Mecque : SM le Roi accomplit le rituel de la Omra    Le GPD interpelle le ministre de l'Intérieur    Une nouvelle législation pour l'exploitation minière    Maroc Telecom renoue avec la croissance des revenus    La production céréalière est la plus faible sur les cinq dernières années    La situation à Gaza devant le Conseil des droits de l'Homme    Syndicat : Fenajic voit le jour    Subventions aux ONG, le gouvernement établit son diagnostic    Edito: Valeur ajoutée    Le mot pour rire: Des chiffres et des êtres    La saison de la chasse démarre le 28 septembre    Keep calm and kill Hamas !    Les indignations des jdidis face aux stratagèmes orchestrés le dimanche 20 juillet au parc Mohammed V d'El Jadida On n'est pas dupe mesdames et messieurs les organisateurs des Nuits du Ramadan    Filiale de BMCE Bank : Bank Of Africa Niger procède à une augmentation de capital    Régionalisation: L'opposition contre le projet de loi    L'institut Français d'El-Jadida et ses nuits de la honte    Maroc Telecom : La 4G sera lancée au Gabon avant le Maroc.    UMAQ : Ahmed Bouhaouali, nouveau président    Tunisie : Le Premier ministre Mehdi Jomaâ mardi en Algérie    La crise du BTP impacte les autres secteurs    Salah Laâraïbi: Les camps s'acheminent vers l'implosion    Le livre : Théocratie populiste, Puissance de l'Etat-Makhzen    Les gens cultivés vont à la mosquée, les autres regardent les feuilletons    Taarabt décidé à mettre une croix sur la Premier League    Des joueurs étrangers du Shakhtar et du Metalist refusent de rentrer en Ukraine    C'est parti pour les Mondiaux juniors d'athlétisme    Mercato : Alvaro Morata à la Juve    SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside la finale du programme national «Abtal Al Hay»    Mercato Botola : Le HUSA annonce trois nouvelles recrues    Divers    Gilles Bourbao : Les relations franco- marocaines sont faites pour durer    Khadija Noumar : Pour être un vrai réalisateur, il faut un don, une formation et beaucoup de hardiesse    Clôture en apothéose de Ramadaniat Sidi Belyout    Le musée d'art contemporain de Rabat ouvre ses portes en septembre    Jennifer Lopez : Selfie no make-up pour la bombe de 45 ans    Shakira reine absolue de Facebook !    News    Vu d'ici : Groggy France    Un livre... une question : Islam et Occident entre conflits et dialogue    Le plus ancien cas de trisomie 21 identifié sur un squelette trouvé en France    Les odeurs des couleurs    Insolite : Cambriolage des vacanciers    SM le Roi inaugure une exposition-vente des produits réalisés par les pensionnaires des établissements pénitentiaires    Accidents de la circulation : La route continue à faucher des vies    On n'est pas obligé de suivre la mode à la lettre    Hassan Baraka traverse le Bosphore pour relier les cinq continents    Mers Sultan aux enchères    Maroc-Palestine en octobre ? Spécial    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur. La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Publié dans MarocHebdo le 28 - 09 - 2007

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur.
La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Depuis son apparition un certain automne 2006 dans La méthode Cauet, talk-show à succès de TF1, elle enchaîne allégrement interviews, couvertures de magazines et soirées jet-set tout en répondant sur son site aux courriers de centaines de fans, béats d'admiration et de désir conjugués devant son «époustouflante beauté orientale». Toujours avec une assurance, une amabilité et un franc-parler désarmants.
Du haut de son «mètre 68» et de ses 50 kilos, avec ses mensurations de top model (85 C – 59 – 90 ), cette jeune Marocaine de 29 ans est parvenue à détrôner l'ex Dorcel Girl, la «bombe Oksana».
Elle, la brune piquante aux yeux pétillants, aux jambes interminables et à la chevelure de jais qui fait saliver les hommes sur les canapés des quatre coins du monde, n'est autre que Yasmine, nouvelle égérie de Marc Dorcel, célèbre magnat de l'industrie française du X. Producteur-distributeur de films pour adultes, version édulcorée.
Mais si Yasmine fait tant jaser dans les chaumières, c'est surtout, au-delà de ses talents d'actrice de films érotiques, pour la façon dont elle assume ses idées et son métier «particulier». Voyons, elle «la Marocaine, la musulmane, l'Arabe, dont les semblables sont majoritairement voilées, soumises et frustrées sinon coincées». Dans la France de 2007, partagée entre ses vieilles valeurs d'égalité et de bienséance et le matraquage post-11 septembre à la sauce américaine, on le pense sans oser vraiment le dire.
«Je suis fière de mes racines, et fière de représenter Dorcel car ils m'ont choisie pour de bonnes raisons, sans se soucier de mes origines (…) sans faire de calculs. Je suis d'origine musulmane. Je ne pratique plus mais je crois en Dieu. Je me respecte moi-même et respecte les autres, ça ne me paraît pas incompatible avec le porno, milieu dans lequel je m'épanouis», confie pour sa part Yasmine à un hebdomadaire français. Yasmine Lafitte, le pseudonyme qu'elle s'est choisi, ne dévoile pas pour autant grand chose. Sur son passé, en tout cas. Si ce n'est que sa famille n'approuve pas du tout son choix de vie et qu'elle a découvert la sexualité à l'âge de 23 ans. Infirmière de formation, libertine dans l'âme (comme elle se définit elle-même) et bisexuelle avouée, elle s'est lancé dans le X en 2004 par pur fantasme, celui, dit-elle, d'être vue par des spectateurs inconnus. Yasmine se fera rapidement remarquer, d'abord par VCOM puis par Marc Dorcel, grâce notamment à sa prestation dans le film d'Hervé Bodilis, Story of Yasmine et son rôle d'ambassadrice du magazine de charme FHM. Aussitôt son contrat d'exclusivité achevé avec VCOM, elle signe avec Marc Dorcel pour 18 mois, en septembre 2006.
«C'est une belle opportunité (…) Dorcel vend dans une cinquantaine de pays et on peut difficilement toucher plus de monde! Et puis je me retrouve dans leur raffinement, j'aime l'élégance qui est leur marque de fabrique… Dorcel met la femme en valeur et j'aime cette idée d'être à la fois classe et "salope"», dira Yasmine lors d'une de ses interviews.
Yasmine vit aujourd'hui à Lyon, avec son compagnon, Alexandre.
Son contrat, juteux raconte-t-on, avec la maison Dorcel, s'achève bientôt. Mais elle ne compte pas dormir sur ses lauriers. La jeune Marocaine, qui n'exclut pas un prochain voyage touristique ou professionnel au bercail, a de l'ambition à revendre. Elle se dit décidée à jouer désormais dans des films d'auteur, un genre qu'elle affectionne particulièrement en grand fan d'Audrey Hepburn et de cinéma classique. C'est d'ailleurs elle que la Libanaise Danielle Arbid a choisi pour le second rôle féminin, aux côtés de Melvil Poupaud, dans Un homme perdu. Un drame sulfureux narrant la rencontre interlope entre un photographe français et un étrange amnésique libanais et présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du 60ème Festival du Film de Cannes.
Un début de carrière prometteur pour Yasmine qui, chanceuse ou intelligente, a incarné un personnage-clé dans un scénario inédit unanimement salué par la critique pour son regard juste, audacieux et mélancolique à la fois sur l'exil, l'amour et la sexualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.