Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Quatre Subsahariens arrêtés pour séquestration, extorsion et coups et blessures    Oujda : Un policier contraint de faire usage de son arme de service pour neutraliser un multirécidiviste    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    Mondelēz International introduit les chocolats Milka au Maroc    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    Près de 3485 morts sur les routes marocaines en 2018    « WA DRARI » : Le documentaire qui plonge au coeur du phénomène SHAYFEEN    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    Crédits garantis. La CCG affiche ses performances    Pèlerinage. 222 agences labellisées    Un groupe de travail rattaché à l'ONU recardé pour s'être mêlé à l'affaire Bouachrine    Bahrein : décès d'un détenu marocain suite à une hémorragie cérébrale    Zakia Driouich : «Halieutis constitue aujourd'hui une vitrine du développement du secteur de la pêche»    Richard Texier: un artiste nomade à la conquête de nouveaux territoires    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    Stratégie Halieutis. Le verre à moitié plein !    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    4e Forum parlementaire sur la justice sociale : Bouayach appelle à nouer avec la logique des droits    Trois programmes développés par Managem et Injaz-Al Maghrib    Edito : Rattraper le retard    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    1,2,3, où va l'Algérie ?    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    News    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Insolite : Bagarre au Parlement    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada
Publié dans Albayane le 17 - 08 - 2018

«Je suis un vendeur de bonheur. Je fais de mon mieux pour répandre la joie au sein des familles», déclare-t-il. A seulement 25 ans, Mohamed Brahmi, originaire de la Commune rurale de Guenfouda, a déjà pu se faire une réputation notoire au niveau de toute la région. Ce jeune, au visage enfantin, arborant un sourire permanent, a su conquérir les cœurs des fans de l'art de la danse de Reggada et Laâlaoui.
Sa maitrise des savoirs sociaux et son sens de la communication lui ont permis d'avoir le titre de Cheikh, en présidant aux destinées d'une troupe de danse composée de huit membres. Par ses œuvres chorégraphiques inspirées de Reggada ou de Lâalaoui, sa troupe électrise les foules en provoquant chez eux une envie irrésistible de danse.
Avec leurs turbans de couleurs blanches et leurs tuniques traditionnelles, ils veillent à composer de jolis tableaux de chorégraphies ponctués par des mouvements d'épaules parfaitement cadencés et accompagnés par la musique de la flûte traditionnelle et des répercussions de Bendir.
Aujourd'hui, sa troupe est convoitée de toutes parts. Durant les soirées d'été et lors des cérémonies de mariages, les réservations des familles fusent de partout, si bien qu'elle se retrouve débordée et ne peut satisfaire toutes les demandes. «Je me suis initié à cet art à l'âge de 5 ans. Je m'efforçais à imiter mes oncles surtout lors des fêtes familiales. Parfois, ma manière de danser déclenchait de grands éclats de rire mais aussi suscitait de l'estime », déclare-t-il au Journal Al Bayane.
Une fois le certificat d'études primaires en poche, Mohamed est contraint de quitter le foyer familial pour aller vivre à Oujda. Il décide alors d'intégrer le collège de l'Oasis situé à Sidi Yahya afin de bénéficier des services de l'internat. Pendant les week-ends, le jeune collégien préfère rester à l'école pour participer aux activités parallèles ou assister à des cours de théâtre dans la maison des jeunes. «J'excellais dans les rôles comiques, puisque j'ai le sens de l'humour. C'est ma propre façon de faire face aux aléas de la vie», raconte-t-il. Une fois de retour en famille, lors des vacances scolaires, Mohamed animait les soirées familiales avec ses cousins paternels.
Après avoir obtenu le brevet, il décide de poursuivre des études en lettres modernes, tout en continuant à animer les fêtes pendant son temps libre. De quoi gagner de l'argent et arrondir la fin du mois, confie-t-il. Mais son échec aux examens du baccalauréat provoquera la fureur de son père, qui l'oblige à rompre catégoriquement avec la danse. Il prendra ainsi ses distances pour un temps et changera même de lycée. «Mon père ne voulait plus que je continue sur ce chemin. Pour lui, les études priment sur toute autre considération quelle qu'elle soit», note-il en substance.
«Je me suis donc inscrit au Lycée de Charif Al Idrissi situé au quartier Oued Nachef pour me consacrer entièrement à mes études». Il finit par réussir avec brio aux examens du bac et s'inscrit par la suite à l'Université, optant pour la littérature arabe. «J'avais un penchant pour la poésie arabe classique. Je me suis mis à dévorer tous les recueils de poésie élégiaque, car ils relatent les histoires d'amour, l'absence d'un être aimé...Bref, il s'agit de chefs-œuvre qui comblent le vide intérieur et nous font voyager dans un autre monde», déclare-t-il.
Pour parvenir à financer ses études, l'enfant de la Commune de Guenfouda sera obligé de reprendre ses vieilles habitudes sans mettre au courant ses parents. En commun accord avec ses cousins, il crée la troupe «Oulad Brahma», baptisée du nom de la famille. «Mon idée était de créer une troupe bien organisée et plus professionnelle qui colle à l'ère du temps», indique-t-il. «Lors des manifestations musicales, j'ai insisté pour que les membres de la troupe portent des tuniques, à la fois belles et identiques, qui incarnent la vitalité de nos traditions. D'ailleurs, l'esthétique est d'une importance cruciale dans la création artistique», explique-t-il.
Exporter le folklore marocain
Mohamed se rappelle encore du montant que sa troupe a reçu pour la première fois de sa carrière artistique. «C'était seulement 1500 DH pour 8 personnes. En dépit de notre insatisfaction, nous étions hyper contents pour ce début». En 2011, la troupe Ouled Brahma prend part au festival «Oujda Africa»; elle se produit sur la place Ziri Ibn Attia, avec le célèbre chanteur du Raï, Cheb Kader.
Au fil des jours, l'aura de la troupe prend de l'ampleur. Les danseurs prennent à plusieurs manifestations régionales et nationales, notamment le festival de Raï ou celui de Houara des arts populaires. Son passage à l'émission télévisée «Taghrida» en compagnie du chanteur du Raï Cheb Douzi boostera davantage sa notoriété. En 2014, la troupe « Ouled Brahma » est invitée à participer au mariage de SAR le Prince Moulay Rachid. «Nous étions aux anges. C'était le plus beau moment de notre carrière, car cette invitation nous a ô combien honorés et nous a inspirés plus de confiance», souligne-t-il.
Par ses œuvres artistiques, la troupe de «Ouled Brahama» cartonne aujourd'hui lors de tous ses passages, en veillant à produire des danses de Laâlaoui et de Reggada au tempo plus vif et très rapide. Pourtant, l'ambition du meneur de la troupe ne semble pas s'arrêter là. Mohammed envisage de moderniser davantage cet art et rêve même de l'exporter à l'échelle internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.