Un Monde Fou    Coupe Zayed : Le Raja se qualifie pour les quarts de finale    SM le roi Mohammed VI reçoit Antonio Guterres au palais royal de Rabat    La folle équipée du Raja de Casablanca    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Hausse du nombre de travailleurs migrants à l'échelle mondiale    Foire régionale des produits du terroir, du 14 au 17 décembre à Taza    L'APRAM célèbre ses 20 ans d'existence    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Divers    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    La commission des accords commerciaux du Parlement européen emboîte le pas à celle des affaires extérieures : Une évidence    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Rkia Derham : L'accord sur la ZLEC, un pas prometteur    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    « Ou ana ? », la campagne en faveur des mères célibataires    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Open Innovation 2018 : BMCI s'engage avec 3 startups à l'issue de son programme    Fès : Convention pour la création d'"une école de deuxième chance" dans l'ancienne médina    Khashoggi désigné "personnalité de l'année" par le Time    Une secousse sismique a été ressentie à Al Hoceima    Migrations: Présentation à Marrakech d'un Manifeste sur les droits des femmes    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille    Le Festival «Le Morocco Adventure Film» se déroulera à la Villa des arts de Rabat    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Maladies professionnelles. La stratégie prend forme    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Le Wyadad et le Hassania en tête    Raja: apaiser la tension du staff technique    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Edito : Défenseur de migrants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc : Chut ! L'Etat recrute
Publié dans Agadirnet le 31 - 08 - 2007

Abdelkarim Chankou - Mais l'hémicycle est un mal nécessaire au Maroc comme les six boutons de la manche à une veste. C'est pourquoi je suggère que la prochaine loi électorale doit exiger de tout futur candidat d'avoir passé au moins sept ans (durée normale du mandat) comme édile municipal avant de pouvoir se représenter aux Législatives. Avec ce garde-fou, on aura moins une idée du profil du candidat à la députation nationale.
Au Maroc l'un des rares vrais plans quinquennaux créateurs d'emplois grassement rétribués est le scrutin législatif. Tous les cinq ans que Dieu fait, l'Etat organise un grand concours où le meilleur n'est pas toujours le gagnant pour recruter 325 nouveaux fonctionnaires dont beaucoup auront vu leur mandat prorogé pour une période supplémentaire de cinq ans.
Le salaire est alléchant : 36.000 dirhams par mois sans être obligé d'user ses fesses sur les bancs de l'hémicycle; l'absentéisme étant érigé en vraie politique de la nation.
Pour gagner une place sur les gradins du cirque, selon une expression célèbre de feu Hassan II, il n'est pas nécessaire d'être une célébrité : il suffit de figurer sur le tract aux côtés d'un gros poisson tête de liste. Le scrutin proportionnel avec le plus fort reste c'est ça.
On vote les tronches d'abord. Le programme on le demande avant de pénétrer dans la tente caïdale : il est varié. Il va du couscous au méchoui en passant pas les cornes de gazelle arrosées de thé à la menthe sous le son strident des chikhates.
C'est normal que les électeurs perdent définitivement tout espoir dans la politique. Tous els sondages officieux réalisés indiquent une forte majorité, autour de 90 % ; qui pense que l'unique but des candidats à la députation est de servir et non de servir. C'est sans appel. Et c'est triste.
Mais l'hémicycle est un mal nécessaire au Maroc comme les six boutons de la manche à une veste. C'est pourquoi je suggère que la prochaine loi électorale doit exiger de tout futur candidat pour le scrutin communal de 2009 d'avoir passé au moins sept ans (durée normale du mandat) comme édile municipal avant de pouvoir se représenter aux Législatives. Avec ce garde-fou, on aura moins une idée du profil du candidat à la députation nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.