Mercato: M'Bark Boussoufa bientôt en Turquie ?    Le Masi délaissé par les financières, les immobilières et les télécoms    Sans industrialisation, la croissance ne décollera pas    France: Au bord de la pénurie d'énergie    Une filiale de BCP meilleure banque ouest-africaine    Mawazine: Carton plein pour Kendji à l'OLM    L'absence d'une vision gouvernementale pour soutenir la croissance et l'emploi fustigée sous la Coupole    22èmes Rencontres du Centre marocain de conjoncture    La question du Sahara au cœur d'un colloque à Marrakech    Nouvelle mobilisation des opposants à la réforme du travail    Le G7 s'ouvre sur l'économie mondiale, terrorisme et migrations à Ise-Shima au Japon    News    Libye: En 48h, près de 5600 migrants secourus en Méditerranée    Le Groupe socialiste interpelle le gouvernement    Hervé Renard : Gagner les six matchs pour améliorer notre classement FIFA    Insolite    Près de 15 millions de personnes souffrent d'un handicap mental à l'échelon du MENA    Les petits métiers du Ramadan prennent leurs quartiers    Renforcer le rôle des associations œuvrant dans le domaine des droits de l'enfant    Arrestation à Nador de deux personnes soupçonnées du meurtre d'un chauffeur de taxi    Conférence sur «La société civile et le développement»    Ces grands rôles que les stars ont refusés : Bette Midler, Sister Act (1992)    Kendji Girac pousse la chansonnette à Mawazine    La France, invitée d'honneur de la Rencontre du film marocain à Fès    Un inspecteur de police soupçonné de chantage dans une affaire de drogues à Casablanca    L'Udinese courtise un autre marocain    Laval: Fouad Chafik élu meilleur joueur de la saison    Mawazine: Abdelaziz Stati impérial à Salé    Alliance séculaire Maroc-Etats Unis : «Suffisamment solide» pour engager un dialogue sur les droits de l'Homme    2ème édition de sensibilisation sur la Polyarthrite Rhumatoïde, « RHUMATOVIE » : Appel à un alignement sur une couverture totale    Yasmina Filali remporte le prix de l'entrepreneur social 2016    Conférence du désarmement à Genève : Le Maroc appuie une proposition russe    Grève générale le 31 mai et sit-in devant le Parlement    Ramadan : Le ministère des Habous et des Affaires islamiques procédera à l'entretien des mosquées et au renforcement de leur encadrement    Marque Maroc : Le rôle capital des entreprises nationales    21è Rencontre du film marocain à Fès : La France, invitée d'honneur    Festival Mawazine : Gims, le maître de la scène et Kendji Jirac, la flamme des gitans    Botola Pro Maroc-Telecom D1/28ème journée : Le chassé-croisé, WAC-FUS, se poursuit    IRT-KACM : 0-0 Un nul décevant devant 25.000 spectateurs    Le Chaâbi marque le record à Mawazine    Le juge d'instruction à Salé auditionne un ressortissant tchadien affilié à Daesh    The Economist qualifie Ban Ki-moon d'un des pires secrétaires généraux de l'ONU    aides aux veuves : 50.000 bénéficiaires    Marraine de la de la Semaine africaine de l'UNESCO : SAR la Princesse Lalla Hasnaa donne le coup d'envoi de l'édition 2016    Droits de l'Homme et intégrité territoriale du Royaume : Le président du PPE réitère le soutien du parti au Maroc    Marché de l'immobilier au 1er trimestre 2016 : Les ventes d'appartements et de maisons baissent de 12,1%    Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres    Réduction des risques de catastrophes naturelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'art et la manière
Publié dans MarocHebdo le 26 - 09 - 2003

Latifa Akharbach, nouvelle directrice de l'institut supérieur de Journalisme
Professeur émérite, connaisseuse du paysage médiatique national, Latifa Akharbach prend le relais de Mohamed Lamouri à la tête de l'ISIC, l'institut national de journalisme et de communication. Portrait d'une femme de caractère.
• Latifa Akherbach.
La bonne personne au bon endroit. On ne voyait pas meilleur profil pour diriger l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), seul établissement national qui forme aux métiers du journalisme et de la communication. C'est dire si la nouvelle nomination de Latifa Akharbach lui va comme un gant. Un gant de velours pour une main de fer. Tous ceux qui la connaissent vous le diront: c'est l'incarnation de la rigueur et du sérieux.
