Naufrage: plus de 100 disparus au large de la Libye    Brèves Internationales    Macky Sall: «Il est temps de donner à l'Afrique la place qu'elle mérite»    Oujda: Deux recettes pour lutter contre l'abandon scolaire    Températures maximales pour la journée du 21 septembre 2017    Fusillade à Copenhague    Paris: vibrant hommage à Leïla Alaoui    Prix national de la presse: La compétition est ouverte    Kourkouni: L'artiste qui donne vie aux «blisters»    New-York – Intenses activités diplomatiques du Maroc à l'ONU    Europe : le Brexit risque de faire perdre 1,2 million emplois    Les détenus de Oukacha menacent d'entrer en grève de la faim    Décès de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, à 94 ans    Ankara, Téhéran et Bagdad envisagent des mesures de rétorsion contre Kurdistan    L'ONU présente son plan d'action pour redonner un avenir aux Libyens    Le FUS lorgne le dernier carré à Sfax    L'OCK s'offre le RCOZ et les quarts de finale de la Coupe du Trône    L'IRT et le HUSA surpris à domicile    Clôture du Forum Maroc-Gabon : Plusieurs milliards de dollars d'investissement annoncés    Habib El Malki : L'Afrique et le monde arabe peuvent devenir ensemble une puissance économique émergente    Les mutations du monde du travail dans les pays arabes au centre d'une conférence régionale à Casablanca    Deux ONG déplorent les exactions contre les défenseurs des droits humains à Tindouf    Risque d'extinction plus élevé pour les gros et petits animaux    Divers    Michael O'Leary dans la tourmente de Ryanair    Le monopole du secteur électrique épuise les Sud-Africains!    Insolite : Prier pour l'économie    Les meilleurs films de tous les temps    Gad El Maleh boucle sa première tournée en Australie    Le Marocain Miloud Guiderk remporte le Prix d'honneur du Conseil de la culture norvégienne    La transition énergétique participative en conférence-débat    Dialogue social : Yatim optimiste, les syndicats nettement moins…    Le Oppo F3 aux couleurs du Club catalan FC Barcelone    L'boulevard s'associe à Casablanca Events et Animation    Maroc - Gabon : Qui mettre à gauche ? Spécial    Rencontre gouvernement-syndicats    Salon du cheval : Un programme riche et varié    Groupe Attijariwafa bank : Un 1er bilan encourageant pour la nouvelle filiale en Egypte    Gad Elmaleh boucle sa première tournée en Australie    Coupe du Trône: le choc Raja-FUS aura lieu ce mardi    Le français Derichebourg avance ses pions au Maroc    Contrôle fiscal : La vérification à l'amiable enfin formalisée    Pêche: des investissements et des emplois    New York: le Maroc reconduit à la tête du Forum mondial de lutte contre le terrorisme    Le Real Madrid s'incline à domicile face au Betis Séville (0-1)    Boulemane: ancien dirigeant d'une agence commerciale, il est arrêté pour avoir détourné 3 millions de DH    Maroc-Guinée : Nabil Benabdellah fait le suivi des projets communs    Vème Congrès de la SMOC à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art et la manière
Publié dans MarocHebdo le 26 - 09 - 2003

Latifa Akharbach, nouvelle directrice de l'institut supérieur de Journalisme
Professeur émérite, connaisseuse du paysage médiatique national, Latifa Akharbach prend le relais de Mohamed Lamouri à la tête de l'ISIC, l'institut national de journalisme et de communication. Portrait d'une femme de caractère.
• Latifa Akherbach.
La bonne personne au bon endroit. On ne voyait pas meilleur profil pour diriger l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), seul établissement national qui forme aux métiers du journalisme et de la communication. C'est dire si la nouvelle nomination de Latifa Akharbach lui va comme un gant. Un gant de velours pour une main de fer. Tous ceux qui la connaissent vous le diront: c'est l'incarnation de la rigueur et du sérieux.
Née à Tétouan, Latifa Akharbach a d'abord un esprit scientifique aiguisé. Un bac sciences mathématiques en poche, elle rejoint la faculté de maths physiques. Mais elle entreprendra rapidement un virage à 360° en intégrant l'Institut Supérieur de Journalisme. Elle s'envolera ensuite pour l'institut Français de Presse, à Paris, où elle décrochera un Doctorat en sciences de l'information et de la communication en 1988.
