Grèves : Baisse de plus de 8% en 2015    Dialogue social : Le round de la dernière chance ?    Immobilier de luxe : Green Valley s'installe à Marrakech    Location commerciale : Une loi dans le circuit parlementaire    L'ONMT lance un concours de slogans des campagnes publicitaires du Maroc    Hassad : Affaires des caïds de Deroua et de Kénitra    Partenariat entre la CGEM et l'Organisation japonaise du commerce extérieur    Ilyas, encore et toujours    Arabie saoudite: Comment se passer du pétrole?    Bac 2016 : Les épreuves du régional avant celles du national    Accidents de la circulation    Derniers préparatifs pour les musiques sacrées    Complexe Sportif Moulay Abdallah : Un patrimoine à préserver    Document : Le texte intégral du projet d'autonomie au Sahara    Finale de la Coupe d'Algérie : Incroyable, mais vrai !    Diffusion sur Internet de vidéos datant d'avant 2012 relatives à la prison Aïn-Sbaâ : La Délégation de l'administration pénitentiaire "dénonce"    Organisé sous le thème : «L'émancipation des femmes par l'accès aux droits et l'autonomisation économique : le rôle des Diasporas ici et là-bas»: Le séminaire «Regard Croisé» se términe en apothéose à Imilchil    Tennis : Au RUC : L'hymne à la jeunesse    8ème édition du FIDADOC d'Agadir : «Into Darkness» de Rachida El Garani ouvre le bal    Plus de 80 photos historiques marquantes    Consultation nationale sur la mise en œuvre des OMD    La croissance au point mort sur le marché mondial des smartphones    Une journée à l'avantage des clubs hôtes    Les équipes nationales reprennent le chemin des concentrations    Divers sportifs    Une trentaine de candidats aux tournois régionaux des chefs de cuisine    Ralentissement de la progression du crédit bancaire    Lancement officiel à Rabat de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre la corruption    Quand les souvenirs pour touristes sont fabriqués par des enfants haïtiens    L'AREF-Moulay Rachid lance une campagne de sensibilisation contre la fraude en milieu scolaire    Lancement de la semaine nationale de la santé scolaire    L'instauration des parcours professionnels dans le système éducatif , thème d'une rencontre à Rabat    L'ONU tente de renouer le fil du dialogue entre gouvernement et rebelles au Yémen    News    Des chants mystiques du monde à l'honneur à Rabat    Hommage à la revue marocaine "Souffles" à Genève en commémoration de son cinquantenaire    "Marocains, migrants et voyageurs", un nouvel ouvrage du CCME    El Khalfi : Le Maroc aspire à une presse libre, démocratique et indépendante    Le Maroc prend part à Dakar à une Conférence internationale sur la question d'Al Qods Al-Charif    Festival : Igrar anime Ouarzazate    Le roi d'Espagne dissout le Parlement et convoque de nouvelles élections    Sommet ACP-UE : Une résolution sur les APE adoptée    Premier League : Leicester sacré champion d'Angleterre    Futsal : El-Ghoulbzouri et Chrayah en D1 avec Montpellier MF    le chiffre de la semaine    Le festival international de la mode Islamique à Paris    Le roman « Cintra » de l'écrivain marocain Hassan Aourid, un voyage créatif dans la mémoire collective    La Fondation Lalla Salma soutient la création d'une maison de vie à Dakar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur. La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Publié dans MarocHebdo le 28 - 09 - 2007

Infirmière de formation, libertine dans l'âme, la marocaine Yasmine s'est lancée dans le X en 2004 par pur fantasme. Elle entame une carrière de cinéma d'auteur.
La nouvelle Dorcel Girl marocaine
Depuis son apparition un certain automne 2006 dans La méthode Cauet, talk-show à succès de TF1, elle enchaîne allégrement interviews, couvertures de magazines et soirées jet-set tout en répondant sur son site aux courriers de centaines de fans, béats d'admiration et de désir conjugués devant son «époustouflante beauté orientale». Toujours avec une assurance, une amabilité et un franc-parler désarmants.
