Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Discours du Trône : début d'opérationnalisation    Covid-19: 1.021 nouveaux cas confirmés au Maroc, 661 guérisons en 24H    Hôtellerie : Accor compte supprimer 1.000 emplois dans le monde    Le Discours de la clarté et de l'espérance    France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Le vol de la honte!    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Fortes chaleurs: Soyons vigilants    Casablanca: le personnel médical exprime son rejet de la décision d'Aït Taleb    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Les charges communes sont loin d'être des charges exceptionnelles    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Alsa Al Baida suspend les lignes de bus Casa-Mohammedia    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche plus virulente    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Une transaction sur 50 est frauduleuse    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Approvisionnement en eau potable à Demnate: L'ONEE s'explique    Les répercussions de la Covid-19 sur les banques marocaines    Casablanca: violent incendie au quartier Beauséjour    Covid-19 : Les autorités de Tanger serrent la vis pour contenir la propagation de la pandémie    Gestion de la crise sanitaire : Le rôle des collectivités territoriales au cœur du débat    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Aggravation du déficit commercial en 2019    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les plages: ces bombes à retardement?
Publié dans Albayane le 15 - 07 - 2020

Depuis la levée du confinement obligatoire, les Marocains et résidents retrouvent petit à petit leurs habitudes. Les habitués des terrasses de cafés, les mordus de la course à pied et de vélo sont tous enchantés de reprendre une vie normale. Mais l'été est là, au même titre que les vacances estivales. À cet effet, l'équipe d'Al Bayane s'est rendue à la corniche de Casablanca et plus précisément sur les plages de Aïn Diab. Ces dernières sont bardées de monde, à croire que la pandémie liée au nouveau coronavirus covid-19 n'était qu'un mauvais rêve. Aucune mesure de sécurité n'est prise en compte, encore moins respectée. Reportage.
La levée du confinement obligatoire a été perçue par tous les marocains comme une délivrance. Après plus de trois mois de limitation de déplacement, marocains et résidents n'avaient qu'une envie, reprendre la vie d'antan.
Depuis la fameuse levée, les terrasses de cafés ne désemplissent pas, au même titre que les grandes artères de la capitale économique du royaume. Par ces temps de grande chaleur et de vacances estivales, les plages sont aussi très fréquentées. En famille, en couple ou entre amis, toutes les raisons sont bonnes pour aller piquer une tête.
Jusque-là, rien d'anormal me diriez-vous? Mais force est de constater que la grande majorité des amateurs de plages ne respectent aucunement les mesures de sécurité sanitaire, même pas en temps de pandémie.
Les bords de plage sont noirs de monde. Les visiteurs improvisent des matchs de football, de volley-ball ou de palette (tennis de plage). Grands et petits s'entremêlent sans le respect de la moindre mesure de sécurité sanitaire.
À quelques mètres du bord de mer, les visiteurs plantent des espèces de tentes constituées de draps et de couvertures. La distance entre elles ne dépasse pas quelques centimètres bravant ainsi tous les dangers liés à la Covid-19.
À l'heure du repas, la générosité marocaine se fait ressentir. Amis, les membres d'une même famille, où inconnus se partagent les sandwichs de poivron et d'aubergine, une délicieuse préparation que l'on retrouve sur toutes les plages du royaume. Le dessert n'est pas en reste, les pastèques enterrées au bord de mer pour qu'ils gardent leurs fraicheurs passent aussi de mains en mains défiant tous les dangers.
À l'approche de 18h, heure fatidique où tout un chacun doit quitter la plage, les «salamalek» sont monnaie courante. Entre amis, familles ou nouvelles connaissances, personne n'échappe à la poignée de main et la bise «d'au revoir».
Il est certain qu'à ce rythme là et avec cette «discipline» qui laisse à désirer, nous ne pouvons pas espérer se sortir de cette impasse et dépasser une bonne fois pour toute cette pandémie. Dès les prémices de cette crise sanitaire internationale, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti le monde entier d'un risque de deuxième vague. À ce rythme là et avec cette discipline qui laisse à désirer, pouvons-nous vaincre la pandémie liée au nouveau coronavirus ? Ce n'est pas demain la veille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.