Réunion de l'opposition aujourd'hui    Que font les banques américaines    L'exceptionnel pèse sur les résultats de SNI    Analyse/Education: Une crise RH et des milliards perdus    Actu/Promotion de l'emploi: L'Anapec affine son tuning    Sultan Marathon des Sables    Quand l'écriture est un acte politique    Grand prix du Prince Moulay El Hassan de kiteboarding : Fin de la compétition, début d'un grand avenir    Handicap: 100 entreprises casablancaises prêtes à embaucher    Essaouira : Quatre adolescents cambrioleurs et agresseurs sous les verrous    Tanger : Saisie de 3 tonnes de haschich à bord d'un autocar de transport du personnel    Assiaqa Card: Modernisation des permis de conduire et des cartes grises    Le Coran, objet d'une chaire au Collège de France    Entre Orient et Occident    Miss Maroc 2015 : Rendez-vous le 16 mai pour la finale!    Marathon International de Rabat : Vétérans, rejoignez-nous le 19 avril à la Capitale    Syrie : L'armée se repositionne autour de la ville d'Idlib    Nigéria: Irrégularités et meurtres ont émaillé le déroulement du scrutin électoral    Selon la presse espagnole : Une sélection marocaine «nettement supérieure» perd devant une équipe uruguayenne «sans idées»    Péage : Les autoroutes du Maroc ont empoché 2,325 milliards DH en 2014    Karim Ghellab coordonnera son élaboration: Le programme électoral du PI fin avril    Réunion du Bureau politique du PPS    Une première pour l'Ecossais Ramsay, la Française Nocera récidive et signe son 14 succès sur le LET    Gajmoula Bent Abbi, Leila Ghandi et Loubna Mouna racontent leurs parcours    Des chefs et représentants de partis politiques réitèrent la solidarité du Maroc avec la Tunisie sœur    78 Etats et 40 organisations internationales pour colleter 8,4 milliards de dollars    Faire comprendre aux Américains...    Alternance    Biadillah participe à la 132ème Assemblée de l'UIP    Accidents de la route : 8 morts et 5 blessés graves en moins de 24h    Le patrimoine de Casablanca aux couleurs de Ramallah    Il fait l'actu : Mohamed Benchaaboun, Président de la Banque Populaire    Déontologie: le coup de gueule de l'Ordre des médecins    News    Benky realpoliticien ?    Bisbilles maroco-espagnoles à propos du séjour de Zapatero à Dakhla    Tenue des Congrès provinciaux de l'USFP à M'diq-Fnidek et Benslimane    Divers    Renforcer le dépistage de la tuberculose parmi les populations à haut risque    Les hommes sont plus motivés que les femmes pour faire du sport    La promotion de la capitale du Souss passée au crible    Divers sportifs    Le Portugal s'empare de la tête, l'Allemagne fait le boulot    Les Pays-Bas et Hiddink au bord de la crise de nerf    Rebonds : Bémols    Arts sans frontières célèbre la journée internationale de la poésie à Errachidia    Achraf Beznani remporte le deuxième Prix au Park Arts Fair d'Allemagne    "Fièvres" de Hicham Ayouch, primé au Festival du film oriental de Genève    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'art et la manière
Publié dans MarocHebdo le 26 - 09 - 2003

Latifa Akharbach, nouvelle directrice de l'institut supérieur de Journalisme
Professeur émérite, connaisseuse du paysage médiatique national, Latifa Akharbach prend le relais de Mohamed Lamouri à la tête de l'ISIC, l'institut national de journalisme et de communication. Portrait d'une femme de caractère.
• Latifa Akherbach.
La bonne personne au bon endroit. On ne voyait pas meilleur profil pour diriger l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), seul établissement national qui forme aux métiers du journalisme et de la communication. C'est dire si la nouvelle nomination de Latifa Akharbach lui va comme un gant. Un gant de velours pour une main de fer. Tous ceux qui la connaissent vous le diront: c'est l'incarnation de la rigueur et du sérieux.
