Zinedine Zidane loue la performance remarquable de Mbark Boussoufa    Oualid El Hajjam en quarts de finale de la Coupe de la Ligue contre le PSG    BMCE Bank of Africa consacre 12 entrepreneurs    La stabilité financière en mode brainstorming    Talents marocains à l'étranger: Des aspirations salariales très élevées    Effondrement d'un mur à Casablanca: 2 morts et 3 blessés - CP: A. Jarfi    Lait infantile contaminé: suspension de la commercialisation du lait « Picot »    Lecture et compréhension Les élèves marocains toujours parmi les derniers    Patrimoine géologique et archéologique Protection Unesco: Mode d'emploi    Association Sportive de Salé enchaîne une troisième victoire de suite    Nadia Chellaoui au Faubourg Saint-Honoré    Voronej, camp de base des Lions au Mondial ?    Le rapport annuel de l'UE sur les droits de l'homme, favorable au Maroc et à son intégrité territoriale    Décès de l'écrivain français, ami du Maroc, Jean d'Ormesson, 92 ans    Du néant… à Adam de Abdelrhafour Elaraki    Istanbul : Le Sommet d'Al-Qods appelle à reconnaitre Al-Qods « capitale occupée » de la Palestine    L'expansion de l'offre audiovisuelle marocaine, une préoccupation principale    Headbang Lullaby, de Hicham Lasry, dans les salles    Total Maroc décroche la carte Carglass    Tanger-Med inquiète les députés socialistes    «Star Wars 8 : le dernier Jedi» projeté à Imax de Casablanca    Sécurité routière : Renault Maroc sensibilise les jeunes écoliers    Ces enfants de la rue qui refusent de changer de vie    Le gouvernement ne combat pas le tabagisme    Evaluation de l'action des centres régionaux d'investissement    Un nouveau sommet mondial sur le climat    Après son adoption par la Chambre des conseillers : Le PLF revient pour une 2e lecture chez les députés    Casa Tramway : 5 ans de performance au service de la mobilité urbaine    La refonte du cadre du financement lancée    Casablanca : Près de 1,8 kg de cocaïne extrait des intestins de deux brésiliens    OCP policy center : 50 jeunes d'Afrique, d'Europe et d'Amérique réunis au-delà des frontières    Botola Maroc Télécom: Les FAR s'inclinent, Amri claque la porte    ASSEMBLEE GENERALE DE LA FRM BOXE    Erdogan appelle à reconnaître Jérusalem-Est comme « capitale de la Palestine »    L'exploit démocrate dans l'Alabama est une défaite majeure pour Trump    Washington prêt à parler à Pyongyang « sans condition préalable », selon Tillerson    La Princesse Lalla Salma a présidé une cérémonie d'hommage à la mémoire de l'artiste Mohamed Amine Demnati    Le jeune pilote marocain Michael Benyahia sacré champion d'Europe de Formule Renault 2017    AFFAIRE WISSAL: LES TROIS SUSPECTS DEVANT LA JUSTICE, LA VICTIME DEVASTEE    PRESIDENTIELLES DU LIBERIA:GEORGE WEAH NE CONNAITRA,DESORMAIS, SON SORT QUE LE 26 DECEMBRE    SM LE ROI ET LE TEMOIN INTERNATIONAL    CNSS : La généralisation de la couverture sociale des Indépendants, un grand tournant    Peintre et Saltimbanque de Latifa Serghini    UMA :Le ridicule raté de l'Algérie    MINISTERE AFFAIRES ISLAMIQUES:DISTRIBUTION DE CARTABLES DE MAUVAISE QUALITE,DES ARDOISES EN CARTON ET SANS BUVARD,UN SEUL STYLO ET UN PETIT CAHIER DE 96 PAGES POUR LES COURS D'ANALPHABETISATION:QUI DIT MIEUX?    BASKET-BALL RETOUR SUR UN CONFLIT QUI DURE ENTRE TALBI ALAMI ET AOURACH    NETANYAHU ET L'EUROPE: MÊME CONSTAT?    APRES CES PREMIÈRES CHUTES DE PLUIE,CONTINUERA-T-ON LA STRATEGIE D'INSTITUTIONNALISATION DE L'INTEGRATION DU GENRE DANS LE SECTEUR DE L'EAU (SIIGE) ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'homme de Touissit
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 11 - 2002

La soixantaine flegmatique, le nouveau ministre RNI de la Pêche, Taïeb Rhafes, est un homme atypique, qui promène un regard détaché sur tout. Rencontre avec la révélation du gouvernement Jettou.
