Royaume-Uni: La Reine Elizabeth II officialise le référendum sur l'UE    Scandale Fifa: le Maroc cité dans les rapports d'accusation    Aéroport de Casa: Arrestation d'une Roumaine pour trafic de cocaïne    Casablanca/Tramway    Birrou au Club de L'Economiste    Holmarcom livre ses 1res unités à Dakar    Rencontre de haut niveau Maroc-France    Préscolaire    Biennale de Marrakech: «Quoi de neuf là»    Jennifer Lopez : «J'aimerais bien collaborer avec des artistes marocains»    L'armée libyenne promet la fermeté pour défendre les autorités face aux milices    News    Les magistrats du Maroc rejettent les allégations du Syndicat français de la magistrature    FIFA ou Mafia : Pots-de-vin à la pelle .... Et si le Maroc n'était pas blanc comme neige ?    Le logement pour la classe moyenne bat de l'aile    Divers    Participation du Maroc au Congrès international des huissiers    Les raids sur Sanaa font une quarantaine de morts    Fouad Laroui : Un ingénieur en guest-star chez les ingénieurs    Léon l'Africain s'invite à Fès    "Tomorrowland" s'empare de la première place au box-office    La Reine Elizabeth II annonce un référendum sur l'Union européenne    Une mise à jour des médecins concernant l'hépatite    Une nouvelle victime du chantage virtuel    La BP désignée Banque africaine de l'année 2015 par African Banker    Scandale à la Chambre d'artisanat de Meknès: Le président accusé d'harcèlement sexuel    Les 30 et 31 mai à Agadir : Tournoi international de Beach rugby    Actes de vandalisme perpétrés par un groupe d'étudiants de l'Université de Marrakech: Vingt-quatre éléments des forces de l'ordre blessés    Famine dans le monde: Près de 800 millions personnes en souffrent    Royal Air Maroc : Une série de mesures pour la promotion du tourisme sénégalais    L'UE ne projette pas de construire une base aérienne de drones au Maroc    Dis-moi quel est ton métier...    Attentat de Tunis: Un deuxième Marocain interpelé    Un séisme frappe la FIFA    Les commandements de Benkirane    Le bachot...    «Much Loved»: Des réalisateurs marocains s'insurgent contre la censure    «Much Loved» : El Khalfi ne fléchit pas !    L'UE dément tout projet de base aérienne pour drones au Maroc    Voyage au cœur du quotidien douloureux d'une gardienne de voiture    Maghreb Steel s'allie à l'Amica    Suspension et amende pour Boudrika et Hammar    Les magistrats tirent à boulets rouges sur les projets de lois relatifs au pouvoir judiciaire    Le Brésilien da Silva et l'Argentin Lanzini pressentis au Wydad    Le cavalier Hassan Methqal remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI    Du 1er au 7 juin à Rabat : Trophée Hassan II 2015 de Tbourida    L'autre combat des femmes marocaines : L'accès à des services de santé de qualité    Garantir le droit à la scolarité des enfants handicapés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.