Champion's League : L'OCK bat Gamtel 2-1 Spécial    Mohamed El Hayni destitué par le Conseil supérieur de la magistrature    Symposium sur le développement de la coopération universitaire entre le Maroc et les USA    Le trou financier de la CMR demeurera béant malgré la réforme à la Benkirane    Les élus USFP plaident en faveur des attentes des Souiris    Le Maroc construira le plus grand complexe résidentiel au Sénégal    Washington et Moscou d'accord sur une cessation des hostilités en Syrie    La péninsule coréenne semble plus divisée que jamais    Un second tour de la présidentielle en Centrafrique pour sortir de la crise    Les drogues illicites encouragent la violence et entravent le développement durable    Le bas goût de Badou n'aura pas suffi à redonner de l'appétit aux Lions de l'Atlas    L'heure africaine a sonné pour le Wydad    Renard moins coûteux que Zaki    Etoffer le choix d'orientation pour les jeunes Marocains    Soutien aux associations œuvrant dans les domaines d'intervention du Pôle social au titre de 2015    Divers    L'empreinte culturelle des marques en débat    Lever de rideau à Tanger sur la 1ère édition du Festival de théâtre de jeunes
    Au milieu de polémiques raciales en Amérique, les Grammys devraient célébrer le rap    Pluies sur le Nord et l'Est du Royaume avec chutes de neige et baisse des températures à partir de dimanche    SM le Roi accomplit la prière du vendredi à la mosquée Abi Al-Abbas Sebti à Casablanca    Mohammedia : SM le Roi lance l'opération « Assafaa » pour le recasement de 2.922 ménages bidonvillois    Benkirane au Forum des retraites : « Je ne veux pas laisser au prochain gouvernement un braise entre les mains »    COP22 : «La place des O.N.G dans le paysage institutionnel»    La date du sommet arabe est-elle reportée ?    Botola en D1 : la reprise avec Raja-FUS au complexe Mohammed V    «Journée Espagne» à l'Université internationale de Rabat    DHL lance une deuxième connexion    Le soutien de l'Etat aux manifestations cinématographiques    Du cinéma colonial au cinéma social    Quick fait son comeback au Maroc    Le secteur du cuir se dote de ses écosystèmes    Les groupes de la majorité apprécient l'initiative des projets de lois relatifs au sage-femme et à l'infirmière    200 millions de dollars pour la lutte contre l'EI en Afrique du Nord    Le vélo de Mme Taubira    Festival des musiques sacrées du monde: une 22è édition en hommage aux « femmes fondatrices »    Rencontre de communication à Inezgane-Aït Melloul    M. Benkirane souligne l'engagement du gouvernement et sa mobilisation totale pour faire aboutir la COP22    Agenda culturel du 12 au 18 Février 2016    Handball: FAR-Hassania Guercif à l'affiche de la 9e journée    Badou Zaki: « Mon successeur pourra travailler avec sérénité. » Spécial    Qualité de l'air : Une cellule de veille mise en place    Le Maroc compte le plus grand nombre de détenus des pays arabes    Chevalier des Arts et des Lettres    Syrie : Les déplacés toujours bloqués à la frontière turque    DROIT AU BUT    Le bon, la brute et le théâtre    Tanger : Arrestation de 4 individus, membres d'un réseau criminel spécialisé dans le vol qualifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Naciri, l'homme du grand chantier
Publié dans MarocHebdo le 12 - 02 - 2010

C'est dans un contexte pas vraiment engageant que Mohamed Tayeb Naciri a été désigné, le 4 janvier 2010, ministre de la Justice. En attendant la réforme, on ne peut que se rabattre sur la personne.
À chaque nomination d'un ministre de la Justice, la même question vient à l'esprit, même quand on n'est pas vraiment demandeur de ce genre d'interpellation: que peut-on attendre du nouveau promu à un poste éminemment stratégique dans notre quotidien de petites disputes domestiques et nos grands conflits d'opinion sur notre présent et notre devenir? À une question récurrente, une réponse du même tonneau, elle aussi récurrente: la réforme de la Justice. Chacun des nouveaux préposés à cette mission, qui renvoie au diction “à l'impossible nul n'est tenu”, passe pour un passager parmi d'autres prédécesseurs, avec le cœur et l'esprit plus au moins convertis à la tâche. En bref, on désespère de la possibilité et de la faisabilité de la réforme de cette administration qui nous sert de régulateur social et de noyau dur d'un rêve démocratique. C'est dans ce contexte, pas vraiment engageant, que Mohamed Tayeb Naciri a été désigné, le 4 janvier 2010, ministre de la Justice. Une affectation dont le gouvernement de Abbas El Fassi avait bien besoin, pour se donner un peu de champ, d'ici 2012. En attendant la réforme, qui viendra ou qui ne viendra pas, on ne peut que se rabattre sur la personne. À ce niveau-là, on est, plutôt dans une “positive attitude”. Au déroulé de son parcours professionnel, à l'évidence, l'homme a le profil de l'emploi.
