PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »    Sahara marocain: ce qu'a dit Pedro Sanchez devant l'AG de l'ONU    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Enquête. Les femmes journalistes victimes de violence en ligne    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Manifestation à Marseille contre les mesures sanitaires    Le changement de saison n ' affecterait pas l'humeur    Haj Lamssadek jdidi entre authenticité et modernisme    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Médicaments contre le Covid-19 : 91% des pharmaciens ont constaté des perturbations d'approvisionnement    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Coronavirus : Un vent d'optimisme souffle sur Tanger    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vol de la honte!
Publié dans Albayane le 04 - 08 - 2020

Quel type de citoyen est-on en train de bâtir pour cette nation immémoriale ? Une question tracassante qui ne cesse de tarauder la société marocaine, en ces phases de construction tous azimuts.
On édifie la ville et fortifie l'infrastructure, mais ne tonifie nullement l'élément humain. C'est comme si on solidifiait une coquille vide, sans âme ni repère! Deux actes, aussi ignobles que criards, survenus en ces jours de fête, viennent, une fois n'est pas coutume, de mouvoir les populations, en état d'écœurement.
Tout d'abord, cette confiscation abjecte des moutons aux pâtres outrés par l'immondice de la gaucherie, dans une «Rahba» de bétail à Casablanca, la veille de la fête. Ensuite, ce vol sordide de draps et d'ustensiles par des patients remis du virus, après avoir subi les soins requis...
Deux impairs qui ont suscité révolte et colère au sein de l'opinion publique nationale et, sans nul doute, altéré l'image du pays en outre-mer. A quoi servirait de remettre d'aplomb l'être en santé corporelle si la maladie subsistait encore dans sa santé morale? Platon, l'illustre philosophe grec, disait un jour dans sa République : «On ne doit pas chercher à guérir le corps, sans chercher à guérir l'âme!».
Notre pays déploie un effort titanesque dans la morphologie extérieure de l'humain et de la matière, mais ne parvient guère à les réconcilier pour atteindre un vivre-ensemble digne et décent. En effet, si on arrive, tant bien que mal, à construire le cadre de vie sur le territoire, on butera sur la nature de l'homme qui s'y installe.
A nos jours, la fondation du citoyen fait cruellement défaut dans un espace de vie bourré d'hostilité et d'animosité. Les valeurs séculaires qui ont de tout temps, scellé la singularité marocaine, se sont effritées, au fil des ans. Les principes de citoyenneté se sont effilochés pour n'en ériger que les tares, parmi les familles et les individus...
À qui incombe la fracture sociale qui fait que le marocain se sera permis de mettre la main sur un mouton ou un robinet sur la scène publique ? Il est bien certain que son ancêtre, imbu de vertus et de pudeur, se sera abstenu de le faire, puisqu'il n'a jamais appris à vivre dans l'imposture. Aujourd'hui, la descendance marocaine vit la disparité, le dénuement et la misère.
L'école ne fait pas grand-chose pour enfanter un citoyen pur et platonique. «La pauvreté a failli devenir mécréante!», nous a-t-on bien fait réciter aux bas âges et on ne savait pas trop ce que cela voulait dire, jusqu'au moment où le peuple, après quatre mois de confinement, se trouve dans l'obligation de voler pour subvenir à un rituel festif qu'on aurait dû annuler.
Qui est responsable de cette hécatombe humaine ? On ne peut adosser tous ces hiatus à un peuple auquel on a spolié le droit de vivre dans la dignité, le droit de parler dans la liberté, le droit de choisir ce que bon lui semble, le droit de honnir les idées rétrogrades et obscurantistes, le droit d'élire ses représentants sans argent sale ni fraude répressive...
Notre pays a donc mal à son système régnant, à l'échec de sa sphère gouvernante, au pouvoir monopoliste qu'exercent ses lobbys, à la mainmise de ses ressources fomentée par l'oligarchie aux dépens des franges déshéritées de la société...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.