Dépenses électorales. 12 élus épinglés par la Cour des Comptes    Conseillers en investissement financier : L'AMMC lance une consultation publique    Vidéos – Les images du Mirage F1 qui s'est écrasé à Taounate    Brexit: le FMI appelle à mettre fin « impérativement »à l'incertitude    L'Institut Français de Casablanca ouvre sa saison sur « La part des femmes »    Organisation du forum "AfricaSec 2019 à Marrakech    BMCE Bank of Africa crée une filiale spécialisée dans le traitement des services bancaires    Paris accueille l'Oriental Fashion Show avec la participation du Maroc    Un colloque national sur l'éducation artistique le 22 janvier à Rabat    Coupes africaines : L'aventure de l'IRT prend fin    2è sommet marocain du pétrole et du gaz à Marrakech    Shutdown: Trump attaque les démocrates qui refusent son offre de sortie de crise    Explosion d'un oléoduc au Mexique : Le bilan atteint 85 morts    Le pape invite les jeunes à prier en ligne avec l'application "Click to Pray"    Akhannouch met en avant le potentiel de la numérisation de l'agriculture marocaine    Coupe de la CAF : 3 clubs marocains dans un seul groupe !    Facturation électronique, aucune obligation en absence de l'ICE    Le renouvellement des élites doit toucher tous les domaines    Point de vue : Naissance du label «Morocco L'ghedd»    Après Abidjan, le Festival "Afrique du Rire" fait escale à Marrakech    Rallier Auxerre à Bzou, le défi d'Abderrazak El Badaoui    Amzazi rencontre l'ambassadeur anglais    Sous le signe de l'excellence et de la diversité    Attaque israélienne à Damas : 4 soldats syriens morts    Pêche côtière et artisanale: Stagnation des débarquements en 2018    «France football»: Zyech 2e meilleur joueur maghrébin de l'année    Un symposium sur le management sportif à Agadir    Hamid Douieb : un retour aux racines…    Londres ouvre la procédure pour les Européens souhaitant rester après le Brexit    Encadrement de proximité : L'ONCA lance «la contractualisation du Conseil agricole privé agréé»    Interview with Mr Adil Douiri, founder of Mutandis, following the company's very successful IPO    Vidéo – Les images de la « super Lune » de sang    Classement «Times Higher Education» : L'Université Mohammed V en tête des universités marocaines    Casablanca : Un policier contraint d'utiliser son arme pour neutraliser un dangereux récidiviste    Un registre national des services médiatiques voit le jour    Edito : Partenaire fiable et utile    Liga : Le Real double Séville    Racisme : L'appel de Koulibaly rejeté    Tabac et alcool assurément dangereux    Il faut mettre fin à la stigmatisation des troubles mentaux    Le DHJ se renforce à 0 dirham    Sit-in à Rabbouni réclamant la traduction en justice des assassins de Omar Ould Anay    Habib El Malki a représenté S.M le Roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président de Madagascar    Lancement de la formation pour le programme Jeunes marocains ambassadeurs aux Nations unies    Daniel Salaverry : Les relations entre Rabat et Lima évoluent de manière constante    Stefan Löfven, du soudeur syndicaliste au "socialo de droite"    La "success story" du groupe OCP sous les feux de la rampe à Dakar    La musique classique arabe s'invite en Chine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2018

Alger n'épargne aucun effort pour faire perdurer le conflit saharien, depuis des décennies.
La tenue de la quatrième commission de l'Assemblée générale de l'ONU pour débattre, sans vote, de la question du Sahara marocain, est toujours une opportunité pour nos voisins de l'Est afin d'étayer leur haine et vindicte.
Et pourtant, les débats se déroulent avec la participation de talentueux juristes internationaux et d'experts des droits de l'Homme, et de décideurs politiques, bien au fait de la nature du conflit.
En plus du recours à des mercenaires locaux pour «parrainer» une cause qui n'en est pas une, au nom d'un internationalisme tuteur, le pouvoir algérien, malgré la disparition physique des ténors d'une cause imaginaire, leurs contemporains tentent de faire perdurer une idéologie devenue un fonds de commerce pour d'aucuns décideurs et autres enrôlés.
Les rapports d'organismes internationaux crédibles qui font la part des choses et chargent Alger et ses sbires. Cela va du HCR au PAM (Programme alimentaire mondial), en passant par l'Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) et d'autres, qui incriminent des responsables algériens et polisariens et les accusent de faire perdurer le conflit générateur de beefsteaks pour ces tristes responsables.
La même comédie politicienne a lieu également dans les camps de Tindouf, à l'arrivée de toute délégation étrangère «amie».
Lors de l'actuelle session de la quatrième session, d'énergumènes et tristes inconnus sont appelés à défendre une prétendue république imaginaire et recourent à tous les artifices pour dénigrer le Maroc et, parfois, leurs propres pays, voire des pays avec lesquels ils n'ont aucun rapport…
L'on dirait que plus l'on hausse la voix, plus des sommes sonnantes et trébuchantes sont assurées.
Triste spectacle, hélas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.