec une pointe d'avant-garde jazzy, tandis que le Britannique Myles Sanko a baigné les festivaliers dans un mélange de rock et de soul so british. De son côté, le DJ et producteur allemand Jannis Stürtz, également fondateur du label berlinois Jakarta Records, a offert à travers Habibi Funk les plus beaux trésors de la funk arabe des années 1960-1980 avec des sons alternatifs à l'esthétique aussi brute que surprenante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.