Frida Kahlo et Diego Rivera : L'engagement, l'art, l'amour....    Action de solidarité citoyenne : SM le Roi Mohammed VI effectue un don de sang    Benatia est arrivé à Munich    Déraillement d'un train de l'ONCF à Casablanca    Barrada: «C'est difficile de refuser une telle proposition»    Rabat abrite une réunion de l'UAFA    « Je ne suis pas d'accord » par ( Jamal Berraoui )    Il fait l'actu : Abdelkader Amara    Trois chocs entre clubs de la Division 1 dont celui du tenant titre    Back to School 2014 au Morocco Mall : La rentrée sera joyeuse et studieuse avec le Morocco Mall    Barrages : Un taux de remplissage de 57,8%    Lutte anti terroriste : 9 membres d'une cellule devant la justice    Des rencontres avec les responsables palestiniens et des visites de terrain    Kiosque: Les employés du Tramway de Rabat-Salé en grève    Accord d'interligne entre RAM et Linhas Aéreas Inteligentes (GOL) : Cap sur l'Amérique latine    Le Japon veut investir au Maroc    Laetitia Casta, inspirée par Ségolène Royal!    A dire vrai : En attendant une éclaircie...    S'il suffisait d'aimer...    Un acte de civisme et de citoyenneté    Tanger: interpellation de 320 personnes impliquées dans divers crimes    Le 1er Dou Al Qiida correspond au jeudi 28 août 2014    Défendre notre intégrité territoriale est un devoir national    BMCE Capital Bourse favorable aux immobiliers cotés    Le long chemin à parcourir    Maroc/Japon, les préparatifs du forum économique bouclés    Fièvre électorale    Le Salon du Cheval d' El Jadida présent aux Jeux Equestres Mondiaux 2014    Le livre : Théocratie populiste, L'alternance, une transition démocratique?    Dame Coupe nouvelle version : Qui du MAT, FUS, OCK, ASFAR, HUSA et DHJ en sortira entier ?    Le miel dans tous ses états à Ida Outanane    Des projets hydrauliques de grande envergure dans la région de Fès-Boulemane    Munir El Haddadi affiche ses intentions ... jouera-t-il pour le Maroc ?    Divers sportifs    Les Emmy Awards braquent les projecteurs sur les séries américaines    Les stars d'Hollywood brillent à la TV    Le triomphe de "Breaking Bad"    Le facteur humain a contribué pour 70% à la fonte des glaciers en 20 ans    L'Inde des charmeurs de serpents appartient au passé    News    L'Université d'été Cap Démocratie Maroc lance sa 4ème édition    Les accidents font perdre 14 milliards de DH au Maroc    Insolite    Nouvelles appréciées de la littérature arabe : Hassouna Lmasbahi : Les envies de l'œil (2)    Bab Sebta : Saisie de 16 kg de chira    Hommage à Charafat Afailal    L'art est une méditation quotidienne    L'Université d'été Capdema décrypte l'identité marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'art et la manière
Publié dans MarocHebdo le 26 - 09 - 2003

Latifa Akharbach, nouvelle directrice de l'institut supérieur de Journalisme
Professeur émérite, connaisseuse du paysage médiatique national, Latifa Akharbach prend le relais de Mohamed Lamouri à la tête de l'ISIC, l'institut national de journalisme et de communication. Portrait d'une femme de caractère.
• Latifa Akherbach.
La bonne personne au bon endroit. On ne voyait pas meilleur profil pour diriger l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), seul établissement national qui forme aux métiers du journalisme et de la communication. C'est dire si la nouvelle nomination de Latifa Akharbach lui va comme un gant. Un gant de velours pour une main de fer. Tous ceux qui la connaissent vous le diront: c'est l'incarnation de la rigueur et du sérieux.
Née à Tétouan, Latifa Akharbach a d'abord un esprit scientifique aiguisé. Un bac sciences mathématiques en poche, elle rejoint la faculté de maths physiques. Mais elle entreprendra rapidement un virage à 360° en intégrant l'Institut Supérieur de Journalisme. Elle s'envolera ensuite pour l'institut Français de Presse, à Paris, où elle décrochera un Doctorat en sciences de l'information et de la communication en 1988.
