BCP, prêt syndiqué de 227 millions de dollars    « A contre-courant » par ( Jamal Berraoui )    Crédit du Maroc se porte bien    Le Maroc consomme annuellement 1,211 million de tonnes de sucre    "Les dossiers de crédit ne sont plus rejetés comme avant"    Automobile : un équipementier taïwanais débarque !    La Loi organique sur les collectivités : Un avant-projet qui fait peur... pourquoi ?    Plan Marshall bis    Le Sommet global de l'entrepreneuriat à Marrakech du 20 au 21 novembre    Pour une justice sereine    ARCHIVES : L'arbre et l'oral    Lancement à Rabat d'Emirates Energy Award pour la région MENA    Le mot pour rire: Vol au-dessus d'un nid de sous-sous...    La méthode porte-t-elle ses fruits ?    Amnesty remet une pétition contre la torture à Ramid et organise un sit- in devant le Parlement    Les sociétaires du RGAM démarrent en trombe    Stage des Olympiques    Epilogue en toute beauté du National de tennis des jeunes    L'artisanat marocain s'invite à Istanbul    "Lire pour grandir" lancée à Rabat    Un voyage inédit dans le monde fabuleux du 7ème art    Bouillons de culture    Divers    L'unité et la coordination, mots d'ordre de la grève du 23 septembre    Driss Lachguar s'entretient avec Emmanuel Kolo    Efforts pour réduire les disparités scolaires entre les milieux rural et urbain à Guelmim–Smara    "Mon Frère et son semblable"    L'université marocaine, cancre de la classe    Irak : Les Etats-Unis ne veulent pas de coordination militaire avec l'Iran    Maroc-OTAN: Une relation privilégiée de longue date    Smara: Une famille blessée dans l'explosion d'une mine    Une occasion de comprendre la maladie qui touche environ 2.000 Marocains chaque année    Larache : Grand succès du jubilé de Riahi ex international    RCA-FAR : Le miroir    Drame humain au large de Malte : Des centaines de migrants portés disparus    Epidémie du virus Ebola :La communauté internationale veut «rattraper le temps perdu»: Elévation du niveau de vigilance au Maroc    Raja-AS FAR, une finale avant terme    Deux grosses pointures sauteront    L'Institut œcuménique de Théologie Al Mowafaqa inauguré les 19 et 20 septembre à Rabat    Enseignement / Cours de soutien payants : Agissements blâmables...    Zaki - Bahoui: Entre principes et frustration    La RAM solidaire avec les pays africains    Edito: Shakespeare et les orphelins    Nab fait le buzz sur MFM    Cinéma : Ouarzazate capte 120 millions de dollars    News    Attentat suicide des talibans à Kaboul    L'Otan veut empêcher la Russie et la Chine de se développer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La circulation à Casablanca: Un enfer sans fin? ?
Publié dans MarocHebdo le 07 - 05 - 2010

La circulation à Casablanca: Un enfer sans fin?
Transport. Pour résoudre définitivement le problème de la circulation à Casablanca,
les experts préconisent le creusement d'un tunnel sousterrain à deux voies tout le long
des boulevards Zerktouni et de la Résistance. Le conseil de la ville suivra-t-il?
Casablanca cumule plus de 46 zones
dangereuses.
Il est de notoriété publique, et c'est même une évidence classiquement connue, que la circulation à Casablanca est devenue non seulement insupportable, mais infernale. Difficile par exemple de circuler dans le centre ville pendant toute la journée, et dans certains grands boulevards comme Zerktouni, Roudani, ou encore Bir Anzarane aux heures de pointe. On y est tellement coincés qu'on éprouve toutes les difficultés du monde à s'en sortir.
Le commandant Abdellatif Chami, patron de la circulation à la préfecture de police de Casablanca, ne mâche pas ses mots. «La métropole économique souffre d'une circulation catastrophique. Et elle s'aggrave de plus en plus au fil des années». Et d'ajouter: «Il est vrai que l'architecture urbanistique de la ville, héritée de la période coloniale française, n'encourage pas la fluidité de la circulation, mais toujours est-il que rien n'a été fait pour l'organiser au moins».
À qui la faute alors? À la multiplication des véhicules dont le nombre, il est vrai, ne cesse d'augmenter, grâce aux différentes formules de crédit proposées par les banques; ou à la vétusté et l'étroitesse des avenues, rues et différents boulevards, qui ornent depuis la nuit des temps la structure urbanistique de la ville?
En réalité, les Casablancais ne comprennent pas pourquoi le conseil de la ville, qui dort depuis longtemps sur ses lauriers, désigné de surcroît comme le premier responsable de cette situation, ne prend pas des mesures structurelles et efficaces pour décongestionner la ville de Casablanca.
