De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…
Publié dans Albayane le 17 - 07 - 2019

Après le retrait des Etats-Unis, en Mai 2018, du Joint Comprehensive Plan of Action (JCPoA – Accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne en Juillet 2015) et la reprise des sanctions économiques qui lui étaient imposées, l'Iran estimant être en droit de cesser de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi a annoncé, le 8 Juillet 2019, avoir commencé à produire de l'uranium enrichi à 4,5%.
Il n'en fallait pas plus, dans ce contexte de très fortes discordes entre Téhéran et Washington, pour pousser Paris, Londres et Berlin – en tant que parties à cet accord – à agiter le spectre de son effondrement et appeler les deux parties, dans un communiqué commun diffusé par l'Elysée en marge des festivités du 14 Juillet, à «arrêter l'escalade des tensions et à reprendre le dialogue».
Dans leur communiqué, les trois capitales européennes qui reconnaissent que la poursuite de l'Accord de Vienne «dépend du plein respect par l'Iran de ses obligations» se déclarent «préoccupées par le risque que le JCPoA ne se défasse, sous la pression des sanctions imposées par les Etats-Unis et à la suite de la décision de l'Iran de ne plus appliquer plusieurs de ses dispositions centrales».
Etant, par ailleurs, «profondément troublés par les attaques» ayant eu lieu dans le Golfe Persique et par « la détérioration de la sécurité dans la région», Paris, Londres et Berlin tentent, depuis le retrait américain et la reprise des sanctions contre l'Iran, de mettre en place un mécanisme qui permettrait de poursuivre les échanges économiques avec la République islamique. Elles estiment, enfin, que «les risques sont tels qu'il est nécessaire que toutes les parties prenantes marquent une pause et envisagent les conséquences possibles de leurs actions».
Or, en considérant que «la frustration de la République islamique est compréhensible» du moment que «les sanctions américaines l'empêchent de bénéficier des avantages économiques promis lorsqu'il a accepté de freiner son activité atomique», le comité de rédaction du Financial Times, a estimé, ce dimanche, que «les dirigeants iraniens ne devraient pas tomber dans le piège de M. Trump et contre-attaquer au point de donner le sentiment aux autres puissances européennes qu'elles n'ont pas d'autres choix que celui d'abandonner l'accord et de s'aligner encore plus étroitement sur la position américaine».
Aussi, en déclarant avoir «changé (de) stratégie en passant de la patience à la revanche» tout en restant prêt, néanmoins, à répondre «à chaque action prise par l'autre partie», le président iranien Hassan Rohani, a fait part, ce dimanche, de son entière disposition à négocier avec les Etats-Unis si l'administration Trump consent à lever les sanctions économiques indûment imposées à Téhéran ajoutant même que «s'ils diminuent leurs engagements dans l'accord, nous les diminuerons aussi. S'ils respectent pleinement leurs engagements, nous ferons de même». Mais cette proposition a été immédiatement rejetée par le Secrétaire d'Etat américain aux Affaires étrangères Mike Pompeo, au motif qu'elle n'apporterait rien de nouveau et ne diffèrerait aucunement de celle que le régime iranien avait déjà faite au Président Obama et à son secrétaire d'Etat John Kerry.
Mais, si ce week-end, le «Mail on Sunday» a dévoilé des documents diplomatiques dans lesquels l'ancien ambassadeur britannique Kim Darroch affirme que Donald Trump n'est sorti de l'accord de Vienne que pour «contrarier» Barack Obama, cela revient à dire que c'est uniquement pour enterrer le JCPoA qu'en emboitant le pas au Premier ministre israélien dont l'Iran est l'ennemi-juré, la nouvelle administration américaine cherche, par tous moyens, à affamer Téhéran en criant «au loup». Qu'adviendra-t-il alors du fameux accord de Vienne de Juillet 2015 sur lequel le monde entier avait fondé de grands espoirs ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.