Deux marocains s'illustrent en Suède (VIDEO)    Le Maroc, futur producteur d'étain Une compagnie australienne exploitera prochainement la mine d'Achmmah    Algérie: Quelque 23 millions d'électeurs s'apprêtent à voter jeudi    Mohamed Zahid : «La F1 nécessitera cinq années de préparation»    Pharrell Williams en larmes devant l'enthousiasme suscité par son titre Happy    Johnny depp dit pourquoi il n'a jamais épousé Vanessa Paradis    Ould Errachid qualifie de mascarade la proposition de l'élargissement de la mission de la Minurso    Maroc : L'économie nationale s'essouffle    Maroc : L'aquaculture, un chantier ouvert    Exposition à Paris : Femmes berbères du Maroc    Coopération dans le domaine des affaires islamiques : Le Maroc accède aux demandes de la Guinée Conakry    AS FAR-Raja: la liste des convoqués    Benzarti prêt à entrainer la seléction marocaine gracieusement!    Forbes Moyen-Orient : Benjelloun, Chaabi et Akhnouch : les plus riches du Royaume    Un seul match amical pour les Lions    Le cinéma portugais à l'honneur    Le Maroc, une destination de plus en plus prisée            Nestlé et Zakoura : Un engagement pour la scolarité à Doukkala- Abbda    Cambadélis élu nouveau patron du Parti socialiste        Casablanca : Plus de 120 personnes arrêtées dans 4 cafés        Axa Assurance Maroc et Grameen-Jameel Microfinance Ltd s'allient    La TVA : les conditions préalables à la réforme selon Bensouda    Le groupe Petra avance doucement mais sûrement    La FOSEE rend hommage aux retraités du MEN mis à la retraite au titre de l'année 2013    Du registre de la motivation    Insolite    Succès de la 2ème Nuit de la Fidélité    Le GADEM tire à boulets rouges sur le ministère de l'Intérieur et les Forces auxiliaires    La Juve file vers le titre    Bouillons de culture    Mohamed Abdou en soirée de clôture de Mawazine    Le 2ème volet de "Hunger Games", grand vainqueur des MTV Movie Awards    MUSIQUE DE CHAMBRE Le maître et le disciple    Les effectifs les plus chers    Divers sportifs    Les obstacles à l'accès des femmes aux syndicats disséqués à Rabat    Le retour de la Russie par ( Jamal Berraoui )    Flashs    Divers    Une semaine culturelle et sportive dédiée à l'étudiant étranger à Rabat    Divers Economie        L'insécurité nous guette !    Festival de lecture sous l'arbre à El Jadida et à Moulay Abdellah ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.