Le pass vaccinal, une condition d'accès aux aéroports marocains    PLF 2022 : Hausse des subventions du gaz butane et des produits alimentaires    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Sahara : José Manuel Albares rectifie les duperies du Polisario    Equipement : Baraka annonce un grand chantier d'infrastructures    Déclarations de l'Algérien Mohamed Antar Daoud : la France enjoint au «respect» de sa souveraineté    Un homme retrouvé décapité et éviscéré dans le sud-est de la France, le suspect en fuite    Kénitra : trois interpellations dans une affaire d'escroquerie    Le prix Sakharov 2021 décerné à la bête noire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny    Affaire Brahim Ghali: Les ingérences du gouvernement Sanchez dénoncées par le procureur général de Saragosse    Gazoduc Maghreb-Europe: Rabat étudie (déjà) les alternatives    En Espagne, le 40e congrès du PSOE prend fait et cause pour le Maroc, le Polisario choqué    Livres : Le chercheur Taib Ajzoul publie deux nouveaux travaux    Evolution du coronavirus au Maroc. 188 nouveaux cas, 942.967 au total, mercredi 20 octobre 2021 à 16 heures    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Selon la dernière note du HCP, la confiance des ménages s'améliore    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Dell Technologies contribue à l'évolution du support informatique et de la sécurité    Ligue des Champions : Youssef En-Nesyri absent ce soir    Newcastle : Les Saoudiens arrivés, l'entraîneur limogé    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Sahara marocain : Le Mexique réaffirme son soutien à une solution juste et mutuellement acceptable    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Liaisons aériennes : Suspension des vols avec trois pays européens    Covid-19: une nouvelle forme de variant inquiète le gouvernement britannique    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Angela Merkel s'apprête à quitter la scène
Publié dans Albayane le 26 - 09 - 2021


L'inoxydable chancelière allemande
Seize années au pouvoir et une popularité «inoxydable»: Angela Merkel s'apprête à quitter la chancellerie en laissant un grand vide dans le monde, où elle a incarné valeurs et sens du compromis, mais été aussi critiquée pour son manque de vision.
A 67 ans, elle a décidé de prendre sa retraite politique après les législatives de dimanche, dès que le prochain gouvernement aura pu être constitué.
Avec 16 ans dans les murs de la chancellerie à Berlin, elle a égalé, à quelques semaines près, le record de son mentor Helmut Kohl. Et figure parmi les chefs de gouvernements de pays démocratiques qui peuvent se prévaloir de la plus grande longévité au pouvoir.
En Allemagne, les jeunes qui vont voter pour la première fois dimanche n'ont connu qu'elle à la tête du gouvernement. On les appelle la «génération Merkel». Celle qui aura été élue 31 années durant au Bundestag se voit affublée en retour du surnom de «Mutti» (Maman) par l'opinion.
Malgré l'usure du temps, elle peut se targuer d'une popularité au firmament. Selon une récente enquête de l'institut Pew, elle jouit à l'international d'une cote de confiance de 72%, proche de celle de Joe Biden.
Qu'elle semble loin cette année 2019, lorsque la chancelière, à la tête d'une grande coalition droite-gauche à bout de souffle, paraissait dépassée par la mobilisation de la jeunesse pour le climat.
Comme un symbole du crépuscule de son règne, Mme Merkel avait été victime de spectaculaires crises de tremblements lors de cérémonies officielles, faisant naître des interrogations sur la capacité d'une chancelière réputée «presque infatigable» à achever son quatrième et dernier mandat.
Mais la pandémie de coronavirus a totalement rebattu les cartes. Les trois quarts des Allemands se disent satisfaits de son action à la tête de l'Allemagne, selon les sondages.
Des voix se sont même élevées durant la pandémie pour réclamer un cinquième mandat, ce que la chancelière, première femme à diriger l'Allemagne, a fermement écarté.
