Engrais : Vers le développement d'une agriculture durable au Nigeria    FMI : Une croissance de 4,5% en 2017 pour le Maroc à moyen terme    Emerging Market 70 : BMCE BOA dans le palmarès    Terrorisme: Un élément dangereux partisan de Daech arrêté par le BCIJ    La Turquie va lancer son satellite d'observation Göktürk-1    Italie: Renzi annonce sa démission après le rejet de son projet de réforme constitutionnelle    FRMA: trois athlètes suspendus de toute compétition suite à leur violation des règles anti dopage    Botola Maroc Télécom : L'ASS chute devant le MAS, l'USK monopolise la place de leader    Tétouan: 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    Un policier use de son arme pour neutraliser un repris de justice à Salé    Le CSEFRS déclare la nécessité d'une étude sur les sources de financement du système éducatif    FIFM : Des films à l'âme humaine    Festival de Marrakech : Vibrant hommage au réalisateur japonais Shinya Tsukamoto    Boeing livre le 5e Dreamliner à la RAM    3ème édition du Forum Crans Montana : Dakhla se prépare à accueillir les grands décideurs du monde    Vinci : Quand le web malmène les géants mondiaux    Le Maroc remporte la Coupe du monde francophone de taekwondo    Le procès du boxeur Hassan Saada fixé pour le 15 décembre    Les pays du Golfe déterminés à renforcer davantage leur partenariat avec le Maroc    Convention fiscale Maroc-France : Elbar dénoue la liasse    Parce que la jeunesse le vaut bien !    Mission du FMI au Maroc : Comment rendre une croissance inclusive    Liberté économique : Le Maroc gagne deux places    Exposition à Casablanca: Les «Rythmiques» de Qotbi à la So Art Gallery    BENI MELLAL: Les éléments de la sureté nationale à l'honneur.    Chelsea survole City, Arsenal suit le rythme    Le WAC a payé cash le penalty inexistant accordé par l'arbitre    La Fédération de golf à l'heure de son assemblée générale    Le régime syrien continue de progresser dans l'est d'Alep    Le parti Vert abandonne sa demande de recomptage des voix en Pennsylvanie    News    Les migrants subsahariens victimes de l'arbitraire algérien    La réalité augmentée aide à soulager les douleurs du membre fantôme    Succès mondial du concours Castor de jeune informaticien en herbe    Encourager l'esprit de sacrifice et de dévouement    La propagande algéro-polisarienne battue en brèche    Cérémonie de clôture d'un programme sur la "Sécurité et droits de l'Homme" à Laâyoune    La réponse aux contre-vérités de la wilaya de Casablanca-Settat au sujet du recasement d'un bidonville    L'Etoile d'or ne sera jamais marocaine    Le FIFM démarre sur les chapeaux de roues    Béla Tarr : L'originalité d'un film réside dans sa capacité à créer un lien de vérité et d'empathie avec le spectateur    Conférence à la Fondation Abou Bakr El Kadiri : Guerre et paix en Islam, histoire et actualité    La chronique du jour d'après : Zéro pointé pour le zéro mica    Organisation pour l'Interdiction des armes chimiques : Le Maroc réélu pour un nouveau mandat au sein du Conseil exécutif    Dans un communiqué conjoint, le Maroc et Madagascar saluent l'excellence de leurs profonds liens d'amitié et de solidarité : Antsirabe soutient le retour du Royaume à l'UA et s'engage fermement à œuvrer pour qu'il soit effectué dès le prochain Sommet    WTCC : le Grand prix de Marrakech sera programmé le 9 avril prochain    CANTE JONDO EN EL FEDDAN, (PROSAS PROFANAS) : Flamenco à la place El Feddan de Tétouan    Galerie BENYA ART / Fatima Hassan El Farrouj, grande coloriste et fresquiste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.