Bill Gates : le monde doit se préparer à une pandémie globale    La DIDH et Edisoft remportent le Prix du stand le plus accessible aux PESH au SIEL 2017    Le temps s'annonce froid    M'hamed Boucetta n'est plus    Décès de M'hamed Boucetta: déclarations de Hassan Aourid    Abdou Diop : Maroc – Afrique, le Roi a fait le job    Réforme des retraites : l'arbre qui cache la forêt    Maroc-Ghana : 25 accords bilatéraux signés, le secteur financier en première ligne.    Le Salon international de la pharmacie «Officine Expo 2017» du 24 au 25 février à Marrakech    Lancement des «Jeudis de concertation de Salé»    2ème édition de Global Santé: L'assurance obligatoire des indépendants sur la bonne voie    Les détails de la stratégie de lutte contre la spoliation foncière    Arrestation de deux ressortissants étrangers soupçonnés de liens avec un réseau du crime organisé transnational    Accidents de la circulation : Un cataclysme qui appelle à une prévention durable    Canada: Soleil Des-Orphelins, l`événement à ne pas manquer    Cinq compagnies marocaines d'assurance à la FANAF    Le retour du Maroc à l'UA salué par les ambassadeurs vietnamien et hongrois à Rabat    Le nouveau job de Michelle Obama    Al Bab en Syrie pratiquement reprise à l'EI    News    Terrorisme : Le parcours d'Abou Youssef dans les rangs des djihadistes    Algérie: Neuf hommes armés tués par des militaires à Bouira    Joe Hart, Englishman in Torino    Ibrahimovic "zlatane" Saint-Etienne : La Roma en balade espagnole    Des matches retour a priori dans les cordes du FUS, de l'IRT et du MAS    Tour préliminaire: Coupes africaines : MAS, FUS et IRT proches de la qualification    Appui du PNUD à la stratégie nationale de lutte contre la corruption    Ça va plutôt cahin-caha : Une interprétation rigide des textes empêche un bon déroulement de la régularisation de la situation des étrangers en séjour irrégulier    Les ennuis de Johnny Hallyday avec le fisc    Dubaï teste le taxi-drone    L'occupation du domaine public se fait en toute impunité    L'école pour l'égalité de genre : Atelier d'échanges et de réseautage    Les premiers pas de mannequin de Noé Elmaleh    Beyoncé en furie contre sa sœur    Scarlett Johansson : La monogamie n'est pas naturelle    18è journée de la Botola Maroc Telecom D1: DHJ-OCS, un derby au goût de revanche    Lassana Diarra et l'OM, c'est officiellement fini    Messi prolonge son contrat avec Adidas    Loin de la compétition...    Mohand Laenser expose en France les atouts de la région Fès-Meknès    Casablanca : Un Nigérian devant le parquet    Terrorisme: 2 ans à 7 ans de prison ferme contre 26 personnes, dont un mineur    Pakistan: l'attaque d'un sanctuaire soufi fait 70 morts et plus de 150 blessés    Des centaines de migrants ont forcé la frontière à Ceuta    Dans son premier et nouveau livre: Taoufik El Ouadie creuse des souvenirs issus de l'histoire du Maroc    FICMT : Le cinéma chinois à l'honneur    Latifa Tayah raconte la vie des quartiers à forte population immigrée    Fouad Laroui président de la 18e édition du Festival national du film à Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.