Le Siam renforce son offre    Compétitivité du tourisme    Les Espagnols de nouveau appelés aux urnes    Brèves    Statut des femmes: L'écart entre les genres se réduit    Festival international du documentaire    Akhannouch décoré de la Grande-croix du mérite agricole espagnole    Crédit agricole du Maroc et l'AFD s'engagent au profit des TPME rurales    Arrivée de SM le Roi Mohammed VI à Qatar    Saisie au Port de Tanger Med de plus de 62.000 comprimés psychotropes et de près de 30 kg de cocaïne    Eliminatoires CAN U20 : Le Maroc connait son adversaire au 2e tour    La FDT appelle les salariés à manifester en masse contre la politique antisociale du gouvernement    La résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara attendue pour aujourd'hui    L'USFP et le PPS réitèrent leur volonté d'assurer l'union de la gauche    De Mistura veut "revitaliser" le cessez-le-feu avec l'aide de Washington et Moscou    L'opposition rassemble des signatures contre Maduro au Venezuela    Prison à vie pour huit personnes accusées de "terrorisme" à Bahreïn    En kiosque N° 1163 : Il a osé    Insolite    L'Atlético assure l'essentiel    Le WAC piégé à Marrakech    Technovation Challenge pour la 2ème année au Maroc à Rabat    Des agropoles au service des opérateurs industriels    Davantage de pics d'ozone en raison du réchauffement    Les stars les mieux payées : Woody Harrelson    Un réseau d'émigration clandestine et de trafic de boissons alcoolisées mis hors d'état de nuire    Vers une coopération économique distinguée entre le Maroc et les EAU    Hatem Al Iraqi et Waleed Al Shami pour une soirée placée sous le signe de l'excellence    Le Maroc représenté au Festival culturel et littéraire à Grenade    CAN-2016 de futsal : SM le Roi Mohammed VI félicite l'équipe nationale, championne d'Afrique    Les efforts se poursuivent pour maitriser un incendie de forêt aux alentours de M'diq    La 54ème édition du Festival des Roses, du 12 au 15 mai à Kelaât M'Gouna    Burkina : Cap sur les municipales    République centrafricaine : Les recommandations du Président Faustin-Archange Touadéra    Un shampoing à la mayonnaise est-il efficace contre les poux    République tchèque : Soutien à l'intégrité territoriale du Royaume    Conformité des produits mis à la consommation    Régionalisation : Les AREP cherchent directeurs désespérément !    Risques et bienfaits des aliments crus    Ciné Script: 30 millions d'amis    Cinéma marocain : " The sea is behind " de Hicham Lasri    Ciné-zoom: Tourné au Maroc :Qu'est-ce qu'une production exécutive    Lancement à Paris du Cercle des ambassadeurs avec une participation remarquée du Maroc    ONU / Sahara marocain : Un Draft pas comme les autres    Hérvé Renard choisit le Malawi pour préparer les Lions Locaux    Le FUS prend la tête de la Botola    L'hommage du Festival "Maqamat" à Houcine Slaoui    1er sous la pluie de Hongrie... Bravo Mehdi !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.