Automobile : Un partenariat public-privé pour la formation de 30.000 jeunes déscolarisés    Statistiques de l'Office national des aéroports: L'Europe représente 72,15% du trafic aérien de nos aéroports    La RAM recrute en Guinée Bissau    Les Tunisiens de moins de 35 ans interdits de voyage au Maroc    Evacuation de squat : Un immigré subsaharien meurt à Tanger    Merci... on ne rit pas devant nos écrans !    UE : Les Marocains, principaux bénéficiaires des naturalisations    Le supporter de Hassania    La croissance économique basculerait de 4,3 à 2,6%: Un top en 2015, mais un flop en 2016    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    Jbel El Ayachi met le turban et porte le burnous    20 millions de dirhams pour un centre pour handicapés à Casablanca    Affaire des jeunes femmes d'Inzegane : Grave dérapage et étrange silence du ministère de la justice    «Je n'ai pas fait un «roman à clé», c'est une œuvre de divertissement»    «La semaine où j'ai aimé», un nouveau roman pour la rentrée    Télés : crise de pub ou de puberté ?    La 4G+ en juillet chez Maroc Telecom sans changement de carte    Ramadan et sport : «il ne faudrait pas dépasser ses capacités physiques»    Skhirat : Six pays exhortent les Libyens à signer l'accord proposé par l'ONU    Parlement : Les trois projets de loi adoptés par le Chambre des représentants    FENELEC, un nouveau président dès septembre    La gestion financière du PPS est transparente    Mauvais perdants    Immigrants subsahariens, l'Intérieur durcit le ton    Lynchage d'un citoyen à Fès: Le parquet ouvre une enquête    Un club libanais prêt à casser sa tirelire pour s'attacher les services d'Evouna    Reprise des entraînements du KACM    Faciliter le partage des expériences sur les questions des droits de l'Homme    Des élus africains intéressés par l'expérience marocaine en matière de décentralisation    Les Marocains de Belgique fortement attachés à leur identité d'origine    Conclave de l'ICANN à Marrakech    Développement et décentralisation en Irak    Canicule et jeûne, une équation difficile    Comment concilier travail et Ramadan    Délices, spiritualité et convivialité à Tata    28 morts dans un attentat anti-chiite revendiqué par l'EI à Sanaa    Réunion de sécurité en Turquie sur fond d'intervention militaire en Syrie    L'ONU prévoit 1.400 milliards de dollars d'IDE en 2015    Le Chili tout près du sacre final    Nicki Minaj, Beyonce et Chris Brown triomphent aux Bet Awards    Sami Yusuf clôture en beauté le 4ème Festival "Sada Al Ashar" de Tétouan    "Top Gun 2" en préparation avec Tom Cruise au casting    Ligue des Champions d'Afrique (1ère journée) / Smouha (Egypte)-MAT : 3-2 / ALe Moghreb de Tétouan retourne bredouille d'Alexandrie    Grèce/ Les marchés financiers en pleine tourmente    L'Argentine, ou plutôt un Argentin, a déjà gagné    Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire    Francis Ford Coppola à Marrakech !    Tanger: Des migrants sommés d'évacuer des appartements à Boukhalef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.