Il dégage une espèce de sérénité propre aux hommes qui ont de la distance et du recul par rapport à tout, y compris par rapport à eux-mêmes. Une qualité rare par les temps qui ne courent plus, agités et troubles. C'est certain, Taïeb Rhafes, le tout nouveau ministre RNI de la Pêche, a de la profondeur. Il ne le montre pas, bien sûr. Mais cela se sent comme une brise d'été. S'il n'est pas actuellement dans la posture d'un ministre fraîchement nommé avec fière allure et torse bombé, il est par contre conscient qu'il n'aura pas volé sa consécration. Sous la modestie pointe un tempérament bien trempé.
Natif le 23 décembre 1940 au lieu-dit Beni Bouhamdoune à Touissit (province de Jérada) connue pour ses mines de zinc et d'argent aujourd'hui fermées, voilà Taïeb Rhafes propulsé à la tête du département de la Pêche. Comment juge-t-il son entrée au gouvernement ? Une promotion, lâche-t-il sur un ton flegmatique. “ En dernier ressort, j'ai été choisi par S.M le Roi et par le Premier ministre “, conclut-il, refusant visiblement de s'étendre sur le sujet ou de se livrer à une quelconque genèse sur ce destin qui en a surpris plus d'un.
Par contre, M.Rhafes est disert sur son dernier livre publié en 2002, intitulé “ quelle place pour l'économie marocaine à l'aube du troisième millénaire ?“. Où l'auteur en analyse les “atouts et les faiblesses“ tout en proposant une “charte nationale pour le développement économique et social“ pour le pays.
C'est que Taïeb Rhafes maîtrise son sujet. Il est titulaire en 1969 d'un doctorat d'État en sciences économiques de la Sorbonne, décroché avec mention très bien comme il a tenu à le spécifier dans son long CV. La formation universitaire du docteur Ghafes est très riche. À son actif également, un diplôme supérieur de l'institut technique de banques à Paris (1971), un diplôme d'enseignement supérieur en sciences économiques de la Sorbonne (1965), une licence en sciences économiques de l'université Mohammed V de Rabat (1962) et un diplôme d'arabe classique obtenu dans la même ville (1960).
Après avoir été fondé de pouvoir chez les assurances la concorde à Paris et assistant technique à la Caisse centrale de coopération dans la même capitale, il rentre au Maroc où il devient fondé de pouvoir au Crédit du Maroc et puis directeur central à la société de Banque
et de Crédit, qui a fait faillite. Depuis 1970 jusqu'à aujourd'hui, M. Rhafes occupait le poste de directeur du centre de formation de la profession bancaire. Avec un tel parcours dans le domaine financier que valorise nombre de conférences aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, il mériterait d'être l'argentier du Royaume d'autant plus que tous les banquiers de la place le connaissent. Mais l'intéressé ne va pas jusqu'à le dire, laissant à ses interlocuteurs le soin de le deviner en leur montrant toujours son CV long de deux feuillets avec cet air détaché mâtiné de sang froid et d'assurance.
Cependant, le docteur Rhafes, fort de son itinéraire, ne sera ni à l'étroit ni à contre-emploi dans ses nouvelles fonctions de patron des pêcheurs de la côtière, de l'artisanale et de la hauturière. Celui-ci refuse pour le moment de s'exprimer sur la manière dont il appréhende sa mission. “ C'est encore tôt de parler de la politique que je tracerai pour le secteur“, affirme-t-il en donnant l'impression qu'il fera parler de lui et faire oublier rapidement son prédecesseur.
Président de la commune rurale de Ras Asfour, depuis 1996, cet ami de Ahmed Osman n'a pas pu reconquérir son siège de député de Jerada à l'occasion des législatives du 27 septembre dernier. “ Pour être ministre, il n'est pas nécessaire d'être élu ou de gagner aux élections, indique-t-il. C'est même le contraire qui se produit souvent“.
Le très enviable destin ministériel de Taïeb Rhafes a été accueilli par une salve de critiques à l'intérieur du parti. “ Les mécontents existent et existeront toujours, note-il. Et puis, il ne suffit pas seulement d'avoir de l'ambition. Encore faut-il être compétent“. Et le nouveau ministre de joindre l'acte à la parole en exhibant comme une carte magique son long CV avec l'air de dire : n'est pas Rhafes qui veut.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.