Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    L'administration pénitentiaire pointe la gestion intégrée des soins de santé en milieu carcéral en 2020 (rapport)    Ch'hiwa Maâ Choumicha: Testez les petits sablés aux amandes et à la pâte à tartiner !    Campagne de don sang : L'Académie royale militaire de Meknès se mobilise    Anniversaire de la création des FAR : 65 ans d'engagement envers la patrie    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Driouch : une secousse tellurique de magnitude 4,1 degrés    L'arganier présente une forte plasticité écologique et climatique (Spécialiste )    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perspectives 2016 : «Transformer le CAFRAD en un centre d'excellence africain»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 10 - 2015

ALM : Le CAFRAD va fêter son 51ème anniversaire cette année, quel est l'impact de ce Centre sur l'administration publique africaine ?
Stéphane Monney Mouandjo : Depuis la création du CAFRAD, ce centre ne cesse d'impulser de nouvelles réflexions pour accompagner les dynamiques de changements positifs dans les administrations publiques africaines et dans les stratégies de gouvernance publique d'une manière générale. Il faut savoir que la gouvernance responsable en Afrique est une question centrale pour nous et le bilan des réformes et des stratégies mis en place pour le développement et la démocratisation des Etats en Afrique révèle toujours que les résultats sont au-delà des transformations attendues par les populations, qui n'ont pas nécessairement trouvé, dans le fonctionnement actuel des Etats, les aspirations et les espérances souhaitées, malgré une amplification des dynamiques tendant à la libération de la parole ainsi qu'à un contrôle plus accru de l'action de l'Etat et des institutions publiques de la part de l'opinion. C'est pour cela que le CAFRAD est toujours là pour contribuer de façon encore plus profonde à donner un nouvel élan aux transformations mélioratives, nécessaires au renforcement du positionnement de l'Afrique et de ses administrations publiques.

Comment le CAFRAD envisage-t-il de mettre en place une bonne gouvernance responsable dans l'administration publique ?
Effectivement, la démarche adoptée par le CAFRAD consiste à mettre l'administration publique au cœur des stratégies de «gouvernances responsables», c'est-à-dire faire des administrations publiques et des administrations en charge des réformes le socle des transformations d'une gouvernance correspondant effectivement aux attentes légitimes des populations par le respect de la norme juridique, tout en garantissant par ailleurs les droits et libertés des citoyens, principaux destinataires et bénéficiaires d'une gouvernance responsable. Il est aussi question de voir comment les instruments du pouvoir exécutif portés par les administrations publiques peuvent accompagner les stratégies de réformes, en vue de renforcer l'action de l'Etat, tout en garantissant aux citoyens et aux usagers le respect de leurs droits et donc de garantir le respect de certaines valeurs de nature à rendre compte de l'Etat de droit. Certes, tous ces efforts permettent à l'Afrique de se positionner et de créer sa propre histoire et son modèle de la gouvernance publique.
Quels sont les objectifs que vous avez fixés lors du conseil d'administration du CAFRAD ?
Nous sommes en train de travailler sur beaucoup de projets. Il s'agit bien d'un vaste projet de transformer le CAFRAD en un centre d'excellence africain pour former les cadres administrateurs africains et également inviter les décideurs à mettre à jour leur expérience et leur compétence dans plusieurs domaines. Cette formation est dédiée à tous les pays africains. On est en discussion avec la Banque africaine du développement (BAD) pour pouvoir réaliser cette plate-forme qui sera installée au Maroc. Ce projet va nous aider à instaurer une gouvernance répondant véritablement aux critères de modernité, de simplicité, d'éthique et d'efficacité pour une Afrique à la fois singulière et ouverte sur un monde dynamique et compétitif.
Comment évaluez-vous l'expérience marocaine dans le domaine de l'administration publique ?
Sincèrement, l'administration publique africaine et particulièrement marocaine est vivement appelée à devenir un acteur incontournable pour conduire les changements dans tous les domaines. Et je crois que l'administration marocaine a beaucoup évolué dans plusieurs domaines par rapport à d'autres administrations africaines.
Elle évolue pour passer d'un système où primait le respect strict et bureaucratique des dispositions légales à une culture axée sur la recherche de performances et un souci d'efficacité du service public. Désormais, la qualité des services offerts par les administrations publiques et leur efficacité sont une composante essentielle de l'environnement des affaires et des entreprises.
La force de l'entreprise marocaine et la mesure dans laquelle sa performance sera égale à celle de ses concurrentes étrangères dépendront des capacités de gestion des administrations publiques et de leurs performances : respect des délais, capacité d'anticipation et de réaction, capacité de répondre aux besoins des clients, capacité d'intervenir rapidement…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.