Casablanca : SM le Roi lance le projet de réaménagement du vélodrome d'Anfa    SM le Roi inaugure un terrain de sport de proximité à Ain Sebâa    Une année 2016 record pour BMCE Bank    Recapitalisation massive chez la filiale marocaine du leader mondial de la relation client    Le Maroc et 15 pays s'engagent pour « sauver » les ressources de la Méditerranée    Les manifestations d'Al Hoceima de plus en plus violentes    Najat Bensalem: «Pour gagner ma vie, je continue de vendre des cigarettes à l'unité»    La Loft Art Gallery au Grand Palais de Paris    Stop Drogue : Un message par l'image !    Le Maroc et l'OMS signent leur stratégie de coopération 2017-2021    Une «Charte de l'imam» pour contrer les prêches radicaux    Complexe solaire de Ouarzazate : Une centaine de jeunes formés d'ici fin 2017    FICMT : Le cinéma chinois fêté à Tétouan    Un avion privé s'écrase à l'aéroport de Guelmim    En kiosque N° 1204 : OBJECTIF 2021    Kenza Hokimi: «L'art-thérapie rend le patient acteur et constructeur d'une nouvelle réalité»    Un carnet de commandes de 2,46 MMDH pour DLM    Une marocaine offre la demi-finale de la Champions League au FC Barcelone    «Mille et un Chevaux» célèbre le patrimoine équestre à Fkih Ben Saleh    Elle fait l'actu : Hadeel Ibrahim, nouvelle administratrice indépendante de BMCE Bank    Une femme blessée dans l'effondrement d'une maison à Rabat    L'Argentine légalise l'usage médicinal du cannabis    Portugal : L'aéroport de Madère rebaptisé au nom de Cristiano Ronaldo    El Othmani apporte son éclairage sur la liste des portefeuilles ministériels    La 9e édition des Assises de l'agriculture le 17 avril à Meknès    Chambre des représentants : Nouveau groupe de travail chargé de la parité    McDonald's Maroc s'associe au Marrakech du rire    Le CESE prépare un rapport sur «la durabilité des villes marocaines»    Coupe du monde 2026. L'organisation par le Maroc est «possible», selon le président de la CAF    Irak: Un Attentat suicide fait au moins 17 morts dans le sud de Bagdad    Clairvoyance diplomatique    Chute spectaculaire du président libanais au 28ème Sommet arabe    Des Marocaines à l'assaut du Kilimandjaro    Gdim Izik : Fausses informations et prétendues tortures    L'hommage du rappeur Wiz Khalifa à Escobar passe mal    Réunions préparatoires au Xème Congrès national de l'USFP    Le traité mondial antitabac a permis de réduire le tabagisme    Insolite : Mise en scène macabre    Neuvième Forum national du handicap à Salé    Anne Frank : Un symbole du bien dans une époque d'horreurs    Un second test concluant pour le Onze national : Le satisfecit de Hervé Renard    Le semi-marathon de Berkane mise sur une forte participation féminine    Divers sportifs    Theresa May donne le coup d'envoi du Brexit    Ellie Goulding en concert d'ouverture à Mawazine    Après New York et Washington, les gnaouas enflamment la mythique salle du Bataclan à Paris    Une œuvre de Tayeb Saddiki ouvre le bal du Festival national du théâtre à Hay Mohammadi    Ahmad Ahmad, nouveau président de la Confédération Africaine de Football :    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.