El Othmani: « Les éléments séparatistes se sont isolés du reste du monde »    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Ligue des champions: Le Real et Liverpool aspirent aux huitièmes    Une Marocaine élue au Comité des Droits des Personnes Handicapées    Covid-19 : Nouvel assouplissement des mesures restrictives à Khénifra    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    "La Guérisseuse " de Mohamed Zineddaine, Grand Prix du Festival maghrébin du film d'Oujda    Ouverture des candidatures pour le meilleur club de lecture de 2021    Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme    Evolution du coronavirus au Maroc : 2533 nouveaux cas, 356.336 au total, lundi 30 novembre à 18 heures    Provinces du Sud : 70% des projets de développement exécutés    Tennis : Adam Moumar...révélation et sensation    La fondation OCP lance la plateforme « Restore Africa Soils »    Hausse du crédit bancaire en octobre (BAM)    UE-Maroc : Deux commissaires européens en visite à Rabat    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président burkinabé    La cause palestinienne est la clé de voûte de toute solution permanente et globale au Moyen-Orient    Le vaccin bientôt parmi nous    Nouveau coup dur pour le Real    Le ministère de l'Intérieur a fait une annonce    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Crédit du Maroc accompagne la relance économique    Réflexions d'un homme qui revient de loin    Etablissements scolaires: le carton jaune d'Amzazi    L'Opinion : Union du Maghreb, un rêve que les képis empêchent    Ziane fantasme sur le vote des Marocains en les infantilisant    Al Haouz / INDH : Large contribution à la promotion du capital humain    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Téhéran rend un dernier hommage au «docteur martyr» assassiné    Aspirer à la synchronie nationale!    Groupe OCP. Nadia Fassi Fehri rejoint le Top Management    Suisse : Le Réseau international des journalistes arabes et africains salue l'action pacifique du Maroc à El Guerguarat    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Employabilité des femmes, beaucoup reste à faire    ASHA, 3è à l'Eurovision Junior 2020 à Varsovie    «Le mouvement culturel amazigh est un projet de société basé sur le repensé»    Maradona, le «Che» du football    Un Marocain désigné SG de l'Union des avocats arabes    Tottenham reprend la tête, Cavani et Manchester prêts pour Paris    Un démarrage sous le spectre du Covid, la programmation émerge du lot    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    Lydec annonce une baisse de son chiffre d'affaires    La province de Taza face à une intense vague de froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les plages: ces bombes à retardement?
Publié dans Albayane le 15 - 07 - 2020

Depuis la levée du confinement obligatoire, les Marocains et résidents retrouvent petit à petit leurs habitudes. Les habitués des terrasses de cafés, les mordus de la course à pied et de vélo sont tous enchantés de reprendre une vie normale. Mais l'été est là, au même titre que les vacances estivales. À cet effet, l'équipe d'Al Bayane s'est rendue à la corniche de Casablanca et plus précisément sur les plages de Aïn Diab. Ces dernières sont bardées de monde, à croire que la pandémie liée au nouveau coronavirus covid-19 n'était qu'un mauvais rêve. Aucune mesure de sécurité n'est prise en compte, encore moins respectée. Reportage.
La levée du confinement obligatoire a été perçue par tous les marocains comme une délivrance. Après plus de trois mois de limitation de déplacement, marocains et résidents n'avaient qu'une envie, reprendre la vie d'antan.
Depuis la fameuse levée, les terrasses de cafés ne désemplissent pas, au même titre que les grandes artères de la capitale économique du royaume. Par ces temps de grande chaleur et de vacances estivales, les plages sont aussi très fréquentées. En famille, en couple ou entre amis, toutes les raisons sont bonnes pour aller piquer une tête.
Jusque-là, rien d'anormal me diriez-vous? Mais force est de constater que la grande majorité des amateurs de plages ne respectent aucunement les mesures de sécurité sanitaire, même pas en temps de pandémie.
Les bords de plage sont noirs de monde. Les visiteurs improvisent des matchs de football, de volley-ball ou de palette (tennis de plage). Grands et petits s'entremêlent sans le respect de la moindre mesure de sécurité sanitaire.
À quelques mètres du bord de mer, les visiteurs plantent des espèces de tentes constituées de draps et de couvertures. La distance entre elles ne dépasse pas quelques centimètres bravant ainsi tous les dangers liés à la Covid-19.
À l'heure du repas, la générosité marocaine se fait ressentir. Amis, les membres d'une même famille, où inconnus se partagent les sandwichs de poivron et d'aubergine, une délicieuse préparation que l'on retrouve sur toutes les plages du royaume. Le dessert n'est pas en reste, les pastèques enterrées au bord de mer pour qu'ils gardent leurs fraicheurs passent aussi de mains en mains défiant tous les dangers.
À l'approche de 18h, heure fatidique où tout un chacun doit quitter la plage, les «salamalek» sont monnaie courante. Entre amis, familles ou nouvelles connaissances, personne n'échappe à la poignée de main et la bise «d'au revoir».
Il est certain qu'à ce rythme là et avec cette «discipline» qui laisse à désirer, nous ne pouvons pas espérer se sortir de cette impasse et dépasser une bonne fois pour toute cette pandémie. Dès les prémices de cette crise sanitaire internationale, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le monde entier d'un risque de deuxième vague. À ce rythme là et avec cette discipline qui laisse à désirer, pouvons-nous vaincre la pandémie liée au nouveau coronavirus ? Ce n'est pas demain la veille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.