Mundiapolis lance la premier Master de Droit des Affaires en alternance au Maroc    Banques participatives : La BID partenaire d'un établissement marocain    Marhaba 2016 : Visite royale à Tanger Med    AWB accompagne les jeunes entrepreneurs gabonais    Education: Le geste fort des USA pour la parité    Succession de Cameron : La course commence    Le Raja est en faillite, selon Saïd Hasbane    Le Maroc présent au FILOSES à Abidjan    L'insoutenable calvaire de Adel Outnil    Insolite : Petite grenouille    Le Maroc est-il insensible au Brexit ?    Bataille rangée pour la succession de Cameron    L'exposition des banques au risque du taux d'intérêt appelle à la vigilance    Joe Allen: Xavi, Jésus mais aussi des poules    Ligue des champions : Le WAC s'impose en leader    Divers sportifs    Les destinations les plus spectaculaires du monde : Les caves de Devetashka - Bulgarie    Ces métiers ramadanesques en voie de disparition    Divers    Abu l-Wafa L'astronome et le mathématicien    "A mile in my shoes" prend part au Festival d'Oran du film arabe    Justin Timberlake humilié par la communauté noire américaine    Inquisition toute    La fondation OCP parrainne Omaima Qassab, meilleure note au BAC    En kiosque N° 1172 : LE MAROC MERITE-T-IL MIEUX ?    Au-delà des faits isolés    Saisie de plus de 6 tonnes de chira à la province de Tata    Réforme des retraites : Les textes franchissent le cap de la Chambre des conseillers    Coupe de la CAF (Groupe B): Bonne opération du FUS chez l'Etoile du Sahel (1-1)    Elections du 7 octobre : Quand Benkirane préempte la première place... (2ème et dernière partie)    Brexit : Quelles conséquences ?    Maroc-Algérie : L'histoire méconnue d'un tableau de Delacroix    Le scénario dans le cinéma africain passé à la loupe à Khouribga    Une rencontre au Hudson Institute met en avant le leadership du Maroc en matière de lutte anti-terroriste    Un appel du coeur à Votre Majesté    Le Maroc à l'honneur à la Rencontre des cultures dans la ville portugaise de Sintra    Le RNI plaide pour la dynamisation des investissements    Mohamed Belmahi, président de la FRMC : « Le cyclisme national : Mission accomplie »    Handball / 46ème édition de Partille Cup / Al Sadd Club Tétouan en Suède !    Soupçonnés d'avoir falsifiés les PV d'un hold-up à Meknès / 5 responsables de la police arrêtés, dont un chef de la P.J    En nationale Une / Le C.O.D Meknès Champion du Maroc !    Contraction du crédit bancaire aux entreprises / Nécessaires mesures de relance    Collège Royal de l'Enseignement Militaire Supérieur / SAR le Prince Moulay Rachid préside la cérémonie de sortie des nouvelles promotions    La Turquie frappée à onze reprises en une année    Alliances stratégiques    Iconoclaste...    «Warda Bine Nass» rafraîchit les ondes    Festival de Cannes : 3 documentaires dédiés au Maroc sélectionnés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.