Les 4 priorités du PLF 2020    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    HCP : la confiance des ménages poursuit sa tendance baissière    Une nouvelle banque dans le giron de la BCP    Brexit : Les principaux points d'accord entre Londres et Bruxelles    L'ancien SG du FLN Amar Saâdani affirme la marocanité du Sahara    Salon du cheval. El Jadida à l'heure de la fantasia    FIFM: Tilda Swinton, Présidente du jury de la 18e édition    Aéroport Hassan 1er de Laâyoune : Le trafic aérien grimpe de 11,68% à fin août    Le Forum régional des coopératives agricoles féminines les 18 et 19 octobre à Al Hoceima    Prix Katara du roman arabe : Deux Marocains distingués    Surf : Le magazine américain «Traveller» consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Don d'organes, quelle est la procédure ?    Fatema Nouali Azar : «Nous n'avons aucune crainte quant à la pérennité du Festival»    Climat: Des ONG fustigent les banques impliquées dans l'entrée en Bourse d'Aramco    Tensions dans le Golfe: La diplomatie aux abonnés absents, regrettent des experts    Crédit Agricole du Maroc. Une émission de 850 MDH dans le pipe    Catalogne: La mobilisation se poursuit après de nouvelles violences    Cartes d'abonnement. Après le Raja, succès chez le WAC    Communiqué du Bureau politique du PPS    Rien à attendre    Elide Fire: La boule anti-feu fait son entrée au Maroc    Argentine: Le social au cœur de la campagne    Le Maroc s'incline face au Gabon en amical    Malika Demnati expose «le vivre ensemble» à Dar Souiri    Témara : Un policier utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    La FAO salue les efforts du Maroc pour éradiquer la malnutrition    Affaire Hajar Raissouni : Grâce royale pour les condamnés, un grand pas en avant    Afriquia : «1.000 idées» pour développer l'entrepreneuriat    La lettre « agressive » de Trump à Erdogan    La raison ou la haine ?    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»
Publié dans Albayane le 18 - 04 - 2019


Propos recueillies par Khalid Darfaf
Al Bayane : qu'en est-il de votre participation à la 14 e édition du Salon international de l'agriculture au Maroc (SIAM).
Bernard Lehmann : Nous sommes très honorés pour notre participation à la 14 e édition du SIAM en tant que pays invité d'honneur. Le pavillon de notre pays contient 12 entreprises qui sont installées au Maroc, outre la participation du gouvernement suisse à travers la présence de son Secrétariat d'Etat à l'agriculture et l'ambassade de la Confédération helvétique à Rabat. En fait, il s'agit d'une participation qui s'inscrit dans le cadre de partenariat privé-public.
Quelles sont les perspectives de collaboration entre le Maroc et la Suisse?
Je pense que nous sommes sur la bonne voie pour aller de l'avant. D'ailleurs nos relations ne datent pas d'aujourd'hui, elles remontent plutôt à plusieurs décennies et nos pays ne cessent de déployer des efforts considérables pour maintenir ces relations et ce sur la base de la confiance et la coopération commune.
Sur le volet économique, les investissements suisses au Royaume du Maroc s'élèvent à 5 milliards de DH et participe à la création d'environ 9000 postes d'emplois directs. Cependant, nous ambitionnons à approfondir nos relations économiques que ce soit pour des projets déjà existants pour des projets nouveaux et plus productifs, comme la digitalisation ou encore la culture durable qui devrait respecter les normes environnementales.
En quoi la technologie digitale pourrait contribuer au développement de l'agriculture?
La digitalisation est aujourd'hui synonyme de modernisation et s'impose par la réalité des choses. Son introduction ne peut être que bénéfique pour les agriculteurs afin d'améliorer le processus de production et de contribuer davantage au perfectionnement de la chaine des valeurs. En Suisse, nous avons adopté une stratégie numérique qui vise à appuyer toutes les initiatives d'innovation, de croissance dans l'univers numérique mais également cette stratégie a pour finalité de garantir la transparence t la sécurité pour tous. Autre point focal de cette stratégie, celui de mettre les connections et favoriser les échanges entre l'univers de l'agriculture et celui de l'agroalimentaire. Ainsi, une charte de numérisation a été élaborée sous la conduite de l'Office fédéral de l'agriculture et a été sanctionné par la mise en place de plusieurs projets portant sur le Partenariat pour la numérisation et plate-forme de dialogue Agridigital , la technologie des chaînes de blocs, entre autres. Idem pour le Maroc, nous voulons apporter notre expertise en la matière aux agriculteurs.
C'est quoi exactement l'enjeu?
Devant une concurrence mondiale acharnée, les producteurs locaux sont de plus en plus menacés. Ainsi, notre objectif est celui de mettre en place des solutions spécifiques et SMART pour que les agriculteurs soient privilégiés par les consommateurs locaux. Il s'agit d'un défi commun pour les deux pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.