Migration: Birou surfe sur la diversité culturelle    L'intervention militaire saoudienne au Yémen, une opération risquée    Le prof et son mentor    Le patrimoine des élus et des fonctionnaires sera-t-il soumis au contrôle des juges ?    Rabbah incite les Marocains des EAU à investir au Maroc    La Banque Populaire et la CGEM, main dans la main    Le Maroc abrite la 7ème édition du Forum africain du carbone    Un taux de remplissage des barrages de 82,8%    Vers un partenariat win-win entre le Royaume et le Vietnam    Le délai de grâce du Premier ministre indien    Obama lève le gel sur les livraisons d'armes lourdes à l'Egypte    News    Billet intemporel    Divers sportifs    La date et l'heure du derby Raja-WAC officiellement arrêtées    Rehausser la qualité de l'enseignement et le niveau d'apprentissage    L'avifaune nationale compte 480 espèces entre oiseaux résidents et migrateurs    Porter la recherche universitaire à la pointe de l'innovation    Le film palestinien les "Yeux des voleurs", une histoire d'amour dans un contexte de guerre en Cisjordanie    Nicolas Cage tourne un film sur Ben Laden à Marrakech    La troupe de l'école "Ichbiliya" remporte le Prix Mohamed El Jem du théâtre scolaire    Turkish Airlines: nouvelle alerte à la bombe sur un vol de la compagnie    «Les pirates de Salé», un film sur la première école de cirque au Maroc    La Palestine désormais membre de la Cour pénale internationale    «Etre attentif à l'égalité pour rendre notre modèle de développement plus inclusif»    Migration : Campagne marocaine de régularisation des clandestins : Peut mieux faire        Colloque à Casablanca: La nécessité de relever le défit de la mise en œuvre de la Constitution    Un mort dans une fusillade au siège de la NSA    Moghreb Athlétic de Fès: May-Day ! May-Day ! Hazzaz sans filets    Championnat arabe de natation : 20 jeunes marocains à l'assaut de Dubaï    Maroc Locaux / Burkina Faso : 1-2: Quand une série n'égale pas une autre    Non, le jardin Majorelle ne sera pas vendu    Des fortunes diverses pour les locaux du Maroc    La troupe théâtrale de l'école primaire «Ichbiliya» remporte le Grand Prix    Port d'Agadir : 140 tonnes de poulpe confisquées    Forbes: le Maroc un modèle religieux influent    Trafic de drogue à Salé: un commissaire de la DGST et des gendarmes impliqués    Le discours royal d'Ajdir marque le début de l'ère d'ouverture sur l'Amazighité    ONEE : la Centrale solaire d'Ouarzazate raccordée au réseau électrique national    Le meilleur couscous du monde    Fès : Démantèlement d'une cellule terroriste financée par «Daech»    Lancement réussi de lagare.ma    La Fondation Heinrech Boll s'installe au Maroc    Une mission commerciale et d'investissement chez l'oncle Sam    Dette extérieure publique : Hausse de l'encours à plus de 277 milliards DH    Quand l'écriture est un acte politique    Une première pour l'Ecossais Ramsay, la Française Nocera récidive et signe son 14 succès sur le LET    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LE PASSAGE A L'ACTE
Habib El Malki, ministre de l'Agriculture
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Le député USFP de Boujaâd, en se voyant confier un département aussi important que celui de l'agriculture va faire son &laqno;baptême du feu» dans l'action et la gestion gouvernementale. Economiste distingué de la formation de Me Youssoufi, il a veillé depuis des lustres à entretenir sa notoriété -et au passage, par ricochet, celle de son parti-, gérant avec soin la médiatisation de ses recherches universitaires et en en optimisant les retombées. Pareille obstination a en tout cas porté ses fruits: ne se voit-il pas confier le secrétaire général du CNJA, en 1990, pour commencer, puis d'autres &laqno; pantouflages » pas seulement honorifiques -direction du CMC, Conseil consultatif des droits de l'Homme, Académie du Royaume,...?
Avec quelques autres de son parti, il a en somme préfiguré et milité pour l'achèvement de l'intégration institutionnelle et aujourd'hui gouvernementale de l'USFP. Ce qui lui vaudra quelques &laqno;grincements» dans son parti dans lequel il est membre de la commission administrative: par rivalité -les chapelles ne manquent pas non plus au sein de l'USFP- certains estiment, à tort ou à raison, que sa surcote médiatique cache mal sa sous-cote organique... Au fond, dans ce parti, il est l'un des responsables d'une ligne désormais &laqno;centriste» ou social-démocrate si l'on préfère: aux oubliettes, les imprécations de naguère contre le libéralisme et la bourgeoisie exploiteuse des masses populaires, au placard, les professions de foi autour d'un socialisme planificateur volontiers présent comme la seule &laqno;alternative» à la crise; voici venu le temps d'une démarche seulement réformatrice encore imprégnée des oripeaux d'une culture économique étatiste.
En se frottant au réel -en particulier dans le cadre du CNJ-, Habib El Malki a pu mesurer la difficulté du &laqno;mal marocain» qu'évacuait allègrement toute une vulgate de son parti: le poids de l'inertie, les résistances de l'administration, les lenteurs et les blocages du travail gouvernemental. Il sait que le projet messianique de son parti de &laqno;changer la société» n'est plus qu'une curiosité idéologique qu'il faut remiser dans l'histoire des idées politiques contemporaines, tant au dedans qu'au dehors.
À la tête d'un département ministériel comme l'agriculture qui contribue à la formation de quelque 18% du PIB, il aura sans doute à coeur de mieux resituer ce secteur dans le développement économique national. Mais que faire? Et par quoi commencer, à part prier tous les matins pour des pluies tant attendues ces semaines-ci? Les chantiers structurels ne manquent pas. Arrivera-t-il à élaborer une politique foncière novatrice adaptée à la multiplicité des régimes juridiques de la terre ? Donnera-t-il la priorité à un fond de développement rural pour financer les opérations d'infrastructure et d'équipement ? Infléchira-t-il d'une manière significative le système actuel du Crédit agricole dans le sens d'une véritable décentralisation et d'une autonomie régionale, voire locale? Oeuvrera-t-il à la rationalisation de la politique d'irrigation et d'utilisation de l'eau? Assainira-t-il la politique commerciale en donnant plus d'efficacité aux circuits intérieurs parasites par des intermédiaires rentiers?
Vaste programme, on le voit bien! Au fond, il s'agit de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une véritable stratégie de promotion du monde rural -dont une bonne partie n'a pas bénéficié équitablement des fruits du développement devant conduire à terme à l'autosuffisance alimentaire pour les produits de grande consommation comme le blé tendre et le riz,... Pas seulement: il importe aussi de se préparer, d'une manière appropriée, aux conséquences de la libéralisation, et ce tant par des mesures immédiates qu'à moyen terme. La mise en place d'une véritable filière céréalière qui fournit plus de 3% PIB est évidemment l'une des priorités de l'heure.
Il ne s'agira pas de &laqno; gérer » des compromis avec les uns et les autres pour ne pas faire de vagues mais de dégager les lignes de force d'une nouvelle culture de partenariat avec les producteurs et les opérateurs où le ministère de l'agriculture doit comprendre qu'il est au service de ceux qui travaillent... Traditionnellement, les socialistes sont réputés mal connaître le monde agricole. Babib El Malki aura certainement à coeur de faire la preuve que ce n'est qu'une idée reçu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.