Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    BMCE Bank à l'écoute des MRE    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Délais de paiement: Beaucoup reste à faire    Des maires africains repensent la régionalisation dans le continent à Casablanca    MTF 2018: Focus sur la régionalisation avancée    La campagne agricole s'annonce exceptionnelle    Careem signe un protocole d'accord avec deux syndicats de taxis    Le Maroc et l'UE s'entendent sur le contenu du futur accord de pêche    L'experte espagnole María Carrasco* : « L'Espagne doit lutter au sein de l'UE pour aider le Maroc à gérer les flux des migrants »    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Comment des réfugiés peuvent refaire leur vie au Maroc    Allemagne : Des blessés après une attaque dans un bus    La vague de chaleur en Europe provoque sécheresse et incendies    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Création d'un Club national de la presse au Maroc    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Pedro Sanchez veut tourner la page du franquisme    Les clubs marocains se préparent pour la nouvelle saison    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Marhaba : 961.000 MRE ont gagné le Maroc    Immigration illégale – BCIJ : Démantèlement d'une bande criminelle active dans plusieurs villes    HCEFLCD : Ouverture de 1.237 km de pistes forestières entre 2013 et 2017    L'ONEE lance un programme d'éducation et de sensibilisation à la protection du littoral    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    CCG lance une nouvelle capsule vidéo dédiée aux mécanismes du Fonds Innov Invest    Santé : Et les recettes?    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Saad-Eddine El Otmani : « Je suis très confiant pour la suite »    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Munir El Kajoui Mohamedi rejoint le FC Malaga    BD : le Maroc aura son propre Marvel    Menaces de Trump sur les autos: l'Europe prête à discuter… et riposter    Ronaldo moqué jusqu'à l'humiliation dans les bains publics    Faouzi Lekjaa invité du Forum de la MAP le mardi 24 juillet    Non... «Mr Bean» n'est, encore une fois, pas mort    Match de gala entre les Lions de l'Atlas de 2004 et des anciens de la Seleção    L'été au musée    Le jalon du progrès    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    Vidéo : La bourgeoisie marocaine caricaturée par The Tberguig !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Edito : We Casa ?
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 06 - 2018

Une ville sans histoire est une ville sans âme. C'est aujourd'hui malheureusement le cas de Casablanca.
Une ville, certes moderne, mais qui regorge de sites et de patrimoine qui racontent sa formidable épopée du début de siècle dernier. La métropole, ou plutôt ceux qui en ont la gestion ont tourné le dos à leur histoire pourtant très riche. La preuve, une ville comme Casablanca ne compte pas de musées. Contrairement aux autres villes impériales, comme Marrakech, Fès et Rabat, Casablanca a laissé sa médina tomber en lambeaux. Les centaines d'immeubles en centre-ville datant de l'ère coloniale, de petits bijoux d'architecture, sont laissés à l'abandon et à l'érosion du temps jusqu'à l'effondrement quand ils ne sont pas sciemment détruits ou défigurés. Une cité n'a de sens que si ses habitants se reconnaissent dans leur ville à travers notamment une histoire collective et commune. C'est cela l'identité d'une ville qui ne peut pas être créée ex-nihilo mais à partir d'un substrat historique.
Quand bien même on arriverait aujourd'hui à sauver ce qui peut encore l'être des bâtiments historiques, comme veut le faire l'agence urbaine, cela ne sera pas suffisant. Faire revivre le patrimoine ne consiste pas seulement en des opérations de rafistolage ou même des travaux lourds de génie civil pour restaurer les bâtisses. A quoi cela servirait-il d'avoir des immeubles art-déco historiques restaurés s'ils ne sont pas mis en valeur dans le cadre d'un marketing global de la ville en matière de culture, d'histoire et de patrimoine ? A quoi bon dépenser des budgets colossaux pour créer une marque qui s'appelle We Casa sans y donner du sens et de la consistance... ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.