Clôture à Marrakech de la 12ème édition de la World Policy Conference    Cinq ans pour réussir la transformation radicale de l'école    Chasse dans l'Oriental: Le contrôle se muscle    Un Monde Fou    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    Essoufflement de la croissance de la région MENA en 2019    La Bourse de Casablanca affiche une performance hebdomadaire en baisse    Etat des lieux de l'entrepreneuriat au Maroc    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Raz de marée annoncé pour le juriste Kais Saied    Un accord possible sur le Brexit dans la dernière ligne droite    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Allemagne et Pays-Bas entrevoient l'Euro    Neymar de nouveau blessé    Le Gabon, ultime test pour le Onze national avant l'entame des éliminatoires de la CAN    Salaheddine Mezouar jette l'éponge    Au grand dam des demandeurs d'asile marocains, le Maroc est un pays sûr    Nouveau modèle de développement et confiance    Madrid s'attaque à ses perruches invasives    Les plus gros bad buzz des stars du football    Une journée sans voiture : L'idée est louable mais la manière n'y était pas vraiment    Insolite : Promesse ministérielle    Les trophées "Export bio Maroc 2019" décernées à sept entreprises    El Jadida à l'heure de son 2ème Salon du dessin et de l'estampe    La Biennale internationale de Rabat a déjà accueilli plus de 50 000 visiteurs    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Outsourcia s'offre le français Simplify    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Elle devrait s'accélérer, selon la Banque mondiale : Une croissance économique de 3,3% en 2020-2021    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Al Hoceima-CGI, un démenti en toute diligence    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La station balnéaire Taghazout
Publié dans Albayane le 18 - 12 - 2015

Depuis déjà un bon moment, les travaux de la fameuse station balnéaire de Taghazout se poursuivent, à pas de...tortue et après une longue trêve. Dès que le virage vers la localité de Tamraght de provenance d'Agadir est entamé, les signes de remue-ménage emplissent les yeux braqués sur les défrichements de terre tous azimuts.
Après une longue déchéance, les choses, cette fois-ci, prennent le chemin de l'accomplissement. Le projet s'étalera sur une durée allant jusqu'en 2017, date au terme de laquelle les réalisations aussi bien hors site, structures hôtelières qu'activités parallèles verront le jour.
Une opportunité qui, sans doute, contribuera à booster la destination mise à mal, depuis que, entre autres, la capacité litière s'amenuise, avec la fermeture d'un certain nombre d'hôtels, quoique d'autres émergent dans l'ambiance générale plutôt morose. Côte à côte, la main dans la main, les deux produits littoraux, à savoir Agadir et son alter égo, sont appelés à drainer les flots de visiteurs tant des marchés traditionnels qu'émergents, enquête de fluidités capacitaires.
Ceci étant, il va sans dire que le surgissement de concepts touristiques de haut standing au sein d'un environnement territorial précaire, notamment les communes rurales de front telles Aourir et Taghazout, en grosse pénurie d'infrastructure de base, mettrait, sans doute, le projet luxueux en désharmonie avec cet entourage vétuste. Il serait donc loisible de réajuster cette proximité, à travers des chantiers de réhabilitation d'envergure dans
l'enceinte de ces collectivités avoisinantes aux gros déficits infrastructurels, en termes de réseaux routiers, d'assainissements, d'aménagements territoriaux, d'espaces de verdure et de loisirs...
A ce propos, on croit bien savoir que les attributaires de ces projets d'envergure n'auraient pas honoré leurs engagements, comme prescrits aux cahiers de charges, en termes d'aménagements des alentours du site. D'ailleurs, des mouvements protestataires sont déjà déclenchés au sein de la société civile de ces lieux limitrophes, en court de fonds.
Bien évidemment, les seuls budgets des deux communes ne suffisent guère à ces opérations fort onéreuses, mais l'intervention de l'Etat, d'une part, et celle des adjudicataires de ces projets balnéaires juteux, d'autrepart, seront d'un grand apport quant à la cohérence spatiale et au rétablissement social de tout un périmètre maculé de fractures qu'il va falloir colmater dans sa globalité. En fait, le relèvement des capacités d'accueil n'est pas le seul salut d'une double destination émergente.
Nul besoin de rappeler que le rehaussement des cadences de dessertes aériennes s'avère pareillement la clé de voûte d'une telle ambition de relance du secteur touristique. La Royal Air Maroc toute seule, avec son parc limité, comparativement aux géants de l'aérien, ne peut pallier à ces carences. Il importe de multiplier les intervenants dans ce sens, non seulement les réguliers, mais surtout les low-cost auxquels les Tours Opérators s'agrippent sans cesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.