La Chine tient son propre soleil artificiel    Vidéo – Casablanca : Une habitation s'effondre (encore) au cœur de la Médina    Al Omrane. Vif succès de l'émission obligataire    Nissan : Carlos Ghosn, déchu de ses fonctions ?    L'acteur Tarik Bakhari en deuil suite au décès de son fils    Coupe du Trône 2017/2018. Hervé Renard félicite la RSB    Maroc-Tunisie : Deux conventions signées entre Bank Al-Maghrib et la Banque centrale    Conversation téléphonique et commérages, le sketch hilarant de The Tberguig !    La France veut augmenter les frais de scolarité pour les non-européens    Arrivée à Rabat du président du gouvernement espagnol    Victoire et qualification du Maroc à la CAN 2019 : Les Lions du Cameroun ne sont plus indomptables    Le PLF passe le cap de la première Chambre    Pedro Sánchez rencontre le Chef du gouvernement    Insolite : Un tigre de Sumatra libéré du sous-sol d'un magasin en Indonésie    La Fondation Attijariwafa bank, partenaire de la 12e édition de la caravane AMGE    CSEFRS/UNICEF. Comment lutter contre les inégalités éducatives    Ferroviaire : Le Maroc dans la cour des grands    Point de vue : La jeunesse nous met face à nos responsabilités!    Aide à la production cinématographique : 16 projets subventionnés    CAN-2019 : Première qualification pour la Mauritanie    Le cheval Taymour remporte le Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI du pur-sang Arabe    La communication, encore et toujours    Gestion des plaintes. Le Portail national peu connu des citoyens    Meurtre de Khashoggi: Trump ne veut pas écouter « l'horrible » enregistrement    Amazigh. Les parlementaires appelés à rapprocher leurs visions    Aid Al-Mawlid: SM le Roi préside une veillée religieuse à la mosquée Hassan à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Sanofi récompense les travaux de recherche sur le diabète au Maroc    SM le Roi nomme les présidents du Conseil de la concurrence et de la CNDP    Aujjar présente en Inde les réalisations du chantier de la réforme du système judiciaire au Maroc    Takrim 2018: L'inventeur marocain Rachid Yazami remporte le prix Innovation scientifique et technologique    Financement sportif. Comment rétablir la confiance des investisseurs    News    Le Maroc à la conquête de l'espace    Les relations maroco-libanaises en débat à la FSJES de Mohammedia    Grâce au PSOE et au PP, le Parlement espagnol n'a pas servi de lieu de propagande séparatiste    Un collectif espagnol dénonce l'instrumentalisation de la question féminine par le Polisario    China Trade Week Morocco 2018 se tiendra à Casablanca    Divers    La CDG présente à Rabat son programme international pour l'Afrique    Pourquoi l'équipe de France est passée au travers    Doublement gagnant    Michael Gove, l'improbable sauveur de Theresa May    Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés    Dakhla abrite la 11ème édition du Festival de la mode africaine    Le Liban invité d'honneur au Festival international du cinéma d'auteur    Vidéo-Coupe du Trône : Le WAF et la RSB se neutralisent à l'issue du temps réglementaire    Des artistes pour sauver une école    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada
Publié dans Albayane le 17 - 08 - 2018

«Je suis un vendeur de bonheur. Je fais de mon mieux pour répandre la joie au sein des familles», déclare-t-il. A seulement 25 ans, Mohamed Brahmi, originaire de la Commune rurale de Guenfouda, a déjà pu se faire une réputation notoire au niveau de toute la région. Ce jeune, au visage enfantin, arborant un sourire permanent, a su conquérir les cœurs des fans de l'art de la danse de Reggada et Laâlaoui.
Sa maitrise des savoirs sociaux et son sens de la communication lui ont permis d'avoir le titre de Cheikh, en présidant aux destinées d'une troupe de danse composée de huit membres. Par ses œuvres chorégraphiques inspirées de Reggada ou de Lâalaoui, sa troupe électrise les foules en provoquant chez eux une envie irrésistible de danse.
Avec leurs turbans de couleurs blanches et leurs tuniques traditionnelles, ils veillent à composer de jolis tableaux de chorégraphies ponctués par des mouvements d'épaules parfaitement cadencés et accompagnés par la musique de la flûte traditionnelle et des répercussions de Bendir.