Son séjour en France, Latifa Akharbach va en tirer profit au maximum. Elle travaille dans la presse régionale, écume les bibliothèques, accumule les stages, assouvit sa boulimie de lecture, se nourrit d'art, de culture. Elle s'inspire surtout de l'organisation du secteur de la communication et de la presse.
Si Latifa Akharbach a travaillé au défunt quotidien RNIste Al Maghrib et à l'hebdomadaire La Vie Economique, ce n'est pourtant pas à l'exercice du journalisme qu'elle se voue, mais plutôt à l'enseignement. C'est en tant que professeur qu'elle revient à l'ISJ, baptisé ISIC en 1995. Elle y enseignera de la Communication d'Entreprise, mais également de la Presse écrite. Les cours de Latifa Akharbach sont un vrai régal. Ses classes, on n'y va pas traîné de force, mais avec plaisir, certain à l'avance d'y passer un bon moment en apprenant, même si rares sont ceux qui tiennent à son rythme. Ponctuelle, organisée, elle met un point d'honneur à dispenser des cours clairs et intéressants. «Avec elle, on n'a pas droit à de la rhétorique mais à du concret, à des outils simples de l'exercice de tous les jours. Des outils que j'utilise aujourd'hui dans mon travail», confirme cet ancien étudiant de Mme Akharbach, exerçant aujourd'hui dans un hebdomadaire casablancais. Du choix des sujets jusqu'au choix des mots, de l'utilisation du magnétophone aux techniques de l'interview, Latifa Akharbach complète le savoir-faire journalistique par un certain savoir-être. Ce n'est pas par hasard que c'est à elle que l'on fait appel pour animer des ateliers de formation des journalistes, en presse régionale surtout, un de ses chevaux de bataille.
Finesse
Elle est invitée aussi bien aux manifestations nationales et internationales sur les médias qu'à celles sur les femmes et le développement. Elle y fait de brillantes interventions, empreintes d'humour et de finesse. Car le sens de l'humour est une des grandes qualités de Latifa Akharbach, qui a un sens inouï de la description doublé d'un remarquable sens de la répartie. Excellente bilingue, rien ne lui échappe, que ce soit dans la presse arabophone ou francophone. A six heures du matin, elle a déjà parcouru les journaux avant d'attaquer sa –longue- journée. Elle connaît bien le travail des confrères, suit l'évolution des jeunes plumes, conseille et critique. Serviable, elle n'hésite pas à recommander des compétences pour des postes adaptés. Compétente, elle a été l'interlocutrice de plusieurs organisations étrangères en matière de communication. Entre 1993 et 2000, elle a été représentante au Maroc du Réseau euro-maghrébin pour la Formation aux métiers de la Communication (REMFOC).Elle a co-écrit les livres "Femmes et médias" et "Femmes et politique" et "sévit" occasionnellement sur les colonnes de plusieurs journaux avec des chroniques soignées. Honnête, elle est –pratiquement- la seule qui dénonce l'apathie dans laquelle l'institut est plongé depuis plusieurs années. Quitte à se mettre à dos plusieurs «responsables» de l'honorable établissement. Pour Latifa Akharbach, la place de l'ISIC n'est pas à la marge, mais au cœur même de la réforme du système médiatique national, si réforme il y a. Elle a toujours répété qu'une attention particulière doit être portée à la formation des ressources humaines et que, dans ce cadre, l'institut doit commencer par changer de statut, ne plus être un service rattaché au ministère de la Communication, mais un véritable établissement public. Elle connaît les problèmes de l'ISIC comme personne et l'on est prêt à parier qu'elle a déjà sa petite idée sur la manière de changer les choses, avec sa méthode à elle. Elle a du pain sur la planche et c'est peu dire : cursus, organisation, enseignement. Tout est à revoir. Mais la personne –et c'est peu dire- est à la hauteur de la mission. Avec Latifa Akharbach à la tête de l'ISIC, la méritocratie reprend ses droits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.