« The New York Times » chante les louanges des paysages marocains    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Digital : La Cour des Comptes exhorte le secteur public à publier les données non personnelles    La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    Projet de loi organique sur la grève. Les syndicats listent leurs "préalables"    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Précédemment, Libérer le domaine public!
Publié dans Albayane le 25 - 11 - 2018

Précédemment, sur cette même chronique, on avait évoqué la problématique chronique de l'occupation du domaine public, le long de la ceinture côtière, au nord de la capitale du Souss.
En dépit des cris de détresse du tissu associatif, toutes tendances réunies, il semble bien que la réaction salvatrice que tout le monde attend avec impatience, tarde encore à venir. Animée par une volonté ardente de poursuivre la lutte contre l'agression farouche que subit l'écologie marine du littoral, la société civile récidive de plus belle. Après un sitting tenu, il y a environs une semaine, devant la Wilaya, elle revient à la charge, cette fois-ci, en face de la direction régionale de l'équipement, du transport, de logistique et de l'eau de Souss Massa, en attendant un autre sursaut, au début du mois prochain. Un choix de lieu symbolique pour pointer du doigt la partie responsable du patrimoine de l'Etat aussi bien terrestre que marin.
Cette série de manifs qui dénonce la prolifération des constructions sur les plages sublimes, notamment à Immi Ouaddar, Tama Ouanza, Taghazoute et Aourir, se poursuit sans relâche, quoique l'appel à ce mouvement de masse, pour ces débuts prometteurs, soit relativement étriqué par rapport à l'importance de cette cause. En plus de cette campagne ininterrompue, initiée par des acteurs du paysage associatif de tous bords, on ne cesse pas non plus, de fustiger la pollution extravagante dont font l'objet les populations et les sites naturels du faubourg d'Anza, à moins d'une dizaine de kilomètres d'Agadir.
Des tentatives de dissuader les pollueurs dans cet ancien bout de terre infesté d'unités de production de la farine de poisson et de fabriques agro-alimentaires, ont été entamées, sans grand succès à nos jours. Un peu partout sur les rivages de l'océan, des émissions de gaz toxique et des jets d'eaux usées enveniment l'air et la mer, ainsi que le citoyen qui se débat au quotidien dans de sordides insalubrités.
Le mutisme déconcertant dont font preuve les décideurs centraux face à cette démolition continuelle des sites naturels sur les rives nord et cette asphyxie polluante dans le centre urbain d'Anza, ne fait qu'enrager la population du Souss entier. Il est bien clair que, derrière toutes ces transgressions des lois en vigueur, se dressent des barons qui trouvent les moyens souvent illicites de se procurer une compromission soudoyée ou encore une complaisance complice pour ériger leur hideur pied dans l'eau. Dans un pays de droit et des institutions, il ne peut être qu'un crime crapuleux que de saccager sans scrupule, au su et vu de tout le monde, les sites marins d'une splendeur saisissante et rendre désagréable, la vie quotidienne des habitants. D'autant plus que notre pays s'est engagé résolument, à travers les chartes des diverses COP, à respecter et valoriser l'environnement. Une riposte vive et rigoureuse est à prévoir dans ces lieux que les prédateurs n'ont eu de cesse de ravager sans vergogne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.