Née à Tétouan, Latifa Akharbach a d'abord un esprit scientifique aiguisé. Un bac sciences mathématiques en poche, elle rejoint la faculté de maths physiques. Mais elle entreprendra rapidement un virage à 360° en intégrant l'Institut Supérieur de Journalisme. Elle s'envolera ensuite pour l'institut Français de Presse, à Paris, où elle décrochera un Doctorat en sciences de l'information et de la communication en 1988.
Son séjour en France, Latifa Akharbach va en tirer profit au maximum. Elle travaille dans la presse régionale, écume les bibliothèques, accumule les stages, assouvit sa boulimie de lecture, se nourrit d'art, de culture. Elle s'inspire surtout de l'organisation du secteur de la communication et de la presse.
Si Latifa Akharbach a travaillé au défunt quotidien RNIste Al Maghrib et à l'hebdomadaire La Vie Economique, ce n'est pourtant pas à l'exercice du journalisme qu'elle se voue, mais plutôt à l'enseignement. C'est en tant que professeur qu'elle revient à l'ISJ, baptisé ISIC en 1995. Elle y enseignera de la Communication d'Entreprise, mais également de la Presse écrite. Les cours de Latifa Akharbach sont un vrai régal. Ses classes, on n'y va pas traîné de force, mais avec plaisir, certain à l'avance d'y passer un bon moment en apprenant, même si rares sont ceux qui tiennent à son rythme. Ponctuelle, organisée, elle met un point d'honneur à dispenser des cours clairs et intéressants. «Avec elle, on n'a pas droit à de la rhétorique mais à du concret, à des outils simples de l'exercice de tous les jours. Des outils que j'utilise aujourd'hui dans mon travail», confirme cet ancien étudiant de Mme Akharbach, exerçant aujourd'hui dans un hebdomadaire casablancais. Du choix des sujets jusqu'au choix des mots, de l'utilisation du magnétophone aux techniques de l'interview, Latifa Akharbach complète le savoir-faire journalistique par un certain savoir-être. Ce n'est pas par hasard que c'est à elle que l'on fait appel pour animer des ateliers de formation des journalistes, en presse régionale surtout, un de ses chevaux de bataille.
Finesse
Elle est invitée aussi bien aux manifestations nationales et internationales sur les médias qu'à celles sur les femmes et le développement. Elle y fait de brillantes interventions, empreintes d'humour et de finesse. Car le sens de l'humour est une des grandes qualités de Latifa Akharbach, qui a un sens inouï de la description doublé d'un remarquable sens de la répartie. Excellente bilingue, rien ne lui échappe, que ce soit dans la presse arabophone ou francophone. A six heures du matin, elle a déjà parcouru les journaux avant d'attaquer sa –longue- journée. Elle connaît bien le travail des confrères, suit l'évolution des jeunes plumes, conseille et critique. Serviable, elle n'hésite pas à recommander des compétences pour des postes adaptés. Compétente, elle a été l'interlocutrice de plusieurs organisations étrangères en matière de communication. Entre 1993 et 2000, elle a été représentante au Maroc du Réseau euro-maghrébin pour la Formation aux métiers de la Communication (REMFOC).Elle a co-écrit les livres "Femmes et médias" et "Femmes et politique" et "sévit" occasionnellement sur les colonnes de plusieurs journaux avec des chroniques soignées. Honnête, elle est –pratiquement- la seule qui dénonce l'apathie dans laquelle l'institut est plongé depuis plusieurs années. Quitte à se mettre à dos plusieurs «responsables» de l'honorable établissement. Pour Latifa Akharbach, la place de l'ISIC n'est pas à la marge, mais au cœur même de la réforme du système médiatique national, si réforme il y a. Elle a toujours répété qu'une attention particulière doit être portée à la formation des ressources humaines et que, dans ce cadre, l'institut doit commencer par changer de statut, ne plus être un service rattaché au ministère de la Communication, mais un véritable établissement public. Elle connaît les problèmes de l'ISIC comme personne et l'on est prêt à parier qu'elle a déjà sa petite idée sur la manière de changer les choses, avec sa méthode à elle. Elle a du pain sur la planche et c'est peu dire : cursus, organisation, enseignement. Tout est à revoir. Mais la personne –et c'est peu dire- est à la hauteur de la mission. Avec Latifa Akharbach à la tête de l'ISIC, la méritocratie reprend ses droits.