Le Raja prend sa revanche sur l'AS FAR    Bellarabi décisif mais son équipe s'incline lourdement contre Wolfsbourg    Le WAC arrache le nul in extremis contre l'IZK    La semaine culturelle de Meknès    L'arbitre international algérien Mounir Bitam fait éclater un scandale de manipulation des matchs en Algérie    Le Raja ré-accueille les FAR et le MAT reçoit le DHJ    Formation professionnelle: Le Bac Pro arrive    Alexandrine Allard: L'UPM privilégie une pédagogie par l'action    Université Internationale de Casablanca: Un nouveau campus et de nouvelles filières    60.000 déplacés kurdes syriens arrivent en Turquie    Secteurs public et privé: L'enseignement supérieur à l'heure de l'évaluation    Alerte aux fortes averses orageuses au Maroc    Terrorisme: retrait de la nationalité espagnole aux personnes condamnées pour terrorisme jihadiste    Aïd Al Adha : l'offre couvre la demande    Un potentiel immense à valoriser davantage    Moulay Ismail Alaoui invité d'honneur de l'Université populaire de la Fondation du Fquih Tétouani    L'université Mohammed V fusionne    Le troisième axe le plus important de la ville, selon N. Benbdallah    Oui au «Non» écossais    Criminalisation et répression des ralliements des camps terroristes    El Jadida : Vingt cinq ans de prison pour un parricide    Nouvelles mesures pour mettre fin aux pratiques bureaucratiques    Irak: Premières frappes aériennes françaises contre les jihadistes    Ecosse: Après le non à l'indépendance, des pouvoirs accrus pour les 4 pays du Royaume-Uni    Sahara marocain / Droits de l'Homme : L'Algérie est mal placée pour critiquer le Maroc    Ce samedi, la CAF tranchera à Adis-Abeba sur la CAN : Qui aura 2017/2019/2021    Mohammédia en Division Amateurs: Souvenir...souvenir    Le derby de l'eau : Rafraîchissant !    Entre délices et toxines des fritures, pesez le pour et le contre    A savoir    Ebola : La Sierra Leone confine sa population, l'ONU mobilise    Les marocaines se démarquent : Une Marocaine, cinquième dauphine de Miss World    Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain : Plus qu'un espace d'exposition, un centre de la vie artistique    Intenses activités royales pour le développement économique et urbain de la ville à Tétouan    Fin du moratoire sur les expulsions des migrants irréguliers    Cinq Marocains parmi les milliardaires de l'UBS    La moitié des super-riches chinois projettent de partir à l'étranger    La lutte contre les narcotrafiquants passe à la vitesse supérieure    Baisse de la mortalité des moins de 5 ans    Les syndicats en rang serré contre Benkirane    Driss Lachguar : Le gouvernement s'empêtre de plus en plus dans ses promesses pompeuses et désespérément creuses    L'OFPPT présente les faits marquants de sa stratégie    La chronique parisienne : Un concours pour dénicher des auteurs de talent    56 courts-métrages en lice au Festival méditerranéen de Tanger    Les Haddarates d'Essaouira font vibrer Copenhague    Figures féminines radicales    Honteux !    Une étude plaide pour une croissance sobre en carbone d'ici à 2030    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur. La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Publié dans MarocHebdo le 28 - 09 - 2007

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur.
La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Depuis son apparition un certain automne 2006 dans La méthode Cauet, talk-show à succès de TF1, elle enchaîne allégrement interviews, couvertures de magazines et soirées jet-set tout en répondant sur son site aux courriers de centaines de fans, béats d'admiration et de désir conjugués devant son «époustouflante beauté orientale». Toujours avec une assurance, une amabilité et un franc-parler désarmants.
Du haut de son «mètre 68» et de ses 50 kilos, avec ses mensurations de top model (85 C – 59 – 90 ), cette jeune Marocaine de 29 ans est parvenue à détrôner l'ex Dorcel Girl, la «bombe Oksana».
Elle, la brune piquante aux yeux pétillants, aux jambes interminables et à la chevelure de jais qui fait saliver les hommes sur les canapés des quatre coins du monde, n'est autre que Yasmine, nouvelle égérie de Marc Dorcel, célèbre magnat de l'industrie française du X. Producteur-distributeur de films pour adultes, version édulcorée.
Mais si Yasmine fait tant jaser dans les chaumières, c'est surtout, au-delà de ses talents d'actrice de films érotiques, pour la façon dont elle assume ses idées et son métier «particulier». Voyons, elle «la Marocaine, la musulmane, l'Arabe, dont les semblables sont majoritairement voilées, soumises et frustrées sinon coincées». Dans la France de 2007, partagée entre ses vieilles valeurs d'égalité et de bienséance et le matraquage post-11 septembre à la sauce américaine, on le pense sans oser vraiment le dire.
«Je suis fière de mes racines, et fière de représenter Dorcel car ils m'ont choisie pour de bonnes raisons, sans se soucier de mes origines (…) sans faire de calculs. Je suis d'origine musulmane. Je ne pratique plus mais je crois en Dieu. Je me respecte moi-même et respecte les autres, ça ne me paraît pas incompatible avec le porno, milieu dans lequel je m'épanouis», confie pour sa part Yasmine à un hebdomadaire français. Yasmine Lafitte, le pseudonyme qu'elle s'est choisi, ne dévoile pas pour autant grand chose. Sur son passé, en tout cas. Si ce n'est que sa famille n'approuve pas du tout son choix de vie et qu'elle a découvert la sexualité à l'âge de 23 ans. Infirmière de formation, libertine dans l'âme (comme elle se définit elle-même) et bisexuelle avouée, elle s'est lancé dans le X en 2004 par pur fantasme, celui, dit-elle, d'être vue par des spectateurs inconnus. Yasmine se fera rapidement remarquer, d'abord par VCOM puis par Marc Dorcel, grâce notamment à sa prestation dans le film d'Hervé Bodilis, Story of Yasmine et son rôle d'ambassadrice du magazine de charme FHM. Aussitôt son contrat d'exclusivité achevé avec VCOM, elle signe avec Marc Dorcel pour 18 mois, en septembre 2006.
«C'est une belle opportunité (…) Dorcel vend dans une cinquantaine de pays et on peut difficilement toucher plus de monde! Et puis je me retrouve dans leur raffinement, j'aime l'élégance qui est leur marque de fabrique… Dorcel met la femme en valeur et j'aime cette idée d'être à la fois classe et "salope"», dira Yasmine lors d'une de ses interviews.
Yasmine vit aujourd'hui à Lyon, avec son compagnon, Alexandre.
Son contrat, juteux raconte-t-on, avec la maison Dorcel, s'achève bientôt. Mais elle ne compte pas dormir sur ses lauriers. La jeune Marocaine, qui n'exclut pas un prochain voyage touristique ou professionnel au bercail, a de l'ambition à revendre. Elle se dit décidée à jouer désormais dans des films d'auteur, un genre qu'elle affectionne particulièrement en grand fan d'Audrey Hepburn et de cinéma classique. C'est d'ailleurs elle que la Libanaise Danielle Arbid a choisi pour le second rôle féminin, aux côtés de Melvil Poupaud, dans Un homme perdu. Un drame sulfureux narrant la rencontre interlope entre un photographe français et un étrange amnésique libanais et présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du 60ème Festival du Film de Cannes.
Un début de carrière prometteur pour Yasmine qui, chanceuse ou intelligente, a incarné un personnage-clé dans un scénario inédit unanimement salué par la critique pour son regard juste, audacieux et mélancolique à la fois sur l'exil, l'amour et la sexualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.