Terrorisme: Dix personnes déférées devant le Parquet de Rabat    Irak/ Daêch incorpore de force des jeunes dans ses rangs    Grèce : Début des négociations sur la dette, l'UE reste ferme    Les veuves marocaines, le gouvernement et les démons électoraux : « A l'insu de son plein gré » !    Comment prémunir la jeunesse de l'extrémisme : Erudits et oulémas du monde islamique en conclave à Marrakech    Droits de l'Homme : HRW : Le Maroc, un pays où l'Organisation travaille librement    Echos Gharbaouis    Elite II / Dix-huitième journée / USMA-IRT : Duel entre dauphin et leader    I .R T-AS.FAR : Le sommet du Nord !    Faire de l'ESS un levier pour une croissance inclusive    Télécommunications : L'ANRT évalue le service des réseaux nationaux    Hausse de plus de 11 % du trafic aérien vers les pays d'Afrique    Prudence, le henné noir peut provoquer des eczémas graves    BSF récolte des fonds pour « Les enfants du Cœur » à travers un semi-marathon    L'EXPERIENCE SUSANNE STRANDÄNGER/ Énergie créatrice    Karim Boukhari, écrivain et poète/ La poésie me rend visite...    FESTIVAL INTERNATIONAL « COULEURS DE DOUKALA » / Hommage à quatre vétérans de la peinture    Cinq morts dans un accident entre Sidi Bennour et Sidi Smail    Commémoration du 16e anniversaire de la disparition de feu Hassan II    Valse-hésitation gouvernementale    Au Maroc, le takfir continue d'être confronté au vide juridique    Driss Lachguar présidera les Congrès provinciaux d'El Hajeb et Azilal    Débat sur les difficultés d'exécution des dispositions fiscales    Les transporteurs routiers en grève à partir de ce lundi    Signature de deux conventions de financement entre le Royaume et le Fades    Michelle Obama non-voilée choque l'Arabie Saoudite    Dieudonné annonce sa retraite et se marre pendant son procès    News    La veuve et l'orpheline    Lguirati s'adjuge la 1ère étape de l'Atlas Pro Tour de golf    Moumni n'a pas remporté le titre de champion du monde de light contact    Ahizoune réélu à la présidence de la FRMA    Taylor Swift se moque de son hacker    Combien gagne Zazie dans «The Voice 4» ?    Sly Stone fait condamner son ex-manager    Le Maroc condamne les attentats terroristes au Sinaï    Casablanca : Les 2 meurtriers d'un homosexuel français devant le parquet général    Le SAMU d'Oujda désormais équipé d'un hélicoptère    Projets de lois organiques des collectivités locales: L'opposition mène une fronde    Fédération d'Athlétisme : Abdeslam Ahizoune réélu pour un 3e mandat    Botola Pro Elite-1 : De rudes empoignades au menu    Le Maroc gagne 14 places dans l'Indice de liberté économique    Tous auteurs !    Finance : Un projet de leasing islamique au Maroc    Macho    Partenariat : Pour renforcer le domaine muséal entre le Maroc et le Canada    Plaidoyer pour développer les compétences des jeunes marginalisés    Un élève de 8 ans entendu pour apologie du terrorisme à Nice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LE PASSAGE A L'ACTE
Habib El Malki, ministre de l'Agriculture
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Le député USFP de Boujaâd, en se voyant confier un département aussi important que celui de l'agriculture va faire son &laqno;baptême du feu» dans l'action et la gestion gouvernementale. Economiste distingué de la formation de Me Youssoufi, il a veillé depuis des lustres à entretenir sa notoriété -et au passage, par ricochet, celle de son parti-, gérant avec soin la médiatisation de ses recherches universitaires et en en optimisant les retombées. Pareille obstination a en tout cas porté ses fruits: ne se voit-il pas confier le secrétaire général du CNJA, en 1990, pour commencer, puis d'autres &laqno; pantouflages » pas seulement honorifiques -direction du CMC, Conseil consultatif des droits de l'Homme, Académie du Royaume,...?
Avec quelques autres de son parti, il a en somme préfiguré et milité pour l'achèvement de l'intégration institutionnelle et aujourd'hui gouvernementale de l'USFP. Ce qui lui vaudra quelques &laqno;grincements» dans son parti dans lequel il est membre de la commission administrative: par rivalité -les chapelles ne manquent pas non plus au sein de l'USFP- certains estiment, à tort ou à raison, que sa surcote médiatique cache mal sa sous-cote organique... Au fond, dans ce parti, il est l'un des responsables d'une ligne désormais &laqno;centriste» ou social-démocrate si l'on préfère: aux oubliettes, les imprécations de naguère contre le libéralisme et la bourgeoisie exploiteuse des masses populaires, au placard, les professions de foi autour d'un socialisme planificateur volontiers présent comme la seule &laqno;alternative» à la crise; voici venu le temps d'une démarche seulement réformatrice encore imprégnée des oripeaux d'une culture économique étatiste.
En se frottant au réel -en particulier dans le cadre du CNJ-, Habib El Malki a pu mesurer la difficulté du &laqno;mal marocain» qu'évacuait allègrement toute une vulgate de son parti: le poids de l'inertie, les résistances de l'administration, les lenteurs et les blocages du travail gouvernemental. Il sait que le projet messianique de son parti de &laqno;changer la société» n'est plus qu'une curiosité idéologique qu'il faut remiser dans l'histoire des idées politiques contemporaines, tant au dedans qu'au dehors.
À la tête d'un département ministériel comme l'agriculture qui contribue à la formation de quelque 18% du PIB, il aura sans doute à coeur de mieux resituer ce secteur dans le développement économique national. Mais que faire? Et par quoi commencer, à part prier tous les matins pour des pluies tant attendues ces semaines-ci? Les chantiers structurels ne manquent pas. Arrivera-t-il à élaborer une politique foncière novatrice adaptée à la multiplicité des régimes juridiques de la terre ? Donnera-t-il la priorité à un fond de développement rural pour financer les opérations d'infrastructure et d'équipement ? Infléchira-t-il d'une manière significative le système actuel du Crédit agricole dans le sens d'une véritable décentralisation et d'une autonomie régionale, voire locale? Oeuvrera-t-il à la rationalisation de la politique d'irrigation et d'utilisation de l'eau? Assainira-t-il la politique commerciale en donnant plus d'efficacité aux circuits intérieurs parasites par des intermédiaires rentiers?
Vaste programme, on le voit bien! Au fond, il s'agit de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une véritable stratégie de promotion du monde rural -dont une bonne partie n'a pas bénéficié équitablement des fruits du développement devant conduire à terme à l'autosuffisance alimentaire pour les produits de grande consommation comme le blé tendre et le riz,... Pas seulement: il importe aussi de se préparer, d'une manière appropriée, aux conséquences de la libéralisation, et ce tant par des mesures immédiates qu'à moyen terme. La mise en place d'une véritable filière céréalière qui fournit plus de 3% PIB est évidemment l'une des priorités de l'heure.
Il ne s'agira pas de &laqno; gérer » des compromis avec les uns et les autres pour ne pas faire de vagues mais de dégager les lignes de force d'une nouvelle culture de partenariat avec les producteurs et les opérateurs où le ministère de l'agriculture doit comprendre qu'il est au service de ceux qui travaillent... Traditionnellement, les socialistes sont réputés mal connaître le monde agricole. Babib El Malki aura certainement à coeur de faire la preuve que ce n'est qu'une idée reçu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.