Le Raja prend sa revanche sur l'AS FAR    Bellarabi décisif mais son équipe s'incline lourdement contre Wolfsbourg    Le WAC arrache le nul in extremis contre l'IZK    La semaine culturelle de Meknès    L'arbitre international algérien Mounir Bitam fait éclater un scandale de manipulation des matchs en Algérie    Le Raja ré-accueille les FAR et le MAT reçoit le DHJ    Formation professionnelle: Le Bac Pro arrive    Alexandrine Allard: L'UPM privilégie une pédagogie par l'action    Université Internationale de Casablanca: Un nouveau campus et de nouvelles filières    60.000 déplacés kurdes syriens arrivent en Turquie    Secteurs public et privé: L'enseignement supérieur à l'heure de l'évaluation    Alerte aux fortes averses orageuses au Maroc    Terrorisme: retrait de la nationalité espagnole aux personnes condamnées pour terrorisme jihadiste    Aïd Al Adha : l'offre couvre la demande    Un potentiel immense à valoriser davantage    Moulay Ismail Alaoui invité d'honneur de l'Université populaire de la Fondation du Fquih Tétouani    L'université Mohammed V fusionne    Le troisième axe le plus important de la ville, selon N. Benbdallah    Oui au «Non» écossais    Criminalisation et répression des ralliements des camps terroristes    El Jadida : Vingt cinq ans de prison pour un parricide    Nouvelles mesures pour mettre fin aux pratiques bureaucratiques    Irak: Premières frappes aériennes françaises contre les jihadistes    Ecosse: Après le non à l'indépendance, des pouvoirs accrus pour les 4 pays du Royaume-Uni    Sahara marocain / Droits de l'Homme : L'Algérie est mal placée pour critiquer le Maroc    Ce samedi, la CAF tranchera à Adis-Abeba sur la CAN : Qui aura 2017/2019/2021    Mohammédia en Division Amateurs: Souvenir...souvenir    Le derby de l'eau : Rafraîchissant !    Entre délices et toxines des fritures, pesez le pour et le contre    A savoir    Ebola : La Sierra Leone confine sa population, l'ONU mobilise    Les marocaines se démarquent : Une Marocaine, cinquième dauphine de Miss World    Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain : Plus qu'un espace d'exposition, un centre de la vie artistique    Intenses activités royales pour le développement économique et urbain de la ville à Tétouan    Fin du moratoire sur les expulsions des migrants irréguliers    Cinq Marocains parmi les milliardaires de l'UBS    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    La lutte contre les narcotrafiquants passe à la vitesse supérieure    Baisse de la mortalité des moins de 5 ans    Les syndicats en rang serré contre Benkirane    Driss Lachguar : Le gouvernement s'empêtre de plus en plus dans ses promesses pompeuses et désespérément creuses    L'OFPPT présente les faits marquants de sa stratégie    La chronique parisienne : Un concours pour dénicher des auteurs de talent    56 courts-métrages en lice au Festival méditerranéen de Tanger    Les Haddarates d'Essaouira font vibrer Copenhague    Figures féminines radicales    Honteux !    Une étude plaide pour une croissance sobre en carbone d'ici à 2030    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Alami Tazi, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat Bouamar Taghouane, ministre de l'Equipement M. Najib Zerouali Ouariti, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique Rachid Filali,
Publié dans MarocHebdo le 21 - 03 - 1998

Les nouveaux ministres qui composent l'équipe de Youssoufi
PORTRAITS D'UNE ALTERNANCE
Les nouveaux visages qui composent depuis le 14 mars 1998 le gouvernement Youssoufi ne sont pas encore familiers. Les notices suivantes - un exercice de style journalistique obligatoire et conventionnel - vous permettront de mieux faire connaissance avec le premier gouvernement de l'alternance. Nos ministres à titre personnel bénéficient tous d'un a priori favorable. Ils sont globalement sains, bien formés et habitués aux responsabilités. Ce n'est pas sur ce terrain qu'ils seraient attaquables. Ils sont, par contre , attendus sur leur courage politique. Il est nécessaire à la prise de décision, à l'animation d'un département ministériel en temps de réforme. Sans courage, il n' y a pas d'innovation, ni de nouvelles idées. Autre défi majeur mais relevable. Le gouvernement devra donner dès le départ des marques d'homogénéité et de force. Pendant longtemps le débat politique marocain s'est focalisé sur ce sujet. Une partie du discours de l'ancienne opposition était fondée sur ces préalables. Aujourd'hui, plus que jamais et pour donner une vraie consistance à l'alternance, l'action collective gouvernementale doit être marquée par une cohésion sans faille. Les risques de dérives ou de surenchères existent potentiellement vu le nombre de partis engagés dans cette formation. Sept en tout. Le Premier ministre Youssoufi est le garant de l'unité dans l'action. Sinon la majorité plurielle- un emprunt français - risque de devenir une majorité singulière. Bon vent à tous.
