Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions    Moyens de paiement : Le cash règne en maître sur l'économie marocaine    Retraite : une réforme qui piétine    Noureddine Akkouri : « Quel que soit le contenu du manuel scolaire, si l'enseignant est compétent, il réussira à transmettre l'information »    Casablanca-Settat : les entreprises encouragées à privilégier le télétravail    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    PCNS : La démondialisation en débat    La classe moyenne agressée!    Agroalimentaire: Secouée par la crise, Danone se réorganise    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    Comité Exécutif du PI : l'Istiqlal condamne l'escalade de l'islamophobie en France    Liga: Le Real Madrid et Ramos dominent le Barça    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Confessions dominicales : De la défense des droits de l'homme à l'exploitation sexuelle    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    Patrimoine : Un canon volé à la Kasbah des Oudayas sauvé de justesse    L'AMMC décrypte son activité de 2019    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    El Guergarate: Bourita fustige les brigands polisariens à la solde de l'Algérie    «Le modèle de développement souhaité devrait intégrer les valeurs de la solidarité, de l'éthique et du vivre-ensemble»    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    La Zambie inaugure son ambassade à à Rabat    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    Ligue 1 : le match Lens-Nantes reporté à cause du Covid-19    Débuts difficiles pour Ziyech avec Chelsea (vidéo)    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Fermeture des salles de sport à Rabat    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Accès aux prépas: le ministère a fait une annonce    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    La FNM enrichit son capital culturel    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»
Publié dans Albayane le 24 - 09 - 2020

On a beau entendu dire que tout objet a une âme ; chose que n'arrive pas à réaliser l'être humain le Dieu nous a doté d'un certain nombre d'organes autre que tout être ou objet existant dans notre monde ce qui fait de nous la sacrée création de tout l'univers car on possède «une âme». Et nous arrivons à parler et s'exprimer etc.
Imaginez si : les objets ont une conscience et peuvent s'exprimer aussi! Comment allaient-ils percevoir notre monde? Nos réactions? Nos actes? Nos habitudes ? Comment allaient-ils s'exprimer? Par la parole peut-être ? Ou même se sentir et nous critiquer? Arriverons-nous à les entendre?
Effectivement, c'est l'idée du court-métrage «Je suis une conscience» de Youssef M'hakkak qui donne la parole à un nounours qui raconte son histoire et comment il subit son destin aussi, comme toute créature sur terre. C'est un court-métrage de 2 min 13 seconde de Youssef M'hakkak, sorti en Octobre 2017, qui avait déjà réalisé plusieurs courts-métrages: «Négative», «Ça tourne», «Point final»,... Et avec ce dernier, il a tenté le festival Nikon. Où a contribué avec Chafchouni Yahia à l'écriture du scénario. Avec la collaboration acteurs qui ont participé à ce projet.
Le premier plan qui introduit le film contient les mains qui portent le nounours qu'on considère le personnage principal de ce court-métrage. «Je suis un cadeau» c'est la première réplique qui nous plongera par la suite dans les évènements qui subira ce dernier.
Dans un plan d'ensemble, le réalisateur nous montrera l'élément déclencheur où la fille qui a reçu ce cadeau va le perdre par un geste inconscient afin de répondre à un coup de téléphone. C'est ici, la destinée de ce nounours va se bouleverser, et affronter son sort.
Comme le premier plan montre «les mains», le réalisateur insistera sur toutes les mains : les mains qui porteront ce nounours autant que les personnes. Jusqu'à dieu voudra et par un coup de chance, il sera entre de bonnes mains à la fin.
Le choix de la musique est réussi Yan's- Voyage car vraiment on voyage avec ce petit objet dans ce film en écoutant ce qu'il pense de son sort.
Or, tous les acteurs ont vu rôle secondaire ou de transit dans ce court métrage car on se concentre plutôt sur ce que le nounours dit et ne pas sur leur jeu. Car c'est la voix de ce dernier qui nous obsède par autre chose. C'est une idée peu évoquée et surtout dans des courts-métrages.
On peut comparer ce nounours à un être humain : Au début, un couple qui donnera naissance à un bébé qui est un cadeau du ciel, qui suit son destin, mais comme les choses ne vont pas toujours comme on veut, juste un seul choc peut bouleverser la vie d'un être. Mais, il faut croire aux bonnes choses et qu'un jour tout s'arrangera malgré toutes nos souffrances le beau temps arrivera.
Le réalisateur dans ces 2 min nous défile tout une vie avec ses hauts et ses bas. Et nous transmettre le message que tout objet a une conscience ou précisément une âme en inversant le rôle et en se mettant à leur place, en les écoutant comme ils le font tout le temps. Et comme on est inconscient de leur conscience. Ce film nous invite à se mettre dans la peau de nos objets. En devenant conscient de leur conscience!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.