Née à Tétouan, Latifa Akharbach a d'abord un esprit scientifique aiguisé. Un bac sciences mathématiques en poche, elle rejoint la faculté de maths physiques. Mais elle entreprendra rapidement un virage à 360° en intégrant l'Institut Supérieur de Journalisme. Elle s'envolera ensuite pour l'institut Français de Presse, à Paris, où elle décrochera un Doctorat en sciences de l'information et de la communication en 1988.
Son séjour en France, Latifa Akharbach va en tirer profit au maximum. Elle travaille dans la presse régionale, écume les bibliothèques, accumule les stages, assouvit sa boulimie de lecture, se nourrit d'art, de culture. Elle s'inspire surtout de l'organisation du secteur de la communication et de la presse.
Si Latifa Akharbach a travaillé au défunt quotidien RNIste Al Maghrib et à l'hebdomadaire La Vie Economique, ce n'est pourtant pas à l'exercice du journalisme qu'elle se voue, mais plutôt à l'enseignement. C'est en tant que professeur qu'elle revient à l'ISJ, baptisé ISIC en 1995. Elle y enseignera de la Communication d'Entreprise, mais également de la Presse écrite. Les cours de Latifa Akharbach sont un vrai régal. Ses classes, on n'y va pas traîné de force, mais avec plaisir, certain à l'avance d'y passer un bon moment en apprenant, même si rares sont ceux qui tiennent à son rythme. Ponctuelle, organisée, elle met un point d'honneur à dispenser des cours clairs et intéressants. «Avec elle, on n'a pas droit à de la rhétorique mais à du concret, à des outils simples de l'exercice de tous les jours. Des outils que j'utilise aujourd'hui dans mon travail», confirme cet ancien étudiant de Mme Akharbach, exerçant aujourd'hui dans un hebdomadaire casablancais. Du choix des sujets jusqu'au choix des mots, de l'utilisation du magnétophone aux techniques de l'interview, Latifa Akharbach complète le savoir-faire journalistique par un certain savoir-être. Ce n'est pas par hasard que c'est à elle que l'on fait appel pour animer des ateliers de formation des journalistes, en presse régionale surtout, un de ses chevaux de bataille.
Finesse
Elle est invitée aussi bien aux manifestations nationales et internationales sur les médias qu'à celles sur les femmes et le développement. Elle y fait de brillantes interventions, empreintes d'humour et de finesse. Car le sens de l'humour est une des grandes qualités de Latifa Akharbach, qui a un sens inouï de la description doublé d'un remarquable sens de la répartie. Excellente bilingue, rien ne lui échappe, que ce soit dans la presse arabophone ou francophone. A six heures du matin, elle a déjà parcouru les journaux avant d'attaquer sa –longue- journée. Elle connaît bien le travail des confrères, suit l'évolution des jeunes plumes, conseille et critique. Serviable, elle n'hésite pas à recommander des compétences pour des postes adaptés. Compétente, elle a été l'interlocutrice de plusieurs organisations étrangères en matière de communication. Entre 1993 et 2000, elle a été représentante au Maroc du Réseau euro-maghrébin pour la Formation aux métiers de la Communication (REMFOC).Elle a co-écrit les livres "Femmes et médias" et "Femmes et politique" et "sévit" occasionnellement sur les colonnes de plusieurs journaux avec des chroniques soignées. Honnête, elle est –pratiquement- la seule qui dénonce l'apathie dans laquelle l'institut est plongé depuis plusieurs années. Quitte à se mettre à dos plusieurs «responsables» de l'honorable établissement. Pour Latifa Akharbach, la place de l'ISIC n'est pas à la marge, mais au cœur même de la réforme du système médiatique national, si réforme il y a. Elle a toujours répété qu'une attention particulière doit être portée à la formation des ressources humaines et que, dans ce cadre, l'institut doit commencer par changer de statut, ne plus être un service rattaché au ministère de la Communication, mais un véritable établissement public. Elle connaît les problèmes de l'ISIC comme personne et l'on est prêt à parier qu'elle a déjà sa petite idée sur la manière de changer les choses, avec sa méthode à elle. Elle a du pain sur la planche et c'est peu dire : cursus, organisation, enseignement. Tout est à revoir. Mais la personne –et c'est peu dire- est à la hauteur de la mission. Avec Latifa Akharbach à la tête de l'ISIC, la méritocratie reprend ses droits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.