Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Précédemment, Libérer le domaine public!
Publié dans Albayane le 25 - 11 - 2018

Précédemment, sur cette même chronique, on avait évoqué la problématique chronique de l'occupation du domaine public, le long de la ceinture côtière, au nord de la capitale du Souss.
En dépit des cris de détresse du tissu associatif, toutes tendances réunies, il semble bien que la réaction salvatrice que tout le monde attend avec impatience, tarde encore à venir. Animée par une volonté ardente de poursuivre la lutte contre l'agression farouche que subit l'écologie marine du littoral, la société civile récidive de plus belle. Après un sitting tenu, il y a environs une semaine, devant la Wilaya, elle revient à la charge, cette fois-ci, en face de la direction régionale de l'équipement, du transport, de logistique et de l'eau de Souss Massa, en attendant un autre sursaut, au début du mois prochain. Un choix de lieu symbolique pour pointer du doigt la partie responsable du patrimoine de l'Etat aussi bien terrestre que marin.
Cette série de manifs qui dénonce la prolifération des constructions sur les plages sublimes, notamment à Immi Ouaddar, Tama Ouanza, Taghazoute et Aourir, se poursuit sans relâche, quoique l'appel à ce mouvement de masse, pour ces débuts prometteurs, soit relativement étriqué par rapport à l'importance de cette cause. En plus de cette campagne ininterrompue, initiée par des acteurs du paysage associatif de tous bords, on ne cesse pas non plus, de fustiger la pollution extravagante dont font l'objet les populations et les sites naturels du faubourg d'Anza, à moins d'une dizaine de kilomètres d'Agadir.
Des tentatives de dissuader les pollueurs dans cet ancien bout de terre infesté d'unités de production de la farine de poisson et de fabriques agro-alimentaires, ont été entamées, sans grand succès à nos jours. Un peu partout sur les rivages de l'océan, des émissions de gaz toxique et des jets d'eaux usées enveniment l'air et la mer, ainsi que le citoyen qui se débat au quotidien dans de sordides insalubrités.
Le mutisme déconcertant dont font preuve les décideurs centraux face à cette démolition continuelle des sites naturels sur les rives nord et cette asphyxie polluante dans le centre urbain d'Anza, ne fait qu'enrager la population du Souss entier. Il est bien clair que, derrière toutes ces transgressions des lois en vigueur, se dressent des barons qui trouvent les moyens souvent illicites de se procurer une compromission soudoyée ou encore une complaisance complice pour ériger leur hideur pied dans l'eau. Dans un pays de droit et des institutions, il ne peut être qu'un crime crapuleux que de saccager sans scrupule, au su et vu de tout le monde, les sites marins d'une splendeur saisissante et rendre désagréable, la vie quotidienne des habitants. D'autant plus que notre pays s'est engagé résolument, à travers les chartes des diverses COP, à respecter et valoriser l'environnement. Une riposte vive et rigoureuse est à prévoir dans ces lieux que les prédateurs n'ont eu de cesse de ravager sans vergogne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.