Explosions à Beyrouth : la situation économique en péril au Liban    Après la blessure de Mbappé, nouveau coup dur pour le PSG    Coronavirus : comment la Commune de Marrakech gère la situation ?    Transferts : Arda Turan de retour à Galatasaray    Météo Maroc: temps chaud ce jeudi avec des températures au dessus de la normale    Covid-19: Ottawa veut se procurer des millions de doses de vaccins    Jet Contractors: L'AMMC vise l'émission d'un emprunt obligataire    Botola : le classement général    Relance économique: Le détail du plan de travail des Finances    Explosions à Beyrouth: Une Marocaine blessée    Aïd Al Adha: Finalement peu de réclamations à l'ONSSA    Fès: Les nouvelles restrictions sanitaires déjà de rigueur    L'écrivain marocain Mohamed Adib Slaoui n'est plus    Botola Pro D1 : Deux joueurs du MAT testés positifs à la Covid-19    Opérationnalisation des Hautes Orientations Royales contenues dans le discours du Trône du 29 juillet    Le FUS, précurseur dans le trading de joueurs au Maroc    La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Fulham, vainqueur de Brentford, retrouve la Premier League    Message de condoléances de S.M le Roi au Président libanais    Nadal dit non à l'US Open et au calendrier infernal    Les IDME ont atteint 11 MMDH l'année dernière    Pour l'ONSSA, la Fête du sacrifice s'est déroulée dans de bonnes conditions d'hygiène et de santé animale    Pour faire face au nombre croissant des contaminations au nouveau coronavirus    Comment réduire les risques de démence    Covid-19 / Maroc: 1.283 nouveaux cas confirmés en 24 H    Le CNDH présente son mémorandum sur le nouveau modèle de développement    "Les Khettaras au Maroc .. un patrimoine écologique", nouvel ouvrage de la Fondation Miftah Essaâd    Marc-Aurèle : Le Chemin de la sagesse    La Libye cible de folies hégémoniques    Le président portugais a envoyé un message au roi Mohammed VI    Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude    Explosions au Liban: Macron attendu à Beyrouth    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination ! (2e partie)    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    SundanceTV lance son 1er concours de courts métrages dans la région MENA    L'hôtel Avanti Mohammedia mis en vente dans le cadre de la liquidation de la Samir    L'ancien roi Juan Carlos 1er prend le chemin de l'exil    Le ministère met les dernières touches au plan de relance économique    Ligue des Champions: voici le règlement des 8es    Safaâ Baraka, une jeune réalisatrice qui marque le pas    Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)
Publié dans Albayane le 20 - 09 - 2019

Seulement 5% des jeunes Marocains ont confiance dans l'action et les partis politiques
Alors que les jeunes Marocains représentent 40% du fichier électoral, seul 1% d'entre eux exerce la politique au sein des partis, selon des statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP).
Ce constat soulève moult interrogations quant à la capacité de séduire des partis politiques, leur cadre d'encadrement et leur système de fonctionnement. Ces interrogations interpellent surtout quand on se rend compte, d'après les mêmes statistiques, que seulement 5% des jeunes Marocains ont confiance dans l'action et les partis politiques, tandis que 70% d'entre eux se désintéressent complètement de ce champ.
Ces statistiques laissent entendre que les formations politiques n'accomplissent plus leur mission de sensibilisation et d'encadrement des jeunes. Cette interprétation est expliquée également par le fait que le nombre de jeunes qui s'expriment sur les réseaux sociaux ne cesse de croitre, alors que lors des manifestations partisanes ou syndicales, leurs interventions se font de plus en plus rares.
De même, lors des sit-in, des manifestations de protestations et des mouvements de colère, les jeunes occupent le devant de la scène sans aucun encadrement politique. Il s'agit en fait d'un nouveau phénomène qui commence à prendre de l'ampleur en dehors de tout encadrement politique, syndical ou social. Et lorsque cet état de fait dégénère, des partis politiques et leurs leaders montent au créneau pour critiquer vigoureusement la réaction des jeunes, oubliant que leur politique serait, en grande partie, à l'origine du dérapage.
Ce qui pousse à croire que cette situation alimente un sentiment de méfiance à l'égard des institutions d'intermédiation et d'encadrement des jeunes. En fait, cette situation serait le résultat des visions politiques de plusieurs acteurs politiques eux-mêmes qui ne cèdent pas la place aux jeunes et ne balisent pas la voie devant eux pour s'épanouir politiquement et se préparer à prendre la relève. Dès que ces acteurs prennent les commandes d'une institution politique ou syndicale, ils ne la lâchent que pour des raisons de santé, de mort, mais très rarement de leur bon gré en s'inclinant aux principes de démocratie et d'alternance.
Cette longévité des acteurs politiques alimente la crise de confiance chez les jeunes. En plus de ces facteurs liés aux dysfonctionnements partisans, force est de constater que les conditions sociales aggravent également ce phénomène. En fait, des statistiques du Conseil économique, social et environnemental révèlent que le chômage touche 26.5% des 15-24 ans. Ce taux atteint les 43% dans le milieu urbain.
D'autres statistiques ont révélé que 2.7 millions de jeunes âgés entre 15 et 29 ans sont sans instruction et pas moins de 75% de la même tranche d'âge sont sans couverture médicale. Ce qui impacte la situation des jeunes. Cette vulnérabilité et cette précarité dans lesquelles plongent les jeunes les exposent à des risques et des dérives qui pourraient détruire toute la société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.