Tanger: La plaque commémorative de la Rue Abderrahmane El Youssoufi saccagée    Modeste grandeur    Istiqlal: Comité exécutif    OPA sur S2M    Ciment: Le Covid19 impacte lourdement les ventes d'avril    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Trump signe un décret limitant les protections juridiques des RS    Article 1062668    Tanger: Une usine de câblage prend feu    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Le Yémen réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Adieu Si Abderrahmane, adieu l'homme politique sage et raisonnable, l'homme d'Etat intègre, le leader rassembleur et l'homme avenant    Marie-Hélène El Youssoufi adresse un message de condoléances au Souverain    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    La Cour d'appel de Marrakech en ordre de bataille contre le coronavirus    Avis de tempête sur l'avenir professionnel des jeunes    Le Maroc dans le peloton des pays relativement peu touchés par le Covid-19    Khalid Ait Taleb: L'efficacité de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 peut être prouvée    Saad Dine El Otmani exclut tout recours à une politique d'austérité    Le Groupe Renault annonce la suspension du projet d'augmentation de ses capacités au Maroc    Le plan de relance proposé par la CGEM, un référentiel extrêmement riche    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    L'acteur égyptien Hassan Hosni s'est éteint à l'âge de 89 ans    Le gouvernement à l'écoute des syndicats    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hong Kong: Le Parlement chinois adopte sa «loi sur la sécurité»…    Message de condoléances de SM le Roi à Mme Hélène El-Youssoufi, veuve du défunt    TAS. WAC-EST, Ahmad Ahmad livre sa version des faits    Yunis Abdelhamid nominé pour le Trophée Marc-Vivien Foé    Tunisie: le championnat reprendra le 2 août    Message de condoléances du PPS à l'USFP    Maroc : allègement du déficit commercial à fin avril    L'intervention remarquée de Benchaâboun devant les membres du conseil d'administration de la CGEM [Vidéo]    Utilisation des Big Data et de l'Intelligence Artificielle dans le combat contre le Coronavirus [Analyse]    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00    Coronavirus : 15 gymnases mobilisés à Rabat pour le Bac 2020    Message de condoléances de SM le Roi à la veuve du grand militant, feu Abderrahmane El-Youssoufi    Marché pour l'acquisition de 2 millions de tests Covid-19 : Le Ministère de la Santé réagit    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    À quoi sert la littérature en période de confinement?    Affaire Radès : L'appel du Wydad examiné aujourd'hui par le TAS    La Premier League dans la dernière ligne droite vers une reprise    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…
Publié dans Albayane le 17 - 07 - 2019

Après le retrait des Etats-Unis, en Mai 2018, du Joint Comprehensive Plan of Action (JCPoA – Accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne en Juillet 2015) et la reprise des sanctions économiques qui lui étaient imposées, l'Iran estimant être en droit de cesser de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi a annoncé, le 8 Juillet 2019, avoir commencé à produire de l'uranium enrichi à 4,5%.
Il n'en fallait pas plus, dans ce contexte de très fortes discordes entre Téhéran et Washington, pour pousser Paris, Londres et Berlin – en tant que parties à cet accord – à agiter le spectre de son effondrement et appeler les deux parties, dans un communiqué commun diffusé par l'Elysée en marge des festivités du 14 Juillet, à «arrêter l'escalade des tensions et à reprendre le dialogue».
Dans leur communiqué, les trois capitales européennes qui reconnaissent que la poursuite de l'Accord de Vienne «dépend du plein respect par l'Iran de ses obligations» se déclarent «préoccupées par le risque que le JCPoA ne se défasse, sous la pression des sanctions imposées par les Etats-Unis et à la suite de la décision de l'Iran de ne plus appliquer plusieurs de ses dispositions centrales».
Etant, par ailleurs, «profondément troublés par les attaques» ayant eu lieu dans le Golfe Persique et par « la détérioration de la sécurité dans la région», Paris, Londres et Berlin tentent, depuis le retrait américain et la reprise des sanctions contre l'Iran, de mettre en place un mécanisme qui permettrait de poursuivre les échanges économiques avec la République islamique. Elles estiment, enfin, que «les risques sont tels qu'il est nécessaire que toutes les parties prenantes marquent une pause et envisagent les conséquences possibles de leurs actions».
Or, en considérant que «la frustration de la République islamique est compréhensible» du moment que «les sanctions américaines l'empêchent de bénéficier des avantages économiques promis lorsqu'il a accepté de freiner son activité atomique», le comité de rédaction du Financial Times, a estimé, ce dimanche, que «les dirigeants iraniens ne devraient pas tomber dans le piège de M. Trump et contre-attaquer au point de donner le sentiment aux autres puissances européennes qu'elles n'ont pas d'autres choix que celui d'abandonner l'accord et de s'aligner encore plus étroitement sur la position américaine».
Aussi, en déclarant avoir «changé (de) stratégie en passant de la patience à la revanche» tout en restant prêt, néanmoins, à répondre «à chaque action prise par l'autre partie», le président iranien Hassan Rohani, a fait part, ce dimanche, de son entière disposition à négocier avec les Etats-Unis si l'administration Trump consent à lever les sanctions économiques indûment imposées à Téhéran ajoutant même que «s'ils diminuent leurs engagements dans l'accord, nous les diminuerons aussi. S'ils respectent pleinement leurs engagements, nous ferons de même». Mais cette proposition a été immédiatement rejetée par le Secrétaire d'Etat américain aux Affaires étrangères Mike Pompeo, au motif qu'elle n'apporterait rien de nouveau et ne diffèrerait aucunement de celle que le régime iranien avait déjà faite au Président Obama et à son secrétaire d'Etat John Kerry.
Mais, si ce week-end, le «Mail on Sunday» a dévoilé des documents diplomatiques dans lesquels l'ancien ambassadeur britannique Kim Darroch affirme que Donald Trump n'est sorti de l'accord de Vienne que pour «contrarier» Barack Obama, cela revient à dire que c'est uniquement pour enterrer le JCPoA qu'en emboitant le pas au Premier ministre israélien dont l'Iran est l'ennemi-juré, la nouvelle administration américaine cherche, par tous moyens, à affamer Téhéran en criant «au loup». Qu'adviendra-t-il alors du fameux accord de Vienne de Juillet 2015 sur lequel le monde entier avait fondé de grands espoirs ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.