Hamid Chabat invité de l'émission « Daïf Al Oula »/ Appel à des débats nationaux sur les grandes questions qui préoccupent les Marocains    Coopération dans la lutte contre le terrorisme / Le gouvernement belge approuve une convention avec le Maroc    Oxford Business Group met en exergue la percée réalisée par le Maroc en Afrique: La recette royale    Maroc / Banque Mondiale / Deux prêts et un don d'un montant global de 251,95 millions de dollars    Contrefaçon / Entre 6 et 12 milliards de pertes pour l'économie marocaine    Dimanche au Mausolée Moulay El Mekki à Rabat / 26ème anniversaire de la disparition de Haj Ahmed Balafrej    Les subventions du MJS tardent à venir    Hôpital Ibn Sina de Rabat/ Inauguration des services des urgences et de la radiologie des urgences    L'Héritage arabe au Portugal    Espagne : Un Marocain partisan de l'Etat islamique arrêté    Tourisme : Une alliance entre la BP et l'ONMT en faveur des MRE    Métallurgie : 5 écosystèmes pré-identifiés    Allégement du déficit commercial    Offensive de grande ampleur des insurgés sur Alep    News    La justice espagnole refuse que Belhaj purge le reliquat de sa peine au Maroc    Comment améliorer l'accès aux soins médicaux en Afrique    Paris SG : Pogba, Di Maria pour entrer dans la cour des grands    Au Kawkab, qui discute et signe avec les nouvelles recrues ?    Une feuille de route pour améliorer l'image du FUS    L'OFPPT distingué au concours Cisco Networking Academy NetRiders    Reportage : Se shooter bon marché, le triste quotidien des accros à la colle    Khouribga perpétue les rituels et les traditions locales    Divers    Soubresaut, mais important !    Ahmed Soultan dans «l' African Top 10» au Nigeria, au Ghana et en Namibie    Le marché chinois dope les recettes des productions hollywoodiennes    Hanane Fadili plus décapante que jamais    Evacuation des appartements occupés illégalement à Tanger: Les 400 migrants subsahariens dispatchés entre différentes villes du Maroc    Bibliotram au Forum mondial de la langue française    Alerte météo : Il fera très chaud de samedi au jeudi    Gestion de l'affaire des viols en Centrafrique / L'ONU rouvre le dossier et lance une enquête    Guinée, une alliance contre nature    Africains du Maroc : Co-développement Maroc-Cameroun, un exemple de coopération sud-sud    En clôture de la saison sportive de l'U.S. Cheminots / L'apothéose... en kermesse !    Le sport meknassi... parent pauvre du sport national    La Fondation Attijariwafa bank célèbre l'art du Melhoun    Un reporter photographe français expulsé du Maroc    Fuite des épreuves du Bac: Les enquêtes toujours en cours    Le PPS milite pour l'avènement d'une société de démocratie, de modernité, de progrès, de dignité et d'égalité    Un intellectuel prolifique et une carrière aussi riche que variée !    Coup de filet du BCIJ: Trois Afghans arrêtés à Marrakech    L'hôpital Ibn Sina lifte ses urgences    RAM devient le transporteur officiel du Festival Ecrans Noirs    La RAM recrute en Guinée Bissau    Libertés individuelles et droit à la différence malmenés    Peut-on contester un refus de visa ?    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LE PASSAGE A L'ACTE
Habib El Malki, ministre de l'Agriculture
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Le député USFP de Boujaâd, en se voyant confier un département aussi important que celui de l'agriculture va faire son &laqno;baptême du feu» dans l'action et la gestion gouvernementale. Economiste distingué de la formation de Me Youssoufi, il a veillé depuis des lustres à entretenir sa notoriété -et au passage, par ricochet, celle de son parti-, gérant avec soin la médiatisation de ses recherches universitaires et en en optimisant les retombées. Pareille obstination a en tout cas porté ses fruits: ne se voit-il pas confier le secrétaire général du CNJA, en 1990, pour commencer, puis d'autres &laqno; pantouflages » pas seulement honorifiques -direction du CMC, Conseil consultatif des droits de l'Homme, Académie du Royaume,...?
Avec quelques autres de son parti, il a en somme préfiguré et milité pour l'achèvement de l'intégration institutionnelle et aujourd'hui gouvernementale de l'USFP. Ce qui lui vaudra quelques &laqno;grincements» dans son parti dans lequel il est membre de la commission administrative: par rivalité -les chapelles ne manquent pas non plus au sein de l'USFP- certains estiment, à tort ou à raison, que sa surcote médiatique cache mal sa sous-cote organique... Au fond, dans ce parti, il est l'un des responsables d'une ligne désormais &laqno;centriste» ou social-démocrate si l'on préfère: aux oubliettes, les imprécations de naguère contre le libéralisme et la bourgeoisie exploiteuse des masses populaires, au placard, les professions de foi autour d'un socialisme planificateur volontiers présent comme la seule &laqno;alternative» à la crise; voici venu le temps d'une démarche seulement réformatrice encore imprégnée des oripeaux d'une culture économique étatiste.
En se frottant au réel -en particulier dans le cadre du CNJ-, Habib El Malki a pu mesurer la difficulté du &laqno;mal marocain» qu'évacuait allègrement toute une vulgate de son parti: le poids de l'inertie, les résistances de l'administration, les lenteurs et les blocages du travail gouvernemental. Il sait que le projet messianique de son parti de &laqno;changer la société» n'est plus qu'une curiosité idéologique qu'il faut remiser dans l'histoire des idées politiques contemporaines, tant au dedans qu'au dehors.
À la tête d'un département ministériel comme l'agriculture qui contribue à la formation de quelque 18% du PIB, il aura sans doute à coeur de mieux resituer ce secteur dans le développement économique national. Mais que faire? Et par quoi commencer, à part prier tous les matins pour des pluies tant attendues ces semaines-ci? Les chantiers structurels ne manquent pas. Arrivera-t-il à élaborer une politique foncière novatrice adaptée à la multiplicité des régimes juridiques de la terre ? Donnera-t-il la priorité à un fond de développement rural pour financer les opérations d'infrastructure et d'équipement ? Infléchira-t-il d'une manière significative le système actuel du Crédit agricole dans le sens d'une véritable décentralisation et d'une autonomie régionale, voire locale? Oeuvrera-t-il à la rationalisation de la politique d'irrigation et d'utilisation de l'eau? Assainira-t-il la politique commerciale en donnant plus d'efficacité aux circuits intérieurs parasites par des intermédiaires rentiers?
Vaste programme, on le voit bien! Au fond, il s'agit de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une véritable stratégie de promotion du monde rural -dont une bonne partie n'a pas bénéficié équitablement des fruits du développement devant conduire à terme à l'autosuffisance alimentaire pour les produits de grande consommation comme le blé tendre et le riz,... Pas seulement: il importe aussi de se préparer, d'une manière appropriée, aux conséquences de la libéralisation, et ce tant par des mesures immédiates qu'à moyen terme. La mise en place d'une véritable filière céréalière qui fournit plus de 3% PIB est évidemment l'une des priorités de l'heure.
Il ne s'agira pas de &laqno; gérer » des compromis avec les uns et les autres pour ne pas faire de vagues mais de dégager les lignes de force d'une nouvelle culture de partenariat avec les producteurs et les opérateurs où le ministère de l'agriculture doit comprendre qu'il est au service de ceux qui travaillent... Traditionnellement, les socialistes sont réputés mal connaître le monde agricole. Babib El Malki aura certainement à coeur de faire la preuve que ce n'est qu'une idée reçu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.