Neuf personnes arrêtées pour avoir fait la propagande d'idées extrémistes de «Daesh»    PAM, Benkiran, Rif et «kif» le 15 juillet au Parlement    Agression violente contre un citoyen sur la voie publique à Fès : Le parquet général ordonne l'ouverture d'une enquête    Fès-Taza : Saisie de 320 tonnes de produits périmés    Les crédits «Conso» tiennent bon    Saison estivale : MAC ouvre sa boutique éphémère à Agadir    Rappel à l'ordre officiel : Faire justice soit même est puni par la loi    Yémen : Attentat antichiite: Une trentaine de morts dont des femmes    Afin d'offrir de nouvelles perspectives pour les jeunes : Le Souverain inaugure deux centres de formation professionnelle    Les squatteurs trouveront n'importe quel moyen pour y retourner vivre    Les salaires des chioukh et moqaddams bientôt revalorisés    Condamné à 20 ans de prison en Belgique et en vacances au Maroc    Les services sanitaires mobilisés    Enfance nostalgique    Le Mouvement pour la démocratie paritaire appelle les partis politiques à faire plus d'efforts    A propos des présumées notes falsifiées à la faculté de droit    UE, les Marocains principaux bénéficiaires de la nationalité    BTP : Ménara Holding mise sur la "province"    Mohamed Rabie Khlie, directeur général de l'ONCF    Wifi gratuit à l'aéroport Mohammed V    Aéroport Mohammed V : Connexion Wifi disponible    Maroc/Portugal, la coopération énergétique enclenchée    Le pouvoir de l'Etat    Tunisie: Beji ne s'attendait pas à un attentat sur une plage    Grèce: Remplaçons l'aide par un rééchelonnement à très long terme    Vivre avec un handicap: Les leçons d'une vie    Voyage dans le temps dans l'univers du caftan    Quatre ans après l'adoption de la Constitution    Entre dynamisation et sécurisation des échanges commerciaux    Jamel Aït Ben Idir wydadi pour les deux prochaines saisons    Kunle Odunlami chez les Verts    Les penchants sexuels de la victime n'auraient pas été du goût de ses agresseurs    Divers    A côté de la plaque    Un gouvernement en porte-à-faux avec la Constitution    Sa voix retrouvée, Sam Smith pousse la chansonnette    "Les mécréants" en clôture de la Semaine du cinéma arabe de Rosario    Katy Perry, la femme la mieux payée au monde    Merci... on ne rit pas devant nos écrans !    Quelque 86.500 Marocains ont acquis une nationalité dans l'UE en 2013    Les clubs maghrébins dominent, d'autres s'inclinent dont le MAT...    «Je n'ai pas fait un «roman à clé», c'est une œuvre de divertissement»    «La semaine où j'ai aimé», un nouveau roman pour la rentrée    Développement et décentralisation en Irak    Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire    Ligue des Champions d'Afrique (1ère journée) / Smouha (Egypte)-MAT : 3-2 / ALe Moghreb de Tétouan retourne bredouille d'Alexandrie    L'Argentine, ou plutôt un Argentin, a déjà gagné    Tanger: Des migrants sommés d'évacuer des appartements à Boukhalef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Faire face aux obstacles
Publié dans MarocHebdo le 22 - 02 - 2002

Dans l'attente de la mise en place des Centres régionaux
d'investissement
En attendant la nomination des directeurs des CRI par SM le Roi, les walis sont déjà à l'œuvre. Chacun dans sa région s'active pour mettre sur pied les structures d'accueil favorables à l'investissement.
• Abdessadek Rabiâ, secrétaire général du Gouvernement.
Après plus d'un mois de la lettre royale adressée au Premier ministre, la mise en place des centres régionaux d'investissement (CRI) est sur la bonne voie, du moins sur le plan technique. "La commission administrative relative à la gestion déconcentrée de l'investissement", présidée par Abdessadek Rabiâ, secrétaire général du Gouvernement, vient de finaliser une dizaine de projets de décrets et arrêtés des délégations de pouvoirs de l'administration centrale vers les walis. Ces textes serviront de base pour la mise en place des CRI. Les départements ministériels concernés par ces délégations de pouvoir sont l'Intérieur, l'Economie et Finances, l'Energie et les Mines, l'Equipement, et les Eaux et Forêts.
Concernant le ministère de l'Intérieur, les textes finalisés par le SGG prévoient la délégation du pouvoir de tutelle au profit des walis dans le cas, d'abord, de l'approbation des actes de cession des terrains du domaine privé municipal.
Ces actes sont approuvés par le wali lorsque le montant est égal ou inférieur à 2,5 millions de dirhams.
