Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Déclarations irresponsables: l'Intérieur se réserve le droit de recourir à la justice    Dakhla: le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance (ONMT)    5ème Convention annuelle des zones économiques : le modèle de Tanger Med Zones dévoilé    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    France: la stratégie vaccinale contre le Covid-19 présentée    Le déficit commercial se réduit à fin octobre    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Le Sénat donne son feu vert à la convention maroco-espagnole de lutte contre la criminalité    Décès de VGE: le roi Mohammed VI présente ses condoléances à Emmanuel Macron    L'IF de Meknès lance une galerie à l' air libre    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Hydrogène vert, le Maroc à l'affût des opportunités    Sociétés cotées: décélération de la baisse de l'activité à fin septembre    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 3 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le Royaume Uni signe un Mémorandum d'Entente avec le Maroc    Conseil du gouvernement : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'au 10 janvier    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    CAM au chevet des Fédérations interprofessionnelles de l'Agriculture    Une délégation de la Commission des AE à la Chambre des représentants en visite aux consulats accrédités    CNSS : « le test PCR n'est pas encore remboursable, mais… »    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    2M rénove ses journaux télévisés    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    La communauté internationale attendent toujours le gouvernement    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le pire défi de l'Etat-nation    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    «Qendil», nouveau single de Ayoub Hattab    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    La guerre du Tigré va-t-elle basculer vers la guérilla ?    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Anesthésistes réanimateurs : Pénurie, flou légal et burn out    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Covid-19. Un désastre pour les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sévir contre «la minorité radicale» et protéger une communauté intégrée
Publié dans Albayane le 27 - 10 - 2020

Jamais, dans l'histoire contemporaine, la France ne s'est trouvée dans une posture aussi désagréable, après la tournure que les événements ont prise, à la suite de l'assassinat terroriste de l'enseignant, Samuel Paty, pourtant fortement et vigoureusement condamné par la communauté musulmane à travers le monde et tout particulièrement dans l'Hexagone. Car l'on ne peut se taire sur la mort d'homme qu'aucune raison ne peut excuser.
La tension était déjà montée d'un cran, après le discours présidentiel sur le «séparatisme islamiste», jugé orienté vers une haine d'une composante essentielle de la «douce France», par manque d'une alternative démocratique sur le volet immigration, mis aux oubliettes. Et voilà que l'assassinat terroriste a ravivé les tensions entre la communauté musulmane de France, malgré sa condamnation de l'acte terroriste abominable, et l'avant-garde xénophobe et raciste qui guette la moindre occasion pour crier sa haine contre une communauté qui fait, pourtant, société commune en France.
Mais c'est la réaction officielle de la France, par sa plus haute autorité, qui a dépassé le cadre d'une réponse appropriée à un acte terroriste isolé, dont les auteurs et les complices sont devant la Justice. Elle prend la forme d'une véritable vendetta et d'amalgame contre une communauté entière sans distinction aucune.
Rien n'empêchait et n'empêche Paris et le pouvoir en France de prendre les mesures les plus radicales et les plus sévères contre les auteurs, les complices et les financiers du terrorisme. Personne ne s'en plaindrait si l'on cible réellement «la minorité radicale», chère aux discours officiels mais qui ne cherchent qu'à en tirer profit. Oui, ceux qui préconisent la violence et la terreur doivent être sévèrement punis.
Certes, l'on est loin des guerres de religions, mais le pouvoir en France, au lieu de trouver à temps des solutions «radicales» face aux terroristes incongrus et irréductibles, en voit une force électorale à conquérir, pour neutraliser sa capacité de nuisance et son activisme dans la société et sur la scène politique.
La crainte de l'arrivée de l'extrême droite à la présidence de la république n'est pas étrangère à cette opération de chasse aux sorcières. Cela fait tourner les têtes pensantes en France. Et l'on fait monter la surenchère lépéniste pour rafler les voix à droite comme à gauche.
C'est pourquoi il faudra mettre un terme à la stigmatisation de toute une communauté innocente et s'en prendre, sérieusement et réellement, à cette minorité trop radicalisée.
Mohamed Khalil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.