De nouvelles marques dans le portefeuille d'AKSAL    Attentat de Manchester : la piste terroriste évoquée    L'Iran, le nouvel "axe du Mal" selon Trump    Une importante délégation ministérielle atterrit à Al Hoceïma    Les camps de Tindouf au bord de la famine    Les prix repartent à la hausse    Les réserves internationales se chiffrent à 241,9 MMDH    Le Maroc réunit tous les prérequis pour réussir le passage vers un régime de change flexible    Volvo Maroc distribue un dividende record de 150 millions de DH    Le britannique WPP s'installe au Maroc    Partenariat entre Dakhla et Strasbourg : Collecte des déchets, espaces verts et patrimoine naturel au menu    Les louvoiements du Polisario : Les séparatistes cherchent par tous les moyens à saborder toute négociation avec le Maroc    Royaume-Uni : L'incertitude économique se poursuit    Insolite : Aucun regret    Pedro Sánchez ou le triomphe de l'obstination    Zidane C'est mon jour le plus heureux professionnellement    Ronaldo : "Ni un saint ni un démon"    Luis Enrique : Il faut féliciter le Real    Risque de crise cardiaque accru après une grippe ou une pneumonie    Une île du Pacifique a la plus forte densité de débris plastiques    Divers    Le réseau social AGORA élit domicile au Maroc    Magida El Roumi interprète «La Tasal» pour la première fois au Maroc    "Tabadoul" ou l'échange de bons procédés    Syndicats d'artistes et ministère de la Culture accordent leurs violons    "Alien : Covenant" en tête du box-office    Tennis: Fayçal Laâraïchi réélu à la tête de la FRMT    Campagne de don de sang dans les mosquées à partir du 1er Ramadan    Oscar Fulloné n'est plus    Vidéo : le mot de Aziz Akhannouch au 6e Congrès du RNI    Terrorisme : L'Algérie refuse de coopérer !    Le ras-le-bol des radiologues    La Juventus Turin championne d'Italie pour la sixième fois d'affilée    Mawazine: Une clôture mémorable avec Rod Stewart, Alpha Blondy et Georges Wassouf    6ème congrès du RNI : «C'est ici que tout commence»    Les pays du CCG et les USA signent un accord pour la création d'un centre contre le financement du terrorisme    Le Real Madrid champion d'Espagne    Les nouvelles inscriptions en 1ère année primaire se poursuivent    Aéroport Mohammed V : Arrestation d'un Bulgare en possession de 7,75 kg de cocaïne    Badou Zaki nouvel entraîneur de l'IRT pour deux saisons    Mon lapin bleu, l'innocente du village    Lachgar reconduit à la tête de l'USFP    Tanger : un inspecteur de police utilise son arme pour repousser une agression    Chambre des représentants : Premier grand oral d'El Othmani    Le Groupe Al Omrane sera présent à la 50ème conférence du Réseau Habitat et Francophonie    Sahara, le tournant    Télé Maroc ou la télévision selon Rachid Nini    Quand l'Académie du Royaume valorise le malhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La circulation à Casablanca: Un enfer sans fin? ?
Publié dans MarocHebdo le 07 - 05 - 2010

La circulation à Casablanca: Un enfer sans fin?
Transport. Pour résoudre définitivement le problème de la circulation à Casablanca,
les experts préconisent le creusement d'un tunnel sousterrain à deux voies tout le long
des boulevards Zerktouni et de la Résistance. Le conseil de la ville suivra-t-il?
Casablanca cumule plus de 46 zones
dangereuses.
Il est de notoriété publique, et c'est même une évidence classiquement connue, que la circulation à Casablanca est devenue non seulement insupportable, mais infernale. Difficile par exemple de circuler dans le centre ville pendant toute la journée, et dans certains grands boulevards comme Zerktouni, Roudani, ou encore Bir Anzarane aux heures de pointe. On y est tellement coincés qu'on éprouve toutes les difficultés du monde à s'en sortir.
Le commandant Abdellatif Chami, patron de la circulation à la préfecture de police de Casablanca, ne mâche pas ses mots. «La métropole économique souffre d'une circulation catastrophique. Et elle s'aggrave de plus en plus au fil des années». Et d'ajouter: «Il est vrai que l'architecture urbanistique de la ville, héritée de la période coloniale française, n'encourage pas la fluidité de la circulation, mais toujours est-il que rien n'a été fait pour l'organiser au moins».
À qui la faute alors? À la multiplication des véhicules dont le nombre, il est vrai, ne cesse d'augmenter, grâce aux différentes formules de crédit proposées par les banques; ou à la vétusté et l'étroitesse des avenues, rues et différents boulevards, qui ornent depuis la nuit des temps la structure urbanistique de la ville?
