Découverte d'un réseau international d'immigration : Arrestation de trois Afghans porteurs de lettres à charge jihadiste à l'aéroport de Marrakech    DHJ/ A bride abattu avec Mohsine Daraâoui, nouveau préparateur physique du Diffaa / « Travailler en symbiose pour fournir de plus en plus d'informations pour aider l'entraîneur à prendre les meilleures décisions... »    Evacuation des appartements occupés illégalement à Tanger: Les 400 migrants subsahariens dispatchés entre différentes villes du Maroc    Lutte contre le terrorisme : La Belgique approuve une convention avec le Maroc    Bibliotram au Forum mondial de la langue française    Africains du Maroc : Co-développement Maroc-Cameroun, un exemple de coopération sud-sud    Gestion de l'affaire des viols en Centrafrique / L'ONU rouvre le dossier et lance une enquête    Guinée, une alliance contre nature    Tourisme: Aucune annulation n'a été enregistrée après l'attentat en Tunisie    En clôture de la saison sportive de l'U.S. Cheminots / L'apothéose... en kermesse !    Le sport meknassi... parent pauvre du sport national    S'inscrire dans une démarche qualité normée    Alerte météo : Il fera très chaud de samedi au jeudi    Interrogations sur les capacités d'opérationnalisation de la loi    La Fondation Attijariwafa bank célèbre l'art du Melhoun    Pourparlers inter-libyens à Skhirat : La délégation de Tripoli devrait rejoindre le dialogue    Distinctions et partenariat à l'international: Mazagan accueillera les 22èmes World Travel Awards    Energies renouvelables : Platinium Power opère aussi au Cameroun    Fuite des épreuves du Bac: Les enquêtes toujours en cours    La critique de la télévision    Migrants évacués à Tanger : El Khalfi dément tout incident alors que le Gadem déplore un mort    Le PPS milite pour l'avènement d'une société de démocratie, de modernité, de progrès, de dignité et d'égalité    Hôpital Ibn Sina de Rabat : Les urgences font peau neuve    Un intellectuel prolifique et une carrière aussi riche que variée !    251,95 millions de dollars accordés par la BM au Maroc    Affaire de la jupe, 28 avocats pour la défense des filles d'Inezgane    Saisie de 320 tonnes de produits impropres à la consommation    Santé mentale, les nouvelles propositions de Louardi    RAM devient le transporteur officiel du Festival Ecrans Noirs    L'Europe contre la démocratie grecque    La RAM recrute en Guinée Bissau    Attaques meurtrières sans précédent de l'EI contre l'armée égyptienne dans le Sinaï    La Grèce, surprenante experte des règles du FMI    Le Polisario sens dessus dessous    Peut-on contester un refus de visa ?    Consolider les capacités institutionnelles des associations    La communauté marocaine au Mali cultive la ferveur d'une spiritualité commune aux deux pays    L'affaire Chaïmaa met en lumière les contradictions de Louardi    Divers    Libertés individuelles et droit à la différence malmenés    Mohamed Boudrika rempile pour un nouveau mandat à la tête des Verts    Echos de l'OCK    Les Marocains principaux bénéficiaires du passeport européen en 2013    Aziz Sahmaoui, né pour composer    Nocturnes ramadanesques au Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Cinq bonnes raisons d'aller voir «Les Profs 2» avec Kev Adams    Entre dynamisation et sécurisation des échanges commerciaux    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'effigie qui fait rage UN POÈTE CHEZ LES HOMMES
Publié dans MarocHebdo le 16 - 03 - 2001


La saga des stars du dessin animé Pokémon continue
L'effigie qui fait rage
À la veille de Achoura, la ruée des enfants sur les objets à l'effigie des stars
du dessin animé «Pokémon» atteint des summums. Entré au Maroc au milieu
de l'année dernière, ce phénomène universel s'y est propagé comme
une traînée de poudre. Voyage dans un univers virtuel qui fait la fortune
très réelle des concepteurs japonais.
• Le Pokémon compte actuellement 150 personnages et, ce nombre est appelé
à doubler.
Il est 6 heures du matin. Pour Bouchra, une institutrice mère de deux enfants, ce n'est pas encore l'heure du réveil, mais depuis près de trois mois les horaires ont changé. Ses enfants Ahmed et Diyaâ se lèvent à cette heure matinale pour suivre les péripéties animées des Pokémon sur la chaîne satellite MBC (Middle East Broadcast Channel).
