Conférence ministérielle africaine. La question du Sahara marocain abordé à Marrakech    Mauboussin Diamond, une carte pour récompenser la fidélité    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    Balance des risques: baisse de la croissance et équilibrée de l'inflation    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Sothema accroit son résultat net en 2018    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Divers    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    Vous avez dit classe politique !    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Conférence ministérielle africaine à Marrakech sur l'appui de l'UA au processus onusien au Sahara    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saddiki gène le Raja et Carteron
Publié dans Albayane le 19 - 02 - 2019

Le match du Raja Casablanca face au Youssoufia Berrechid sanctionné par un nul équitable et positif de trois buts partout peut être considéré comme l'un des plus beaux duels de la Botola, non seulement de la 18e journée, mais aussi de toute la saison.
Certes ce partage des points n'arrange pas les affaires des deux adversaires qui occupent toujours la 4e place ex-æquo avec 25 points, à 11 longueurs du grand rival rajaoui, le WAC qui est en train de cumuler les victoires dont la plus récente a été réalisée à Rabat au détriment du FUS (0-1).
C'est donc le Raja qui reste le grand perdant, étant donné qu'il a raté une belle occasion de s'imposer, surtout qu'il menait au score pratiquement tout au long du match avant que le CAYB ne renverse la situation et frôle une victoire plus ou moins méritée.
Dans l'ensemble, ce match entre deux formations différentes, mais qui se ressemblent en même temps, a tenu ses promesses. Car le Raja a, semble-t-il joué, contre le Raja puisque l'équipe de Berrechid est composée de plusieurs joueurs ayant fait leurs débuts au Raja et qui sont en plus menés par un grand technicien qui a tant donné à la boite des Verts, en tant que joueur et en sa qualité d'encadreur des jeunes avant de se recycler en entraineur pour confirmer sa place parmi les grands coaches de la Botola. Saïd Saddiki reste pourtant gourmand. Il n'arrive pas à croire ses yeux et estime que la victoire lui a été «volée» comme d'ailleurs lors du match «aller» à Berrechid où le Raja avait arraché la victoire dans les ultimes moments du match (1-2).
Mais cela n'empêche pas le mérite du CAYB qui n'a pas pris un point sur les 2 matches. Et c'est grâce à Saddiki qui est en train de faire calquer sa manière de jouer et le style de jeu qu'il avait appris au sein du Raja dans son âge d'or, un style de jeu doué et marqué par de petites passes dans un espace qui ne dépasse pas un mètre carré. D'ailleurs, Saddiki l'a bien confirmé dans pas mal de matches en allant jusqu'à faire apprendre à ses joueurs comment maîtriser des combinaisons de jeu avec de courtes passes et des une-deux dans le carré des 18M. Chose faite face au Raja et qui aurait alourdi la facture sans la malchance et notamment le poteau qui a sauvé les Verts à doubles reprises.
Cependant, Saddiki qui est en train de gêner les grands clubs de la Botola, reste modeste en se disant qu'il veut seulement jouer pour le maintien en Division 1 que le CAYB venait d'intégrer pour la première fois dans son histoire.
Mais la réalité qui saute aux yeux, c'est que Saddiki a entre les mains une équipe ayant les moyens de se qualifier au moins pour la 3e place africaine de la CAF à défaut de la Champion's League.
Le CAYB reste la grande révélation de la saison. Mais l'équipe de Berrechid a fait un très bon match face au Raja. Il ne faut pas oublier qu'elle s'est mesurée face à un grand club des Verts qui nous a donné plusieurs titres nationaux et internationaux dont notamment ceux des Coupes d'Afrique. Le Raja qui reste le club marocain le plus titré à l'échelon continental avait tiré sa force de ses joueurs locaux formés dans son école et à travers toutes catégories de jeunes. Saïd Saddiki, qui avait rejoint le Raja dès son jeune âge, peut bien le confirmer. Surtout qu'il faisait notamment partie de la première génération des Verts ayant remporté la Coupe du Trône en 1982 et le premier titre de la Botola en 1988 sous la houlette de l'entraineur portugais Feu Cabrita et juste après la première Ligue des Champions dans son ancienne formule de Coupe d'Afrique des Clubs Champions en 1989 en compagnie du coach algérien, le Cheikh Rabeh Saadane.
Mais le Raja d'aujourd'hui reste loin de ses gloires d'antan même s'il vient de renouer avec le sacre continental en remportant la Coupe de la CAF pour la 2e fois de son histoire en 2018 après 2002. Encore, le Raja n'arrive plus à retrouver le chemin de la Ligue des Champions depuis le 3e et dernier sacre en 1998 après ceux de 1997 et 1989.
Et dire que le Raja a des entraineurs coûteux avec 450.000 DH comme salaire mensuel pour le Français Patrice Carteron et avant lui, l'Espagnol Juan Carlos Garridon qui touchait 400.000 DH… Saïd Saddiki qui n'en touche même pas le quart est tout simplement en train de réussir de grandes choses avec une équipe de Berrechid composée certes de plusieurs jeunes rajaouis dont Med Lafkih, Yassine Wakili, les Hamza Moujahid et Boussedra, Med Aymane Sadil…
Des joueurs formés au Raja par Saïd Saddiki du temps où il s'occupait des jeunes, mais qui sont aujourd'hui mieux que certains «gros morceaux» recrutés par les Verts et qui n'ont absolument pas le charisme de joueur à part entière…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.