Fonds Innov Invest : Les promesses seront-elles tenues ?    Semaine du cheval: Mowgli saute plus haut    Le BREXIT renforce les incertitudes économiques    Habitat clandestin : Les limites des moyens de lutte des autorités    Un réfugié syrien s'explose près d'un festival en Allemagne    Mezouar à Nouakchott pour le sommet de la Ligue arabe    «La démarche du Maroc est d'un très grand intérêt pour l'Union Africaine»    Santé : Le Maroc a besoin de 6.000 médecins et 9.000 infirmiers    Fellah online : Aires protégées    Murmure coupable    Un réfugié syrien se fait exploser devant un restaurant à Ansbach en Allemagne    Bourse : Les OPCVM et les particuliers à la vente    SAR le Prince Moulay Rachid préside la cérémonie de remise des prix SM de saut d'obstacles    Nador : Des migrants illégaux incendient une forêt !    La filiale tunisienne d'Attijariwafa bank établit un record    Mode : Lane Bryant arrive    Un centre de rééducation et de médecine physique à Marrakech    Zéro «grissage»*    Prisons débordées : La capacité d'accueil dépassée de 300% !    Sit-in à Rabat contre le projet de réforme des régimes de retraite    L'auteur de la fusillade de Munich est un forcené fasciné par Breivik et les tueries de masse    Hillary Clinton fait un choix de raison avec Tim Kaine en tant que colistier    News        Processus de réintégration du Maroc à l'UA : Mettre fin aux manœuvres des adversaires de l'intégrité territoriale    Driss Lachguar fustige le piètre bilan du gouvernement Benkirane    Le FMI approuve une nouvelle Ligne de précaution et de liquidité de 3,47 milliards de dollars au profit du Maroc    De Rome-1960 à Londres-2012, le périple olympique du sport marocain    Le nouveau président du Raja ne sait plus à quel saint se vouer Taoussi devrait être licencié pour faute professionnelle grave    Le Lt-colonel Zacaria Boubouh remporte le championnat du Maroc de sauts d'obstacles    Le LOSC refuse une offre de Watford pour Boufal Spécial    Nantes : Vers un départ de Yassine Bammou    Levée de boucliers des habitants de M'Haïriz contre le Polisario    Disparition momentanée et inexpliquée de Bachir Moustafa Sayed au nord de la Mauritanie    DAR AL MAGHRIB LANCE LES JOURNEES DU MAROC AU CANADA 2016    Evolution de la situation en Turquie : Le gouvernement du Maroc suit avec grande préoccupation    Arrestation à Fès de quatre individus pour vol    Agir sans délai pour faire baisser la mortalité due à l'hépatite virale    Arrestation de plus de 256.000 personnes pour leur implication dans divers crimes    France: Trois Marocains décèdent dans un accident    "Lamb" remporte le Grand prix "Ousmane Sembene" du FCAK    On sait pourquoi Idris Elba ne sera pas le nouveau James bond    L'Inde fait son Festival au Maroc    1er Festival international des Anciennes Médinas : Une civilisation ouverte sur un avenir meilleur    Ciné Script : Sur l'essence du cinéma    Actuellement en salles : " Tarzan " de David Yates    Festival alegria : Pari réussi pour chefchaouen    Audiovisuel: La CARTI s'allie à l'ISMAC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Ayad et Latifa Akharbach ont été nommés respectivement directeur général de la Société nationale de radio et télévision (SNRT) et directrice de la radio nationale.
Publié dans MarocHebdo le 30 - 03 - 2007


Un duo de choc pour l'Audiovisuel marocain
Mohamed Ayad présidant une réunion de la commission paritaire de la presse.
Du nouveau à la SNRT. Le vendredi 26 mars 2007, Mohamed Ayad, ancien secrétaire général du ministère de la Communication, a été nommé directeur général de la Société nationale de radio et télévision (SNRT) et Latifa Akharbach, directrice de la radio nationale. Deux hauts cadres de l'administration, connus et respectés, dans le paysage médiatique national. M.Ayad s'occupera de la gestion de plusieurs chaînes publiques de télévision: la première chaîne nationale (ancienne TVM) et toutes les autres stations thématiques à savoir, Arrabia, spécialisée dans l'éducation et la culture, Arriyadia, consacrée au sport, Assadissa, dédiée à l'éducation religieuse, et Al Maghribiya, chaîne réalisée au profit de la communauté marocaine établie à l'étranger. La gestion de la radio nationale fait également partie de ses prérogatives qu'il assurera avec l'aide de Latifa Akharbach. Il faut dire qu'au-delà d'une gestion technique et programmatique de l'ensemble de ces médias, Mohamed Ayad, connu pour être un gestionnaire hors pair, déploiera tous ses talents pour rentabiliser leurs activités. Par ailleurs, si SM Mohammed VI, l'a nommé à ce poste stratégique, c'est aussi parce qu'il a été l'un des artisans les plus actifs de la réforme audiovisuelle et la mise à niveau de la presse écrite. Deux chantiers titanesques auxquels M. Ayad participera avec détermination et professionnalisme, qualités que lui reconnaissent, volontiers, plusieurs patrons de presse. Ces derniers, dans le cadre de la commission paritaire qu'il a présidée, découvriront un homme plutôt travailleur, souvent efficace, parfois pressé, mais toujours animé par une réelle volonté de faire aboutir la réforme de la presse écrite, comme voulue par le Souverain.
Né, en août 1963, à Oujda, dans la région de l'Oriental, ce pur produit de l'Ecole nationale Ponts et Chaussées de Paris, a gravi les échelons de l'administration marocaine, où il est entré en 1990, en tant que chef de service à la direction du budget. Sa carrière le mènera ensuite aux affaires administratives et générales du ministère de l'Education nationale. Poste, qu'il a conservé jusqu'à sa nomination en 2003 comme secrétaire général du ministère de la Communication.
Aujourd'hui, à la Société nationale de radio et télévision (SNRT), qui remplace la défunte RTM, Mohamed Ayad compte donner le meilleur de lui-même, sous la direction d'un président jeune, en l'occurrence Fayçal Laraïchi, qui a pris les commandes du pôle public audiovisuel.
C'est un duo de choc qu'il compose aujourd'hui, avec Latifa Akharbach, reconnue aussi pour son dynamisme et son talent d'organisation. À l'institut supérieur du journalisme et de la communication, de Rabat, où elle fut directrice générale pendant plusieurs années, M. Akharbach a réussi à montrer toute l'étendue de sa compétence. Aujourd'hui, elle se dit honorée par cette nouvelle nomination et espère contribuer au développement de la radio au Maroc. Tout comme Mohamed Ayad, qui dispose de tous les atouts pour réussir dans sa nouvelle mission.