Face au Covid-19, cette scientifique de formation a réalisé un quasi sans-faute, privilégiant pédagogie et démonstrations rationnelles aux postures lyriques.
Le confinement, qui a rappelé à Mme Merkel sa vie dans l'ancienne Allemagne de l'Est communiste, a constitué, de son propre aveu, «une des décisions les plus difficiles» en 16 ans de pouvoir.
Avec à la clé une situation moins dramatique que nombre de voisins européens malgré une deuxième vague meurtrière à l'automne 2020.
La pandémie et ses conséquences ont aussi livré une nouvelle démonstration de son pragmatisme, sa capacité à changer de position pour faire descendre la température, passé à la postérité sous le nom de «merkélisme».
Championne de l'austérité européenne après la crise financière de 2008, au risque d'asphyxier la Grèce, Mme Merkel s'est en effet convertie depuis un an et demi à la relance budgétaire européenne et à la mutualisation de dettes, seules à même selon elle de sauver le projet européen.
En 2011, c'est la catastrophe nucléaire de Fukushima qui l'avait convaincue en quelques jours d'enclencher le retrait progressif de l'Allemagne de l'énergie nucléaire.
Mais sa prise de risque historique intervient à l'automne 2015, lorsque Angela Merkel décide d'ouvrir son pays à des centaines de milliers de demandeurs d'asile syriens et irakiens.
Malgré les inquiétudes de l'opinion, elle promet de les intégrer et de les protéger. «Nous y arriverons!», assure-t-elle. Peut-être la phrase la plus marquante prononcée au pouvoir par Mme Merkel, rétive aux discours enflammés.
Jusqu'alors, celle qui porte toujours le nom de son premier mari, avait toujours cultivé une image de femme prudente voire froide, sans aspérités, aimant les pommes de terre, l'opéra et la randonnée.
Pour expliquer sa décision sur les migrants, prise sans vraiment consulter ses partenaires européens, elle avait évoqué ses «valeurs chrétiennes» et un certain devoir d'exemplarité d'un pays qui porte la responsabilité de l'Holocauste.
Cette charité chrétienne, celle qui est née le 17 juillet 1954 sous le nom d'Angela Kasner la tient de son père, un pasteur parti volontairement vivre avec toute sa famille dans l'Allemagne de l'Est communiste et athée pour prêcher l'évangile.
«Mon héritage m'a façonnée, notamment l'aspiration à la liberté pendant ma vie en RDA», avait-elle confié lors du 30e anniversaire de la réunification.
Mais la crise migratoire inquiète, la peur de l'islam et des attentats s'installent, et l'électorat conservateur se détourne en partie vers l'extrême droite. Un tabou se brise en Allemagne. Elle en est rendue responsable.
Angela Merkel a toutefois toujours assumé sa décision et, après l'irruption de Donald Trump et le Brexit, elle se voit proclamée «leader du monde libre» dans un contexte de montée des populismes.
Barack Obama, un des quatre présidents américains qu'elle aura connus depuis 2005, la décrit dans ses Mémoires comme une dirigeante «fiable, honnête, intellectuellement précise», une «belle personne».
La «chancelière téflon», sur qui les problèmes glissent, reste un animal politique aussi singulier que redoutable, sous-estimée par ses adversaires.
En 2000, c'est en profitant d'un scandale financier au sein de son parti qu'elle prend les rênes de son parti de centre-droit, l'Union chrétienne-démocrate. La débutante sans charisme marginalise ensuite tous les hiérarques masculins qui lui font de l'ombre.
Le 18 septembre 2005, c'est face au chancelier social-démocrate Gerhard Schröder qu'elle arrache une victoire électorale sur le fil. Un premier succès aux élections générales, suivi de trois autres en 2009, 2013 et 2017.
Récemment, elle avait confié se retirer avec pour seule ambition: qu'on ne dise pas d'elle qu'elle était «paresseuse».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.