Le rendez-vous des stars    Dans un communiqué conjoint, le Maroc et Madagascar saluent l'excellence de leurs profonds liens d'amitié et de solidarité : Antsirabe soutient le retour du Royaume à l'UA et s'engage fermement à œuvrer pour qu'il soit effectué dès le prochain Sommet    Conférence des bailleurs et investisseurs pour Madagascar à Paris : Le Maroc réitère son soutien aux efforts malgaches de développement    La population bancarisée en forte hausse au Maroc, selon l'Oxford Business Group : La finance islamique, une solution pour améliorer l'inclusion financière    Selon le chef de la mission de consultation du FMI au Maroc : Le secteur financier du Royaume est bien structuré: Les risques pesant sur la stabilité financière demeurent limités    D'après les résultats d'analyses effectuées par l'Office National de sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires : Absence de matières plastiques dans les vermicelles et le riz mis sur le marché national    Organisation pour l'Interdiction des armes chimiques : Le Maroc réélu pour un nouveau mandat au sein du Conseil exécutif    Un projet gazier de plusieurs milliards de dollars bientôt annoncé    La chronique du jour d'après : Zéro pointé pour le zéro mica    Conférence à la Fondation Abou Bakr El Kadiri : Guerre et paix en Islam, histoire et actualité    Tétouan : 38 blessés dans un accident d'autocar transportant des supporters du Raja    Le GAM récompense les 5 meilleurs dispositifs digitaux    WTCC : le Grand prix de Marrakech sera programmé le 9 avril prochain    Des averses orageuses prévues dans plusieurs régions    Poutine : Trump est «intelligent» et sera vite dans son rôle de chef d'Etat    Italie et Autriche : deux élections sous haute tension    Crash d'un avion avec 16 policiers à bord dans l'ouest de l'Indonésie    La Belgique occupe la 4e place des pays les plus chers    Le Roi entame sa première visite au Nigeria    Un gazoduc reliant le Nigéria et le Maroc    Tapis rouge, stars et paillettes à Marrakech    Volley-ball: La majorité des clubs réclament aide financière    Echos Gharbaouis    Fortes pluies samedi soir et dimanche matin dans plusieurs régions du Royaume    Ouverture de la 16ème édition du Festival international du Film de Marrakech    L'OCP au service des professionnels des engrais au Nigéria    Tennis : Au programme de ce week-end : Retour gagnant de la « B.P »    CANTE JONDO EN EL FEDDAN, (PROSAS PROFANAS) : Flamenco à la place El Feddan de Tétouan    Galerie BENYA ART / Fatima Hassan El Farrouj, grande coloriste et fresquiste    L'univers de l'artiste peintre égyptienne Maysaa Mostafa : Entre le surréalisme et la profondeur réaliste    Hollande renonce, la presse française salue une décision courageuse    Joueur FIFA de l'année: Ronaldo, Griezmann et Messi finalistes    Les agressions racistes inspirées par le Brexit    Habib El Malki : Pour l'USFP, la question palestinienne constitue depuis toujours une cause nationale sacrée    Ouverture d'une ambassade d'Australie à Rabat    Le moratoire des Nations-unies    Au milieu des mouches, l'enfer des hôpitaux vénézuéliens    Construction d'un monde plus inclusif et plus équitable pour les personnes handicapées    Divers    Divers Economie    Renforcement des capacités des associations œuvrant dans le domaine des droits de l'enfant    Bob Dylan boude Barack Obama    Le TAS se prononce lundi sur la suspension de Blatter    WAC-IRT, le show promis dans la ville ocre    Divers sportifs    Samantha Cameron se lance dans la mode    Tom Hanks: J'ai cru que Clint Eastwood était paresseux    Istihqaq : Les bourses octroyées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art et la manière
Publié dans MarocHebdo le 26 - 09 - 2003

Latifa Akharbach, nouvelle directrice de l'institut supérieur de Journalisme
Professeur émérite, connaisseuse du paysage médiatique national, Latifa Akharbach prend le relais de Mohamed Lamouri à la tête de l'ISIC, l'institut national de journalisme et de communication. Portrait d'une femme de caractère.
• Latifa Akherbach.
La bonne personne au bon endroit. On ne voyait pas meilleur profil pour diriger l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), seul établissement national qui forme aux métiers du journalisme et de la communication. C'est dire si la nouvelle nomination de Latifa Akharbach lui va comme un gant. Un gant de velours pour une main de fer. Tous ceux qui la connaissent vous le diront: c'est l'incarnation de la rigueur et du sérieux.
