Hayat Saidi défend la création au féminin au Maroc    L'art de fixer l'insaisissable    Beaucoup d'artistes vont à la facilité    Intercontinental Dubaï Cup : Les nationaux se préparent    La coopération maroco-canadienne fait école à Azrou    Maroc: 7,7 millions de têtes pour l'Aïd    Enfin une loi claire    Bourse : Alibaba enfièvre Wall Street    La RSB et le HUSA se quittent sur un score de parité    MAT-DHJ: Le champion en titre a enfin ses trois points!    Un défi collectif à relever, selon Rachid Roukbane    Les surnoms des sportifs : Diego Maradona, "El pibe de oro"    Décès à 84 ans de Polly Bergen, actrice de "Desperate Housewives"    Mohamed Kartaoui et la magie du Sud-est en fête à Rabat    News    La CGEM se dote d'un nouveau site web    Le climat a déplacé trois fois plus de personnes que les conflits    Couvre... maladie    Divers sportifs    Arsenal coupe court aux questions    Table ronde d'Economia : Economie d'information et information économique    Une famille de Smara blessée par l'explosion d'une mine antipersonnel    Le Maroc exclu des derniers traitements de l'hépatite C    Les Prix Tanger Med pour l'excellence décernés aux meilleurs bacheliers de la région    Une gestion durable des nappes phréatiques doit être assurée    Divers Economie    Conseil d'administration de la CGEM : Le plan du patronat pour relancer l'investissement et l'emploi    Inauguartion de la mine d'argent Zgounder : 193 millions de dirhams d'investissement    Une centaine d'experts au Sakane expo    Le know-how marocain exposé en Afrique    Le Salon du cheval tient sa 7e édition    Les pharmacologues arabes tiennent leur première réunion à Rabat    L'Etat de droit, base d'une citoyenneté pleine et entière    Hypocrisie    L'UMT prépare sa grève nationale    Le mot pour rire: Un fruit rouge de honte    Médiouna : Arrestation du SG de la commune El Majatéa-Ouled Taleb pour corruption    Finances publiques : Le déséquilibre...    PLF, le changement ?    Moubarak Ammane : Au début fut l'empreinte    UMT, le Conseil national hausse le ton    Secteurs public et privé: L'enseignement supérieur à l'heure de l'évaluation    60.000 déplacés kurdes syriens arrivent en Turquie    Le Raja ré-accueille les FAR et le MAT reçoit le DHJ    Irak: Premières frappes aériennes françaises contre les jihadistes    Ecosse: Après le non à l'indépendance, des pouvoirs accrus pour les 4 pays du Royaume-Uni    Ebola : La Sierra Leone confine sa population, l'ONU mobilise    Entre délices et toxines des fritures, pesez le pour et le contre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni, deux femmes au gouvernement
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998


UN SOUPçON DE FEMINITE
Au terme de nombreuses négociations, c'est un gouvernement disparate et hétéroclite -malgré la marge de temps qu'a eu Youssoufi pour le former- qui porte dans ses plis, bon gré mal gré, une "touche" féminine. Mais faible. Au point qu'on peut parler même de sous-représentativité de la femme dans ce gouvernement qui s'est prononcé pour le changement et l'amélioration du vécu des marocains. Aïcha Belarbi et Nouzha Chekrouni sont les deux seules femmes que comptera désormais le tout nouveau gouvernement qui est pourtant composé de trente et un ministres et de neuf secrétaires d'Etat.
Aïcha Belarbi
Ces deux femmes sont connues comme étant deux militantes de l'USFP et deux intellectuelles qui ont fait parler d'elles avant d'être proposées sur les listes du gouvernement.
Aïcha Belarbi travaillera aux côtés de Abdellatif Filali, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, en tant que Secrétaire d'Etat chargée de la coopération. Native de Salé en 1946, Mme Belarbi est titulaire d'un Doctorat d'Etat en sociologie depuis 1987 et est professeur à la faculté des Sciences de l'éducation. Elle est également coordinatrice du "Collectif Approches" et consultante auprès de l'UNICEF, l'UNESCO et le PNUD. Elle est connue dans le milieu de l'édition grâce à deux ouvrages qu'elle a publié. On la connaît pour son profond respect des engagements pris et sa capacité à s'investir totalement dans les tâches qu'elle accomplit.
Le département qui lui a été confié devrait pouvoir compter sur le travail d'une femme de la trempe de Aïcha Belarbi. Humaniste, chaleureuse, honnête et intellectuelle, Mme Belarbi est aussi une "battante" qui s'est beaucoup préoccupée de la condition féminine et en particulier de la situation de la jeune fille en milieu rural. Mme Belarbi a milité et marqué les milieux de la recherche à l'échelle nationale et internationale par sa verve et sa rigueur. Elle a un autre atout, mis en avant par ses proches, qui lui sera probablement très utile: une "disposition à toujours se remettre en cause".
Quant à Nouzha Chekrouni, elle n'a rien à envier à sa consoeur. Native de Meknès en 1955, Mme Chekrouni, professeur de langue à la faculté des Lettres de cette même ville, vient d'être nommée Secrétaire d'Etat chargée des Handicapés. Polyglotte affirmée, Mme Chekrouni représente l'Internationale socialiste féminine. C'est une femme battante au dynamisme remarquable qui, certes, n'est pas assez médiatisée, mais dont l'engagement est incontestable. Son échec aux dernières législatives n'a pas découragé cette militante de grand calibre. On la pressentait pour le portefeuille des affaires sociales, elle travaillera aux côtés de Khalid Alioua, ministre du Développement social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, porte-parole du Gouvernement, en tant que Secrétaire d'Etat chargé des handicapés.
Nouzha Chekrouni
Le même scénario que celui des législatives s'est produit pour la désignation du gouvernement. On a eu deux députés et aujourd'hui, on a deux Secrétaires d'Etat. Peut-être que le chiffre "deux" est le quota de représentativité accordé aux femmes dans les différentes institutions politiques. On aurait pu penser qu'un gouvernement socialiste, dont l'une des priorités est la question du social, donnerait une part plus belle aux femmes. Cela faisait d'ailleurs partie des promesses faites par le Premier ministre. Or, dans le dernier gouvernement, il y avait quatre femmes. Aujourd'hui, il n'y en a plus que deux. Malgré cela, Me Youssoufi s'est prononcé pour une réforme de la condition féminine. Elle ne passe apparemment pas par une plus grande participation aux affaires du pays.
D'après une déclaration du Premier ministre à 2M, cette sous-représentativité est due essentiellement au fait que les partis en lice n'ont pas proposé de femmes ministrables. Il semblerait que la concurrence entre les hommes ait fait tellement d'étincelles qu'elles ont éclipsé les quelques aspirantes aux portefeuilles. En tout cas, ces deux femmes ont une lourde responsabilité : celles de représenter à elles seules plus de la moitié de la population.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.