De nouvelles marques dans le portefeuille d'AKSAL    Attentat de Manchester : la piste terroriste évoquée    L'Iran, le nouvel "axe du Mal" selon Trump    Une importante délégation ministérielle atterrit à Al Hoceïma    Les camps de Tindouf au bord de la famine    Les prix repartent à la hausse    Les réserves internationales se chiffrent à 241,9 MMDH    Le Maroc réunit tous les prérequis pour réussir le passage vers un régime de change flexible    Volvo Maroc distribue un dividende record de 150 millions de DH    Le britannique WPP s'installe au Maroc    Partenariat entre Dakhla et Strasbourg : Collecte des déchets, espaces verts et patrimoine naturel au menu    Les louvoiements du Polisario : Les séparatistes cherchent par tous les moyens à saborder toute négociation avec le Maroc    Royaume-Uni : L'incertitude économique se poursuit    Insolite : Aucun regret    Pedro Sánchez ou le triomphe de l'obstination    Zidane C'est mon jour le plus heureux professionnellement    Ronaldo : "Ni un saint ni un démon"    Luis Enrique : Il faut féliciter le Real    Risque de crise cardiaque accru après une grippe ou une pneumonie    Une île du Pacifique a la plus forte densité de débris plastiques    Divers    Le réseau social AGORA élit domicile au Maroc    Magida El Roumi interprète «La Tasal» pour la première fois au Maroc    "Tabadoul" ou l'échange de bons procédés    Syndicats d'artistes et ministère de la Culture accordent leurs violons    "Alien : Covenant" en tête du box-office    Tennis: Fayçal Laâraïchi réélu à la tête de la FRMT    Campagne de don de sang dans les mosquées à partir du 1er Ramadan    Oscar Fulloné n'est plus    Vidéo : le mot de Aziz Akhannouch au 6e Congrès du RNI    Terrorisme : L'Algérie refuse de coopérer !    Le ras-le-bol des radiologues    La Juventus Turin championne d'Italie pour la sixième fois d'affilée    Mawazine: Une clôture mémorable avec Rod Stewart, Alpha Blondy et Georges Wassouf    6ème congrès du RNI : «C'est ici que tout commence»    Les pays du CCG et les USA signent un accord pour la création d'un centre contre le financement du terrorisme    Le Real Madrid champion d'Espagne    Les nouvelles inscriptions en 1ère année primaire se poursuivent    Aéroport Mohammed V : Arrestation d'un Bulgare en possession de 7,75 kg de cocaïne    Badou Zaki nouvel entraîneur de l'IRT pour deux saisons    Mon lapin bleu, l'innocente du village    Lachgar reconduit à la tête de l'USFP    Tanger : un inspecteur de police utilise son arme pour repousser une agression    Chambre des représentants : Premier grand oral d'El Othmani    Le Groupe Al Omrane sera présent à la 50ème conférence du Réseau Habitat et Francophonie    Sahara, le tournant    Télé Maroc ou la télévision selon Rachid Nini    Quand l'Académie du Royaume valorise le malhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les médiathèques du réseau de lecture publique
Un projet relativement réussi, mais un échec pour les points de lecture
Publié dans L'opinion le 21 - 09 - 2012

Il y a quatre ans, en 2008, dans ces mêmes colonnes, suite au lancement des médiathèques, un état des lieux avait été fait sur ces institutions de lecture publique mises en place à partir de 2006 grâce au partenariat entre le ministère de la Culture, l'Ambassade de France et le ministère de l'Intérieur, ce dernier représenté par les collectivités locales, municipalités et provinces. Dix médiathèques devaient être mises en places dans des centres urbains avec 60 points de lectures bibliothèques satellites dans les banlieues rurales environ six par médiathèque.
Que sont devenus ces projets ? Pour l'ensemble ils ont réussi, du moins pour les dix médiathèques qui fonctionnent aujourd'hui malgré des problèmes comme l'absence d'acquisitions nouvelles pour enrichir le fonds documentaire tournant autour de dix mille livres et documents audiovisuels par médiathèque, absence de budget pour l'animation culturelle... etc. On nous confirme que des médiathèques n'ont pas reçu un seul livre pour les exercices de 2010 et 2011. La Bibliothèque nationale par contre, heureusement, a un budget annuel pour les nouvelles acquisitions, stable, de l'ordre de 6 millions de dirhams comme l'avait annoncé son directeur Driss Khrouz lors de la dernière édition du Salon du livre de Casablanca.
Réussite relative donc mais réussite quand même, parce que ces projets ont pu répondre à la demande d'un public souvent et en majorité très jeune et assoiffé dans un environnement démuni de ce genre d'institutions culturelles. Des habitudes commencent à s'ancrer, le besoin pour ces unités dotées de bibliothèques, de salles de projection, de lecture et d'informatique connecté au réseau Internet. Mais on ne peut pas en dire autant des points de lecture situés dans les zones rurales ou banlieues des villes. Souvent aucun suivi n'a été assuré et un certains nombre ne fonctionnent pas. Les locaux sont fermés. Ce sont les autorités locales et municipalités qui ne suivent pas, pour lesquelles ce genre de projet ne figure pas comme priorité. Et dire qu'on pensait généraliser l'expérience à d'autres régions.