Née à Tétouan, Latifa Akharbach a d'abord un esprit scientifique aiguisé. Un bac sciences mathématiques en poche, elle rejoint la faculté de maths physiques. Mais elle entreprendra rapidement un virage à 360° en intégrant l'Institut Supérieur de Journalisme. Elle s'envolera ensuite pour l'institut Français de Presse, à Paris, où elle décrochera un Doctorat en sciences de l'information et de la communication en 1988.
Son séjour en France, Latifa Akharbach va en tirer profit au maximum. Elle travaille dans la presse régionale, écume les bibliothèques, accumule les stages, assouvit sa boulimie de lecture, se nourrit d'art, de culture. Elle s'inspire surtout de l'organisation du secteur de la communication et de la presse.
Si Latifa Akharbach a travaillé au défunt quotidien RNIste Al Maghrib et à l'hebdomadaire La Vie Economique, ce n'est pourtant pas à l'exercice du journalisme qu'elle se voue, mais plutôt à l'enseignement. C'est en tant que professeur qu'elle revient à l'ISJ, baptisé ISIC en 1995. Elle y enseignera de la Communication d'Entreprise, mais également de la Presse écrite. Les cours de Latifa Akharbach sont un vrai régal. Ses classes, on n'y va pas traîné de force, mais avec plaisir, certain à l'avance d'y passer un bon moment en apprenant, même si rares sont ceux qui tiennent à son rythme. Ponctuelle, organisée, elle met un point d'honneur à dispenser des cours clairs et intéressants. «Avec elle, on n'a pas droit à de la rhétorique mais à du concret, à des outils simples de l'exercice de tous les jours. Des outils que j'utilise aujourd'hui dans mon travail», confirme cet ancien étudiant de Mme Akharbach, exerçant aujourd'hui dans un hebdomadaire casablancais. Du choix des sujets jusqu'au choix des mots, de l'utilisation du magnétophone aux techniques de l'interview, Latifa Akharbach complète le savoir-faire journalistique par un certain savoir-être. Ce n'est pas par hasard que c'est à elle que l'on fait appel pour animer des ateliers de formation des journalistes, en presse régionale surtout, un de ses chevaux de bataille.
Finesse
Elle est invitée aussi bien aux manifestations nationales et internationales sur les médias qu'à celles sur les femmes et le développement. Elle y fait de brillantes interventions, empreintes d'humour et de finesse. Car le sens de l'humour est une des grandes qualités de Latifa Akharbach, qui a un sens inouï de la description doublé d'un remarquable sens de la répartie. Excellente bilingue, rien ne lui échappe, que ce soit dans la presse arabophone ou francophone. A six heures du matin, elle a déjà parcouru les journaux avant d'attaquer sa –longue- journée. Elle connaît bien le travail des confrères, suit l'évolution des jeunes plumes, conseille et critique. Serviable, elle n'hésite pas à recommander des compétences pour des postes adaptés. Compétente, elle a été l'interlocutrice de plusieurs organisations étrangères en matière de communication. Entre 1993 et 2000, elle a été représentante au Maroc du Réseau euro-maghrébin pour la Formation aux métiers de la Communication (REMFOC).Elle a co-écrit les livres "Femmes et médias" et "Femmes et politique" et "sévit" occasionnellement sur les colonnes de plusieurs journaux avec des chroniques soignées. Honnête, elle est –pratiquement- la seule qui dénonce l'apathie dans laquelle l'institut est plongé depuis plusieurs années. Quitte à se mettre à dos plusieurs «responsables» de l'honorable établissement. Pour Latifa Akharbach, la place de l'ISIC n'est pas à la marge, mais au cœur même de la réforme du système médiatique national, si réforme il y a. Elle a toujours répété qu'une attention particulière doit être portée à la formation des ressources humaines et que, dans ce cadre, l'institut doit commencer par changer de statut, ne plus être un service rattaché au ministère de la Communication, mais un véritable établissement public. Elle connaît les problèmes de l'ISIC comme personne et l'on est prêt à parier qu'elle a déjà sa petite idée sur la manière de changer les choses, avec sa méthode à elle. Elle a du pain sur la planche et c'est peu dire : cursus, organisation, enseignement. Tout est à revoir. Mais la personne –et c'est peu dire- est à la hauteur de la mission. Avec Latifa Akharbach à la tête de l'ISIC, la méritocratie reprend ses droits.