BAM : Les conditions pour le statut de gestionnaire du système de switching.    Bank Al- Maghrib – Enquête de conjoncture dans l'industrie de juin : Les industriels optimistes pour le prochain trimestre    Souss-Massa-Drâa : Les barrages remplis à 26%    Solidarité avec la population Gaza : Une aide humanitaire de 10 MDH    Le chiffre du jour : 1,2 milliard de Dh    Maroc- Afrique : 3ème réunion de la Commission mixte public-privé de suivi    Crime organisé: Un réseau démantelé à Fès    Benkirane déballe les réalisations et fustige l'opposition    Campagne agricole. Un bilan positif.    Le 1er prélèvement de don multi organes sur un enfant sauve 2 vies.    Un Marocain traverse le Bosphore pour relier les cinq continents    Par solidarité avec Gaza, un avocat marocain refuse la légion d'honneur    Doukkala Abda, Augmentation de 60% en termes de dossiers d'investissement et création de 3695 postes d'emplois    Avec la mutation des valeurs au sein du Quartier Arabe (El Haouma), c'est l'un des derniers pans de notre culture qui s'effondre.    Bilan du gouvernement    Collectivités locales: création d'un réseau national d'observation    News    Le Maroc appelle à la cessation immédiate de l'agression israélienne    Le 4L Trophy, une vraie leçon de vie    MAT-Raja : Le choc d'entrée    Les traditions ramadanesques préservées en Allemagne    Regarder des programmes TV ennuyeux peut conduire à l'obésité    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Le chasseur d'autruches (2)    Ces sportifs devenus meurtriers : Jovan Belcher    Nouvelles exigences de Bank Al-Maghrib en matière de systèmes de paiement    Hausse sensible de l'encours et des charges de la dette    Insolite : Les noms des TGV à vendre    Les associations des droits de l'Homme épinglent Mohamed Hassad    Réunion des secrétaires régionaux et provinciaux...    Henri Malosse : Nous sommes favorables à ce que l'UE lève l'obligation de visa pour les citoyens marocains    Attentat à Bagdad et bombardements sur Falloudja font plus d'une quarantaine de morts    Carnet de voyage d'Ismaël Ibn El Khalil    Yassir Ali : Les caricatures sont les plus sévères des critiques    ...Et de trois pour le Festival national d'Ahwach à Ouarzazate    Jeremy Mathieu au Barça pour 20 millions    Transfert Rodriguez au Real Madrid    Angleterre - Steven Gerrard annonce sa retraite internationale    Le roi à la Omra    Le mot pour rire: Vole qui peut !    Le partenariat de mobilité entre le Maroc, l'UE et ses Etats membres, ou la politique de la carotte au bout du bâton: IV- La carotte et le bâton et l'alternative extra-sécuritaire    Après avoir passé 26 ans en prison, son ADN l'a finalement innocenté    Saisie de 10 kg de chira, 320 kg de cannabis et 100 kg de de feuilles de tabac    Turquie : arrestation de plus de 50 hauts responsables de la police    Tournoi de foot féminin à Témara : Des jeunes filles pleines d'entrain et une manifestation réussie    Un demi-milliard de dirhams pour la culture !    Visa For Music 2014 à Rabat    Les «mille couleurs» soulèvent déjà des milliers de contestations    La culture de l'écran est en train de faire école    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.