De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La station balnéaire Taghazout
Publié dans Albayane le 18 - 12 - 2015

Depuis déjà un bon moment, les travaux de la fameuse station balnéaire de Taghazout se poursuivent, à pas de...tortue et après une longue trêve. Dès que le virage vers la localité de Tamraght de provenance d'Agadir est entamé, les signes de remue-ménage emplissent les yeux braqués sur les défrichements de terre tous azimuts.
Après une longue déchéance, les choses, cette fois-ci, prennent le chemin de l'accomplissement. Le projet s'étalera sur une durée allant jusqu'en 2017, date au terme de laquelle les réalisations aussi bien hors site, structures hôtelières qu'activités parallèles verront le jour.
Une opportunité qui, sans doute, contribuera à booster la destination mise à mal, depuis que, entre autres, la capacité litière s'amenuise, avec la fermeture d'un certain nombre d'hôtels, quoique d'autres émergent dans l'ambiance générale plutôt morose. Côte à côte, la main dans la main, les deux produits littoraux, à savoir Agadir et son alter égo, sont appelés à drainer les flots de visiteurs tant des marchés traditionnels qu'émergents, enquête de fluidités capacitaires.
Ceci étant, il va sans dire que le surgissement de concepts touristiques de haut standing au sein d'un environnement territorial précaire, notamment les communes rurales de front telles Aourir et Taghazout, en grosse pénurie d'infrastructure de base, mettrait, sans doute, le projet luxueux en désharmonie avec cet entourage vétuste. Il serait donc loisible de réajuster cette proximité, à travers des chantiers de réhabilitation d'envergure dans
l'enceinte de ces collectivités avoisinantes aux gros déficits infrastructurels, en termes de réseaux routiers, d'assainissements, d'aménagements territoriaux, d'espaces de verdure et de loisirs...
A ce propos, on croit bien savoir que les attributaires de ces projets d'envergure n'auraient pas honoré leurs engagements, comme prescrits aux cahiers de charges, en termes d'aménagements des alentours du site. D'ailleurs, des mouvements protestataires sont déjà déclenchés au sein de la société civile de ces lieux limitrophes, en court de fonds.
Bien évidemment, les seuls budgets des deux communes ne suffisent guère à ces opérations fort onéreuses, mais l'intervention de l'Etat, d'une part, et celle des adjudicataires de ces projets balnéaires juteux, d'autrepart, seront d'un grand apport quant à la cohérence spatiale et au rétablissement social de tout un périmètre maculé de fractures qu'il va falloir colmater dans sa globalité. En fait, le relèvement des capacités d'accueil n'est pas le seul salut d'une double destination émergente.
Nul besoin de rappeler que le rehaussement des cadences de dessertes aériennes s'avère pareillement la clé de voûte d'une telle ambition de relance du secteur touristique. La Royal Air Maroc toute seule, avec son parc limité, comparativement aux géants de l'aérien, ne peut pallier à ces carences. Il importe de multiplier les intervenants dans ce sens, non seulement les réguliers, mais surtout les low-cost auxquels les Tours Opérators s'agrippent sans cesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.