Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand on n'a pas froid aux yeux…
Publié dans Albayane le 28 - 04 - 2020


Errement d'un journaliste saoudien
Quelle mouche a bien pu piquer un journaleux saoudien pour s'en prendre gratuitement à notre pays ? A voir cet énergumène vomir des insanités à son adresse, on est plutôt nauséeux.
Ses propos immondes ont fait le tour des réseaux sociaux et suscité une immense indignation aussi bien dans les multiples milieux de la société qu'à l'extérieur. Le feuilliste scabreux, en état blasphématoire des lieux saints, n'a guère froid aux yeux d'abhorrer des allégations macabres en direction de la souveraineté d'une Nation, en pleine lutte contre le Covid-19. Non seulement il verse dans la calomnie la plus éhontée, mais se paie aussi le luxe de faire le prêcheur de leçons sur la vie économique.
Selon ses errances acrimonieuses, il reproche au Maroc de compter sur le secteur du tourisme pour en faire l'un de ses fondements avant-gardistes de l'économie nationale. Pis encore, il le fustige d'en faire aussi un support de proxénétisme, alors qu'il aurait dû s'adonner à des segments porteurs, tels l'industrie et l'agriculture. Cette abominable homélie se permet tout d'abord, de s'adonner à l'accusation sordide à l'égard d'une destination touristique décente et attractive.
En plus, il se donne le droit de conseiller à faire des activités industrielles ou agraires. Notre plumitif omet que le tourisme dans notre pays s'érige non seulement en secteur de l'économie, mais aussi en expression de tolérance universelle. En fait, tout le monde sait que, s'il y a prostitution quelque part, c'est bel et bien, dans son camp où les pétrodollars se ruent, un peu partout dans le monde, pour satisfaire leurs refoulements sexuels.
S'agissant de ses leçons, il n'a qu'à les suggérer ailleurs, car le Maroc, sans hydrocarbures, parvient à promouvoir son industrie, notamment en cette crise virale où il s'érige en producteur de bavettes manquant aux nations le plus avancées en la matière, ainsi que des respirateurs artificiels, en masse et en temps record.
Quant au secteur agricole, l'expertise marocaine est un réel exemple, tant au niveau de la confection des barrages, depuis des lustres, que de l'usage des techniques les plus prisées dans le monde. Malgré les multiples contraintes, en termes de financement des projets, le Maroc s'engage dans un long processus d'émergence multidimensionnel, à travers la mise en fonction des diverses institutions. Il n'a pas de leçons à recevoir de quiconque, encore moins des pervers aveugles par la brillance trompeuse de l'or noir et les ténèbres de l'ignorance capricieuse!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.