Alami Tazi, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat
L'homme est diplômé de l'institut de textile de Roubais en France. Ce natif de Meknès, en 1930, est un habitué des milieux des affaires. Il a été président directeur général de plusieurs sociétés industrielles et agricoles du Maroc.
Membre du bureau exécutif du RNI, il est président de la commission de l'agriculture et des affaires économiques
de la chambre des conseillers.
Très actif dans son fief de Meknès, il est président de la commune de Ait Oullal depuis 1997, président de la chambre du commerce, d'industrie et des services de la Wilaya de Meknès et de la province d'Ifrane (depuis 1997) et membre du conseil de la région de Meknès-Tafilalet.
Sa vocation politique ne date pas d'hier. En 1968 déjà, il était membre du conseil municipal et de l'assemblée provinciale de Meknès de 1968.
M. Alami est marié et père de cinq enfants.
Bouamar Taghouane, ministre de l'Equipement
Il fallait une grosse pointure pour remplacer un homme de l'envergure d'Abdelaziz Meziane Belfkih à la tête du département de l'Equipement. C'est à M. Bouamar Taghouane, un technicien bardé de diplômes, que revient cette lourde tâche.
Ce natif de Rommani en 1957, est ingénieur d'état principal depuis 1990, ingénieur de l'EHTP de génie civil et ingénieur de l'INSA de Lyon de génie civil et urbanisme.
Il est également titulaire d'un diplôme du cycle supérieur de management et a bénéficié d'une formation de longue durée aux Etats-Unis sur les outils techniques et méthodes modernes de gestion.
Le secteur de l'équipement, M. Taghouane le connaît bien. Il a notamment été responsable à la division technique de la direction des routes à Rabat, responsable des études et contrôles des projets, chef du service des bâtiments à la direction régionale des travaux publics de l'oriental (direction des équipements publics) et directeur provincial des travaux publics à Figuig-Bouarfa et à Khemisset.
Membre du parti de l'Istiqlal depuis 1981, il a été élu au conseil communal et au conseil provincial de Khemisset. Il a été également membre du conseil régional de Rabat-Salé-Zemmour Zaer avant d'être élu député à la première Chambre des Représentants (circonscription de Rommani).
M. Taghouane est marié et père d'un enfant.
Professeur d'économie et des finances, il se retrouve à la tête du département de l'Energie et des Mines.
Docteur d'Etat en sciences économiques (faculté de Droit de l'Université Hassan II, Casablanca), M. Tahiri est consultant international en finances, membre de l'Association des économistes marocains, secrétaire général de l'Association nationale des entreprises (ANMA) et administrateur de sociétés industrielles et de transport.
Istiqlalien de père en fils, ce natif de Fès en 1949 est membre du comité central et de la commission administrative du parti de l'Istiqlal.
Auteur de plusieurs publications dans les domaines foncier, financier et fiscal, orateur de talent, il a animé des conférences politiques et économiques aux niveaux national et international.
M. Tahiri est marié et père de deux enfants.
M. Najib Zerouali Ouariti, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique
Docteur en médecine, éminent chirurgien, brillant lauréat de l'Université de Nancy, ce ne sont pas les titres qui manquent a ce natif de Fès en 1950.
Il est membre de l'Association française de chirurgie, de la Société française de chirurgie digestive, de l'Association de recherche en chirurgie, de la Société marocaine des sciences médicales, de la Société marocaine de chirurgie, de la Société marocaine de chirurgie digestive, de la Fondation marocaine de recherche scientifique et médicale sur Ramadan et la santé, du bureau permanent et du conseil scientifique de la Conférence internationale des doyens de médecine d'expression française (CIDMEF), du conseil scientifique de l'Institut Pasteur Maroc et du Réseau d'experts francophones de pédagogie. Impressionnant.
Dans la vie politique, M. Zerouali est membre du Rassemblement national des indépendants (RNI). Il est marié et père de trois enfants.
Rachid Filali, ministre du Secteur public et de la Privatisation
Diplômé de l'Institut supérieur de commerce et d'administration des entreprises (ISCAE), cet homme de 39 ans a commencé sa carrière en tant qu'auditeur dans un cabinet d'expertise comptable, pour être par la suite attaché de direction chargé d'études financières à Wafabank.
Administrateur d'un groupe de sociétés de textiles, celui qui succède au très médiatique Abderrahmane Saâidi est loin d'être étranger au monde des entreprises. Malgré son jeune âge, il a un palmarès honorable. Il est membre de la Chambre du Commerce, de l'Industrie et des Services de Casablanca, de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), de l'Association marocaine des industries du textile et de l'habillement (AMITH) et de l'Association marocaine des exportateurs (ASMEX).
Rachid Filali est marié et père de trois enfants.