En réalité, les Casablancais ne comprennent pas pourquoi le conseil de la ville, qui dort depuis longtemps sur ses lauriers, désigné de surcroît comme le premier responsable de cette situation, ne prend pas des mesures structurelles et efficaces pour décongestionner la ville de Casablanca.
Record national en accidents
Il faut dire que cette ville, qui jouit pourtant du statut éternel de poumon économique du Royaume, bat le record national en termes d'accidents: 25% des collisions y surviennent. Ainsi 13.000 accidents en 2007 ont fait 224 morts et 16.000 blessés. Des chiffres incroyablement vertigineux pour ne pas dire astronomiques. Et la tendance est toujours à la hausse.
Selon une étude réalisée par le ministère de l'Equipement et des Transports, Casablanca cumule plus de 46 zones dangereuses. Les sections de voies en concentrent 22 et les carrefours 24. Pour les premières, les plus meurtrières sont l'intersection entre les avenues Mohammed VI et Dakhla, dans la préfecture de Ben M'Sick-Médiouna. Suivent l'angle avenue 2 Mars-Driss Harti (Ben M'Sick-Médiouna), 2 Mars et Rue 21 à Aïn Chock-Hay Hassani.
Aucune préfecture n'est épargnée. Les carrefours sont aussi des lieux à haut risque d'accident. Place Oued Al-Makhazen, rond-point Province, angle route des Universités et avenue Abderrahmane Bouabid, angle Al-Massira et Fourate sont autant de zones à risque. Bref, le diagnostic n'est pas reluisant.
Dans tous les cas, on déplore une mauvaise signalisation et peu de visibilité la nuit, absence de passages pour piétons et désordre de stationnement. Les piétons sont aussi à l'origine de nombreux drames. Ils traversent n'importe où et n'importe comment. Par manque de passages cloutés ou par manque de respect du code de la route. Le comportement des véhicules de transport en commun est également pointé du doigt. En effet, les bus s'arrêtent n'importe où, roulent à une vitesse excessive et ne respectent pas la signalisation. L'étude du ministère de l'Equipement et des Transports ne s'est pas contentée du diagnostic. Elle a aussi proposé des solutions aux responsables de la ville. Les aménagements à coûts modérés sont préconisés. Il s'agit notamment de séparer les aires de stationnement des zones de circulation.
Absence de signalisation
Il faut aussi jouer sur une régulation intelligente de la signalisation tricolore. «Les sens giratoires réduisent les accidents, mais ne sont pas une solution miracle», préconise aussi l'étude.
Chose confirmée par le commandant Abdellatif Chami, qui explique par ailleurs que le rond-point sur la route d'El Jadida n'a pas lieu d'être car il lie une route nationale avec plusieurs routes secondaires. Et d'ajouter «une circulaire a institué les giratoires en 2002 et, 6 ans après, nous n'avons pas encore de dispositions juridiques applicables. Du coup, les policiers ne sont pas en droit d'infliger les contraventions». Idem en cas d'absence de la signalisation qui rend confuse l'imputation de la responsabilité en cas d'accident.
Toujours est-il que les intervenants pointent du doigt l'incompétence des fonctionnaires de la commune et la responsabilité entière du conseil de la ville. Cependant, ce dernier se vante d'avoir effectué quelques réalisations pour décongestionner la ville. On parle en effet d'un Plan de déplacement urbain (PDU) dont malheureusement la mouture définitive et acceptée par tous les intervenants n'a pas encore été adoptée.
Des trémies… oui, mais
Alors, pour faire vite, on fait semblant de travailler et on commence à colmater les brèches. «Une trémie par ci, une autre par là, mais vraiment rien de solide n'a été réalisé», s'indigne un architecte de la place. Certes, en creusant des trémies comme celle très récente du boulevard Brahim Roudani, «on a résolu le point noir de la circulation qui était au niveau du croisement Roudani-Bir Anzarane, mais les problèmes se sont déplacés un peu plus loin», précise-t-il avant de faire remarquer que l'expérience des deux trémies des boulevards Zerktouni et de la Résistance auraient dû servir d'exemple, dans la mesure où au moindre accrochage entre deux véhicules, c'est toute la circulation, qui est paralysée. La seule trémie qui paraît efficace, ou pour le moins utile, c'est celle de la Mosquée Hassan II, qui compte deux voies dans chaque sens, ce qui permet de dégager la chaussée en cas de problème.
Pour résoudre définitivement les problèmes de la circulation à Casablanca, le commandant Chami, rejoint par d'autres experts, préconise le creusement d'un tunnel sousterrain à deux voies tout le long des boulevards Zerktouni et de la Résistance. Il est vrai qu'un tel projet coûterait au Conseil la bagatelle de 5 milliards de dirhams, mais son utilité sera immense. En attendant, Casablanca étouffe