Province Oued Eddahab : SM le Roi inaugure l'écloserie « Azura Aquaculture »    Ligue 1: Oussama Tannane pas satisfait de sa prestation    Rabat : Arrestation d'un trafiquant en possession de 10.000 comprimés psychotropes    Edition 2016 du concours international pour le Prix Mohammed Arkoun: Comment sortir des clôtures dogmatiques    Arrestation de trois individus pour avoir tenté de forcer un barrage de police au niveau de la rocade de Rabat    Arrestation de deux personnes pour implication présumée dans des affaires d'escroquerie via internet    Du 16 au 26 février à Casablanca: Exposition rétrospective "Lahbabi ou l'Architecture Poétique"    Parution du 2ème volume du nouvel ouvrage d'Ami Bouganim: "Tarédant, sous protectorat"    Tennis : Sous la férule de la nouvelle direction technique... : A l'A.S.A.S, on doit gagner sa place !    Abdelhamid Addou, nouveau PDG de la RAM : Un choix judicieux    Réserves de change à fin janvier 2016: Hausse de 24,8%    Agences urbaines : Mise en ligne les documents d'urbanisme homologués    L'ONSSA et la FAO luttent contre les pesticides obsolètes    Taekwondo : Tournoi pré-olympique africain d'Agadir: Les Marocains ont raté le « 4/4 »: Une gendarme à Rio 2016    Football : Le complexe sportif Mohammed V sera finalement réouvert jusqu'à la fin de la saison : On a évité le «clash...ico»    En marge de la 22ème édition du Salon international de l'édition et du livre : Lancement officiel de la Fondation LAABI pour la culture    ONU Femmes organise le Forum du Réseau des femmes arabes parlementaires pour l'égalité    Vers un retour de Hachim Mastour en Italie    La littérature et l'étrangeté    Dubaï : Le Maroc à l'avant-garde en matière d'adoption de stratégies prospectives    Arrestation des meurtriers présumés d'un bijoutier à Tanger    Un acte chirurgical qui n'est pas anodin    Faut-il croire encore à l'USFP ?    Les étudiants une catégorie sociale et non pas une classe sociale    Le Qatar à la recherche d'hydrocarbures dans les eaux marocaines    Les dispositions fiscales de la loi de finances 2016    La Palestine accuse Israël de « judaïser » la vie culturelle et éducative à Al Qods    Un gouvernement de transition en Haïti après le départ du président    A demain Gramsci !    Les ambitions de la nouvelle Fédération royale marocaine de hockey sur glace    SM le Roi préside le lancement des programmes de développement dans la région    Le Parlement clôture sa session aujourd'hui    Logement social : Spéculation et fiscalité dans le collimateur    La Corée du Nord poursuit ses provocations    Tayeb Saddiki, le dernier des géants    Coups de semonce de Séoul contre un patrouilleur nord-coréen    Des dizaines de victimes dans un tremblement de terre à Taïwan    Beyonce vire tout son staff avant la sortie de son nouvel album    Bouillon de culture    Education et illusions d'optique : L'échec du multilinguisme en Europe et en France, une leçon pour l'enseignement au Maroc ?    Corée du Nord : Pyongyang procède au tir de sa fusée    Funérailles à Casablanca du célèbre dramaturge marocain    FIFA : La CAF soutient la candidature du Prince Salman Al-Khalifa    Qualification du taekwondiste Hajami aux JO    Les services d'urgences de Marrakech font le plein    Le Polisario devient le parrain officiel du trafic de drogue dans les camps de Tindouf    Une base arrière pour les organisations terroristes    Les daéchiens se rabattent sur la Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'effigie qui fait rage UN POÈTE CHEZ LES HOMMES
Publié dans MarocHebdo le 16 - 03 - 2001


La saga des stars du dessin animé Pokémon continue
L'effigie qui fait rage
À la veille de Achoura, la ruée des enfants sur les objets à l'effigie des stars
du dessin animé «Pokémon» atteint des summums. Entré au Maroc au milieu
de l'année dernière, ce phénomène universel s'y est propagé comme
une traînée de poudre. Voyage dans un univers virtuel qui fait la fortune
très réelle des concepteurs japonais.
• Le Pokémon compte actuellement 150 personnages et, ce nombre est appelé
à doubler.
Il est 6 heures du matin. Pour Bouchra, une institutrice mère de deux enfants, ce n'est pas encore l'heure du réveil, mais depuis près de trois mois les horaires ont changé. Ses enfants Ahmed et Diyaâ se lèvent à cette heure matinale pour suivre les péripéties animées des Pokémon sur la chaîne satellite MBC (Middle East Broadcast Channel).