Salah Tarif est directeur de la médiathèque de Khouribga, avec statut de fonctionnaire dépendant de la municipalité et non de la Culture. A l'origine informaticien, il avait reçu une formation de bibliothécaire dans le cadre du projet du réseau de lecture publique. Selon lui, les médiathèques ont réussi comme projet du fait que le nombre de visiteurs surtout des élèves et étudiants est de plus en plus grand, notamment à Khouribga « de sorte que nous avons du mal à trouver de la place pour tout le monde dans la salle de lecture et nous sommes contraints de placer le surplus des visiteurs dans la salle d'animation. Par contre, il n'y a plus de nouvelles acquisitions en livres. Dans ce sens, nous sommes incapables de satisfaire la demande en matière de nouveautés, nous travaillons toujours avec le fonds initial de dix mille ouvrages en arabe et en français ».
Pourtant, la médiathèque de la ville des phosphates aurait dû être la moins démunie, ce qui n'est guère le cas. Qu'à cela ne tienne, à la médiathèque de Khouribga ça bouge, le nombre d'adhérents ne cesse d'augmenter. En 2010 ils étaient 1077 inscrits. En décembre 2011 ils étaient 1670. Le prêt à domicile ça marche comme sur les roulettes. Des habitudes prennent place.
« Pour les écoles éloignées, je suis obligé sur demande des directeurs d'écoles, de transporter les livres selon le choix, il faut que le livre arrive vers des lecteurs par n'importe quel moyen.. ».
L'école fonctionne donc comme un point de lecture. Par contre le seul point de lecture satellite proprement dit avec lequel la médiathèque de Khouribga est en contact est celui de Boujniba. Salah Tarif dit ne rien connaitre des autres points de lecture « du moment qu'ils ne sollicitent pas la médiathèque ». L'initiative du médiathécaire a des limites.
L'association des médiathèques n'a pas réussi à avoir des activités à ce jour, parce que les médiathèques ne sont pas arrivées à s'ériger en réseau de lecture publique comme le projet le stipulait à l'origine pour l'échange, résoudre les problèmes posés et avancer. Il semble que pour toute médiathèque il n'y ait qu'une alternative : une vie d'insularité. Il y a pire quand l'environnement immédiat, autorités locales, élus et société civile ne s'intéressent ni de près ni de loin.
Pour Mohamed Bourah, directeur de la médiathèque de Larache (Lire son témoignage ci-contre) c'est un autre son de cloche, puisque là il semble que les nouvelles acquisitions se font chaque année du ministère, de la municipalité et de l'association de la médiathèque assez active. Ce n'est pas de grosses acquisitions, mais le geste et l'intérêt sont là et ça compte pour le moral et l'ambiance générale.
Il semble d'après les informations qui circulent, que la médiathèque est mieux gérée quand le directeur ne dépend pas de la municipalité mais du ministère de la Culture. Quand le directeur dépend des collectivités il peut être à la merci du bon vouloir de la bureaucratie.
Pour Aziz Rahmi, bien qu'ayant statut de fonctionnaire dépendant de la municipalité formé pour la fonction de médiathécaire, il donne l'impression de jouer son rôle de bibliothécaire sans grands problèmes. Responsable de la médiathèque de Beni Mellal, pour lui tout ce qui compte c'est que le succès était au rendez-vous depuis l'ouverture de la médiathèque.
« Nous avions à peine 200 adhérents, actuellement nous en avons 600 avec une moyenne de visites quotidiennes de l'ordre de 200 personnes.
« Nous avons de plus en plus de visites en groupes des élèves mais c'est surtout des établissements scolaires privés, ils viennent pour des ateliers de contes notamment » dit Aziz Rahmi.
La médiathèque de Beni Mellal est dotée d'un fonds de 13 mille livres dont un tiers pour enfants et un tiers pour jeunes et le reste pour adultes sans compter un millier de CD-Rom. Depuis 2009 il n'y a pas eu de nouvelles acquisitions ni de la Culture ni de la municipalité. En tout état de cause, la médiathèque a fait sa place dans la ville. Grâce à la société civile et des amis de la médiathèque, il y a un programme d'animation. Une quarantaine de rencontres-signatures de livre ont été organisées, des expositions d'art, des ateliers de formation et plusieurs festivals de cinéma, de conte, de rire, sans oublier la semaine de la médiathèque chaque mois de mars. La médiathèque reçoit jusqu'à deux classes d'élèves par jour secteurs privé et public.
Sans pouvoir parler d'un état des lieux pour les points de lecture des zones périurbaines et rurales, il semble que ce volet du projet du réseau de lecture publique a été un échec pour une question de manque de suivi de la part des collectivités locales qui sont loin d'y voir une priorité sans parler des carences en compétences d'encadrement. On n'oubliera pas que si les médiathèques ont relativement réussi comme projet c'est grâce à la bonne volonté et savoir-faire des staffs qui les dirigent et au dynamisme de la société civile et des directeurs d'établissements scolaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.