De la nécessité d'investir dans la jeunesse    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Vers la création d'un centre sino-marocain de médecine traditionnelle    Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit    Marché immobilier : Les ventes toujours en repli    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Casablanca : des têtes d'ânes découvertes à Hay Mohammadi    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    La relance sur fond de responsabilité    Edito : Révolution    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Ronaldo: 2018 a été l'année la plus difficile sur le plan personnel    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Droits des enfants en 2014: Le Maroc toujours à la traîne
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 01 - 04 - 2014

Beaucoup reste à faire pour promouvoir les droits des enfants au Maroc. Dans son dernier rapport sur la situation des droits des enfants en 2014 intitulé «Chaque enfant compte, dévoiler les disparités, promouvoir les droits de l'enfant», l'Unicef relève de nombreuses carences et des disparités de taille entre le milieu urbain et rural.
Celles-ci sont perceptibles en analysant tant les indicateurs économiques que ceux relatifs à l'éducation, la santé, l'accès à l'eau potable… En examinant les indicateurs de base, notamment la mortalité des moins de 5 ans, le rapport note que le nombre annuel de décès est encore élevé. Celui-ci s'est chiffré à 23.000 en 2012.
L'accès à l'eau potable et l'assainissement constituent un sérieux problème en milieu rural. A ce sujet, le rapport mentionne que 61% des Marocains en milieu rural ont accès à l'eau potable contre 98% en milieu urbain. Toujours selon le document, ils ne sont que 52% dans le rural à avoir accès aux installations sanitaires. Ces disparités sont palpables au niveau des naissances assistées. Dans le rural, l'Unicef relève que durant la période 2008-2012, seulement 55% des naissances sont assistées par un personnel soignant qualifié contre 92% en ville. L'autre sujet qui fâche est le travail des enfants.
Il touche encore 8% des jeunes. Rappelons à ce sujet que les dernières statistiques du Haut-Commissariat au Plan (HCP) font état de 123.000 enfants âgés de 7 à 15 ans en situation de travail en 2011. Quant au mariage des mineurs, le rapport mentionne qu'ils sont 3% à s'être mariés à l'âge de 15 ans. En matière d'éducation, les disparités persistent entre les deux sexes tant à l'école primaire que secondaire. Pour cet organisme des Nations Unies, l'équité dans la jouissance du droit à l'éducation doit figurer au cœur des stratégies et plans d'actions de ce secteur.
L'objectif étant de garantir ce droit à tous les enfants indépendamment de leurs sexes, de leurs conditions physiques et socio-économiques, ou du milieu où ils vivent. Malgré tous ces obstacles, l'Unicef relève que des progrès ont été réalisés au niveau du taux de mortalité des moins de 5 ans qui constitue l'un des indicateurs les plus importants du bien–être des enfants. Ce taux a ainsi régressé en passant de 187‰ en 1970 à 80‰ en 1990 et à 31‰ en 2012.
Le Maroc a aussi réalisé des progrès notables dans le secteur de la santé comme en témoigne l'espérance de vie à la naissance (71 ans en 2012), l'atteinte d'un taux de couverture vaccinale avoisinant les 99%.
En dévoilant ces chiffres, l'Unicef souhaite fournir aux gouvernements des informations concrètes sur lesquelles ils seront en mesure de fonder leurs décisions et leurs actions pour améliorer la vie des enfants. Pour l'Unicef, le plus important est que les décideurs utilisent les données pour apporter un changement positif et que celles-ci permettent aux enfants et aux communautés de demander des comptes aux responsables.
L'Unicef relève dans son dernier rapport que quelque 6,6 millions d'enfants de moins de 5 ans sont morts en 2012, la plupart de causes évitables, les privant de leur droit fondamental de survivre et de se développer.
Un rapport déjà critique en 2013
Dans son rapport publié en 2013 intitulé «L'équité pour accélérer la réalisation des droits des enfants au Maroc», l'Unicef avait déjà dressé un bilan alarmant en pointant du doigt les disparités importantes entre le milieu rural et le milieu urbain, ainsi que les catégories sociales dans la réalisation des droits de l'enfant. Des inégalités importantes qui ont été notifiées à plusieurs niveaux: éducation, mortalité infantile, accès à l'eau potable, assainissement et logement décent.
L'Organisation des Nations Unies avait aussi relevé dans son document que les progrès constatés sur la base des moyennes nationales peuvent cacher des disparités importantes en termes de pauvreté et de développement des enfants au sein des régions et des catégories sociales du pays. «Les progrès notoires dans différents domaines ne doivent pas cacher les contraintes nombreuses dans la réalisation des droits des enfants dans plusieurs secteurs (santé, éducation, protection…)», notait le rapport. De plus, les moyennes nationales de plusieurs secteurs représentent des taux en décalage avec les moyennes régionales. En dénonçant ces inégalités, l'Unicef souhaite que les droits des enfants soient réalisés avec équité.
6,6 millions d'enfants sont morts en 2012
En dépit de progrès considérables accomplis au cours des dernières décennies, l'Unicef relève dans son dernier rapport que quelque 6,6 millions d'enfants de moins de 5 ans sont morts en 2012, la plupart de causes évitables, les privant de leur droit fondamental de survivre et de se développer. Parmi les autres données alarmantes, on notera que 15% des enfants dans le monde travaillent, ce qui compromet leur droit à être protégés contre l'exploitation économique et porte atteinte à leur droit d'apprendre et de jouer. Autres chiffres alarmants : 11 % des filles sont mariées avant l'âge de 15 ans. Ce qui vient mettre en péril leurs droits à la
santé, à l'éducation et à la protection. Par ailleurs, l'Unicef note que le droit de vivre à l'abri de tout traitement cruel ou dégradant est violé lorsque les enfants sont soumis à une discipline imposée par la violence à la maison ou à l'école.
L'école pour tous
Chaque année, environ 340.000 enfants, adolescents et jeunes scolarisés, abandonnent l'école au Maroc. En 2012, l'Unicef avait appelé à une mise en œuvre effective de l'obligation de scolarité et à mettre fin aux disparités qui marquent ce droit. Pour cet organisme des Nations Unies, il faut garantir le droit à l'éducation à tous les enfants indépendamment de leurs sexes, de leurs conditions physiques et socio-économiques, ou du milieu où ils vivent.
S'agissant de la scolarisation au primaire, l'Unicef relève que le Maroc a affiché des progrès avec un taux de l'ordre de 98%. Cela dit, plus de 2% des enfants sont toujours exclus de l'école primaire. Ce qui va à l'encontre même de la convention des droits de l'enfant qui précise ^dans son article 28 que les Etats parties reconnaissent le droit de l'enfant à l'éducation. Pour l'Unicef, l'enseignement primaire obligatoire et gratuit est une priorité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.