Bouchra, de son côté, doit préparer le petit-déjeuner et les cartables des enfants. «Au début cela m'a un peu gênée, mais je m'y suis habituée. Parfois, il m'arrive de suivre des épisodes avec eux et je trouve au moins ces dessins animés non violents», déclare Bouchra. Le cas de Bouchra, vécu dans la sérénité est moins douloureux que celui de Latifa. «Nous avons un fille unique qui est une fan des Pokémon et nous dépensons en moyenne entre 30 et 100 dirhams par semaine pour acheter des masques, des cartes et des vêtements signés pokémon. Et si nous avons le malheur de refuser, elle éclate en sanglots», affirme-t-elle.
Fidélité
Les usines d'habillement, de jouets et les imprimeries qui ont trouvé là un filon inépuisable, du moins pour un long moment, produisent à tour de bras. Le marché est actuellement inondé de produits dérivés. Masques, poupées, ballons, pogs (des médaillons des personnages du Pokémon), pokédex (un recueil des cartes des héros) sont devenus prisés par les commerçants qui trouvent là un produit porteur.
Le Pokémon est initialement un jeu conçu par un jeune informaticien japonais de 25 ans de la firme Nintendo dénommé Satoshi Tajiri. Existant sur la console de jeu Gameboy à partir de 1997, il ne tarde pas à devenir une série télévisée en septembre 1999.
Le principe du jeu est simple. Il faut rechercher les Pokémon, les dresser à affronter des rivaux avec des personnages aux pouvoirs surnaturels. Les personnages les plus «sympathiques» sont Sacha, un petit garçon de 10 ans qui parcourt le monde en quête de pokémons pour devenir maître-Pokémon et Pikachu, un Pokémon lui-même ami fidèle de Sacha.
À ce propos, Rachid, un jeune cadre raconte une histoire hilarante. «J'attendais le train à la gare quand j'ai vu deux gamins traverser la voie ferrée tout en inspectant les coins et les recoins. Arrivé à ma hauteur, l'un d'entre eux a demandé à son compagnon qui était en train de fouiller un buisson s'il avait trouvé un Pokémon», certifie-t-il. Dans l'imaginaire des enfants, la frontière entre le réel et le mythique est ténue. Le Pokémon compte actuellement 150 personnages et, selon des sites web spécialisés, ce nombre est appelé à doubler.
En effet, en 2001 sortira «Pokémon or et argent» sur la console de jeux Gameboy color, avec environ 200 figures supplémentaires.
Les parents qui croient avoir affaire à un engouement de courte durée devront s'accommoder du phénomène Pokémon qui va prendre encore ses quartiers pour une année, sinon plus, dans l'imaginaire de leurs enfants. Il vaudra mieux faire contre mauvaise fortune bon cœur.
Anthologie de Omar Mounir sur Ben Brahim, poète marocain maudit
UN POÈTE CHEZ LES HOMMES
Ecrire sur un poète maudit est un acte courageux, il demande de l'auteur de la passion et de la distance à la fois.
Le Poète de Marrakech souffrira-t-il éternellement d'avoir courtisé le Pacha El Glaoui? Omar Mounir qui nous présente El Houari Mohamed Ben Brahim Assarraj, a simplement été un courtisan, bien que Abdelkrim Ghallab aurait noté, selon lui, que le Poète avait écrit 30 poèmes à la gloire du Pacha de Marrakech, qui a pactisé avec les autorités coloniales contre dix seulement sur le roi Mohammed V.
Calcul d'apothicaire, Abdel-krim Ghallab lui-même reconnaît que Ben Brahim, le poète, a simplement prêté allégeance au prince le plus fort du moment.
Omar Mounir aime le poète de Marrakech, il écrit : "Individu inclassable, inconstant en qui les nationalistes voyaient un traître et les Français un nationaliste, l'homme de la rue le voyait âlim, les oulamas le voyaient voyou".
L'homme qui vit le jour à Marrakech où il vécut pendant la première partie du XXème siècle, était originaire de Houara dans le sud marocain, il avait donc toutes les chances d'être un Berbère.
Un Berbère qu'il compare à Verlaine et à Rimbaud, aussi maudit et dissolu qu'eux. Et aussi génial.
D'origine très modeste, il put faire de brillantes et longues études, avant de devenir, pour une brève période, professeur d'université puis journaliste.
Omar Mounir a écrit cette anthologie pour en faire la première à franchir les rives de la Méditerranée pour le présenter au public français et francophone.
Elle n'est pas qu'un aperçu sur sa vie et son œuvre, mais un regard sur cette vie, un témoignage et un présent de saveurs et de parfums. Les saveurs et les parfums d'une poésie exceptionnelle, essence d'un être hors du commun. o
A.S.
Le Poète de Marrakech, Omar Mounir.
Editions La Porte.
Rabat, 2001.