Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances    Liberté de la presse: La Tunisie fait mieux que le Maroc!    BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!    Maroc Telecom : Léger repli du C.A au 1er trimestre    Réforme fiscale: Les enjeux des 3es Assises de la fiscalité    Attentats au Sri Lanka : Une Marocaine parmi les blessés    Sri Lanka : Le mouvement responsable des attentats identifié    Arrestation des auteurs du braquage d'une banque à Ouarzazate    Algérie : Arrestation du PDG du premier groupe privé et d'autres industriels    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Le GCAM facilite l'accès au financement de la mécanisation    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Le Maroc réitère son engagement en faveur d'Al Qods    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Un derby de bonne facture    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    Guichet numérique unique : L'Intérieur annonce la poursuite de la généralisation    Arabie Saoudite. Attaque terroriste dans un commissariat, l'EI revendique    Le street-art au Mövenpick Marrakech    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Gouvernance sanitaire à Ifrane: L'hôpital sort de ses murs    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    France. Ces universités refusent d'appliquer la hausse des frais    Flash hebdomadaire    Dopage : 19 mois de suspension pour Badr Hari    Safaa Hbirkou, la nouvelle égérie de Taous    Jazzablanca en fête dans la ville    Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l'Inchad    Le Kenya domine, le Maroc sur le podium    Les clubs de Marrakech et d'Al Hoceima en chute libre    Lixus fait peau neuve pour abriter ses visiteurs…    Un livre marocain remporte le prix du meilleur livre pour enfant à Charjah    Le cauchemar de l'inflation hante à nouveau le Zimbabwe    Plus de 850.000 visiteurs au SIAM 2019    Ghosn de nouveau inculpé au Japon    Enseignement préscolaire. Création de plusieurs unités à Sidi Ifni    Botola Maroc Télécom : Le Raja et le Wydad se quittent sans vainqueur    Mohamed Benabdelkader : Le citoyen est au cœur des préoccupations du service public    Mettre l'information à la disposition des demandeurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Pressa»…. le bonheur est ailleurs!
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

«Pressa»est le titre de la nouvelle pièce de théâtre de «Masrah al Oufouq» (théâtre de l'horizon) qui entame cette saison, une nouvelle aventure artistique et théâtrale. La troupe a su grâce à ses efforts et son travail sérieux au fil des ans, passer de l'amateurisme au professionnalisme et à l'autoproduction de ses pièces.
En effet, cette saison, la troupe s'ouvre sur les lauréats de l'Institut Supérieur d'Art Dramatique et d'Animation Culturelle (ISADAC), notamment avec le réalisateur Ali Elbouhali. La pièce braque les lumières sur le thème de la migration par le biais du théâtre. Le réalisateur a opté pour le café comme endroit de rencontre et d'échange entre cinq personnages qui ont choisi de quitter leurs villes respectives pour chercher un avenir meilleur ailleurs.
Le choix est tombé sur l'une des villes marocaines du Nord. L'espace est meublé de personnages et de gens désirant immigrer vers l'autre rivage de la méditerranée. Ce sont des rêves qui se rencontrent, des aspirations, mais aussi des angoisses qui hantent les esprits. La scénographie met en lumière un espace à la fois clos et ouvert sur l'ici et l'ailleurs.
Cinq personnages dont Halima, une jeune fille qui court derrière l'argent pour assurer un avenir prometteur, Lhaj (propriétaire du café), Hajar, divorcée qui a pu décrocher un contrat de travail afin de quitter le pays et rejoindre d'autres horizons. Au contraire de Halima qui utilise son corps pour gagner plus d'argent, Hajar ne ménage aucun effort pour assurer dignement une somme importante pour partir. La pièce met également en évidence El Maati, qui décide quant à lui, de s'installer dans sa ville après avoir vécu en Italie.
En parallèle de ces quatre personnages, la pièce nous présente Mani, un jeune musicien subsaharien qui a déposé ses valises dans la ville, en préférant jouer de la musique devant le fameux café de Lhaj. Un jeune qui a parcouru des distances pour s'installer dans la ville et vivre de son art.
Dans la pièce, le jeu est parfois réaliste et met en évidence le phénomène de la migration. «Notre façon de travailler est professionnelle avec une profondeur et une recherche académique pour créer un spectacle réaliste. La pièce est puisée dans le vécu, dans la réalité marocaine. On a essayé à travers ce travail de montrer cette réalité sur les planches», indique le réalisateur de la pièce, Ali Elbouhali.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.