Aujourd'hui, sa troupe est convoitée de toutes parts. Durant les soirées d'été et lors des cérémonies de mariages, les réservations des familles fusent de partout, si bien qu'elle se retrouve débordée et ne peut satisfaire toutes les demandes. «Je me suis initié à cet art à l'âge de 5 ans. Je m'efforçais à imiter mes oncles surtout lors des fêtes familiales. Parfois, ma manière de danser déclenchait de grands éclats de rire mais aussi suscitait de l'estime », déclare-t-il au Journal Al Bayane.
Une fois le certificat d'études primaires en poche, Mohamed est contraint de quitter le foyer familial pour aller vivre à Oujda. Il décide alors d'intégrer le collège de l'Oasis situé à Sidi Yahya afin de bénéficier des services de l'internat. Pendant les week-ends, le jeune collégien préfère rester à l'école pour participer aux activités parallèles ou assister à des cours de théâtre dans la maison des jeunes. «J'excellais dans les rôles comiques, puisque j'ai le sens de l'humour. C'est ma propre façon de faire face aux aléas de la vie», raconte-t-il. Une fois de retour en famille, lors des vacances scolaires, Mohamed animait les soirées familiales avec ses cousins paternels.
Après avoir obtenu le brevet, il décide de poursuivre des études en lettres modernes, tout en continuant à animer les fêtes pendant son temps libre. De quoi gagner de l'argent et arrondir la fin du mois, confie-t-il. Mais son échec aux examens du baccalauréat provoquera la fureur de son père, qui l'oblige à rompre catégoriquement avec la danse. Il prendra ainsi ses distances pour un temps et changera même de lycée. «Mon père ne voulait plus que je continue sur ce chemin. Pour lui, les études priment sur toute autre considération quelle qu'elle soit», note-il en substance.
«Je me suis donc inscrit au Lycée de Charif Al Idrissi situé au quartier Oued Nachef pour me consacrer entièrement à mes études». Il finit par réussir avec brio aux examens du bac et s'inscrit par la suite à l'Université, optant pour la littérature arabe. «J'avais un penchant pour la poésie arabe classique. Je me suis mis à dévorer tous les recueils de poésie élégiaque, car ils relatent les histoires d'amour, l'absence d'un être aimé...Bref, il s'agit de chefs-œuvre qui comblent le vide intérieur et nous font voyager dans un autre monde», déclare-t-il.
Pour parvenir à financer ses études, l'enfant de la Commune de Guenfouda sera obligé de reprendre ses vieilles habitudes sans mettre au courant ses parents. En commun accord avec ses cousins, il crée la troupe «Oulad Brahma», baptisée du nom de la famille. «Mon idée était de créer une troupe bien organisée et plus professionnelle qui colle à l'ère du temps», indique-t-il. «Lors des manifestations musicales, j'ai insisté pour que les membres de la troupe portent des tuniques, à la fois belles et identiques, qui incarnent la vitalité de nos traditions. D'ailleurs, l'esthétique est d'une importance cruciale dans la création artistique», explique-t-il.
Exporter le folklore marocain
Mohamed se rappelle encore du montant que sa troupe a reçu pour la première fois de sa carrière artistique. «C'était seulement 1500 DH pour 8 personnes. En dépit de notre insatisfaction, nous étions hyper contents pour ce début». En 2011, la troupe Ouled Brahma prend part au festival «Oujda Africa»; elle se produit sur la place Ziri Ibn Attia, avec le célèbre chanteur du Raï, Cheb Kader.
Au fil des jours, l'aura de la troupe prend de l'ampleur. Les danseurs prennent à plusieurs manifestations régionales et nationales, notamment le festival de Raï ou celui de Houara des arts populaires. Son passage à l'émission télévisée «Taghrida» en compagnie du chanteur du Raï Cheb Douzi boostera davantage sa notoriété. En 2014, la troupe « Ouled Brahma » est invitée à participer au mariage de SAR le Prince Moulay Rachid. «Nous étions aux anges. C'était le plus beau moment de notre carrière, car cette invitation nous a ô combien honorés et nous a inspirés plus de confiance», souligne-t-il.
Par ses œuvres artistiques, la troupe de «Ouled Brahama» cartonne aujourd'hui lors de tous ses passages, en veillant à produire des danses de Laâlaoui et de Reggada au tempo plus vif et très rapide. Pourtant, l'ambition du meneur de la troupe ne semble pas s'arrêter là. Mohammed envisage de moderniser davantage cet art et rêve même de l'exporter à l'échelle internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.