58% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses    Un individu arrêté en Espagne pour apologie du terrorisme    Karim Idrissi Kaitouni, directeur général exécutif en charge du Marché de l'Entreprise de Attijariwafa bank : « Le groupe a alloué 7 milliards de DH aux TPE en 2017 »    MRE et investissement : La CGEM se dote d'une 13e région    Casablanca : Saisie de 14.000 paires d'espadrilles contrefaites en provenance de Chine    Le CNDH et les Archives du Maroc ouvrent les portes aux chercheurs    Deux journalistes espagnols expulsés du Maroc    La vengeance de Benkirane    Sarraj et Hafter s'engagent dans un cessez-le-feu    Casablanca accueille un groupe d'enfants palestiniens en colonies de vacances    Argentine : Pour Sampaoli, Messi est le seul titulaire indiscutable avec la sélection    Jeunesse et action associative : Le projet de loi d'un Conseil consultatif adopté    Fnideq : Arrestation de deux individus pour trafic de psychotropes    Abdelkrim Benatiq : «La 13ème région est l'articulation entre migration et développement»    Mercato. Raja: Garrido éloigne El Ouadi de l'AS FAR    Crise du Raja: le comité démissionnaire du club revient sur sa décision    Gouvernement: la stratégie d'El Othmani pour les personnes en situation de handicap    Centrafrique : 2 nouveaux Casques bleus marocains tués près de Bangassou    Port de Casablanca : Le préavis d'arrivée des conteneurs obligatoire dès août    PLF 2018 : Boussaïd présente le cadre général    Personnes à mobilité réduite : Enfin des solutions adaptées ?    Kénitra: arrestation de trois dangereux récidivistes    Mohammedia: démantèlement d'un réseau international de trafic de devises    Météo: temps stable et ensoleillé ce mercredi    Transfert: "Accord de principe" pour Mbappé au Real Madrid    FKIH BEN SALAH: Pour le développement provincial    Faouzi Bensaidi en compétition officielle à Venise !    Stars les mieux payées : Lionel Messi (80 M$)    Piqué fait rebondir le feuilleton du transfert de Neymar    Cristiano Ronaldo reste au Real Madrid    Ces fugitifs étrangers qui prennent le Maroc pour un Eldorado, sauf que toute bonne chose a une fin    Israël retire les détecteurs de métaux de l'esplanade des Mosquées    Riyad et ses alliés allongent leur liste noire des entités "terroristes"    Journée d'étude à Rabat sur la lutte contre la traite des êtres humains    Voilà pourquoi la clim est toujours à fond dans les avions    L'économie mondiale retrouve sa dynamique    Divers    Les névroses pas toujours mauvaises pour la santé    Hausse du nombre de touristes polonais visitant le Maroc    Omar Sy sera Le Flic de Belleville    Un nouvel album des Rolling Stones pour "très bientôt"    Linkin Park dit ne jamais pouvoir remplacer son chanteur    Le 11ème festival «Come to my home» du 23 au 30 juillet    11ème Festival international du raï: Une manifestation qui fait la part belle à différents genres musicaux    Immersion dans les qassaid d'un «novateur» en malhoun    Jeux de la Francophonie : Excellente moisson pour les athlètes marocains    Diapo. L'arrivée du roi Salmane d'Arabie saoudite à Tanger en images    5ème édition du Festival d'Al Haouz    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE PASSAGE A L'ACTE
Habib El Malki, ministre de l'Agriculture
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Le député USFP de Boujaâd, en se voyant confier un département aussi important que celui de l'agriculture va faire son &laqno;baptême du feu» dans l'action et la gestion gouvernementale. Economiste distingué de la formation de Me Youssoufi, il a veillé depuis des lustres à entretenir sa notoriété -et au passage, par ricochet, celle de son parti-, gérant avec soin la médiatisation de ses recherches universitaires et en en optimisant les retombées. Pareille obstination a en tout cas porté ses fruits: ne se voit-il pas confier le secrétaire général du CNJA, en 1990, pour commencer, puis d'autres &laqno; pantouflages » pas seulement honorifiques -direction du CMC, Conseil consultatif des droits de l'Homme, Académie du Royaume,...?
Avec quelques autres de son parti, il a en somme préfiguré et milité pour l'achèvement de l'intégration institutionnelle et aujourd'hui gouvernementale de l'USFP. Ce qui lui vaudra quelques &laqno;grincements» dans son parti dans lequel il est membre de la commission administrative: par rivalité -les chapelles ne manquent pas non plus au sein de l'USFP- certains estiment, à tort ou à raison, que sa surcote médiatique cache mal sa sous-cote organique... Au fond, dans ce parti, il est l'un des responsables d'une ligne désormais &laqno;centriste» ou social-démocrate si l'on préfère: aux oubliettes, les imprécations de naguère contre le libéralisme et la bourgeoisie exploiteuse des masses populaires, au placard, les professions de foi autour d'un socialisme planificateur volontiers présent comme la seule &laqno;alternative» à la crise; voici venu le temps d'une démarche seulement réformatrice encore imprégnée des oripeaux d'une culture économique étatiste.
En se frottant au réel -en particulier dans le cadre du CNJ-, Habib El Malki a pu mesurer la difficulté du &laqno;mal marocain» qu'évacuait allègrement toute une vulgate de son parti: le poids de l'inertie, les résistances de l'administration, les lenteurs et les blocages du travail gouvernemental. Il sait que le projet messianique de son parti de &laqno;changer la société» n'est plus qu'une curiosité idéologique qu'il faut remiser dans l'histoire des idées politiques contemporaines, tant au dedans qu'au dehors.
À la tête d'un département ministériel comme l'agriculture qui contribue à la formation de quelque 18% du PIB, il aura sans doute à coeur de mieux resituer ce secteur dans le développement économique national. Mais que faire? Et par quoi commencer, à part prier tous les matins pour des pluies tant attendues ces semaines-ci? Les chantiers structurels ne manquent pas. Arrivera-t-il à élaborer une politique foncière novatrice adaptée à la multiplicité des régimes juridiques de la terre ? Donnera-t-il la priorité à un fond de développement rural pour financer les opérations d'infrastructure et d'équipement ? Infléchira-t-il d'une manière significative le système actuel du Crédit agricole dans le sens d'une véritable décentralisation et d'une autonomie régionale, voire locale? Oeuvrera-t-il à la rationalisation de la politique d'irrigation et d'utilisation de l'eau? Assainira-t-il la politique commerciale en donnant plus d'efficacité aux circuits intérieurs parasites par des intermédiaires rentiers?
Vaste programme, on le voit bien! Au fond, il s'agit de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une véritable stratégie de promotion du monde rural -dont une bonne partie n'a pas bénéficié équitablement des fruits du développement devant conduire à terme à l'autosuffisance alimentaire pour les produits de grande consommation comme le blé tendre et le riz,... Pas seulement: il importe aussi de se préparer, d'une manière appropriée, aux conséquences de la libéralisation, et ce tant par des mesures immédiates qu'à moyen terme. La mise en place d'une véritable filière céréalière qui fournit plus de 3% PIB est évidemment l'une des priorités de l'heure.
Il ne s'agira pas de &laqno; gérer » des compromis avec les uns et les autres pour ne pas faire de vagues mais de dégager les lignes de force d'une nouvelle culture de partenariat avec les producteurs et les opérateurs où le ministère de l'agriculture doit comprendre qu'il est au service de ceux qui travaillent... Traditionnellement, les socialistes sont réputés mal connaître le monde agricole. Babib El Malki aura certainement à coeur de faire la preuve que ce n'est qu'une idée reçu.