Personnes en situation de handicap. 1,8% seulement finissent leurs études    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Le SOC inwi Business, pour une veille en continu contre les cyberattaques…    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    Open Data. Le Maroc classé 42e sur 178 pays    Agence nationale des ports. Emission d'un emprunt obligataire d'1 MMDH    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    CAN Egypte 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Finale aller de la Ligue des Champions d'Afrique : Huit ans après, le WAC retrouve l'est sur son chemin    Autriche: Eclatement de la coalition droite-extrême droite…    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Lancement de la plateforme dates-concours.ma    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Les déficiences du football national!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Attijariwafa bank fixe son budget pour 2019 : 27 milliards DH de financement en faveur des TPME    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Sept réformes phares de l'UE    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Edito : Villes en otage    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    Theresa May pose les armes    Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon    Santé mentale. Le parent pauvre du système    Le ministère de l'Education nationale réagit au boycott des syndicats    Le Roi Mohammed VI inaugure la section casablancaise du Centre National Mohammed VI des Handicapés    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Les vraies fausses raisons d'une démission    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Métiers paramédicaux : Le Maroc ne compte que 700 kinésithérapeutes libéraux
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 07 - 2013

Le Maroc souffre d'un manque crucial de kinésithérapeutes. On compte actuellement 700 kinésithérapeutes installés en libéral à travers tout le Royaume. Des chiffres alarmants qui ont été avancés par les professionnels lors d'une table ronde sur «L'importance des métiers paramédicaux dans la réussite des rééducations» organisée récemment à l'Université internationale de Casablanca. Et pourtant les professions paramédicales sont décisives dans les schémas thérapeutiques.
Le Professeur Said Benomar, neuro-pédiatre, chef de service à l'Hôpital d'Enfants de Casablanca, a fait remarquer que les pathologies en orthopédie infantile nécessitent le traitement kinésithérapique alors que pour les pathologies en neuro pédiatrie, il faut recourir à plusieurs spécialités, à savoir la kinésithérapie, l'orthophonie et la psychomotricité. Par ailleurs, le Pr Benomar a insisté sur le fait que la prise en charge thérapeutique doit être pluridisciplinaire .
Pour sa part, Saraa Zarkik, présidente de l'Association des orthophonistes du Maroc, a indiqué qu'il n'existe que 155 orthophonistes installés en libéral au Maroc. Des statistiques qui montrent le besoin urgent de médecins dans ces spécialités. Les intervenants ont d'ailleurs relevé que le secteur du paramédical manque de professionnels qualifiés, vu l'augmentation de l'espérance de vie de la population et l'évolution des besoins. Et par conséquent, il n'y a pas d'adéquation entre l'offre et la demande.
Cette rencontre a aussi été l'occasion de mettre en exergue l'importance de la kinésithérapie respiratoire et la rééducation des troubles neuro-moteurs chez l'enfant. Un point qui a été souligné par Aziza Boutayeb, kinésithérapeute, présidente de l'Association des kinésithérapeutes du Grand Casablanca. Celle-ci a notamment rappelé tous les champs d'activité du kinésithérapeute : pédiatrie, traumatologie, orthopédie, neurologie, pneumologie, cardiologie… Dans les différentes techniques kinésithérapiques, Mme Boutayeb a souligné l'importance des techniques manuelles et insiste sur la formation aux techniques récentes.
Elle a conclu par le fait que «le métier de kinésithérapeute est un métier polyvalent, ce qui en fait sa richesse». Enfin, Catherine Guyot, première psychomotricienne installée en libéral au Maroc, a mis l'accent sur la rééducation de l'enfant atteint de troubles neuro-moteurs. Cette spécialiste a précisé que pour cette rééducation le thérapeute a besoin de la collaboration de la mère pour favoriser l'interaction entre le psychomotricien et l'enfant.
Notons que le Royaume ne compte qu'une quinzaine de psychomotriciens. Pour terminer, Mme Guyot a insisté sur l'importance d'inclure tout l'entourage immédiat de l'enfant pour pouvoir établir un diagnostic précis et établir un plan de rééducation personnalisé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.