USFP: « La Promotion de la Santé : Projet Politique » thème d'une rencontre animé par le Pr. Moulay Ahmed El Iraqi    Le projet de la charte de la déconcentration dévoilée en décembre    Finances publiques : Le déficit se réduit    Gastronomie : Le chef marocain Kamal Rahal Essoulami primé à Paris    Rabat : Un groupe de chômeurs condamné à 16 mois de prison ferme    Nouveau magistrat pour l'affaire Hammouchi    Points chauds en Europe : Le Bayern Munich et le Real Madrid cartonnent    CAF : Lagos accueillera la cérémonie des Awards GLO-CAF 2014 en janvier 2015    Polémique autour du PLF    Entre Ebola, Da'ech et soucis quotidiens des Marocains : Atmosphère délétère    L'ONHYM tempère les rumeurs sur le pétrole    Casablanca : SM le Roi lance le programme de mise à niveau des axes routiers Errahma-Dar Bouâazza-Ouled Azzouz    Doukkala Abda : Lancement de la campagne agricole 2014-2015    Morocco Royal Tour 2014 (étape de Rabat) : Nadja Peter-Steiner remporte le Grand Prix SAR la Princesse Lalla Amina    Ebola : L'OMS annonce officiellement la fin de l'épidémie au Nigeria    Palestine: L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles    Syrie : L'armée américaine largue des armes aux Kurdes près de Kobané    Ebola : le Nigeria met fin à la transmission du virus    Open d'Afrique du Sud : Bonne prestation de Maha Haddioui    Le mot pour rire: Ascension bloquée    Éducation : Alertes et critiques    Province d'Ifrane : Trois écoles primaires décrochent le label Pavillon Vert    De la question culturelle...    Commerce : La croissance du commerce mondial à la peine    Lois organiques : l'échéance approche à grands pas    Franchise : Hicham El Guerrouj s'associe à Intersport    Un secrétaire d'Etat belge à la haine raciale tenace    Benkirane lance le portail électronique du PJD pour défendre l'expérience du pouvoir    Premier échec pour Valence    Divers    News    Accords commerciaux maroco-qataris d'une valeur de 27,4 millions de dollars    La décision néerlandaise d'annuler l'accord de sécurité sociale dénoncée par des ONG marocaines    Les Marocains pour une administration dématérialisée    L'Anticythère dévoile de nouveaux secrets    Divers sportifs    Les ONG pointent du doigt la vacuité de l'évaluation du Plan gouvernemental de l'égalité    Pourquoi la mozzarella est le fromage parfait pour faire une pizza    Les accidents de la circulation font plusieurs morts    Marche à Rabat contre le retour aux années de plomb    "La poule" remporte le Grand Prix du Festival du court-métrage    Bensalem Himmich et Ahmed Madini candidats au prix Cheikh Zayed du livre    Bouillons de culture    Journée mondiale du don d'organe et de la greffe: La transplantation rénale en pleine évolution à l'Hôpital Ibn Sina    Patrimoine culturel: une délégation palestinienne visite le Maroc    L'Institut Français d'El Jadida baptise sa Médiathèque: " Feu Driss Chraïbi"    Rhétorique des corps    Patrimoine: Casablanca fête ses cent ans d'urbanisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.