La population de Laâyoune réserve un accueil chaleureux à SM le Roi    Message de SM le Roi au secrétaire général de l'ONU    Centrale solaire Noor I / Fleuron de la technologie des énergies renouvelables    Noor I illustre la détermination du Maroc à réduire la dépendance aux énergies fossiles pour avancer sur la voie d'un développement faible en carbone    Chronologie des principales étapes du projet solaire depuis son lancement / Voici une chronologie des principales étapes du grand projet solaire du Royaume depuis son lancement :    Le Maroc a contribué de près de 10 millions de dollars pour alléger les souffrances des victimes du conflit syrien    Encore une fois il refuse    Elite II/ Deuxième journée « retour »/ USMAM – JSKT : La confrontation des extrêmes/ UST – ASS : Un derby chaud bouillant    Espagne/23ème journée / Invincible armada au Barça, le Real en reconquête    Echos Gharbaouis    1èr congrès maghrébin des maladies du sommeil à Marrakech / Des avancées scientifiques pour un sommeil de qualité    Entretien avec le Dr Fouzia Kadiri, présidente de la Société Marocaine de Médecine du Sommeil / Les jeux d'ordinateur, à l'origine de graves troubles du sommeil    Pour le Dr Driouch Boubker, spécialiste des troubles du sommeil / Le ronflement, un trouble respiratoire dont souffre 1 homme sur 2 et 4 femmes sur 10, à partir de 60 ans    CINE ZOOM : Qu'est-ce que le cinéma d'auteur    CINE SCRIPT : La théorie du montage    Le parcours de Nasser Bourita, nouveau ministre délégué aux Affaires étrangères    Gros changements à la tête de plusieurs institutions    Conseil des ministres : RAM, ANCFCC, AMMC, ACAPS...les nouvelles nominations du Souverain    Mehdi Carcela de nouveau passeur décisif (vidéo)    Mr Fouzi Lekjaa, quoi de neuf en Beach Soccer ? Spécial    ESL-AP-Maroc livre des détails du passage du la COP21 à la COP22    Temara : Une dangereuse bande criminelle démantelée    M. Benkirane examine avec une délégation de parlementaires latino-américains les moyens de renforcer les relations de partenariat    Bassin du Tensift: Le taux de remplissage global des barrages, « satisfaisant »    Le grand dramaturge Tayeb Saddiki n'est plus    Une grosse mascarade domine l'entame du championnat national de basketball    Duels à distance entre les abonnés du haut du tableau    Le Mali en finale du CHAN    Pékin confirme l'arrestation de libraires hongkongais "disparus"    Sauver la République avant le coup de balai électoral    Visite Royale dans les provinces du Sud    L'Algérie et le Polisario appelés à embrasser les vertus du Plan d'autonomie au Sahara    News    Contrôle des maladies transmissibles et émergentes    Campagnes de sensibilisation à la prévention des accidents de la circulation    Grippe H1N1: Les précisions du ministère de la Santé    Au «plafond de verre», le PJD ajoute un rideau de fer    Noor I : Et la lumière fut    Nouvelles accusations d'abus sexuels en Centrafrique    Giacomo Bufarini réalise la plus grande fresque d'Afrique du Nord à Essaouira    Omar Sy: Je suis une exception, je me sens seul    "Marocopédia", première encyclopédie solidaire du Maroc en ligne    Les jeunes jeûnent en orthographe    Le Maroc partie à la conférence de Londres des donateurs pour la Syrie    «Une institution dotée d'un mode de gestion des plus modernes»    Une contribution marocaine de 10 millions de dollars pour la Syrie    Syndicats. Le dialogue social en question    Vive dénonciation de la politique répressive du Polisario    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur. La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Publié dans MarocHebdo le 28 - 09 - 2007

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur.
La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Depuis son apparition un certain automne 2006 dans La méthode Cauet, talk-show à succès de TF1, elle enchaîne allégrement interviews, couvertures de magazines et soirées jet-set tout en répondant sur son site aux courriers de centaines de fans, béats d'admiration et de désir conjugués devant son «époustouflante beauté orientale». Toujours avec une assurance, une amabilité et un franc-parler désarmants.