Ce natif de Casablanca, en 1939, fils pur sucre de la Chaouia, s'est, d'emblée, choisi la vocation du barreau. Inscrit à l'Ordre de la capitale économique, dès 1964, il a suffisamment acquis la confiance de ses pairs pour en devenir le bâtonnier, puis membre du Conseil constitutionnel et du Conseil supérieur de la Magistrature, dès 1994. La formation des avocats, il en a acquis la pratique et la supervision. Il a, en effet, été le directeur des stages du barreau de Casablanca. En somme, Mohamed Naciri est une sorte de personnification de la justice debout, la parole jurée du justiciable face à la puissance symbolique et réelle de l'appareil judiciaire.
La vocation du barreau
Vu son expérience, sa compétence et sa crédibilité, le cabinet d'avocat de maître Naciri a, évidemment, été sollicité par les milieux d'affaires. Normal, nous sommes en économie libérale. Il recevait des dossiers d'affaires tout court, et des affaires à fort relent politique. On l'a ainsi vu chargé de la régularisation de la situation de l'épouse et des enfants du général Mohamed Oufkir, après leur exfiltration, maquillée en évasion, en 1987. Un drame familial qui avait trouvé une issue diplomatico-judiciaire cousue de main de maître, grâce à Mohamed Naciri. Le ténor du barreau s'était également révélé un fin négociateur. Il venait d'extraire, avec tout le reliquat impossible à rattraper, une épine douloureuse du règne de Hassan II. Ce n'était pas évident.
Cette expertise, parmi d'autres, de savoir-faire juridique et humain, l'a fait rapprocher du Palais royal. Il en est devenu, tout simplement, le dépositaire d'intérêts de clients illustres, mais, néanmoins, personnes physiques ayant des droits. Un statut, non annoncé, qui lui a donné, certes, une aura particulière; et qui a beaucoup fait ergoter dans les milieux d'un barreau bruissant de toutes les spéculations. Maître Naciri a assumé ce positionnement, peu commun, avec une attitude qui ne lui a jamais fait prendre la tête, pour être parmi les “un peu plus égaux que les autres”, dans le corps de la communauté judiciaire. Il a très peu fait parler de lui. Le signe de caractère de quelqu'un qui ne met sa personne qu'en filigrane de sa profession. Il vaut mieux ainsi. Depuis qu'il a été nommé ministre de la Justice, Mohamed Tayeb Naciri, a fait, pour ainsi dire, “le tour du propriétaire”. À partir de la question judiciaire qu'il connaît, pourtant, parfaitement, il a pris le temps de rencontrer et d'écouter tous les intervenants; les avocats, les magistrats et les adouls. Les présentations et les doléances étant faites, il fallait passer aux choses concrètes.
Le tour du propriétaire
Comment réformer cette grosse machine dévoreuse d'hommes et parfois productrice de malheurs supplémentaires? Comment faire pour que le commun des justiciables, fort de son droit, ne soit plus hanté par la collusion d'un juge “fragile” et d'un contradicteur généreux? Comment faire pour qu'on entre dans un palais de justice sans la peur au ventre, en dehors des faits commis ou présumés? Comment être citoyen debout face à une justice assise? En un mot, comment peut-on espérer une seule et unique justice pour tous, à partir du dogme fondateur de toute société juste: tous égaux devant la justice?
C'est sur toutes ces questions que l'on attend Mohamed Tayeb Naciri. On y attendait déjà son prédécesseur. En deux ans et demi d'exercice, Abdelouahed Radi a eu le temps de faire l'inventaire des invités notoires, connus de tous, qui rongent notre justice. Il en a donné copie à qui de droit; mais il en est resté là. Son diagnostic, en dix-sept points, pourrait servir de feuille de route pour l'actuel repreneur de ce département.
Mais il y a encore mieux, le discours royal du 20 août 2009. Un sujet unique dans une allocution exclusivement dédiée à la justice. Une référence. Malgré son condensé concis et précis, on y trouve tout et l'essentiel. La régulation de la vie sociale, la mise en confiance des investisseurs nationaux ou étrangers, l'égalité des citoyens face à une seule justice pour tous, et l'enracinement d'une culture démocratique.
Mohamed Naciri s'en est inspiré dans ses premières rencontres avec les hommes et les femmes qui relèvent de son ministère. Tous les mots clés d'une institution centrale, pour une existence en démocratie, y sont; moralisation du fonctionnement, modernisation de la législature et, surtout, indépendance vis-à-vis de tous pouvoirs.
Alors, qu'est ce qu'on attend pour être heureux, face à notre justice, entre nous, et sous le regard des autres? Mohamed Tayeb Naciri saura-t-il être là, pour nous tous. Comme on le soupçonne d'en être capable? Comme chacun sait, les tabous sont faits pour être bousculés ou, carrément, levés. Il y en a un, justement, que tout le monde attend : l'abolition de la peine de mort. De cela aussi, maître Naciri en est capable. Il entrerait ainsi dans l'histoire judiciaire du Maroc. À jamais.n