Approbation
Les textes précisent que lorsque les cessions sont nécessaires à la réalisation d'investissements dans les secteurs industriel, agro-industriel, minier, touristique, artisanal ou d'habitat et dont le montant est inférieur à 200 millions de dirhams, les délibérations les concernant sont approuvées par le wali quel que soit le montant de la cession. Ensuite, dans le cas de l'approbation des marchés de travaux, de fournitures ou de services conclus par les collectivités locales dans la limite d'un montant de 10 millions de dirhams, quel que soit le mode de leurs conclusions. Enfin, dans le cas de l'approbation des décisions de transfert de crédit d'une rubrique à une autre à l'intérieur du budget des collectivités locales. Dans ce dernier cas, le wali est autorisé à effectuer les virements de crédits d'une rubrique à l'autre au sein des budgets des collectivités locales à l'exception des régions.
Le ministre des Finances n'est plus le seul à procéder à la vente des immeubles domaniaux au profit des collectivités locales, des établissements publics, des personnes physiques ou morales pour réaliser un projet d'investissement. Le wali de la région est, désormais, lui aussi autorisé à le faire, lorsqu'il s'agit des projets d'investissement dont le montant est inférieur à 200 millions de dirhams. Il est également autorisé à louer les immeubles appartenant au domaine privé de l'Etat.
Le ministère du Tourisme délègue aussi aux walis le pouvoir de classement des hôtels. Un projet de décret investit les walis de ce pouvoir après avis d'une commission régionale présidée par le délégué de ce département.
Autorisations
Le ministre en charge de l'Equipement n'est pas en reste puisqu'il délègue -sous certaines conditions - aux walis le pouvoir d'autoriser l'occupation temporaire du domaine public ainsi que l'ouverture et l'exploitation des établissements dits "insalubres, incommodes et dangereux de la première classe". Quant au ministre chargé des Eaux et Forêts, il délègue aussi, par arrêté, aux walis de région, le pouvoir d'accorder les autorisations d'occupation temporaire du domaine forestier . Autorisations nécessaires à la réalisation de projets d'investissements miniers et touristiques dont le montant est inférieur à 200 millions de dirhams.
Décentralisation
Enfin, concernant le ministère de l'Energie et des Mines, un projet de décret délègue certaines prérogatives du Premier ministre en matière minière au profit des walis. Ces derniers, bénéficieront, en plus, d'une délégation de pouvoirs concernant les attributions du ministre chargé des Mines en matière de recherche et d'exploitation minières. Tous les textes sur les pouvoirs des walis sont, donc, fins prêts. Le processus de décentralisation régionale est bien engagé. Il sera couronné par la nomination par SM le Roi des directeurs qui auront la lourde tâche de gérer, de la manière la plus efficace, ces centres régionaux d'investissement.
En attendant les nominations royales, les walis sont déjà à l'œuvre. Chacun dans sa région s'active pour mettre sur pied les structures d'accueil favorables à l'investissement. Il est clair que les CRI ne seront pas de simples centres de formalités administratives. Ceux qui présideront ces centres auront à résoudre les problèmes qui se posent aux investisseurs, notamment en matière de foncier ou d'équipements.
Les investisseurs pourront non seulement obtenir les autorisations dans les meilleurs délais mais seront, aussi, conseillés, assistés et informés pour mener à terme leurs projets.
Obstacles
C'est une nouvelle étape pour les opérateurs économiques qui doivent faire preuve de plus d'initiative et d'imagination pour donner un coup de fouet à l'investissement. Ces opérateurs auront, de moins en moins, à faire face aux obstacles administratifs. Obstacles souvent invoqués pour expliquer la panne chronique de l'investissement privé qui n'arrive pas encore à franchir le cap des 10% du PIB.
Certainement pas par manque d'effort national en matière d'épargne. Le taux d'épargne est loin d'être dérisoire, il tourne autour de 20% du PIB. Néanmoins, cette épargne locale est faiblement convertie en investissements, pour des raisons qui tiennent aussi bien au faible taux de bancarisation de la population marocaine qu'au manque de dynamisme de la bourse de Casablanca en passant par le niveau élevé des taux d'intérêts. Ceux-ci ont certes baissé, mais ils restent très élevés pour le crédit à l'investissement: autour de 11% à 12%, alors que le taux d'inflation est de l'ordre de 1%, d'où des taux d'intérêt réels prohibitifs pour les investisseurs éventuels. La balle est plus que jamais dans le camp des banquiers qui doivent sortir de leur prudence et jouer le jeu de l'investissement productif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.