Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)
Publié dans Albayane le 20 - 09 - 2019

Seulement 5% des jeunes Marocains ont confiance dans l'action et les partis politiques
Alors que les jeunes Marocains représentent 40% du fichier électoral, seul 1% d'entre eux exerce la politique au sein des partis, selon des statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP).
Ce constat soulève moult interrogations quant à la capacité de séduire des partis politiques, leur cadre d'encadrement et leur système de fonctionnement. Ces interrogations interpellent surtout quand on se rend compte, d'après les mêmes statistiques, que seulement 5% des jeunes Marocains ont confiance dans l'action et les partis politiques, tandis que 70% d'entre eux se désintéressent complètement de ce champ.
Ces statistiques laissent entendre que les formations politiques n'accomplissent plus leur mission de sensibilisation et d'encadrement des jeunes. Cette interprétation est expliquée également par le fait que le nombre de jeunes qui s'expriment sur les réseaux sociaux ne cesse de croitre, alors que lors des manifestations partisanes ou syndicales, leurs interventions se font de plus en plus rares.
De même, lors des sit-in, des manifestations de protestations et des mouvements de colère, les jeunes occupent le devant de la scène sans aucun encadrement politique. Il s'agit en fait d'un nouveau phénomène qui commence à prendre de l'ampleur en dehors de tout encadrement politique, syndical ou social. Et lorsque cet état de fait dégénère, des partis politiques et leurs leaders montent au créneau pour critiquer vigoureusement la réaction des jeunes, oubliant que leur politique serait, en grande partie, à l'origine du dérapage.
Ce qui pousse à croire que cette situation alimente un sentiment de méfiance à l'égard des institutions d'intermédiation et d'encadrement des jeunes. En fait, cette situation serait le résultat des visions politiques de plusieurs acteurs politiques eux-mêmes qui ne cèdent pas la place aux jeunes et ne balisent pas la voie devant eux pour s'épanouir politiquement et se préparer à prendre la relève. Dès que ces acteurs prennent les commandes d'une institution politique ou syndicale, ils ne la lâchent que pour des raisons de santé, de mort, mais très rarement de leur bon gré en s'inclinant aux principes de démocratie et d'alternance.
Cette longévité des acteurs politiques alimente la crise de confiance chez les jeunes. En plus de ces facteurs liés aux dysfonctionnements partisans, force est de constater que les conditions sociales aggravent également ce phénomène. En fait, des statistiques du Conseil économique, social et environnemental révèlent que le chômage touche 26.5% des 15-24 ans. Ce taux atteint les 43% dans le milieu urbain.
D'autres statistiques ont révélé que 2.7 millions de jeunes âgés entre 15 et 29 ans sont sans instruction et pas moins de 75% de la même tranche d'âge sont sans couverture médicale. Ce qui impacte la situation des jeunes. Cette vulnérabilité et cette précarité dans lesquelles plongent les jeunes les exposent à des risques et des dérives qui pourraient détruire toute la société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.