Réunion du Conseil des inspecteurs de l'Istiqlal    Energies renouvelables : Signature de plusieurs conventions de financement des projets solaires Nour II et Nour III : Une marque de la confiance et du soutien des bailleurs de fonds au plan solaire marocain    Investissement touristique : objectif atteint pour la SMIT    Plus de 35.000 cas enregistrés en 2013    4 Supporters du WAC trouvent la mort    Affaire Ouzzine: le parlement enquête    Seuls contre tout le monde..    Algérie : Ali Benflis crée son parti politique    Elections présidentielles en Tunisie : un taux de participation de 59% au 2ème tour    Bastaoui est toujours vivant !    Ebola : l'OMS dresse un nouveau bilan    CESE : Adoption des avis sur les projets de loi relatifs au littoral et à l'exercice de la médecine    Commémoration du 40e jour du décès de Ahmed Zaïdi    Coupe du Monde des clubs Maroc 2014 : Real Madrid sacré champion pour la première fois de son Histoire    Me Hissy prend les commandes du barreau    L'opportunité du dégel des relations entre les États-Unis et Cuba : De Tindouf à La Havane    Vers une convention de gestion intégrée des ressources en eau du bassin Haouz-Mejjat    Une ONG les accuse d'accentuer la détérioration de leur santé physique et psychique    Bannir l'extrémisme sous toutes ses formes    Il est intolérable qu'un enfant ou une mère décède par négligence, une fois arrivés à l'hôpital    Pakistan: Peshawar en deuil au lendemain d'un massacre dans une école    Contrat programme du transport, le flou persiste    LE WAC TOMBE A SAFI    Le mot pour rire: Cours toujours...    Listes électorales, la révision démarre aujourd'hui    Groupe Alliances : Un projet immobilier de 3,5 milliards DH au Cameroun    Don d'un million de dollars de l'Emir du Koweït à la Fondation Lalla Salma    Quatrième édition du Foot Expo Forum : Mission accomplie    BMCE Bank s'allie à Afriland First Bank    Yves Saint Laurent s'appelle... Gaspard Ulliel    Le Real comme prévu    Ramos au-dessus de la mêlée    Les marins de Dakhla s'élèvent contre les décisions du département de la pêche    Divers    McDo rend le burger plus simple pour relancer ses ventes aux USA    Zashadu, des sacs de luxe durable 100% nigérians    News    Appel à une enquête internationale sur le détournement par le Polisario de l'aide internationale    Abadila Semlali : C'est l'Algérie qui abrite, entraîne et dirige le Polisario    Chouala obtient le Prix du littoral durable    Fathallah Oualalou : L'avenir des villes est d'une importance capitale pour les citoyens    Dortmund touche le fond    Les stars : bosse des maths ou bonnet d'âne ?    Denzel Washington "blacklisté" à cause de sa couleur    Le brun ténébreux et le post blonde    Une mystérieuse économie des tons    Chef Hadi: Quand la cuisine devient un art    Le Festival de Marrakech et le cinéma marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.