Bouchra, de son côté, doit préparer le petit-déjeuner et les cartables des enfants. «Au début cela m'a un peu gênée, mais je m'y suis habituée. Parfois, il m'arrive de suivre des épisodes avec eux et je trouve au moins ces dessins animés non violents», déclare Bouchra. Le cas de Bouchra, vécu dans la sérénité est moins douloureux que celui de Latifa. «Nous avons un fille unique qui est une fan des Pokémon et nous dépensons en moyenne entre 30 et 100 dirhams par semaine pour acheter des masques, des cartes et des vêtements signés pokémon. Et si nous avons le malheur de refuser, elle éclate en sanglots», affirme-t-elle.
Fidélité
Les usines d'habillement, de jouets et les imprimeries qui ont trouvé là un filon inépuisable, du moins pour un long moment, produisent à tour de bras. Le marché est actuellement inondé de produits dérivés. Masques, poupées, ballons, pogs (des médaillons des personnages du Pokémon), pokédex (un recueil des cartes des héros) sont devenus prisés par les commerçants qui trouvent là un produit porteur.
Le Pokémon est initialement un jeu conçu par un jeune informaticien japonais de 25 ans de la firme Nintendo dénommé Satoshi Tajiri. Existant sur la console de jeu Gameboy à partir de 1997, il ne tarde pas à devenir une série télévisée en septembre 1999.
Le principe du jeu est simple. Il faut rechercher les Pokémon, les dresser à affronter des rivaux avec des personnages aux pouvoirs surnaturels. Les personnages les plus «sympathiques» sont Sacha, un petit garçon de 10 ans qui parcourt le monde en quête de pokémons pour devenir maître-Pokémon et Pikachu, un Pokémon lui-même ami fidèle de Sacha.
À ce propos, Rachid, un jeune cadre raconte une histoire hilarante. «J'attendais le train à la gare quand j'ai vu deux gamins traverser la voie ferrée tout en inspectant les coins et les recoins. Arrivé à ma hauteur, l'un d'entre eux a demandé à son compagnon qui était en train de fouiller un buisson s'il avait trouvé un Pokémon», certifie-t-il. Dans l'imaginaire des enfants, la frontière entre le réel et le mythique est ténue. Le Pokémon compte actuellement 150 personnages et, selon des sites web spécialisés, ce nombre est appelé à doubler.
En effet, en 2001 sortira «Pokémon or et argent» sur la console de jeux Gameboy color, avec environ 200 figures supplémentaires.
Les parents qui croient avoir affaire à un engouement de courte durée devront s'accommoder du phénomène Pokémon qui va prendre encore ses quartiers pour une année, sinon plus, dans l'imaginaire de leurs enfants. Il vaudra mieux faire contre mauvaise fortune bon cœur.
Anthologie de Omar Mounir sur Ben Brahim, poète marocain maudit
UN POÈTE CHEZ LES HOMMES
Ecrire sur un poète maudit est un acte courageux, il demande de l'auteur de la passion et de la distance à la fois.
Le Poète de Marrakech souffrira-t-il éternellement d'avoir courtisé le Pacha El Glaoui? Omar Mounir qui nous présente El Houari Mohamed Ben Brahim Assarraj, a simplement été un courtisan, bien que Abdelkrim Ghallab aurait noté, selon lui, que le Poète avait écrit 30 poèmes à la gloire du Pacha de Marrakech, qui a pactisé avec les autorités coloniales contre dix seulement sur le roi Mohammed V.
Calcul d'apothicaire, Abdel-krim Ghallab lui-même reconnaît que Ben Brahim, le poète, a simplement prêté allégeance au prince le plus fort du moment.
Omar Mounir aime le poète de Marrakech, il écrit : "Individu inclassable, inconstant en qui les nationalistes voyaient un traître et les Français un nationaliste, l'homme de la rue le voyait âlim, les oulamas le voyaient voyou".
L'homme qui vit le jour à Marrakech où il vécut pendant la première partie du XXème siècle, était originaire de Houara dans le sud marocain, il avait donc toutes les chances d'être un Berbère.
Un Berbère qu'il compare à Verlaine et à Rimbaud, aussi maudit et dissolu qu'eux. Et aussi génial.
D'origine très modeste, il put faire de brillantes et longues études, avant de devenir, pour une brève période, professeur d'université puis journaliste.
Omar Mounir a écrit cette anthologie pour en faire la première à franchir les rives de la Méditerranée pour le présenter au public français et francophone.
Elle n'est pas qu'un aperçu sur sa vie et son œuvre, mais un regard sur cette vie, un témoignage et un présent de saveurs et de parfums. Les saveurs et les parfums d'une poésie exceptionnelle, essence d'un être hors du commun. o
A.S.
Le Poète de Marrakech, Omar Mounir.
Editions La Porte.
Rabat, 2001.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.