Renouvellement des élites    L'Istiqlal s'engage à soutenir et à protéger l'enfance: Elargir et renforcer la classe moyenne        DIAPO/ La campagne électorale encore très timide à Fès    Lorsque la coalition gouvernementale verse dans la compromission    Des organisations onusiennes évaluent à 135 millions de dollars les besoins des habitants des camps de Tindouf    Crise au sein de la direction du Polisario    Guerguerat : Imminent accord onusien pour parachever l'asphaltage de l'axe routier    OCP Group : Dynamique maintenue    L'orchestre philharmonique du Maroc présente à Paris : «Les religions à l'unisson»    L'Argentine, un marché cible pour le Maroc    SM Le Roi préside à Tanger une séance de travail consacrée au secteur énergétique    COP22: Meriem Bensalah sensibilise les patrons africains    Handicap : Les chiffres sur l'incapacité totale    Un fonds de prévoyance pour les notaires    Développement régional    Espagne : Arrestation de deux Marocains accusés de soutenir l'EI    Premier débat télévisé entre Clinton et Trump    Signature à Casablanca d'un contrat d'assistance pour la construction de gare routière internationale d'Abidjan    L'œil de l'expert : Climat de Marrakech : La fraîcheur de ses matins se dégrade... mais moins que la chaleur de ses après-midi !    Brexit: 3 PDG britanniques sur 4 envisagent de délocaliser    La pression monte avant le premier débat Trump-Clinton    Programme national de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées au titre de l'année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d'envoi    La FED maintient ses taux inchangés    Ligue des champions d'Afrique : le WAC éliminé malgré une victoire d'anthologie face au Zamalek    Le Salon du cheval d'El Jadida lance sa 9e édition    Rallye OiLibya : Cap sur la 17ème édition    Danone Nations Cup: Le Maroc va jouer au Stade de France    L'OCK s'incline at home    La passe de trois de l'IRT    HUSA-KAC : 3-2 Victoire dans la douleur !    Botola Maroc Telecom D1 : 3ème journée : IRT-JSKT : 2-1 Victoire logique des Tangérois devant quelque 4000 spectateurs    Pour un investissement de 100 millions de DH: Un groupe marocain construit une unité d'industrie pharmaceutique en Côte d'Ivoire    Rentrée scolaire : Grosse affluence dans les collèges et les lycées    Curieuse fermeture d'un ancien lycée à Casablanca    Legzira perd son arche    Salon d'inscription aux études universitaires et professionnelles à Rabat    Divers    L'enseignement en déconfiture    Maroc - Chine : Renforcement du partenariat dans l'Enseignement Supérieur et la Recherche    Ballet d'Oriental : Evolution : Le Voyage de Schéhérazade    Coaching par l'art : Saidi «mentore» les étudiants d'Ibn Zohr    Clôture en apothéose de la 17ème édition de Tanjazz    Emmanuelle Chriqui à l'affiche de "Super Troopers 2"    RedOne sur le nouvel album de Lady Gaga    Depardieu: La France? Un Disneyland "peuplé d'imbéciles"    Le Jedi marocain des platines    Enseignement : Do you speak english ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.