Publicité: 2M assoit sa domination sur le marché    Octobre 2014, pic mondial de la chaleur    Saâd Lamjarred Waël Jassar, deux grandes vedettes de la chanson arabe, animeront les débats    Renforcer les acquis de développement de la ville    Agenda législatif, 7 lois votées en commission avant fin novembre    Taylor Swift chantera au défilé Victoria's Secret    Yannick Noah : Artiste engagé aux Trophées APAJH, avec Louisy Joseph    Festival international du film de Marrakech : Une sélection de bonne facture    Le Maroc pétrolier    Transport aérien : Un trafic important, mais moins dense à fin octobre    «Industrie All» interpelle Benkirane    Après les deux coups traîtres d'Abdelhak Benchikha et d'Hassan Shehata assénés aux jdidis Qui en est, au juste, responsable ?    OCP: La formation au coeur des priorités    Une démarche originale à dupliquer    Jérusalem: Le cercle vicieux des violences n'en finit pas...    Anti-corruption    Maroc-Qatar: Les niches de partenariats ne manquent pas    L'IRT face à la WST pour confirmer sa suprématie    Divers sportifs    A la veille de sa tenue, le Togo annule le tournoi UEMOA à cause d'Ebola    La FIDH réunit son Bureau international à Marrakech    L'opposition accuse le gouvernement de chercher à organiser des élections sans électeurs    Les libertés économiques stagnent au Maroc    Le ministre du Tourisme inaugure une unité hôtelière au milieu de critiques acerbes    RAM félicitée par les autorités aéroportuaires saoudiennes    News    Arrestation d'un jihadiste marocain en Espagne    Pourquoi est-ce si difficile de décrire une odeur avec des mots ?    Quatre films marocains prennent part au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    Bouillons de culture    Cinquante jeunes du quartier Sidi Moumen dessinent une Khmissa    Une pléiade d'intellectuels prendront part à la conférence Fikr 13 prévue à Skhirate    L'Histoire et la Géographie : Deux déterminants géostratégiques en Afrique    L'AMIAG célèbre le Kids Day    Divers    Arouna Sanogo, Directeur du Cabinet Internale consulting : Nous avons relevé le défi de la confrontation    Ifrane : Le Ski Club renouvelle ses instances    Hong Kong : Des manifestants tentent d'entrer dans le Parlement    Effondrement d'une maison à la médina de Marrakech : Quatre personnes grièvement blessées    Football : L'UEFA envisage de commencer les matches par des tirs au but    Bayern Munich : Samer prolonge jusqu'en 2018    «Un événement d'exception pour un pays d'exception»    Football : le Tournoi de l'UEMOA annulé à cause d'Ebola    Une grande première au CHU Ibn Rochd de Casablanca    Justice, les projets de lois toujours en stand-by    Casablanca : Le whisky de contrebande rapporte très gros    Casablanca : arrestation d'un citoyen britannique à l'aéroport Mohammed V avec 5 kg de cocaïne    Justice pour tous    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat" class="city">Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca" class="city">Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France" class="city">France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris" class="city">Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris" class="city">Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris" class="city">Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.