LES JDIDIS RATENT LE COCHE !    Guelmim: Trois morts et 12 disparus dans les crues de l'Oued Tamsourt    Pris sur le vif Ah ! Cette artère Molière qui souille l'Histoire    Inondations: 15 disparus à Guelmim    Dans un entretien exclusif, le président du KACM souligne l'état de santé de son équipe, soulevant au passage les pépins qui font parfois grincer la machine    Le taux de féminisation de la fonction publique s'élève à 40 %    Volley-ball : (Première Journée)1ère Division / Démarrage du championnat national    Sa femme vient de lui donner 5 petits mignons bébés : Les bonnes volontés lui ont donné soutien et réconfort    Prenons note...    Les femmes dans des postes de responsabilité plus exposées à la dépression    Les femmes abusent facilement des médicaments    Ciné-Scope / Cinéma marocain :" Adios Carmen"    Ciné-News    Ciné-Script / Il y a 30 ans... Truffaut    Engouement confirmé pour les OPCVM    Deuxième mystérieux «trou géant» en Russie    Berkane: 3 personnes arrêtées pour une vidéo incitant au terrorisme    Des Mirage français en Jordanie pour frapper l'Etat Islamique    MAT-WAC au sommet, le Raja averti face au MAS...    Qui en est, au juste, responsable ?    Golf: Maha Haddioui a passé le cut de l'Open de Xiamen en Chine    Séisme au Japon de magnitude de 6,8    17 personnes arrêtées en Espagne pour trafic de drogue    Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma préside la célébration de la Journée nationale de lutte contre le cancer    Trois morts et douze portées disparues suite aux crues de l'Oued Tamsourt    Argentine: Le slogan "Les Malouines sont argentines » désormais obligatoire dans tous les moyens de transport public    Forum économique Maroc/Brésil : Signature de trois conventions à Marrakech    La Fondation OCP appuie l'employabilité des jeunes    Permanent et éphémère dans l'art    Un concert de rock jordanien à l'honneur    Les caricaturistes ont leur festival    La RSE une condition sine qua non au développement durable    «Les FAR, fierté nationale, jouissent d'une grande réputation internationale pour leur rôle en matière de maintien de la paix et de soutien humanitaire»    Soutien à l'investissement privé, aux PME et à l'industrialisation du pays    SNRT : des appels d'offres formels ?    Sommet global sur l'entreprenariat à Marrakech : 50 millions de dollars pour soutenir la stratégie marocaine dans le domaine de la formation professionnelle    Sit-in à Rabat contre les violations des droits de l'Homme par le Polisario    Appel à l'intensification de la lutte contre la corruption    Insolite    Une manche marquée par les derbies de la métropole et de la capitale    Septième hausse des prix depuis le début de l'année    Les cinq réformes nécessaires dans l'administration publique en Afrique    L'ONUCI salue le sens d'abnégation des Casques bleus déployés en Côte d'Ivoire    La tenue d'Assises générales pour les Marocains du monde s'impose    15 films en compétition à la 14ème édition du FIFM    Rabat à l'heure des semaines du film européen    BENI MELLAL Célébration du 39ème glorieux anniversaire de la fête de l'indépendance.    Agenda législatif, 7 lois votées en commission avant fin novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LE PASSAGE A L'ACTE
Habib El Malki, ministre de l'Agriculture
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Le député USFP de Boujaâd, en se voyant confier un département aussi important que celui de l'agriculture va faire son &laqno;baptême du feu» dans l'action et la gestion gouvernementale. Economiste distingué de la formation de Me Youssoufi, il a veillé depuis des lustres à entretenir sa notoriété -et au passage, par ricochet, celle de son parti-, gérant avec soin la médiatisation de ses recherches universitaires et en en optimisant les retombées. Pareille obstination a en tout cas porté ses fruits: ne se voit-il pas confier le secrétaire général du CNJA, en 1990, pour commencer, puis d'autres &laqno; pantouflages » pas seulement honorifiques -direction du CMC, Conseil consultatif des droits de l'Homme, Académie du Royaume,...?
Avec quelques autres de son parti, il a en somme préfiguré et milité pour l'achèvement de l'intégration institutionnelle et aujourd'hui gouvernementale de l'USFP. Ce qui lui vaudra quelques &laqno;grincements» dans son parti dans lequel il est membre de la commission administrative: par rivalité -les chapelles ne manquent pas non plus au sein de l'USFP- certains estiment, à tort ou à raison, que sa surcote médiatique cache mal sa sous-cote organique... Au fond, dans ce parti, il est l'un des responsables d'une ligne désormais &laqno;centriste» ou social-démocrate si l'on préfère: aux oubliettes, les imprécations de naguère contre le libéralisme et la bourgeoisie exploiteuse des masses populaires, au placard, les professions de foi autour d'un socialisme planificateur volontiers présent comme la seule &laqno;alternative» à la crise; voici venu le temps d'une démarche seulement réformatrice encore imprégnée des oripeaux d'une culture économique étatiste.
En se frottant au réel -en particulier dans le cadre du CNJ-, Habib El Malki a pu mesurer la difficulté du &laqno;mal marocain» qu'évacuait allègrement toute une vulgate de son parti: le poids de l'inertie, les résistances de l'administration, les lenteurs et les blocages du travail gouvernemental. Il sait que le projet messianique de son parti de &laqno;changer la société» n'est plus qu'une curiosité idéologique qu'il faut remiser dans l'histoire des idées politiques contemporaines, tant au dedans qu'au dehors.
À la tête d'un département ministériel comme l'agriculture qui contribue à la formation de quelque 18% du PIB, il aura sans doute à coeur de mieux resituer ce secteur dans le développement économique national. Mais que faire? Et par quoi commencer, à part prier tous les matins pour des pluies tant attendues ces semaines-ci? Les chantiers structurels ne manquent pas. Arrivera-t-il à élaborer une politique foncière novatrice adaptée à la multiplicité des régimes juridiques de la terre ? Donnera-t-il la priorité à un fond de développement rural pour financer les opérations d'infrastructure et d'équipement ? Infléchira-t-il d'une manière significative le système actuel du Crédit agricole dans le sens d'une véritable décentralisation et d'une autonomie régionale, voire locale? Oeuvrera-t-il à la rationalisation de la politique d'irrigation et d'utilisation de l'eau? Assainira-t-il la politique commerciale en donnant plus d'efficacité aux circuits intérieurs parasites par des intermédiaires rentiers?
Vaste programme, on le voit bien! Au fond, il s'agit de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une véritable stratégie de promotion du monde rural -dont une bonne partie n'a pas bénéficié équitablement des fruits du développement devant conduire à terme à l'autosuffisance alimentaire pour les produits de grande consommation comme le blé tendre et le riz,... Pas seulement: il importe aussi de se préparer, d'une manière appropriée, aux conséquences de la libéralisation, et ce tant par des mesures immédiates qu'à moyen terme. La mise en place d'une véritable filière céréalière qui fournit plus de 3% PIB est évidemment l'une des priorités de l'heure.
Il ne s'agira pas de &laqno; gérer » des compromis avec les uns et les autres pour ne pas faire de vagues mais de dégager les lignes de force d'une nouvelle culture de partenariat avec les producteurs et les opérateurs où le ministère de l'agriculture doit comprendre qu'il est au service de ceux qui travaillent... Traditionnellement, les socialistes sont réputés mal connaître le monde agricole. Babib El Malki aura certainement à coeur de faire la preuve que ce n'est qu'une idée reçu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.