Africa 50 : Un milliard de dollars mobilisé    Anderlecht a fait une proposition pour Boussoufa    Etudiants marocains en France : Bientôt un titre de séjour pluriannuel pour tous les cycles    Hila Benghazi-Club Africain et Raja-Ismaily en ouverture    Mercato: Younés Belhanda prêté à l'Olympique Lyonnais ?    Encombrement des prisons : L'OMP appelle à y mettre fin    MASEN conclut un partenariat intégré d'ambition mondiale sur les technologies solaires    Le coup de pouce de Moulay Hafid Elalamy à l'aéronautique: 23.000 emplois créés d'ici 2020    Hébergement touristique : Une nouvelle loi adoptée au Parlement    Anticipation    La politique anticipative du Maroc a permis le démantèlement de 30 filières de recrutement de jihadistes depuis 2013    Association Maroc Cultures: Abdeslam Ahizoune aux commandes    Le Maroc à la traine    La diversité des référentiels des partis composant la majorité est le point fort du gouvernement    La plus grande toile jamais réalisée au Maroc    Céréales : Une récolte record de 115 millions de quintaux    L'effet fédérateur    Volkswagen détrône Toyota    Près de 300 jihadistes marocains tués depuis 2013    Louardi défend son action sectorielle    Hépatite, l'accès au traitement inquiète    20.000 candidats pour le PJD    Le Mouvement populaire monte au créneau contre Chabat    Une intégration africaine pour et par «nous»?    Voici les principaux titres développés par les quotidiens publiés mercredi 29 juillet 2015    Fausse alerte à un sac suspect à Tanger    Fête du Trône: Les FAR annoncent des shows aériens à Rabat    Ces clubs européens qui aiment les duos marocains Spécial    La Turquie déclare la guerre totale à Daech    «Les enfants perdus de Casablanca»    Divers    Le halal fait son show dans la capitale économique    Barack Obama s'adresse à l'Afrique    Le Sultanat de Bahrein touché par le barbarisme Deux policiers ont été tués et six autres blessés mardi à Bahreïn dans un attentat "terroriste" perpétré dans le quartier à majorité chiite de Sitra, près de la capitale Manama, a annoncé le ministère    Vaste opération de l'armée tchadienne contre Boko Haram    Signature d'un mémorandum d'entente entre les académies diplomatiques marocaine et tchèque    Trouver des solutions africaines aux problèmes africains    La fille illégitime d'Albert de Monaco parle pour la première fois de leur relation    Les étudiants maghrébins invités à révéler leur talent    L'immobilier fait grise mine dans la cité des fleurs    Prémices de reprise à la Bourse de Casablanca    Participation du Maroc aux premiers Jeux méditerranéens de plage en Italie    Didier Drogba, nouveau sociétaire de l'Impact Montréal    La Fouine attaqué par un requin au Maroc    Le père de Michael et Janet Jackson victime d'un AVC    A 19 ans, Ghita Khamlichi transforme la musique en couleurs    Médias numériques : Une opportunité pour faire face au terrorisme    Championnat du Maroc seniors / Ali Al Ahrach remporte le Grand Prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.