La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Affronter les pollueurs récidivistes!    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    Sahara : De l'informel à l'officiel…    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Casablanca : Une tentative de viol filmée sur Internet    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Messi exit du Classico    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Désillisions    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraites : Boussaid dégraisse le mammouth
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 10 - 2004

Après l'échec de son premier plan, le gouvernement Jettou a mis en place un nouveau programme qu'il veut séduisant destiné à encourager de départs volontaires à la retraite dans la fonction publique.
ALM : En quoi consiste au juste le nouveau programme de départ volontaire de la fonction
publique ?
Mohamed Boussaid : Il s'agit d'une opération qui vise à inciter les fonctionnaires à opter pour le départ volontaire à la retraite moyennant une compensation forte. L'objectif est d'offrir la possibilité et les moyens à ceux qui désirent partir pour se recycler dans le privé. L'administration peut ainsi gérer ses effectifs et se rajeunir afin de devenir plus performante. L'Etat pourra également mieux gérer ses recrutements futurs et faire des choix qui répondent à des besoins spécifiques. Il faut rappeler ici que la réduction du nombre des fonctionnaires n'est pas un objectif en soi mais plutôt une résultante d'un processus plus large. Globalement, ce programme repose sur le volontariat. Ce qui veut dire que l'administration ne pousse personne à partir de même que l'administration garde toujours son mot à dire et qu'elle peut refuser une demande si elle le juge utile. L'opération est ensuite limitée dans le temps. Elle se fera en une seule fois et restera ouverte les six premiers mois de l'année 2005.
Enfin elle est unique. Car il n'y aura pas d'autres opération dans ce sens.
Une première opération similaire a connu un échec patent. Qu'est-ce qui distingue justement cette nouvelle opération de la précédente ?
Avec cette nouvelle formule, le départ volontaire à la retraite sera ouvert à tout le monde, et à toutes les échelles. Il n'y a pas de limitation pour prétendre à une retraite anticipée.
Contrairement à la formule initiale où il était prévu d'étaler les départs volontaires sur plusieurs années, et avec un échéancier assez strict, la retraite anticipée dans l'administration sera réalisée, cette fois, en une seule opération et ouverte tout au long de l'année 2005. Concernant les conditions financières, le programme prévoit des indemnités d'un mois et demi de salaire par année de travail, avec un plafond de 36 mois défiscalisé. Il s'agit bien d'une opération où tout le monde trouve son compte : l'objectif n'est pas de réduire le nombre de fonctionnaires et donc le poids de la masse salariale dans la fonction publique, mais de développer l'emploi, et ce à deux niveaux.
Parallèlement, les fonctionnaires qui optent pour le départ auront une pension de retraite qu'ils percevront immédiatement après leur départ. Ce pactole pourrait leurservir moyen pour de monter leur propre affaire et créer ainsi des emplois.
Quel est le coût prévisionnel de cette opération ?
L'enveloppe financière qui va être affecté à ce programme n'est pas encore déterminée avec précision. Sachant que c'est une opération qui repose sur le volontariat, et que, par conséquent, nous ne connaissons pas exactement le nombre de personnes qui choisiront de partir. Et donc, on ne peut pas prévoir avec précision le coût de l'opération. Techniquement, on va servir les gens au fur et à mesure, et je ne vous cache pas que nous nous attendons à une forte demande sur ce programme, vu les avantages et les atouts qu'il présente.
Il faut souligner le fait que les, postulants à ce programme ont besoin de l'accord de leur ministère.
L'administration se réserve le droit de refuser les départs qui peuvent porter préjudice à la bonne marche de l'Etat. Mon sentiment repose également sur les conclusions des différents sondages qu'on a effectués auprès des fonctionnaires, où il en ressort que la demande est grande. Je reste optimiste quant au succès que devrait rencontrer cette opération.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.