Saisi du compte bancaire du Raja    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    12 morts et 1.946 blessés dans des accidents de la circulation en une semaine    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    La tension militaire mobilise le CCG et l'Opep    Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé    Accès à l'information: La génération data va consolider le droit...!    Parlement: Les conseillers peinent sur leur propre règlement    L'aide à l'éducation, un modérateur    Jésus, une grande figure biblique du Coran - Episode 7: Le Temple de Jérusalem    Le roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de Tayeb Bencheikh    En Libye, la guerre est aussi économique    L'UNPL en rangs serrés    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Divers sportifs    Divers    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    S.M le Roi inaugure un Centre médical de proximité à l'arrondissement de Sidi Moumen    La CGEM octroie son label RSE    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Autriche : Le chancelier Kurz confronté lundi à une motion de censure    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Conseil des ministres arabes de la Santé. Le Maroc réélu au bureau exécutif    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Nouveau coup dur pour Huawei    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    OCP : Le chiffre d'affaires grimpe de 20%    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saddiki gène le Raja et Carteron
Publié dans Albayane le 19 - 02 - 2019

Le match du Raja Casablanca face au Youssoufia Berrechid sanctionné par un nul équitable et positif de trois buts partout peut être considéré comme l'un des plus beaux duels de la Botola, non seulement de la 18e journée, mais aussi de toute la saison.
Certes ce partage des points n'arrange pas les affaires des deux adversaires qui occupent toujours la 4e place ex-æquo avec 25 points, à 11 longueurs du grand rival rajaoui, le WAC qui est en train de cumuler les victoires dont la plus récente a été réalisée à Rabat au détriment du FUS (0-1).
C'est donc le Raja qui reste le grand perdant, étant donné qu'il a raté une belle occasion de s'imposer, surtout qu'il menait au score pratiquement tout au long du match avant que le CAYB ne renverse la situation et frôle une victoire plus ou moins méritée.
Dans l'ensemble, ce match entre deux formations différentes, mais qui se ressemblent en même temps, a tenu ses promesses. Car le Raja a, semble-t-il joué, contre le Raja puisque l'équipe de Berrechid est composée de plusieurs joueurs ayant fait leurs débuts au Raja et qui sont en plus menés par un grand technicien qui a tant donné à la boite des Verts, en tant que joueur et en sa qualité d'encadreur des jeunes avant de se recycler en entraineur pour confirmer sa place parmi les grands coaches de la Botola. Saïd Saddiki reste pourtant gourmand. Il n'arrive pas à croire ses yeux et estime que la victoire lui a été «volée» comme d'ailleurs lors du match «aller» à Berrechid où le Raja avait arraché la victoire dans les ultimes moments du match (1-2).
Mais cela n'empêche pas le mérite du CAYB qui n'a pas pris un point sur les 2 matches. Et c'est grâce à Saddiki qui est en train de faire calquer sa manière de jouer et le style de jeu qu'il avait appris au sein du Raja dans son âge d'or, un style de jeu doué et marqué par de petites passes dans un espace qui ne dépasse pas un mètre carré. D'ailleurs, Saddiki l'a bien confirmé dans pas mal de matches en allant jusqu'à faire apprendre à ses joueurs comment maîtriser des combinaisons de jeu avec de courtes passes et des une-deux dans le carré des 18M. Chose faite face au Raja et qui aurait alourdi la facture sans la malchance et notamment le poteau qui a sauvé les Verts à doubles reprises.
Cependant, Saddiki qui est en train de gêner les grands clubs de la Botola, reste modeste en se disant qu'il veut seulement jouer pour le maintien en Division 1 que le CAYB venait d'intégrer pour la première fois dans son histoire.
Mais la réalité qui saute aux yeux, c'est que Saddiki a entre les mains une équipe ayant les moyens de se qualifier au moins pour la 3e place africaine de la CAF à défaut de la Champion's League.
Le CAYB reste la grande révélation de la saison. Mais l'équipe de Berrechid a fait un très bon match face au Raja. Il ne faut pas oublier qu'elle s'est mesurée face à un grand club des Verts qui nous a donné plusieurs titres nationaux et internationaux dont notamment ceux des Coupes d'Afrique. Le Raja qui reste le club marocain le plus titré à l'échelon continental avait tiré sa force de ses joueurs locaux formés dans son école et à travers toutes catégories de jeunes. Saïd Saddiki, qui avait rejoint le Raja dès son jeune âge, peut bien le confirmer. Surtout qu'il faisait notamment partie de la première génération des Verts ayant remporté la Coupe du Trône en 1982 et le premier titre de la Botola en 1988 sous la houlette de l'entraineur portugais Feu Cabrita et juste après la première Ligue des Champions dans son ancienne formule de Coupe d'Afrique des Clubs Champions en 1989 en compagnie du coach algérien, le Cheikh Rabeh Saadane.
Mais le Raja d'aujourd'hui reste loin de ses gloires d'antan même s'il vient de renouer avec le sacre continental en remportant la Coupe de la CAF pour la 2e fois de son histoire en 2018 après 2002. Encore, le Raja n'arrive plus à retrouver le chemin de la Ligue des Champions depuis le 3e et dernier sacre en 1998 après ceux de 1997 et 1989.
Et dire que le Raja a des entraineurs coûteux avec 450.000 DH comme salaire mensuel pour le Français Patrice Carteron et avant lui, l'Espagnol Juan Carlos Garridon qui touchait 400.000 DH… Saïd Saddiki qui n'en touche même pas le quart est tout simplement en train de réussir de grandes choses avec une équipe de Berrechid composée certes de plusieurs jeunes rajaouis dont Med Lafkih, Yassine Wakili, les Hamza Moujahid et Boussedra, Med Aymane Sadil…
Des joueurs formés au Raja par Saïd Saddiki du temps où il s'occupait des jeunes, mais qui sont aujourd'hui mieux que certains «gros morceaux» recrutés par les Verts et qui n'ont absolument pas le charisme de joueur à part entière…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.