Fête du Trône : Voici l'intégralité du discours royal    40MDH pour l'Ordre national des médecins    Interview: Younes Bnou Marzouk évoque son avenir et sa volte-face (vidéo)    Investissements : Des projets de grande envergure    Constitution : Il reste une année pour l'adoption de toutes les lois organiques    FIFA : Platini officiellement candidat à la présidence    Promotion de la destination Maroc: Regain de confiance des tour-opérateurs français    Promotion socio-économique : Dix ans de développement humain    Patients atteints de VIH-hépatite C : À quand une prise en charge totale ?    La sensibilisation au service de la mer    Le Souverain prononcera le discours à 13 h    Le ghota mondial au Maroc en 2016    Céramique : le japonais NGK arrive    Crédit Populaire du Maroc : C'est fait !    Les assises de l'industrie pour fin septembre    VŒUX : Spécial Fête du Trône    Le Maroc, leader dans le monde arabe en matière de réinsertion sociale    RCA: La clause peu commune du contrat de Mohamed Awal    CAN 2019: Crise oblige, le Cameroun demande une aide financiére à la Chine    Guerre mondiale au Moyen-Orient    Marrakech, capitale mondiale des statisticiens    Le Maroc, un hub des services, selon la CNUCED    Le solaire marocain brille de mille feux    247 génériques au Guide des médicaments remboursables    Xena Aouita chante pour le Maroc    Lazaar courtisé par Monaco et Séville    Divers    La publication d'un dessin de presse raciste fait polémique en France    Iran et Russie refusent toute menace    News    Un incendie dans une usine de meubles fait 25 morts au nord du Caire    Les chefs des institutions créancières arrivent en Grèce, dans un climat politique tendu    Hommage à Rabat aux élèves méritants de l'année scolaire 2014-2015    Accident de la route survenu au sud de Tan Tan    Divers    La conversation harmonieuse des rimes et des rythmes    «Shad Agza» de Mohamed Ramadan dans les salles obscures    Abdeslam Ahizoune, nouveau président de l'Association Maroc Cultures    Hila Benghazi-Club Africain et Raja-Ismaily en ouverture    «Contribution de l'Islam à l'avènement d'une paix mondiale durable»    La politique anticipative du Maroc a permis le démantèlement de 30 filières de recrutement de jihadistes depuis 2013    Association Maroc Cultures: Abdeslam Ahizoune aux commandes    La plus grande toile jamais réalisée au Maroc    Près de 300 jihadistes marocains tués depuis 2013    Volkswagen détrône Toyota    Une intégration africaine pour et par «nous»?    «Les enfants perdus de Casablanca»    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

LE PASSAGE A L'ACTE
Habib El Malki, ministre de l'Agriculture
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Le député USFP de Boujaâd, en se voyant confier un département aussi important que celui de l'agriculture va faire son &laqno;baptême du feu» dans l'action et la gestion gouvernementale. Economiste distingué de la formation de Me Youssoufi, il a veillé depuis des lustres à entretenir sa notoriété -et au passage, par ricochet, celle de son parti-, gérant avec soin la médiatisation de ses recherches universitaires et en en optimisant les retombées. Pareille obstination a en tout cas porté ses fruits: ne se voit-il pas confier le secrétaire général du CNJA, en 1990, pour commencer, puis d'autres &laqno; pantouflages » pas seulement honorifiques -direction du CMC, Conseil consultatif des droits de l'Homme, Académie du Royaume,...?
Avec quelques autres de son parti, il a en somme préfiguré et milité pour l'achèvement de l'intégration institutionnelle et aujourd'hui gouvernementale de l'USFP. Ce qui lui vaudra quelques &laqno;grincements» dans son parti dans lequel il est membre de la commission administrative: par rivalité -les chapelles ne manquent pas non plus au sein de l'USFP- certains estiment, à tort ou à raison, que sa surcote médiatique cache mal sa sous-cote organique... Au fond, dans ce parti, il est l'un des responsables d'une ligne désormais &laqno;centriste» ou social-démocrate si l'on préfère: aux oubliettes, les imprécations de naguère contre le libéralisme et la bourgeoisie exploiteuse des masses populaires, au placard, les professions de foi autour d'un socialisme planificateur volontiers présent comme la seule &laqno;alternative» à la crise; voici venu le temps d'une démarche seulement réformatrice encore imprégnée des oripeaux d'une culture économique étatiste.
En se frottant au réel -en particulier dans le cadre du CNJ-, Habib El Malki a pu mesurer la difficulté du &laqno;mal marocain» qu'évacuait allègrement toute une vulgate de son parti: le poids de l'inertie, les résistances de l'administration, les lenteurs et les blocages du travail gouvernemental. Il sait que le projet messianique de son parti de &laqno;changer la société» n'est plus qu'une curiosité idéologique qu'il faut remiser dans l'histoire des idées politiques contemporaines, tant au dedans qu'au dehors.
À la tête d'un département ministériel comme l'agriculture qui contribue à la formation de quelque 18% du PIB, il aura sans doute à coeur de mieux resituer ce secteur dans le développement économique national. Mais que faire? Et par quoi commencer, à part prier tous les matins pour des pluies tant attendues ces semaines-ci? Les chantiers structurels ne manquent pas. Arrivera-t-il à élaborer une politique foncière novatrice adaptée à la multiplicité des régimes juridiques de la terre ? Donnera-t-il la priorité à un fond de développement rural pour financer les opérations d'infrastructure et d'équipement ? Infléchira-t-il d'une manière significative le système actuel du Crédit agricole dans le sens d'une véritable décentralisation et d'une autonomie régionale, voire locale? Oeuvrera-t-il à la rationalisation de la politique d'irrigation et d'utilisation de l'eau? Assainira-t-il la politique commerciale en donnant plus d'efficacité aux circuits intérieurs parasites par des intermédiaires rentiers?
Vaste programme, on le voit bien! Au fond, il s'agit de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une véritable stratégie de promotion du monde rural -dont une bonne partie n'a pas bénéficié équitablement des fruits du développement devant conduire à terme à l'autosuffisance alimentaire pour les produits de grande consommation comme le blé tendre et le riz,... Pas seulement: il importe aussi de se préparer, d'une manière appropriée, aux conséquences de la libéralisation, et ce tant par des mesures immédiates qu'à moyen terme. La mise en place d'une véritable filière céréalière qui fournit plus de 3% PIB est évidemment l'une des priorités de l'heure.
Il ne s'agira pas de &laqno; gérer » des compromis avec les uns et les autres pour ne pas faire de vagues mais de dégager les lignes de force d'une nouvelle culture de partenariat avec les producteurs et les opérateurs où le ministère de l'agriculture doit comprendre qu'il est au service de ceux qui travaillent... Traditionnellement, les socialistes sont réputés mal connaître le monde agricole. Babib El Malki aura certainement à coeur de faire la preuve que ce n'est qu'une idée reçu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.