Son séjour en France, Latifa Akharbach va en tirer profit au maximum. Elle travaille dans la presse régionale, écume les bibliothèques, accumule les stages, assouvit sa boulimie de lecture, se nourrit d'art, de culture. Elle s'inspire surtout de l'organisation du secteur de la communication et de la presse.
Si Latifa Akharbach a travaillé au défunt quotidien RNIste Al Maghrib et à l'hebdomadaire La Vie Economique, ce n'est pourtant pas à l'exercice du journalisme qu'elle se voue, mais plutôt à l'enseignement. C'est en tant que professeur qu'elle revient à l'ISJ, baptisé ISIC en 1995. Elle y enseignera de la Communication d'Entreprise, mais également de la Presse écrite. Les cours de Latifa Akharbach sont un vrai régal. Ses classes, on n'y va pas traîné de force, mais avec plaisir, certain à l'avance d'y passer un bon moment en apprenant, même si rares sont ceux qui tiennent à son rythme. Ponctuelle, organisée, elle met un point d'honneur à dispenser des cours clairs et intéressants. «Avec elle, on n'a pas droit à de la rhétorique mais à du concret, à des outils simples de l'exercice de tous les jours. Des outils que j'utilise aujourd'hui dans mon travail», confirme cet ancien étudiant de Mme Akharbach, exerçant aujourd'hui dans un hebdomadaire casablancais. Du choix des sujets jusqu'au choix des mots, de l'utilisation du magnétophone aux techniques de l'interview, Latifa Akharbach complète le savoir-faire journalistique par un certain savoir-être. Ce n'est pas par hasard que c'est à elle que l'on fait appel pour animer des ateliers de formation des journalistes, en presse régionale surtout, un de ses chevaux de bataille.
Finesse
Elle est invitée aussi bien aux manifestations nationales et internationales sur les médias qu'à celles sur les femmes et le développement. Elle y fait de brillantes interventions, empreintes d'humour et de finesse. Car le sens de l'humour est une des grandes qualités de Latifa Akharbach, qui a un sens inouï de la description doublé d'un remarquable sens de la répartie. Excellente bilingue, rien ne lui échappe, que ce soit dans la presse arabophone ou francophone. A six heures du matin, elle a déjà parcouru les journaux avant d'attaquer sa –longue- journée. Elle connaît bien le travail des confrères, suit l'évolution des jeunes plumes, conseille et critique. Serviable, elle n'hésite pas à recommander des compétences pour des postes adaptés. Compétente, elle a été l'interlocutrice de plusieurs organisations étrangères en matière de communication. Entre 1993 et 2000, elle a été représentante au Maroc du Réseau euro-maghrébin pour la Formation aux métiers de la Communication (REMFOC).Elle a co-écrit les livres "Femmes et médias" et "Femmes et politique" et "sévit" occasionnellement sur les colonnes de plusieurs journaux avec des chroniques soignées. Honnête, elle est –pratiquement- la seule qui dénonce l'apathie dans laquelle l'institut est plongé depuis plusieurs années. Quitte à se mettre à dos plusieurs «responsables» de l'honorable établissement. Pour Latifa Akharbach, la place de l'ISIC n'est pas à la marge, mais au cœur même de la réforme du système médiatique national, si réforme il y a. Elle a toujours répété qu'une attention particulière doit être portée à la formation des ressources humaines et que, dans ce cadre, l'institut doit commencer par changer de statut, ne plus être un service rattaché au ministère de la Communication, mais un véritable établissement public. Elle connaît les problèmes de l'ISIC comme personne et l'on est prêt à parier qu'elle a déjà sa petite idée sur la manière de changer les choses, avec sa méthode à elle. Elle a du pain sur la planche et c'est peu dire : cursus, organisation, enseignement. Tout est à revoir. Mais la personne –et c'est peu dire- est à la hauteur de la mission. Avec Latifa Akharbach à la tête de l'ISIC, la méritocratie reprend ses droits.