Ahmed Iraki, secrétaire d'état chargé de l'Environnement
La cinquantaine bien conservée, la mise impeccable, il a le look. Professeur à la faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca, chef du service d'anatomie pathologique du Centre Hospitalier Ibn Rochd de Casablanca et président de la Société marocaine des sciences médicales (SMSM), il est avant tout un scientifique d'une compétence incontestable.
M. Iraki est également conseiller et membre de la Fondation Hassan II pour la Recherche Scientifique et Médicale pour le Ramadan, vice-président de l'Association club médicament, membre du bureau national de Convergence 21 et membre du conseil d'administration de l'association AFAK.
D'un abord facile, maniant avec bonheur le verbe et l'humour, cet homme pèsera certainement de tout son poids pour la concrétisation des recommandations à caractère environnemental issues des congrès de la SMSM. M. Iraki est marié et père de quatre enfants.
Larbi Ajjoul, Secrétaire d'état auprès du Premier ministre charge de la Poste et des Nouvelles technologies de l'information
Natif de Ouijjane (région de Tiznit) en 1944, il sera l'homme des nouvelles technologies de l'information au sein du nouveau gouvernement, et il semble bien armé pour relever ce défi.
Titulaire d'une licence de physique appliquée de l'Université de Grenoble et d'une maîtrise d'électronique, électrotechnique et automatique à Orzay et de Génie industriel, cet ancien enseignant de l'Ecole Mohammedia d'ingénieurs (EMI), est directeur général de la société informatique ''SOPHATEL''.
Membre du comité central de l'USFP, son itinéraire politique a été marqué par son passage à la tête du secrétariat général de la fédération de l'UNEM en France.
M. Ajjoul est membre du bureau de convergences 21.
OMAR EL FASSI, Secrétaire d'état chargé de la recherche scientifique.
Professeur de l'enseignement supérieur et directeur de l'Ecole normale supérieure de l'enseignement technique de Rabat, Omar El Fassi est un homme qui ne fait pas les choses à moitié.
Ce natif d'El Jadida en 1939, a combiné une licence ès Sciences mathématiques (Université paris-orsay) et une licence ès Sciences physiques (Université de Rabat et Université de Paris). Non content de cette performance, il a ajouté à son palmarès un doctorat de spécialité 3ème cycle (Université de Paris) et un doctorat d'état en mécanique (Université de Metz).
Maître de conférences à la faculté des Sciences de Rabat, Omar El Fassi a encadré une vingtaine de thèses de doctorat, a été responsable du D.E.A. ''Mecanique et matériaux" (1983-1996) et directeur du laboratoire de mécanique et des matériaux (faculté des Sciences de Rabat) depuis 1982.
il est également président de la Société marocaine des sciences mécaniques, membre de l'Association universitaire de mécanique (France) et du Groupe français de rhéologie.
Ancien du Parti communiste marocain (PCM), il avait rejoint cette formation en 1959 puis il a été coopté membre de son comité central en 1964. Il a également été membre du comité exécutif de l'UNEM (1963-1966).
Omar El Fassi, membre du bureau politique du Parti du progrès et du socialisme, est marié et père de trois enfants.
ABDELOUAHED EL FASSI - MINISTRE DE LA SANTE
Docteur d'état en médecine, cardiologue, né en 1949 à Tanger, il exerce au service de cardiologie du Centre hospitalier universitaire Ibn Sina depuis 1979.
S'abreuvant à la source de son père, feu Allal El Fassi, il a mené de front en même temps que ses études de médecine, une longue carrière politique au sein du parti de l'Istiqlal. Il a ainsi été membre de la Jeunesse istiqlalienne, du comité exécutif de l'Union générale des étudiants du Maroc (UGEM) de 1969 à 1972, du conseil national et du comité central du parti de l'Istiqlal depuis 1974.
Depuis le 12ème congrès du parti en 1989, il est membre du comité exécutif et de la commission permanente de la santé, de la jeunesse et des sports et des affaires sociales.
Abdelouahed El Fassi a également été député de Casablanca-Sidi Bernoussi de 1993 à 1994. Marié, il est père de trois enfants.
HAMMOU OUHALI- Secrétaire d'état chargé de la Solidarité et de l'Action humanitaire
Médecin vétérinaire, diplômé de l'institut agronomique et vétérinaire Hassan II et titulaire d'un doctorat de 3ème cycle de l'Université de Toulouse en 1985, Hammou Ouhali, né à Ain-Louh en 1953, est un enfant du terroir.
Secrétaire général de l'Association nationale des vétérinaires, il a été l'un des fondateurs de l'Union maghrébine des associations vétérinaires, dont il occupe actuellement le poste de premier secrétaire général.
Il est également vice-président de l'ordre des médecins vétérinaires du Maroc et secrétaire général de l'Union nationale des agriculteurs du Mar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.