Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    Sadiki : Déficit de 2 milliards de m3 des Les retenues des barrages à usage agricole    IRCAM/Chambre des conseillers : Une alliance pour consolider l'institutionnalisation de l'amazigh    Le roi félicite le nouveau président somalien    En visite en Turquie, Abdelmadjid Tebboune a lourdement péché contre la bienséance    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Annulation de la condition du test PCR pour l'entrée au territoire marocain    Aït Taleb: « L'hôpital de Tarfaya sera opérationnel en octobre prochain »    Casablanca : Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire    Le Maroc annule l'exigence du test PCR pour entrer sur le territoire    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Éditorial : L'arithmétique du zéro
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 09 - 2003

Les jeunes de 18 ans qui ont voté pour la première fois de leur vie vont être désorientés pour longtemps par la logique du calcul politique. Pis encore, nos enfants qui sont aujourd'hui à l'école risquent de confondre la valeur absolue de l'arithmétique avec les calculs électoraux volatiles qu'ils entendent de la bouche de leurs parents.
Les jeunes de 18 ans qui ont voté pour la première fois de leur vie vont être désorientés pour longtemps par la logique du calcul politique. Pis encore, nos enfants qui sont aujourd'hui à l'école risquent de confondre la valeur absolue de l'arithmétique avec les calculs électoraux volatiles qu'ils entendent de la bouche de leurs parents. C'est comme s'ils découvrent à la fin de l'année, dans les épreuves corrigées, que 1+1 ne font pas deux mais zéro. L'explication de cette opération contre-nature tient à conviction versatile du maître correcteur sur la notion de science exacte. Remarquez, le zéro pointé des Arabes n'a pas changé de direction depuis qu'ils ont été les premiers à l'inventer puisqu'il va toujours dans le sens qu'ils empruntent. Il ne faut pas donc s'étonner outre mesure si le déroulement des élections était parfait et si les élus ont atteint le degré zero de la maturité politique. On revient toujours à la case de départ en multipliant par zéro tous les acquis que l'électorat croyait avoir conquis une fois pour toutes. Mais il y a loin de la coupe aux lèvres quand la loi de la majorité parlementaire ne fonctionne pas et se mue en alliances monstrueuses.
Ce qui change toute la donne quand un parti arrive en tête dans une ville avec un nombre élevé de voix et qu'il se voit supplanter par un petit parti dont le score ne dépasse guère trois voix. Cela s'est passé partout au Maroc, surtout dans les villes où le principe de l'unité n'a pas été retenu et où le scrutin de liste a enfanté une pléthore de partis. Même les grandes villes comme Casablanca, Rabat, Marrakech n'ont pas échappé à ce syndrome de l'illogisme arithmétique, politique, électoral et surtout éthique de nos élus. A Casablanca les partis de l'Istiqlal et de l'USFP ont occupé les premiers postes mais comme partout ailleurs les deux frères ennemis ont préféré la désertion à l'union. Pis encore, si on additionne les voix obtenues par les partis de la majorité gouvernementale à Casablanca, elles dépassent de loin leurs rivaux pour s'emparer de la mairie. Mais l'hétérogénéité du gouvernement étant ce qu'elle est et le décès de la Koutla étant certifié depuis longtemps, tout théorème mathématique est devenu obsolète.
Aussi ne faut-il pas tiquer si le parti de l'Istiqlal s'allie avec l'UC et le PJD de l'opposition, même si ce dernier parti joue à tous les postes pour se refaire une virginité sur un terrain miné. Pour les islamistes, tous les chemins mènent à Rome même en compagnie des socialistes qu'ils bannissent, pourtant, à longueur de journée. De toutes les manières, l'arithmétique du parti à référentiel islamiste ne diffère pas de celle des libéraux ou autres progressistes. Tout le monde revient à la case départ en multipliant tous les paramètres par zéro, croyant ainsi qu'il aura le plus grand nombre de voix. Fichtre ! Quand on multiplie un chiffre par zéro, le résultat est toujours nul autant que des élections parfaitement organisées par l'Intérieur et annulées par la stupidité des élus dont la traîtrise envers l'électorat est incommensurable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.