Du haut de son «mètre 68» et de ses 50 kilos, avec ses mensurations de top model (85 C – 59 – 90 ), cette jeune Marocaine de 29 ans est parvenue à détrôner l'ex Dorcel Girl, la «bombe Oksana».
Elle, la brune piquante aux yeux pétillants, aux jambes interminables et à la chevelure de jais qui fait saliver les hommes sur les canapés des quatre coins du monde, n'est autre que Yasmine, nouvelle égérie de Marc Dorcel, célèbre magnat de l'industrie française du X. Producteur-distributeur de films pour adultes, version édulcorée.
Mais si Yasmine fait tant jaser dans les chaumières, c'est surtout, au-delà de ses talents d'actrice de films érotiques, pour la façon dont elle assume ses idées et son métier «particulier». Voyons, elle «la Marocaine, la musulmane, l'Arabe, dont les semblables sont majoritairement voilées, soumises et frustrées sinon coincées». Dans la France de 2007, partagée entre ses vieilles valeurs d'égalité et de bienséance et le matraquage post-11 septembre à la sauce américaine, on le pense sans oser vraiment le dire.
«Je suis fière de mes racines, et fière de représenter Dorcel car ils m'ont choisie pour de bonnes raisons, sans se soucier de mes origines (…) sans faire de calculs. Je suis d'origine musulmane. Je ne pratique plus mais je crois en Dieu. Je me respecte moi-même et respecte les autres, ça ne me paraît pas incompatible avec le porno, milieu dans lequel je m'épanouis», confie pour sa part Yasmine à un hebdomadaire français. Yasmine Lafitte, le pseudonyme qu'elle s'est choisi, ne dévoile pas pour autant grand chose. Sur son passé, en tout cas. Si ce n'est que sa famille n'approuve pas du tout son choix de vie et qu'elle a découvert la sexualité à l'âge de 23 ans. Infirmière de formation, libertine dans l'âme (comme elle se définit elle-même) et bisexuelle avouée, elle s'est lancé dans le X en 2004 par pur fantasme, celui, dit-elle, d'être vue par des spectateurs inconnus. Yasmine se fera rapidement remarquer, d'abord par VCOM puis par Marc Dorcel, grâce notamment à sa prestation dans le film d'Hervé Bodilis, Story of Yasmine et son rôle d'ambassadrice du magazine de charme FHM. Aussitôt son contrat d'exclusivité achevé avec VCOM, elle signe avec Marc Dorcel pour 18 mois, en septembre 2006.
«C'est une belle opportunité (…) Dorcel vend dans une cinquantaine de pays et on peut difficilement toucher plus de monde! Et puis je me retrouve dans leur raffinement, j'aime l'élégance qui est leur marque de fabrique… Dorcel met la femme en valeur et j'aime cette idée d'être à la fois classe et "salope"», dira Yasmine lors d'une de ses interviews.
Yasmine vit aujourd'hui à Lyon, avec son compagnon, Alexandre.
Son contrat, juteux raconte-t-on, avec la maison Dorcel, s'achève bientôt. Mais elle ne compte pas dormir sur ses lauriers. La jeune Marocaine, qui n'exclut pas un prochain voyage touristique ou professionnel au bercail, a de l'ambition à revendre. Elle se dit décidée à jouer désormais dans des films d'auteur, un genre qu'elle affectionne particulièrement en grand fan d'Audrey Hepburn et de cinéma classique. C'est d'ailleurs elle que la Libanaise Danielle Arbid a choisi pour le second rôle féminin, aux côtés de Melvil Poupaud, dans Un homme perdu. Un drame sulfureux narrant la rencontre interlope entre un photographe français et un étrange amnésique libanais et présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du 60ème Festival du Film de Cannes.
Un début de carrière prometteur pour Yasmine qui, chanceuse ou intelligente, a incarné un personnage-clé dans un scénario inédit unanimement salué par la critique pour son regard juste, audacieux et mélancolique à la fois sur l'exil, l'amour et la sexualité.