Comment le Maroc a fait le choix d'un Islam moderne    Crise dans l'immobilier: «BAM ne sera pas sapeur-pompier»    Sécurité des barrages: Le privé à la rescousse    Soutien de l'UE aux efforts de l'ONU au Sahara    Insolite    News    Les Etats-Unis bombardent près de Tikrit en soutien aux forces irakiennes    Les réfugiés syriens, des âmes errantes du Levant    La Belgique tente de forcer la main au Maroc dans le dossier des migrants irréguliers    Les investissements en capital au Maroc s'élèvent à près de 700MDH    Le Groupe BP renforce sa présence en Afrique subsaharienne    Le PGPM permettra d'élaborer de nouvelles politiques, selon la BAD    Le lion fait son retour au Gabon    Les jeunes Américains avides d'informations    Halima Zine El Abidine : Certains principes de parité, de justice sociale et d'égalité des chances se heurtent à un esprit rétrograde et obscurantiste    Le Maroc nouveau pôle universitaire en Afrique du Nord    Matches tests pour les locaux et les Olympiques    Les grosses raquettes seront de la partie au Grand Prix Hassan II de tennis    Cech veut quitter Chelsea    Les festivals à voir une fois dans sa vie : Le festival du "Saut de bébés" (Espagne)    Quand arts et développement vont de pair    "Peter Pan On Ice", un spectacle sur glace mêlant chant, danse et comédie    Le Maroc envoie ses forces armées au Yémen    Crash A320: Le copilote aurait volontairement provoqué l'accident    Liberté de la presse    El Aïoune Sidi Mellouk : Saisie de bijoux en or de contrebande    Mawazine: Majida El Roumi chantera au Théâtre National Mohammed V à Rabat    Cancer : les implants mammaires inquiètent    Jazzablanca 2015, une dixième édition aux grandes promesses    «Un 3e tome, à paraître en 2016, portera sur la fin du champ colonial de 1945 à 1961»    Lisez si vous voulez qu'on vous lise    Meknès : 3 membres d'une famille morts dans l'explosion d'une bonbonne de gaz    Virgin Kitesurf World Championships 2015 : Cap sur Dakhla !    Livre : La sélection de la semaine    Mawazine: De grands interprètes se réunissent à Chellah    La loi de nomination dans les hautes fonctions de nouveau amendée en commission    Tunisie: Deux marocains parmi les complices de l'attentat du Bardo    La forêt marocaine renferme 4.700 espèces végétales    Les indicateurs économiques au vert    Crash de l'Airbus A320 de Germanwings    Le Pro-AM remporté par l'équipe de Maha Haddioui    Un ministre recherché...    Stadium    Pays-Bas, les Marocains très touchés par le chômage    Implémentation d'«un cluster dédié à l'eau» à la FST de Fès    Quelles assurances pour les évènements sportifs ?    Immobilier : La VEFA finalement amendée    Investissements : Le Maroc, 6ème pays africain le plus prometteur selon Havas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur. La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Publié dans MarocHebdo le 28 - 09 - 2007

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur.
La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Depuis son apparition un certain automne 2006 dans La méthode Cauet, talk-show à succès de TF1, elle enchaîne allégrement interviews, couvertures de magazines et soirées jet-set tout en répondant sur son site aux courriers de centaines de fans, béats d'admiration et de désir conjugués devant son «époustouflante beauté orientale». Toujours avec une assurance, une amabilité et un franc-parler désarmants.
Du haut de son «mètre 68» et de ses 50 kilos, avec ses mensurations de top model (85 C – 59 – 90 ), cette jeune Marocaine de 29 ans est parvenue à détrôner l'ex Dorcel Girl, la «bombe Oksana».
Elle, la brune piquante aux yeux pétillants, aux jambes interminables et à la chevelure de jais qui fait saliver les hommes sur les canapés des quatre coins du monde, n'est autre que Yasmine, nouvelle égérie de Marc Dorcel, célèbre magnat de l'industrie française du X. Producteur-distributeur de films pour adultes, version édulcorée.
Mais si Yasmine fait tant jaser dans les chaumières, c'est surtout, au-delà de ses talents d'actrice de films érotiques, pour la façon dont elle assume ses idées et son métier «particulier». Voyons, elle «la Marocaine, la musulmane, l'Arabe, dont les semblables sont majoritairement voilées, soumises et frustrées sinon coincées». Dans la France de 2007, partagée entre ses vieilles valeurs d'égalité et de bienséance et le matraquage post-11 septembre à la sauce américaine, on le pense sans oser vraiment le dire.
«Je suis fière de mes racines, et fière de représenter Dorcel car ils m'ont choisie pour de bonnes raisons, sans se soucier de mes origines (…) sans faire de calculs. Je suis d'origine musulmane. Je ne pratique plus mais je crois en Dieu. Je me respecte moi-même et respecte les autres, ça ne me paraît pas incompatible avec le porno, milieu dans lequel je m'épanouis», confie pour sa part Yasmine à un hebdomadaire français. Yasmine Lafitte, le pseudonyme qu'elle s'est choisi, ne dévoile pas pour autant grand chose. Sur son passé, en tout cas. Si ce n'est que sa famille n'approuve pas du tout son choix de vie et qu'elle a découvert la sexualité à l'âge de 23 ans. Infirmière de formation, libertine dans l'âme (comme elle se définit elle-même) et bisexuelle avouée, elle s'est lancé dans le X en 2004 par pur fantasme, celui, dit-elle, d'être vue par des spectateurs inconnus. Yasmine se fera rapidement remarquer, d'abord par VCOM puis par Marc Dorcel, grâce notamment à sa prestation dans le film d'Hervé Bodilis, Story of Yasmine et son rôle d'ambassadrice du magazine de charme FHM. Aussitôt son contrat d'exclusivité achevé avec VCOM, elle signe avec Marc Dorcel pour 18 mois, en septembre 2006.
«C'est une belle opportunité (…) Dorcel vend dans une cinquantaine de pays et on peut difficilement toucher plus de monde! Et puis je me retrouve dans leur raffinement, j'aime l'élégance qui est leur marque de fabrique… Dorcel met la femme en valeur et j'aime cette idée d'être à la fois classe et "salope"», dira Yasmine lors d'une de ses interviews.
Yasmine vit aujourd'hui à Lyon, avec son compagnon, Alexandre.
Son contrat, juteux raconte-t-on, avec la maison Dorcel, s'achève bientôt. Mais elle ne compte pas dormir sur ses lauriers. La jeune Marocaine, qui n'exclut pas un prochain voyage touristique ou professionnel au bercail, a de l'ambition à revendre. Elle se dit décidée à jouer désormais dans des films d'auteur, un genre qu'elle affectionne particulièrement en grand fan d'Audrey Hepburn et de cinéma classique. C'est d'ailleurs elle que la Libanaise Danielle Arbid a choisi pour le second rôle féminin, aux côtés de Melvil Poupaud, dans Un homme perdu. Un drame sulfureux narrant la rencontre interlope entre un photographe français et un étrange amnésique libanais et présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du 60ème Festival du Film de Cannes.
Un début de carrière prometteur pour Yasmine qui, chanceuse ou intelligente, a incarné un personnage-clé dans un scénario inédit unanimement salué par la critique pour son regard juste, audacieux et mélancolique à la fois sur l'exil, l'amour et la sexualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.