Jean-Louis Bonenfant, DG de Total à partir du 1er septembre    Climat: Le Nigeria veut s'inspirer du Maroc    Eric Basset nouveau DG de Renault Commerce Maroc    6,5 millions de spectateurs au Festival des plages de Maroc Telecom    Musique et arts chorégraphiques: 15 MDH pour 125 projets    Au moins 38 morts dans un séisme en Italie    Des infirmiers congolais formés au CHU de Marrakech    Lionceaux U23 : les 23 sélectionnés contre le Liberia et la Zambie Spécial    Omar El-Kaddouri déclare forfait pour l'Albanie et STP    Nawal El Moutawakel : Mission accomplie à Rio !    Identités culturelles et vivre ensemble dans la région méditerranéenne    La princesse Lalla Salma présidera le Bal de la Riviera    Marrakech : Nouveau drame de l'habitat anarchique    Deux ans après, la NASA reprend contact avec la sonde STEREO-B    Algérie: L'économie pique du nez    Royal et Mezouar se mobilisent pour la ratification de l'Accord de Paris    LDC : Le futur adversaire du FUS optimiste pour la suite de l'aventure    Football : Mammay, désireux de rejoindre la sélection nationale    Listes nationales : Le PAM examinera les candidatures des jeunes et des femmes    Tourisme : Mauvaise passe pour le secteur    La réforme actée    Canicule: La plage, un refuge pour les Casaouis en quête de fraîcheur    Trois morts dans l'effondrement du mur d'une maison près de Marrakech    De nouveaux raids sur Gaza    Consommation : Les prix ne bougent pas    Brèves    Ce qu'a coûté El Yamiq au Raja    News    Washington prévient Damas de rester à l'écart des forces de la coalition    L'Intérieur interdit les sondages d'opinion à caractère politique    Détenus ou portés disparus dans l'indifférence générale    De l'action humanitaire à la recherche académique    Un policier de Salé fait usage de son arme pour arrêter un individu qui menaçait des citoyens à l'arme blanche    Reportage : Les Subsahariens de Madrid entre tolérance contrôlée et marginalisation    Les dromadaires côtoient les estivants sur la plage d'Essaouira    High-tech : Meizu Pro 7, simple copie ou véritable concurrent du Samsung Galaxy Note 7 ?    L'exécutif turc divisé quant aux auteurs de l'attentat de Gaziantep    Insolite : Geste olympique    La liste hétéroclite de Hervé Renard : Une présence remarquée des joueurs locaux    Bio des stars : Eminem, the Slim Shady    La vie d'Amy Winehouse de retour dans les salles marocaines    La Place des Nations unies à Casablanca vibre aux rythmes du jazz    Fête de la Jeunesse : Des shows aériens époustouflants à M'diq-Martil    La vocation africaine du Maroc et ses déceptions maghrébines : Le train pour l'Afrique sifflera trois fois*    53ème anniversaire du Souverain : SM le Roi préside une réception à Tanger    Libye : Le parlement refuse la confiance au gouvernement    Clôture en apothéose du festival Voix de Femmes    Les sondages interdits à l'approche des législatives    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA DEMOISELLE DE FER
Amina Benkhadra a rejoint le camp des ministres opiniâtres
Publié dans MarocHebdo le 18 - 10 - 1997

Au début, rien ne prédestinait la Slaouie Amina Benkhadra à faire carrière dans le secteur minier. Née dans une famille de juristes, la jeune Amina est la fille d'un conseiller de la Cour suprême. Un Père de famille connu et respecté pour ses qualités d'homme intègre, moderne et d'esprit ouvert .
Amina Benkhadra
Née en 1954 dans une famille conservatrice, elle va recevoir, comme toute les filles de son époque, une éducation classique. Dès son jeune âge, elle sera imprégnée par cette atmosphère familiale où toutes les occasions sont bonnes pour parler de droit. Aussi bien du côté de sa mère que de son père, elle ne sera entourée que de juristes.
Une enfance dont elle gardera un penchant irrésistible pour les écrits de Montesquieu et de Machiavel.
Après des études primaires effectuées à l'école de la Plage de Salé, elle fera son entrée au collège Lalla Aïcha de Rabat avant de rejoindre le très convoité Lycée Decartes.
Pourtant, à la surprise de son entourage, c'est pour les Sciences mathématiques qu'elle va opter.
Une fois son baccalauréat en poche, elle se rendra à Casablanca, au lycée Lyautey afin d'y effectuer deux années de cycle préparatoire.
Une formation qui va la qualifier pour les Grandes écoles françaises.
C'est désormais vers l'Ecole nationale supérieure des mines de Nancy, dans le nord-est de la France, qu'elle fera son entrée en 1975.
Une fois son diplôme en poche, elle quittera la ville de Nancy et sa célèbre place Stanislas pour Paris, ville où elle va passer 4 années, dont trois à l'Ecole nationale supérieure de Paris. Etablissement d'où elle sortira titulaire d'un diplôme de Docteur ingénieur en Sciences et techniques minières, option Economie des matières premières.
Parallèlement, elle travaillera pour la Chambre de commerce de Paris sur diverses questions liées à la prospective des marchés des matières premières et obtiendra dans la foulée, un certificat de géographie industrielle et commerciale au conservatoire national des arts et métiers (CNAM).
En 1982, c'est le retour au bercail. Elle rejoindra le BRPM. D'abord en tant que chef de service études minières et contrôle, puis chef du Département des études minières.
Infatigable, Amina Benkhadra va sillonner le monde de séminaire en séminaire. Une expérience qui va lui conférer une expertise dans le secteur minier. Un domaine où les hommes tolèrent mal la présence féminine.
En 1994, elle sera directeur des mines au sein du ministère de l'Energie et des Mines puis secrétaire général du même ministère et enfin secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Energie et des Mines, chargée du développement du secteur miner
Si Amina Benkhadra est intarissable sur l'avenir du secteur au Maroc, c'est qu'elle sait de quoi elle parle. Les potentialités du Maroc sont à son avis mal exploitées et le sous-sol du Maroc est sous exploré. Les ressources en mines ne manquent pas mais encore faut-il pouvoir les extraire en cherchant des alliances avec des partenaires étrangers ou avec le secteur privé. En dehors de son travail, c'est en plongeant dans les romans d'Amine Maâlouf ou Gabriel Garcia Marquez qu'elle se détend. Un repossomme toute mérité pour l'infatigable ministre qu'elle est devenue.