Coronavirus : le ministère des Finances met fin à la guerre des masques    Plusieurs clusters familiaux de contamination ont été constatés.    Liga : Achraf Hakimi retrouve le Real Madrid    Fadel Sekkat tire sa révérence    Kenzi Hotels héberge le personnel médical    Coronavirus : selon le prix Nobel d'économie 2019, il ne faut pas s'inquiéter de la facture de la crise sanitaire    Le Roi félicite le président sénégalais à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Coronavirus : les autorités marocaines prennent en charge les Marocains bloqués en Turquie    Golf : Report de la 47è édition du Trophée Hassan II et de la 26è édition de la Coupe Lalla Meryem    Marrakech: Environ 1400 chambres d'hôtels mises à disposition du corps médical    Fonds Covid-19 : L'ANAM fait don de 10 MDH    Coronavirus : le port du masque sera-t-il obligatoire même après le confinement ?    Mali : le chef de l'opposition enlevé « va bien », les négociations pour sa libération sont en cours    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie Covid19    Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Allégement du déficit du compte courant    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Mobilisation générale contre le coronavirus dans la région de Marrakech-Safi    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Harit renonce à une partie de son salaire    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Législatives iraniennes: Une très faible participation…
Publié dans Albayane le 26 - 02 - 2020

D'après un communiqué, en date de ce dimanche, émanant du ministère iranien de l'Intérieur, 42,57% des électeurs inscrits soit plus de 24,51 millions d'iraniens se seraient «rendus aux urnes», vendredi, pour participer aux élections législatives qui se sont déroulées dans le pays à l'effet d'élire 290 nouveaux députés. Parmi les votants, il y avait 48% de femmes et 52% d'hommes.
Même si la participation a enregistré son niveau le plus bas depuis la révolution islamique de 1979, il n'en reste pas moins, qu'aux dires du ministre iranien de l'Intérieur, Abdolreza Rahmani Fazli, celle-ci resterait «tout à fait acceptable» eu égard à la situation politique du pays au cours de ces derniers mois. Le ministre iranien a fait allusion, par-là, aussi bien à l'avion de ligne ukrainien qui avait été abattu début janvier par l'armée iranienne, qu'aux manifestations que ce drame a provoquées peu de temps après la vague de contestation qu'avait connu le pays du fait de la hausse du prix de l'essence et, enfin, à l'épidémie de coronavirus qui, à la veille de cette élection, aurait contaminé 43 personnes dont 8 seraient mortes; ce qui constitue le nombre le plus élevé des décès enregistrés dans un pays hors Extrême-Orient.
Les résultats publiés, dimanche après-midi, par le ministère iranien de l'intérieur et concernant 95% des circonscriptions, attribuent aux conservateurs plus de 80% des sièges alors que les candidats «réformistes» ou «individuels» (sans étiquette politique) se partageraient les 20% restants. Cette victoire sans appel de ceux qui se font appeler «principalistes», éminemment « anti-américains», dénonçant la politique d'ouverture du président Rohani symbolisée par l'accord international sur le nucléaire iranien signé à Vienne en Juillet 2015 et regroupant toutes les tendances du camp conservateur – des modérés aux plus ultras – est une «nouvelle gifle à Trump pouvait-on lire, ce dimanche matin, à la une du quotidien ultraconservateur «Keyhan» selon lequel «le peuple a disqualifié les réformateurs». Pour rappel, la décision de Donald Trump de dénoncer l'accord de Vienne et de réimposer des sanctions à l'Iran a eu pour conséquence la violente récession qui frappe le pays et dont il a peine à sortir.
De son côté, le Guide Suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, a loué, sur son site internet, «la participation massive de la population» en dépit de l'intense campagne de «découragement» menée par la presse étrangère.
Or, si pour Emad Bahavar, un militant réformateur, «dans des élections où les réformateurs progressistes n'ont pas pu présenter de candidats en raison de disqualifications sans précédent, une telle participation semble normale», Mme Arghavan Aram, à la tête d'une ONG défendant les personnes transgenres, considère, quant à elle, qu'une «élection avec une seule tendance politique n'est pas une élection mais une sélection» alors que pour l'ancien chef de la télévision d'Etat, Ezzatollah Zarghami, il faudrait s'attaquer «aux causes profondes du faible taux de participation».
Enfin, si, selon les premiers chiffres non officiels publiés par l'agence «Fars», la coalition conservatrice aurait remporté 191 des 290 sièges que comporte ce nouveau Parlement, ce résultat est un véritable coup dur pour le président modéré Hassan Rohani qui, jusqu'à la fin de son mandat en 2021, verra sa marge de manœuvre limitée. De quoi donc demain sera-t-il fait dans cette République islamique iranienne qui occupe une place de premier choix dans le viseur d'une administration américaine toujours prête à dégainer ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.