Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droits des enfants en 2014: Le Maroc toujours à la traîne
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 04 - 2014

Beaucoup reste à faire pour promouvoir les droits des enfants au Maroc. Dans son dernier rapport sur la situation des droits des enfants en 2014 intitulé «Chaque enfant compte, dévoiler les disparités, promouvoir les droits de l'enfant», l'Unicef relève de nombreuses carences et des disparités de taille entre le milieu urbain et rural.
Celles-ci sont perceptibles en analysant tant les indicateurs économiques que ceux relatifs à l'éducation, la santé, l'accès à l'eau potable… En examinant les indicateurs de base, notamment la mortalité des moins de 5 ans, le rapport note que le nombre annuel de décès est encore élevé. Celui-ci s'est chiffré à 23.000 en 2012.
L'accès à l'eau potable et l'assainissement constituent un sérieux problème en milieu rural. A ce sujet, le rapport mentionne que 61% des Marocains en milieu rural ont accès à l'eau potable contre 98% en milieu urbain. Toujours selon le document, ils ne sont que 52% dans le rural à avoir accès aux installations sanitaires. Ces disparités sont palpables au niveau des naissances assistées. Dans le rural, l'Unicef relève que durant la période 2008-2012, seulement 55% des naissances sont assistées par un personnel soignant qualifié contre 92% en ville. L'autre sujet qui fâche est le travail des enfants.
Il touche encore 8% des jeunes. Rappelons à ce sujet que les dernières statistiques du Haut-Commissariat au Plan (HCP) font état de 123.000 enfants âgés de 7 à 15 ans en situation de travail en 2011. Quant au mariage des mineurs, le rapport mentionne qu'ils sont 3% à s'être mariés à l'âge de 15 ans. En matière d'éducation, les disparités persistent entre les deux sexes tant à l'école primaire que secondaire. Pour cet organisme des Nations Unies, l'équité dans la jouissance du droit à l'éducation doit figurer au cœur des stratégies et plans d'actions de ce secteur.
L'objectif étant de garantir ce droit à tous les enfants indépendamment de leurs sexes, de leurs conditions physiques et socio-économiques, ou du milieu où ils vivent. Malgré tous ces obstacles, l'Unicef relève que des progrès ont été réalisés au niveau du taux de mortalité des moins de 5 ans qui constitue l'un des indicateurs les plus importants du bien–être des enfants. Ce taux a ainsi régressé en passant de 187‰ en 1970 à 80‰ en 1990 et à 31‰ en 2012.
Le Maroc a aussi réalisé des progrès notables dans le secteur de la santé comme en témoigne l'espérance de vie à la naissance (71 ans en 2012), l'atteinte d'un taux de couverture vaccinale avoisinant les 99%.
En dévoilant ces chiffres, l'Unicef souhaite fournir aux gouvernements des informations concrètes sur lesquelles ils seront en mesure de fonder leurs décisions et leurs actions pour améliorer la vie des enfants. Pour l'Unicef, le plus important est que les décideurs utilisent les données pour apporter un changement positif et que celles-ci permettent aux enfants et aux communautés de demander des comptes aux responsables.
L'Unicef relève dans son dernier rapport que quelque 6,6 millions d'enfants de moins de 5 ans sont morts en 2012, la plupart de causes évitables, les privant de leur droit fondamental de survivre et de se développer.
Un rapport déjà critique en 2013
Dans son rapport publié en 2013 intitulé «L'équité pour accélérer la réalisation des droits des enfants au Maroc», l'Unicef avait déjà dressé un bilan alarmant en pointant du doigt les disparités importantes entre le milieu rural et le milieu urbain, ainsi que les catégories sociales dans la réalisation des droits de l'enfant. Des inégalités importantes qui ont été notifiées à plusieurs niveaux: éducation, mortalité infantile, accès à l'eau potable, assainissement et logement décent.
L'Organisation des Nations Unies avait aussi relevé dans son document que les progrès constatés sur la base des moyennes nationales peuvent cacher des disparités importantes en termes de pauvreté et de développement des enfants au sein des régions et des catégories sociales du pays. «Les progrès notoires dans différents domaines ne doivent pas cacher les contraintes nombreuses dans la réalisation des droits des enfants dans plusieurs secteurs (santé, éducation, protection…)», notait le rapport. De plus, les moyennes nationales de plusieurs secteurs représentent des taux en décalage avec les moyennes régionales. En dénonçant ces inégalités, l'Unicef souhaite que les droits des enfants soient réalisés avec équité.
6,6 millions d'enfants sont morts en 2012
En dépit de progrès considérables accomplis au cours des dernières décennies, l'Unicef relève dans son dernier rapport que quelque 6,6 millions d'enfants de moins de 5 ans sont morts en 2012, la plupart de causes évitables, les privant de leur droit fondamental de survivre et de se développer. Parmi les autres données alarmantes, on notera que 15% des enfants dans le monde travaillent, ce qui compromet leur droit à être protégés contre l'exploitation économique et porte atteinte à leur droit d'apprendre et de jouer. Autres chiffres alarmants : 11 % des filles sont mariées avant l'âge de 15 ans. Ce qui vient mettre en péril leurs droits à la
santé, à l'éducation et à la protection. Par ailleurs, l'Unicef note que le droit de vivre à l'abri de tout traitement cruel ou dégradant est violé lorsque les enfants sont soumis à une discipline imposée par la violence à la maison ou à l'école.
L'école pour tous
Chaque année, environ 340.000 enfants, adolescents et jeunes scolarisés, abandonnent l'école au Maroc. En 2012, l'Unicef avait appelé à une mise en œuvre effective de l'obligation de scolarité et à mettre fin aux disparités qui marquent ce droit. Pour cet organisme des Nations Unies, il faut garantir le droit à l'éducation à tous les enfants indépendamment de leurs sexes, de leurs conditions physiques et socio-économiques, ou du milieu où ils vivent.
S'agissant de la scolarisation au primaire, l'Unicef relève que le Maroc a affiché des progrès avec un taux de l'ordre de 98%. Cela dit, plus de 2% des enfants sont toujours exclus de l'école primaire. Ce qui va à l'encontre même de la convention des droits de l'enfant qui précise ^dans son article 28 que les Etats parties reconnaissent le droit de l'enfant à l'éducation. Pour l'Unicef, l'enseignement primaire obligatoire et gratuit est une priorité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.