Vos pétitions, désormais recevables par les pouvoirs publics    Invention et innovation : Le Maroc décroche l'or au Concours international    Les pays du Maghreb préparent la COP 22    Emmanuel Macron quitte Hollande    L'ONU demande la levée de l'interdiction du burkini    Deux Marocains à la grande finale Adidas Speed of Light    France : L'appel au «vivre ensemble»    Hakim Ziyech jouera pour l'Ajax Amsterdam    Said Messari expose ses « Mémoires » à Essaouira    Wael Kfoury, le Roi de la Romance se produit au Mazagan    Ghaltana, le nouveau clip de Saâd Lemjared    Code de la route : Plus 10 MDH d'amendes collectées en 2016    Partenariat Attijariwafa bank et la JBIC : L'appétit japonais pour l'Afrique    Après Ziyech, Fenerbahçe se tourne vers Belhanda    Fès: Le tourisme dans le rouge    Essaouira : Un festival culturel pour le recyclage    Faut-il s'alarmer du retard pris sur l'application de la COP21 ?    Des vacances au profit de 51.296 enfants    Attijariwafa Bank et la JBIC s'allient pour l'Afrique    Conseil de la jeunesse : Les députés entament le débat    « Maisons du Monde » s'installe au Morocco Mall    France : Des chaines de Canal+ changent de noms    Ryan Mmaee avec les Lions de l'Atlas à Shkoder Spécial    Portrait-robot    Refus de servir des femmes voilées : le CCIF se porte partie civile    Belgique : Un centre de criminologie cible d'une attaque à la bombe    Brèves    De la haute voltige à Karacena!    Ajax : Hakim Ziyech s'engage pour 5 saisons Spécial    Liste Des Accords Conclus En Cote d'Ivoire    Sit-in à Rabat de la Coordination nationale des 10 000 cadres pédagogiques / L'intégration dans la Fonction publique revendiquée    3ème Festival international de l'art contemporain à Marrakech : Participation de 60 artistes du Maroc et d'ailleurs    A quoi joue Benkirane ?    Folle tentative de truffer les urnes de barbes fournies    Une nouvelle molécule "prometteuse" contre la douleur    Migrations et migrants au cœur du faire politique    Un total de 270 départs de feu sur une superficie de 1739 ha de forêts depuis le 1er janvier 2016    Les professionnels de Denim en conclave à Munich    Gianni Infantino touchera moins que Sepp Blatter    Une rentrée sous le signe de l'offensive pour les grands et sous celui de la frilosité en D2    26 paratriathlètes marocains aux Jeux Paralympiques de Rio    Reportage : Les Subsahariens en Espagne entre convivialité forcée et crise économique    Insolite : Les Mondiaux de cache-cache    Un parfum d'éternité    "Don't Breathe - La maison des ténèbres" en tête du box-office dès sa sortie    Tunisie : Les défis du nouveau gouvernement    Incendies de forêts : 270 départs de feu recensés depuis le 1er janvier    Temps chaud de dimanche à mardi sur plusieurs régions du Royaume    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE PASSAGE A L'ACTE
Habib El Malki, ministre de l'Agriculture
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Le député USFP de Boujaâd, en se voyant confier un département aussi important que celui de l'agriculture va faire son &laqno;baptême du feu» dans l'action et la gestion gouvernementale. Economiste distingué de la formation de Me Youssoufi, il a veillé depuis des lustres à entretenir sa notoriété -et au passage, par ricochet, celle de son parti-, gérant avec soin la médiatisation de ses recherches universitaires et en en optimisant les retombées. Pareille obstination a en tout cas porté ses fruits: ne se voit-il pas confier le secrétaire général du CNJA, en 1990, pour commencer, puis d'autres &laqno; pantouflages » pas seulement honorifiques -direction du CMC, Conseil consultatif des droits de l'Homme, Académie du Royaume,...?
Avec quelques autres de son parti, il a en somme préfiguré et milité pour l'achèvement de l'intégration institutionnelle et aujourd'hui gouvernementale de l'USFP. Ce qui lui vaudra quelques &laqno;grincements» dans son parti dans lequel il est membre de la commission administrative: par rivalité -les chapelles ne manquent pas non plus au sein de l'USFP- certains estiment, à tort ou à raison, que sa surcote médiatique cache mal sa sous-cote organique... Au fond, dans ce parti, il est l'un des responsables d'une ligne désormais &laqno;centriste» ou social-démocrate si l'on préfère: aux oubliettes, les imprécations de naguère contre le libéralisme et la bourgeoisie exploiteuse des masses populaires, au placard, les professions de foi autour d'un socialisme planificateur volontiers présent comme la seule &laqno;alternative» à la crise; voici venu le temps d'une démarche seulement réformatrice encore imprégnée des oripeaux d'une culture économique étatiste.
En se frottant au réel -en particulier dans le cadre du CNJ-, Habib El Malki a pu mesurer la difficulté du &laqno;mal marocain» qu'évacuait allègrement toute une vulgate de son parti: le poids de l'inertie, les résistances de l'administration, les lenteurs et les blocages du travail gouvernemental. Il sait que le projet messianique de son parti de &laqno;changer la société» n'est plus qu'une curiosité idéologique qu'il faut remiser dans l'histoire des idées politiques contemporaines, tant au dedans qu'au dehors.
À la tête d'un département ministériel comme l'agriculture qui contribue à la formation de quelque 18% du PIB, il aura sans doute à coeur de mieux resituer ce secteur dans le développement économique national. Mais que faire? Et par quoi commencer, à part prier tous les matins pour des pluies tant attendues ces semaines-ci? Les chantiers structurels ne manquent pas. Arrivera-t-il à élaborer une politique foncière novatrice adaptée à la multiplicité des régimes juridiques de la terre ? Donnera-t-il la priorité à un fond de développement rural pour financer les opérations d'infrastructure et d'équipement ? Infléchira-t-il d'une manière significative le système actuel du Crédit agricole dans le sens d'une véritable décentralisation et d'une autonomie régionale, voire locale? Oeuvrera-t-il à la rationalisation de la politique d'irrigation et d'utilisation de l'eau? Assainira-t-il la politique commerciale en donnant plus d'efficacité aux circuits intérieurs parasites par des intermédiaires rentiers?
Vaste programme, on le voit bien! Au fond, il s'agit de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une véritable stratégie de promotion du monde rural -dont une bonne partie n'a pas bénéficié équitablement des fruits du développement devant conduire à terme à l'autosuffisance alimentaire pour les produits de grande consommation comme le blé tendre et le riz,... Pas seulement: il importe aussi de se préparer, d'une manière appropriée, aux conséquences de la libéralisation, et ce tant par des mesures immédiates qu'à moyen terme. La mise en place d'une véritable filière céréalière qui fournit plus de 3% PIB est évidemment l'une des priorités de l'heure.
Il ne s'agira pas de &laqno; gérer » des compromis avec les uns et les autres pour ne pas faire de vagues mais de dégager les lignes de force d'une nouvelle culture de partenariat avec les producteurs et les opérateurs où le ministère de l'agriculture doit comprendre qu'il est au service de ceux qui travaillent... Traditionnellement, les socialistes sont réputés mal connaître le monde agricole. Babib El Malki aura certainement à coeur de faire la preuve que ce n'est qu'une idée reçu.