Il fait l'actu : Mohamed El Mandjra, PDG de CS Signature SARL    Finlande: plusieurs personnes poignardées à Turku    CHAN-Kenya 2018 : Le Maroc à un pas de la qualification    Triathlon : Nador abrite la première édition de la Coupe du Trône    Allemagne: Le Bayern donne le coup d'envoi de la Bundesliga    Le groupe d'amitié parlementaire Australie-Maroc voit le jour    Aéroport Mohammed V : Arrestation d'une ressortissante péruvienne en possession de 3,530 kg de cocaïne    Mondial 2026: les médias américains dubitatifs face à la candidature marocaine    Lions de l'Atlas: une belle prime pour battre le Mali    Accidents de la circulation: 25 morts et 1.671 blessés en une semaine    Vidéo.Espagne: Cinq terroristes présumés abattus après un second attentat à Cambrils    Tourisme: les ambitions du Maroc sur le segment du MICE    Indemnité pour perte d'emploi: seules 10.588 personnes ont profité du dispositif en 2016    Exclusif Le360. Le vice-chef des armées qataries rencontre le roi Salmane à Tanger    Aid Al Adha: des moutons marocains interdits d'accès à Melilla    Ramid ne veut pas être secrétaire général du PJD    Des députés ne se présentent au Parlement que lorsque le roi y est    Activité aérienne : 1,96 million de passagers à fin juillet    L'Intérieur démantèle un marché de fausses attestations de travail    Agadir: trois touristes légèrement blessés dans un accident de la circulation    Météo: le mercure affichera 48 degrés dans certaines régions    Education: Hassad entame une refonte radicale des manuels scolaires    12ème Festival national d'Ayt Warayn à Taza    Barcelone: Au moins 13 morts et 50 blessés, l'EI revendique l'attaque    Une sénatrice débarque en burqa au parlement australien    Franchissement à la baisse du seuil de 5% dans le capital de Saham Assurance    La part de l'investissement étranger en actions cotées atteint 32,97% en 2016    Zidane : C'est fabuleux    Divers sportifs    Le tragique conte de fées de Diana    News    Habib El Malki représente S.M le Roi à la cérémonie d'investiture de Paul Kagame    Horst Koehler, nouvel envoyé personnel d'António Guterres pour le Sahara    Liberté de culte au Maroc C'est pas toujours la joie !    Des porcs génétiquement modifiés pour être donneurs d'organes    Insolite : Un cygne sur la voie    Présentation à Marrakech de la Stratégie nationale de sécurité routière 2017-2026    La circulation rétablie en alternance entre Taddart et Tichka après un éboulement rocheux    Le Festival national d'Ahidous souffle sa 17ème bougie    Emma Stone l'actrice la mieux payée du monde    Daniel Craig enfilera pour la dernière fois le costume de James Bond    Hommage à Hamid Kharbouchi au Caire    Horst Köhler succède à Ross comme envoyé personnel du SG de l'ONU pour le Sahara    Grand Prix de Pau de golf    Une délégation parlementaire chinoise au Maroc en septembre prochain    «15 Minutes de guerre» de Fred Grivois en plein tournage au Maroc    Tom Cruis blessé lors d'une cascade de Mission Impossible 6    Abdelkrim Ghallab, l'un des piliers du mouvement national, n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chaleur extrême pourrait rendre l'Asie du sud en partie invivable d'ici 2100
Publié dans Libération le 12 - 08 - 2017

La chaleur humide extrême provoquée par le réchauffement climatique risque de rendre une partie de l'Asie du sud - où vit un cinquième de l'humanité - inhabitable d'ici la fin du siècle si rien n'est fait pour réduire les gaz à effet de serre.
"L'augmentation des températures et de l'humidité durant l'été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l'organisme humain à survivre sans protection", ont déterminé les chercheurs dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue Science Advances.
"Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d'ici seulement quelques décennies dans des régions d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l'Indus et du Gange, d'importantes régions de production agricole", préviennent aussi ces scientifiques.
En 2015, la cinquième vague de chaleur la plus mortelle de l'histoire avait frappé une grande partie de l'Inde et du Pakistan faisant environ 3.500 morts.
De nombreuses études en Asie du sud ont établi un lien entre le changement climatique et la fréquence des canicules et leur impact sur la santé humaine.
Mais, expliquent ces chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l'Université Loyola Marymount à Los Angeles, on n'avait pas fait auparavant de prévisions de "chaleur humide" étouffante et de ses effets sur la capacité de l'organisme humain de s'y adapter.
De récentes études montrent que les effets les plus dangereux de la chaleur résultent d'une combinaison de température et du niveau d'humidité.
Cela est mesuré selon un indice composite de température intégrant les effets de la chaleur, de l'humidité et du rayonnement solaire.
Il indique la capacité d'évaporation de la sueur, le mécanisme permettant au corps humain de maintenir une température normale.
Quand cet indice de température atteint 35 degrés Celsius, l'évaporation de la sueur est très limitée et dans ces conditions la survie devient difficile.
Or, cette température critique sera atteinte en été dans la plus grande partie de l'Asie du sud d'ici la fin du siècle si l'on ne réduit pas les émissions de dioxyde de carbone (CO2).
Dans quelques endroits, cette chaleur pourrait excéder les 35 degrés.
Avec un scénario prévoyant une réduction des émissions de CO2 similaire à celle sur laquelle se sont engagés les pays signataires de l'Accord de Paris sur le climat en 2015, les températures dépasseront encore les 31 degrés Celsius, considérés comme dangereux pour la santé.
Les régions les plus durement touchées seraient probablement le nord de l'Inde, le Bangladesh et le sud du Pakistan où vivent au total 1,5 milliard de personnes.
Ces régions comptent aussi parmi les plus pauvres d'Asie du sud où une partie importante de la population dépend de cultures nécessitant de longues heures de dur labeur dans les champs sans protection contre le soleil.
"Ces conditions rendent ces populations très vulnérables à ces changements du climat si aucune mesure n'est prise pour minimiser le réchauffement", explique Elfatih Eltahir, professeur d'ingénierie environnementale au MIT, l'un des principaux auteurs de l'étude.
Bien que les projections au niveau mondial indiquent que le Golfe persique pourrait devenir d'ici la fin du siècle la région du globe où se produiront les pires vagues de chaleur, le nord de l'Inde arrive juste derrière suivi par l'est de la Chine, également très peuplé.
"Nous espérons qu'il sera possible d'éviter que ces projections de vagues de chaleur meurtrières se concrétisent en Asie du sud en réduisant suffisamment les émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement climatique", pointe le professeur Eltahir, selon qui "ce n'est pas un scénario inévitable".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.