L'heure    Rencontre à Marrakech autour du judaïsme marocain    Spoliation foncière: Une classe politique française qui fait l'autruche!    Libye: Un grand soutien aux plans de l'ONU    Soins de santé primaires: Le personnel peu motivé    Oncologie: L'hôpital Cheikh Khalifa s'allie à l'Institut Curie    L'INDH met à niveau son logiciel    Des artistes pour sauver une école    Eliminatoires CAN-2019 : Le Maroc s'impose face au Cameroun    Ankara dit être en possession de preuves discréditant la version saoudienne    Pyongyang annonce avoir testé une arme tactique ultramoderne    Le Maroc et la Belgique renforcent leur coopération bilatérale    Les Croates assomment l'Espagne et peuvent rêver    LeBron James toujours plus haut    Coupe du Trône : A qui la première ?    La France, principal investisseur au Maroc entre 2010-2017    Stock Pralim certifié ISO 9001 version 2015    La saison agricole démarre dans des conditions favorables    Ces stars qui disent NON à la chirurgie esthétique ! Marion Cotillard    Divers    2ème campagne de prévention et de prise en charge de l'hydatidose    Le Premier secrétaire reçoit une délégation de l'Organisation de solidarité afro-asiatique    Le Maroc à l'honneur au Festival du cinéma méditerranéen de Bruxelles    La Galerie H met l'artisanat et le design vintage à l'honneur    Parler de la guerre au féminin, l'ambition de la réalisatrice Eva Husson    Incendie en Californie : Plus de 600 personnes portées disparues, Trump sur le terrain samedi    El Othmani : GMT+1, les protestations spontanées des élèves contre sont «compréhensibles»    Jets de piment et de fournitures de bureau au parlement sri-lankais    Rabat: Remise de certificats et trophées aux lauréats du Cycle international de formation en diplomatie    Facebook lance une « cour d'appel » pour contenus controversés    El Othmani en Ethiopie pour un sommet extraordinaire de l'UA    Brexit : Theresa May réconfortée par des soutiens de poids dans son gouvernement    LGV : Entre 149 et 224 dhs pour Casablanca-Tanger    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    L'OM recrute !    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Lo Celso restera sûrement à Betis    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    La Chambre des représentants approuve la première partie du PLF 2019    L'Afrique et le Maghreb ont leur TGV !    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Pressa»…. le bonheur est ailleurs!
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

«Pressa»est le titre de la nouvelle pièce de théâtre de «Masrah al Oufouq» (théâtre de l'horizon) qui entame cette saison, une nouvelle aventure artistique et théâtrale. La troupe a su grâce à ses efforts et son travail sérieux au fil des ans, passer de l'amateurisme au professionnalisme et à l'autoproduction de ses pièces.
En effet, cette saison, la troupe s'ouvre sur les lauréats de l'Institut Supérieur d'Art Dramatique et d'Animation Culturelle (ISADAC), notamment avec le réalisateur Ali Elbouhali. La pièce braque les lumières sur le thème de la migration par le biais du théâtre. Le réalisateur a opté pour le café comme endroit de rencontre et d'échange entre cinq personnages qui ont choisi de quitter leurs villes respectives pour chercher un avenir meilleur ailleurs.
Le choix est tombé sur l'une des villes marocaines du Nord. L'espace est meublé de personnages et de gens désirant immigrer vers l'autre rivage de la méditerranée. Ce sont des rêves qui se rencontrent, des aspirations, mais aussi des angoisses qui hantent les esprits. La scénographie met en lumière un espace à la fois clos et ouvert sur l'ici et l'ailleurs.
Cinq personnages dont Halima, une jeune fille qui court derrière l'argent pour assurer un avenir prometteur, Lhaj (propriétaire du café), Hajar, divorcée qui a pu décrocher un contrat de travail afin de quitter le pays et rejoindre d'autres horizons. Au contraire de Halima qui utilise son corps pour gagner plus d'argent, Hajar ne ménage aucun effort pour assurer dignement une somme importante pour partir. La pièce met également en évidence El Maati, qui décide quant à lui, de s'installer dans sa ville après avoir vécu en Italie.
En parallèle de ces quatre personnages, la pièce nous présente Mani, un jeune musicien subsaharien qui a déposé ses valises dans la ville, en préférant jouer de la musique devant le fameux café de Lhaj. Un jeune qui a parcouru des distances pour s'installer dans la ville et vivre de son art.
Dans la pièce, le jeu est parfois réaliste et met en évidence le phénomène de la migration. «Notre façon de travailler est professionnelle avec une profondeur et une recherche académique pour créer un spectacle réaliste. La pièce est puisée dans le vécu, dans la réalité marocaine. On a essayé à travers ce travail de montrer cette réalité sur les planches», indique le réalisateur de la pièce, Ali Elbouhali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.