Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Etat des réalisations et programmation estivale 2019    Entretien avec M.Hassan Sentissi El Idrissi    Japan's Banks Are About to Get Even Feebler    Procès de l'attentat d'Imlil    Fondation Mohammed V pour la Solidarité    5ème édition du Festival "Aji T'hdm"    Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani    SM le Roi Mohammed VI autorise l'ouverture de 20 nouvelles mosquées    Le Ramadan au Maroc, délices et gourmandises    La loi 49-15 sur les délais de paiement toujours en panne    On le savait pas: Excellente idée    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    La DGSN réagit à l'agression de l'humoriste Amine Radi    Cristiano Ronaldo élu meilleur joueur en Italie    Washington dans le bourbier vénézuélien…    Vigilance et mobilisation!    Journée Internationale de l'infirmière    Aziz Lahlou: «Aziz Belal, économiste du socialisme»    Amina Rachid, La soldate des planches    Les bienfaits des activités physiques    Olk Werner à la tête des Lions pour 2 rendez-vous sans gloire    Le Maroc en CAN à travers l'histoire    Hamid Bennani, le cinéaste accompli…    «Wachma» ouvre le bal des «mercredis du cinéma marocain»    Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Partenariat stratégique entre l'Université Mohammed VI Polytechnique et MassChallenge    Boxe. La sélection marocaine féminine remporte 5 médailles d'or au Gabon    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Vidéo – Le WAC s'en sort avec un nul face à l'IRT (2-2)    Golfe: Les tensions montent d'un cran    Kantar intègre le Maroc    Plaidoyer pour la réduction des délais de paiement    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Le Raja jouera, jouera pas son match contre le MAT ?    Le WAC et le Raja sanctionnés financièrement    Quatre Marocains nommés membres des commissions du CIO pour 2019    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018    Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial    A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues    Le ministère annonce l'ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume    Indice de perception de la corruption : Le Maroc a gagné 17 places en deux ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Souad Massi : «Je suis jalouse du Maroc»
Publié dans Agadirnet le 30 - 06 - 2007

Souad Massi : «Je suis jalouse du Maroc»C'est sur fond de polémique concernant son refus de chanter en Israël que Souad Massi a terminé sa tournée du monde arabe, ce 27 juin, à Ramallah, en Palestine occupée. La fameuse chanteuse franco-algérienne explique sa décision et confesse à ALM ses sentiments, notamment vis-à-vis de son pays : l'Algérie.
Vous avez refusé de chanter à Tel-Aviv. Dans le monde arabe, certains ont affirmé le contraire et un appel au boycott a été lancé contre vous. Comment avez-vous réagi ?
Souad Massi : Le centre culturel français a organisé une tournée au Moyen-Orient qui commence en Egypte, et qui devait passer par Dubaï, Abu Dabi, la Jordanie, Ramallah et Tel-Aviv. Cette proposition m'a fait plaisir, mais j'ai refusé de chanter à Tel-Aviv. C'est une décision tout à fait personnelle. Je n'ai pas peur d'y aller, mais c'est difficile pour moi, je me sens mal à l'aise. Même si je suis une artiste internationale et qui chante pour la paix, je ne me sens pas prête à chanter en Israël. Malgré le fait qu'il y ait une demande et que là-bas, il y a des gens qui oeuvrent pour la paix, pour l'ouverture d'esprit et le dialogue, ça me touche, mais ils savent très bien que je suis arabe et musulmane. Les Français, par exemple, ne comprennent pas, ils n'ont pas la même façon de voir les choses que nous, au Maghreb ou dans le Moyen-Orient. Dans le monde arabe, nous ne sommes pas encore prêts pour ce genre de démarche. Cet appel au boycott m'a rendu triste car les gens ne cherchent pas à comprendre que si ce ne sont pas les artistes qui construisent les ponts de la paix, qui va le faire ? Les hommes politiques ? Non, ils ont déjà du mal à s'entendre entre eux. D'autre part, beaucoup de pays arabes font du commerce avec Israël, ça ne les dérange pas, mais quand un artiste veut tenter de faire des choses, il est critiqué, je trouve ça vraiment hypocrite.
Etre venue ici, à Ramallah, en Palestine, c'est important pour vous ?
Oui bien sûr, je suis très contente d'être ici. Je commence mon concert par une chanson qui dit, voila je vous ai promis de venir, je suis là. Cette chanson a plus d'importance pour moi ce soir, car elle a plus de sens ici, en Palestine, qu'ailleurs. Nous avons été au Soudan aussi alors que la situation est très difficile. Nous devions aller à Gaza, mais ça a été annulé pour des raisons de sécurité. C'est une forme d'engagement d'aller dans ce genre d'endroit. Les gens ont besoin d'artistes, de musiques, d'espoir, de contacts et d'échanges. Ils ont besoin de sentir qu'ils sont soutenus et qu'ils ne sont pas seuls.
Lorsque j'ai quitté l'Algérie, j'étais en colère contre tout le monde car j'avais l'impression qu'on était abandonné. Quand je suis arrivée en France, je me suis rendue compte que plein de gens s'intéressaient à la situation en Algérie, ils étaient tristes et voulaient nous aider sans savoir comment faire. Ça m'a redonné de l'espoir. Je suis retournée chez moi et aujourd'hui je pense que mon rôle en tant qu'artiste est d'apporter un peu d'espoir.
En Palestine, avez-vous vu des ressemblances avec l'Algérie ?
J'ai visité un camp de réfugiés et j'ai été surprise car ça ressemble au vieux quartier d'Alger. Ce sont des maisons qui sont très mitoyennes, il n'y a pas beaucoup d'espaces. J'ai rencontré une famille qui m'a invité à boire le thé et j'ai vraiment été touchée par sa générosité. Par rapport à la guerre, chez nous c'était une guerre civile, mais j'imagine l'état d'esprit des gens qui vivent ici, les pressions qu'ils subissent, l'incertitude, l'angoisse. Je crois que ce sont des sentiments que je partage et que je connais et j'imagine l'impact qu'un concert comme le nôtre ou d'autres activités culturelles peuvent avoir sur eux.
Quelles différences voyez-vous entre le public que vous avez rencontré, notamment avec l'Algérie ?
Par rapport au public algérien, j'ai été très triste car de nombreux concerts en Algérie ont été annulés sans aucune explication. Alger est censée être la capitale culturelle arabe de cette année et franchement quand je regarde mon mari marocain et ce qui se passe dans son pays, j'ai l'impression que c'est le Maroc la capitale culturelle du monde arabe. Il se passe tellement de choses chez vous : toute l'année il y a des festivals et des manifestations culturelles. Ça me rend triste pour l'Algérie car je ne peux pas défendre mon pays. Je ne sais pas si c'est lié à des problèmes d'organisation, mais à part l'ouverture de l'année culturelle à Alger, je m'attendais à de plus grosses manifestations. D'autre part, il y a plein de tabous en Algérie, la discussion est impossible. Les films son censurés parce qu'on parle de musique, de chrétiens ou de juifs. Il y a toujours un malaise. Les réalisateurs n'ont pas d'argent, ils s'autocensurent car ils savent que, sinon, leur film ne sera pas diffusé. Il y a pourtant beaucoup d'artistes qui ont du talent en Algérie et il faut leur donner les moyens de travailler. On n'a pas d'excuses. Je suis jalouse du Maroc et de ce qui s'y passe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.