Du haut de son «mètre 68» et de ses 50 kilos, avec ses mensurations de top model (85 C – 59 – 90 ), cette jeune Marocaine de 29 ans est parvenue à détrôner l'ex Dorcel Girl, la «bombe Oksana».
Elle, la brune piquante aux yeux pétillants, aux jambes interminables et à la chevelure de jais qui fait saliver les hommes sur les canapés des quatre coins du monde, n'est autre que Yasmine, nouvelle égérie de Marc Dorcel, célèbre magnat de l'industrie française du X. Producteur-distributeur de films pour adultes, version édulcorée.
Mais si Yasmine fait tant jaser dans les chaumières, c'est surtout, au-delà de ses talents d'actrice de films érotiques, pour la façon dont elle assume ses idées et son métier «particulier». Voyons, elle «la Marocaine, la musulmane, l'Arabe, dont les semblables sont majoritairement voilées, soumises et frustrées sinon coincées». Dans la France de 2007, partagée entre ses vieilles valeurs d'égalité et de bienséance et le matraquage post-11 septembre à la sauce américaine, on le pense sans oser vraiment le dire.
«Je suis fière de mes racines, et fière de représenter Dorcel car ils m'ont choisie pour de bonnes raisons, sans se soucier de mes origines (…) sans faire de calculs. Je suis d'origine musulmane. Je ne pratique plus mais je crois en Dieu. Je me respecte moi-même et respecte les autres, ça ne me paraît pas incompatible avec le porno, milieu dans lequel je m'épanouis», confie pour sa part Yasmine à un hebdomadaire français. Yasmine Lafitte, le pseudonyme qu'elle s'est choisi, ne dévoile pas pour autant grand chose. Sur son passé, en tout cas. Si ce n'est que sa famille n'approuve pas du tout son choix de vie et qu'elle a découvert la sexualité à l'âge de 23 ans. Infirmière de formation, libertine dans l'âme (comme elle se définit elle-même) et bisexuelle avouée, elle s'est lancé dans le X en 2004 par pur fantasme, celui, dit-elle, d'être vue par des spectateurs inconnus. Yasmine se fera rapidement remarquer, d'abord par VCOM puis par Marc Dorcel, grâce notamment à sa prestation dans le film d'Hervé Bodilis, Story of Yasmine et son rôle d'ambassadrice du magazine de charme FHM. Aussitôt son contrat d'exclusivité achevé avec VCOM, elle signe avec Marc Dorcel pour 18 mois, en septembre 2006.
«C'est une belle opportunité (…) Dorcel vend dans une cinquantaine de pays et on peut difficilement toucher plus de monde! Et puis je me retrouve dans leur raffinement, j'aime l'élégance qui est leur marque de fabrique… Dorcel met la femme en valeur et j'aime cette idée d'être à la fois classe et "salope"», dira Yasmine lors d'une de ses interviews.
Yasmine vit aujourd'hui à Lyon, avec son compagnon, Alexandre.
Son contrat, juteux raconte-t-on, avec la maison Dorcel, s'achève bientôt. Mais elle ne compte pas dormir sur ses lauriers. La jeune Marocaine, qui n'exclut pas un prochain voyage touristique ou professionnel au bercail, a de l'ambition à revendre. Elle se dit décidée à jouer désormais dans des films d'auteur, un genre qu'elle affectionne particulièrement en grand fan d'Audrey Hepburn et de cinéma classique. C'est d'ailleurs elle que la Libanaise Danielle Arbid a choisi pour le second rôle féminin, aux côtés de Melvil Poupaud, dans Un homme perdu. Un drame sulfureux narrant la rencontre interlope entre un photographe français et un étrange amnésique libanais et présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du 60ème Festival du Film de Cannes.
Un début de carrière prometteur pour Yasmine qui, chanceuse ou intelligente, a incarné un personnage-clé dans un scénario inédit unanimement salué par la critique pour son regard juste, audacieux et mélancolique à la fois sur l'exil, l'amour et la sexualité.