Record national en accidents
Il faut dire que cette ville, qui jouit pourtant du statut éternel de poumon économique du Royaume, bat le record national en termes d'accidents: 25% des collisions y surviennent. Ainsi 13.000 accidents en 2007 ont fait 224 morts et 16.000 blessés. Des chiffres incroyablement vertigineux pour ne pas dire astronomiques. Et la tendance est toujours à la hausse.
Selon une étude réalisée par le ministère de l'Equipement et des Transports, Casablanca cumule plus de 46 zones dangereuses. Les sections de voies en concentrent 22 et les carrefours 24. Pour les premières, les plus meurtrières sont l'intersection entre les avenues Mohammed VI et Dakhla, dans la préfecture de Ben M'Sick-Médiouna. Suivent l'angle avenue 2 Mars-Driss Harti (Ben M'Sick-Médiouna), 2 Mars et Rue 21 à Aïn Chock-Hay Hassani.
Aucune préfecture n'est épargnée. Les carrefours sont aussi des lieux à haut risque d'accident. Place Oued Al-Makhazen, rond-point Province, angle route des Universités et avenue Abderrahmane Bouabid, angle Al-Massira et Fourate sont autant de zones à risque. Bref, le diagnostic n'est pas reluisant.
Dans tous les cas, on déplore une mauvaise signalisation et peu de visibilité la nuit, absence de passages pour piétons et désordre de stationnement. Les piétons sont aussi à l'origine de nombreux drames. Ils traversent n'importe où et n'importe comment. Par manque de passages cloutés ou par manque de respect du code de la route. Le comportement des véhicules de transport en commun est également pointé du doigt. En effet, les bus s'arrêtent n'importe où, roulent à une vitesse excessive et ne respectent pas la signalisation. L'étude du ministère de l'Equipement et des Transports ne s'est pas contentée du diagnostic. Elle a aussi proposé des solutions aux responsables de la ville. Les aménagements à coûts modérés sont préconisés. Il s'agit notamment de séparer les aires de stationnement des zones de circulation.
Absence de signalisation
Il faut aussi jouer sur une régulation intelligente de la signalisation tricolore. «Les sens giratoires réduisent les accidents, mais ne sont pas une solution miracle», préconise aussi l'étude.
Chose confirmée par le commandant Abdellatif Chami, qui explique par ailleurs que le rond-point sur la route d'El Jadida n'a pas lieu d'être car il lie une route nationale avec plusieurs routes secondaires. Et d'ajouter «une circulaire a institué les giratoires en 2002 et, 6 ans après, nous n'avons pas encore de dispositions juridiques applicables. Du coup, les policiers ne sont pas en droit d'infliger les contraventions». Idem en cas d'absence de la signalisation qui rend confuse l'imputation de la responsabilité en cas d'accident.
Toujours est-il que les intervenants pointent du doigt l'incompétence des fonctionnaires de la commune et la responsabilité entière du conseil de la ville. Cependant, ce dernier se vante d'avoir effectué quelques réalisations pour décongestionner la ville. On parle en effet d'un Plan de déplacement urbain (PDU) dont malheureusement la mouture définitive et acceptée par tous les intervenants n'a pas encore été adoptée.
Des trémies… oui, mais
Alors, pour faire vite, on fait semblant de travailler et on commence à colmater les brèches. «Une trémie par ci, une autre par là, mais vraiment rien de solide n'a été réalisé», s'indigne un architecte de la place. Certes, en creusant des trémies comme celle très récente du boulevard Brahim Roudani, «on a résolu le point noir de la circulation qui était au niveau du croisement Roudani-Bir Anzarane, mais les problèmes se sont déplacés un peu plus loin», précise-t-il avant de faire remarquer que l'expérience des deux trémies des boulevards Zerktouni et de la Résistance auraient dû servir d'exemple, dans la mesure où au moindre accrochage entre deux véhicules, c'est toute la circulation, qui est paralysée. La seule trémie qui paraît efficace, ou pour le moins utile, c'est celle de la Mosquée Hassan II, qui compte deux voies dans chaque sens, ce qui permet de dégager la chaussée en cas de problème.
Pour résoudre définitivement les problèmes de la circulation à Casablanca, le commandant Chami, rejoint par d'autres experts, préconise le creusement d'un tunnel sousterrain à deux voies tout le long des boulevards Zerktouni et de la Résistance. Il est vrai qu'un tel projet coûterait au Conseil la bagatelle de 5 milliards de dirhams, mais son utilité sera immense. En attendant, Casablanca étouffe


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.