Il fait l'actu : Tariq Sijilmassi, président du directoire de Crédit Agricole du Maroc    Fraude fiscale: Peine de prison confirmée pour Lionel Messi    Décès de l'acteur britannique Roger Moore, "James Bond"    Campagne agricole : Akhannouch présente le bilan devant le conseil de gouvernement    African Busines Connect : un franc succès et des nouvelles formules !    L'HONORABLE MONSIEUR QOTBI    Insertion des réfugiés au Maroc : Un projet pilote d'auto-emploi en gestation    Défaite du WAC sur la pelouse du FC Zanaco de Zambie (0-1)    Messi et son père condamnés à 21 mois de prison pour fraude fiscale    Rabat: Appel à interdire les prescriptions médicales dans la radio et la télévision    Un mort et sept blessés graves dans un accident de la route entre Marrakech et Ouarzazate    Reportage    Echanges et découvertes    Habib El Malki s'entretient avec les présidents des Assemblées nationales togolaise et malgache    Conseil européen des Ouléma Marocains    Vers l'institutionnalisation de la Commission nationale anti-corruption    La CFCIM s'installe dans nos provinces sahariennes    Hausse des prix des actifs immobiliers au 1er trimestre    Scandale au PSG    Ultime manche du championnat à enjeu financier : Gagner des places et des sous    4ème étape du Srixon Junior Tour de golf    Donner la possibilité aux industries énergivores d'optimiser leur consommation    Médias marocains et migration en débat à Oujda    L'auteur de l'attentat de Manchester serait passé par la Syrie    Le président vénézuélien lance le processus controversé d'assemblée constituante    Divers    Mandats d'arrêt contre 139 employés d'Ankara et de ministères turcs    Algérie: Abdelmadjid Tebboune, nouveau Premier ministre    "SAP Skills for Africa" à l'honneur : Cérémonie de remise des prix à la première promotion de l'Université polytechnique Mohammed VI à Ben Guérir    Driss Chraïbi, terrible et éternel    Tom Cruise confirme que "Top Gun 2" est dans les tuyaux    Message de félicitations de du Roi à M. Driss Lachgar suite à sa réélection à la tête de l'USFP    Rallye du Portugal : Ogier en tête de la WRC    Les lauréats de la première édition des « Moroccan Youtubers Awards » connus    Hommage: Oscar Fullone n'est plus : Adieu «El Profesor»    «Sa3a», une nouvelle série web signée Anouar Mouatassim    Mawazine 2017 : Un million de festivaliers    Abdelhak Khiam se confie à la presse espagnole    SM le Roi préside la présentation du programme de réhabilitation des médersas de Fès    PLF 2017 : Driss Azami Al Idrissi défend l'article 8 bis    Hassad : Al Hoceima sera dotée d'un noyau universitaire multidisciplinaire    Deux alpinistes marocaines au sommet de l'Everest    Coca Cola diversifie son offre    Dix décès dans l'affaire de consommation d'alcool à brûler à El Hajeb    La chambre française crée une antenne à Laâyoune    Insolite : Les corbeaux gardiens    La consommation des fruits à coque réduit le risque de récurrence du cancer colorectal    A la découverte de Safi par Driss Roukhe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.